Là où la mort rôde

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 9 mars 2022 | Archivage 21 mars 2022
MxM BookMark, Mxm Bookmark

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Làoùlamortrôde #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Quand une légende prend vie, il se pourrait bien que ce soit le début… de la fin.

Landry, vacher, vit à Huelgoat auprès de sa mère depuis toujours. Un jour, en rentrant du travail par la forêt, il entend un bruit grinçant. Une célèbre légende bretonne, celle de l’Ankou, est en train de se matérialiser devant ses yeux. Si Landry arrive à voir Pol, le dernier mort de l’année, c’est que lui aussi est destiné à périr d’ici quelques mois.

Pol est un garçon jovial et amusant qui, pourtant, s’est fait tuer le soir de la Saint-Sylvestre. Il a hérité du statut d’Ankou et devient passeur d’âmes malgré lui. Quand il rencontre Landry, qui ne devrait pas être capable de le voir, il se sent irrémédiablement connecté à lui. Plus les deux jeunes hommes apprennent à se connaître et à s’apprécier, plus Landry tient à découvrir qui est l’assassin de son ami. Mais Pol est secret et traumatisé par son décès tragique.

Pour ces deux hommes, l'amour se mêle à la mort. Et si la fin n'était que le début d'un après heureux ?



#MM #Légende #Bretagne

Quand une légende prend vie, il se pourrait bien que ce soit le début… de la fin.

Landry, vacher, vit à Huelgoat auprès de sa mère depuis toujours. Un jour, en rentrant du travail par la forêt, il...


Formats disponibles

ISBN 9791038102507
PRIX

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai été emballée par ce roman dès l'annonce de sa sortie, il me tardait de découvrir Valentine Stergann cette fois dans un registre un peu plus surnaturel.
Dans "Là où la mort rode", l'auteur nous embarque avec elle en Bretagne à Huelgoat. Nous allons faire la connaissance de Landry, un jeune homme qui vit avec sa maman. Un jour, il va faire une rencontre très surprenante, celle d'un fantôme qui répond au nom de Pol.

Dit comme ça, ce roman a tout l'air d'une jolie histoire de fantôme, et c'est ce que je me suis dit au début. Mais c'est tellement plus que ça en fait...
C'est l'histoire de Landry, un jeune homme de 25 ans, qui a une relation fusionnelle avec sa maman, qui est devenue mère tardivement. Landry est timide, réservé, et subit moqueries et humiliations au quotidien depuis son plus jeune âge. Son bégaiement n'aidant en rien, il est considéré par certains comme l'idiot du village. Sa rencontre avec Pol va chambouler tout son univers.
C'est aussi l'histoire de Pol, qui lui, est tout l'inverse de Landry. Il est jovial, drôle, mais un terrible acte va mettre fin à sa vie. Et c'est durant sa mort qu'il va pourtant vivre réellement. Mais Pol est un fantôme particulier, car il n'est ni plus ni moins que le nouvel Ankou, chargé d'aider les âmes à passer de l'autre côté.

J'ai tout simplement adoré ce roman. Comme je le disais, c'est bien plus qu'une histoire de fantôme sur fond de légendes bretonnes. J'ai aimé cette histoire dès les premières lignes, et plus j'avançais, et plus j'étais émue par cette histoire, émue par Landry et Pol.
C'est un livre dont le thème principal est la mort, mais c'est bien la vie que met en avant l'auteur à travers le quotidien de ses deux personnages. La vie qui défile, le temps qui passe, les choix et rencontres qui façonnent notre avenir. Mais la mort fait partie de la vie et nos deux héros vont le savoir plus que quiconque.
L'auteur va aborder de nombreux sujets, dont on n'imagine pas une seconde lorsqu'on commence le roman. Il sera question de confiance de soi, de deuil, d'homophobie et harcèlement, entre autres. Valentine Stergann met en avant cet amour si beau qui unit Landry et sa maman Marthe.
La relation entre Landry et Pol est si jolie aussi... La connexion entre les deux jeunes hommes est immédiate et se renforce au fil des pages. Les sentiments arrivent petit à petit et lorsqu'ils éclatent vraiment, c'est juste tellement beau en fait. J'ai adoré chacune de leurs interactions, chacun de leurs moments que l'auteur nous offre durant une année entière, des moments remplis d'émotions, drôles pour certains mais bouleversants aussi pour d'autres. Les thèmes difficiles sont abordés avec tact, et ces moments sont accompagnés d'autres plus drôles, surtout grâce à Pol, à sa répartie, son humour, son petit côté espiègle, ses chansons ahah, et d'autres moment plutôt sensuels et coquins.

A côté de tout ça, le côté surnaturel à travers la légende de l'Ankou est vraiment bien traité. Tout est bien dosé en fait, que ce soit justement le fantastique, l'intrigue, mais aussi la relation entre les deux personnages qui évolue en une romance douce et pure, le côté intrigue, et tous les thèmes abordés qui s'y rattachent, sans pouvoir en mentionner certains de peur d'en dévoiler de trop, je pense d'ailleurs en avoir trop dit déjà.
Des personnages secondaires gravitent autour de nos deux hommes, les bons sont magnifiques, les plus mauvais sont et resteront détestables, mais d'autres sont un peu plus nuancés, et j'ai aimé comment l'auteur a peint le personnage d'Alaric. On ne peut pas tout justifier par l'environnement dans lequel on évolue, mais vivre dans ce foyer malsain n'aide en rien...
La plume de Valentine Stergann est toujours aussi jolie, et c'est toujours un plaisir de plonger dans ses écrits.

Je me suis profondément attachée aux personnages en fait. C'est comme ça, parfois la magie opère, c'est une évidence et pour moi, ça l'a été avec Pol et Landry. J'ai eu un coup de coeur pour eux, en particulier Landry. Je me reconnaissais tellement en lui dans certains traits de caractères. Un passage bien particulier m'a d'ailleurs émue aux larmes tellement il était juste vrai... Je me revoyais à sa place, presque à l'identique, avec juste la musique d'une même époque qui différait...

Merci Madame Stergann pour ce délicieux moment de lecture. Certes certains passages sont durs, mais c'est une histoire qui met du baume au coeur, qui nous laisse croire en un avenir et un après meilleur et juste, peu importe du côté où on se situe.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Déjà, je souhaite vivement remercier les éditions Bookmark pour ce Service Press et pour leur confiance.

Parfois, une couverture suffit à donner envie plus que toute autre chose. Ça a été mon cas avec Là où la mort rôle car j’ai tout de suite été happé par l’illustration et le titre. Puis j’ai lu le résumé, et j’ai su que je voulais définitivement lire ce livre !

On découvre Landry, un jeune homme attachant au possible, qui vit avec sa mère, à Huelgoat. Un jour, il va croiser le regard d’un garçon qu’il n’avait jamais vu jusque-là et qu’il était certain de ne jamais revoir. C’était d’autant plus vrai pour lui, quand il a appris que ce garçon avait été tué dans la forêt, quelque temps plus tard. Malgré ce fait, les chemins de Landry et de Pol vont se recroiser à nouveau.

Pol, en tant que dernier mort de l’année, est devenu l’Ankou, le serviteur de la mort. Personne ne devrait être capable de le voir, sauf au moment de mourir, car il est celui qui va accompagner les défunts dans l’Après. Pourtant, Landry est capable de le voir et à son contact il va se sentir plus vivant que jamais. Mais… un humain qui peut voir l’Ankou, n’est-ce pas la preuve qu’il va bientôt mourir ?

Dès les premières phrases du roman, j’ai été happé dans l’histoire. Cela est surtout dû à Landry, que j’ai tout de suite adorée. Il est doux, gentil, adorable et prévenant, surtout quand il s’agit de sa mère. Mais c’est aussi à cause de ça, et de son bégaiement, qu’il se retrouve souvent être la cible de moqueries. Franchement, je n’ai pas compté le nombre de fois où j’ai voulu rentrer dans le livre pour pouvoir lui faire un câlin. Car, vraiment, tout ce que mérite Landry, c’est un énorme câlin et beaucoup d’amour !

Sa rencontre avec Pol est, bien évidemment, très intrigante. Il est le seul à pouvoir le voir et l’entendre, et ce n’est pas vraiment normal. La mort elle-même n’apprécie pas ce fait et le fait bien comprendre à Pol. Mais ce dernier est loin d’apprécier qu’on lui donne des ordres. Donc, plutôt que de se tenir loin de Landry, il va plutôt se lier d’amitié avec lui.

Bien sûr, cette histoire, c’est aussi une histoire d’amour. Ça peut sembler troublant au début, après tout Pol est mort et il ne sera l’Ankou que pendant une année. Et, pour Landry, comme il est capable de voir Pol, ça signifie qu’il pourrait mourir à n’importe quel moment. Mais, à mes yeux, ça n’a rien enlevé de la beauté de leur relation qui se crée en douceur. Ils ont tous les deux un passé qui les freine quelque peu, en plus de leur situation actuelle. En fait, il y a beaucoup d’obstacles face à eux, mais ça n’empêche pas leurs sentiments de fleurir.

Les deux garçons sont assez différents l’un de l’autre, mais aussi très complémentaires. J’ai adoré les voir interagir entre eux, mais aussi avec les autres. J’ai aussi adoré la relation mère/fils qu’entretiennent Landry et sa mère. C’est quelque chose de précieux et qui mérite d’être chéri.

Cette histoire m’aura amené à peu près toutes les émotions possibles. J’ai aimé Landry et sa relation avec sa mère et avec Pol. J’ai ri face à certaines réactions de Pol. J’ai pleuré à cause de beaucoup de choses. J’ai été en colère, à cause d’Alaric et de ses amis, qui trouvent ça drôle de s’en prendre à Landry. Et j’ai été submergé, notamment par la fin. Tout au long de ma lecture, je me suis imaginé ce qui allait pouvoir arriver à la fin. Serait-ce un happy end ? Une bad end ? Un entre deux ? Je me suis fait de nombreux scénarios alambiqués et je dois dire que j’ai beaucoup aimé celui que l’auteure à écrit, même si j’ai été triste d’y arriver. Car ça voulait dire que l’histoire était finie et que je devais dire adieu à Landry et Pol…

Là où la mort rôde m’a permis d’en découvrir plus sur la légende de l’Ankou, aussi. Je ne suis pas bretonne, mais j’avais déjà entendu parlé de cette légende, cependant je n’avais jamais pris le temps de m’y intéresser plus que ça. Alors que c’est un sujet qui me passionne beaucoup. Alors, avoir pu en découvrir plus, grâce à cette histoire, ça m’a beaucoup plu ! Et j’ai aussi pu découvrir la plume de Valentine Stergann que j’ai beaucoup appréciée. Un peu à l’image de Landry, j’ai trouvé la plume très douce et vraiment facile à lire. Il m’est arrivé d’enchaîner une dizaine de chapitres sans m’en rendre compte, tellement j’étais prise dans l’histoire, c’est dire ! J’ai donc hâte de voir ce qu’elle a déjà publié, ainsi que ce qui arrivera dans le futur !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :