Les Aquatiques

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 19 août 2021 | Archivage 21 mars 2022
Les Escales, Domaine français

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LesAquatiques #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière.

« Je n’étais jamais retournée sur la tombe de Madeleine. N’y avais jamais apporté son repas préféré, de l’huile de palme, du sel ou une cruche de vin de raphia. Madeleine, pour autant que je m’en souvienne, préférait le vin rouge. Mais enfin, le vin de raphia, c’est ce que l’on déposait sur la tombe des morts dans le Haut-Fènn. »

Vingt ans après la mort de sa mère, Katmé Abbia, enseignante, apprend que la tombe doit être déplacée. Son mari, Tashun, préfet de la capitale, voit dans ce nouvel enterrement l’occasion providentielle de réparer les erreurs du passé et surtout de donner un coup d’accélérateur à sa carrière politique. Quand Samy, artiste tourmenté, ami et frère de toujours de Katmé, est arrêté et jeté en prison, les ambitions politiques de son mari entrent en collision avec sa vie et la placent devant un choix terrible.

Porté par une écriture puissante où l’âpreté du réel le dispute à un humour à froid, Les Aquatiques est à la fois le portrait intérieur d’une femme qui se révèle à elle-même et une réflexion profonde sur les jeux de pouvoir dans une société africaine contemporaine.

Le roman d’apprentissage d’une femme africaine au xxe siècle, entre ombre et lumière.

« Je n’étais jamais retournée sur la tombe de Madeleine. N’y avais jamais apporté son repas préféré, de l’huile de...


Ils recommandent !

« Magnifique ! » Atiq Rahimi, auteur de Syngué Sabour, Prix Goncourt

« Magnifique ! » Atiq Rahimi, auteur de Syngué Sabour, Prix Goncourt


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782365696760
PRIX 13,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Katmé et Samy sont deux amis inséparables qui tentent de ne pas vivre "au rabais de soi". Mais est-ce seulement possible au Zambuena, pays faussement démocratique, patriarcale et homophobe ?
D'un côté, il y a Katmé, prisonnière d'un mariage usé et des manoeuvres politiques de son mari. Elle qui est passée de la tutelle d'une mère, puis d'une tante, puis d'un mari, tente de se libérer d'une société qui l'étouffe.
Juste à côté, il y a Samy, artiste homosexuel, qui tente de dénoncer le système corrompu tout en gardant son identité sexuelle secrète.
Lorsque Samy sert de fusible pour atteindre le mari de Katmé, tout s'effondre jusqu'à la tragédie. Mais c'est paradoxalement de ce chaos que Katmé trouvera la force de se réinventer.

Osvalde Lewat décrit une Afrique comme on en a peu l'habitude. Sans concession, elle dénonce la corruption, la violence, l'intolérance, l'homophobie, le patriarcat. Ses personnages sont forts et terriblement humains. On tremble pour Katmé et Samy, on espère pour eux, on pleure aussi... et bizarrement on rit également. Car malgré la tragédie qui se met en place, Osvalde Lewat sait distiller des bulles de légèreté comme cet exorcisme que Katmé subit, complètement surréaliste.

Bref, un texte fort qui a déjà une place toute trouvée sur ma table.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Premier roman absolument bluffant, "Les Aquatiques" démarrent tambour battant avec une scène d'ouverture géniale, on y pressent le bon roman et on n'est pas déçu(e) : l'écriture est assurée, l'atmosphère, bien installée. On croirait par moment lire du Ngozi Adichie. Je recommande chaudement et souhaite le meilleur à l'autrice !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une belle découverte pour la rentrée de l'été, que ce roman "africain" ! J'avais déjà lu plusieurs romans de la littérature africaine, mais c'était souvent des histoires de femmes exilées et qui racontaient cet exil et un éventuel retour au pays.
Là, on a l'histoire d'une femme africaine, qui vit sa libération et son émancipation dans un pays imaginaire.
C'est remarquablement observé, cela sent le vécu ; cela doit refléter la réalité des femmes africaines d'un certain milieu "aisé".
De nombreux thèmes "locaux" y sont abordés, comme l'art, le traitement de l'homosexualité, la corruption, ...
Et c'est bien écrit et très fluide.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans un pays imaginaire qui a des airs d'Afrique et de Cameroun, dont est originaire l'auteure de ce premier roman, l'héroïne se débat pour essayer d'être en accord avec elle-même. S'affranchir du carcan familial et religieux dans un pays patriarcal où l'on est assigné à un rôle en tant que femme : « Mariée pour être la femme de quelqu'un, pour que l'on ne la traite pas de femme libre, de femme sans morale comme sa mère. ». Si Katmé a choisi de mener une vie conventionnelle, et réussi à construire l'équilibre de vie que l'on attend d'elle, il subsiste de sa vie d'avant l'amitié avec Sami, artiste qui a choisi un engagement politique dangereux. L'art, terrain connu de l'auteure, même s'il est inhérent à la vie, sera la source de la descente aux enfers de Katmé. Se superposent l'enterrement de sa mère pour la seconde fois, le deuil impossible, l'homophobie, la corruption. Autant de thèmes que rencontre l'Afrique subsaharienne et chers à l'auteure. Il y est in fine question de quête de liberté et d'émancipation, de choix de vie pour reprendre la sienne en mains. Car il n'est jamais trop tard. « Un ersatz de mère, une fuite dans le mariage, Samy un ersatz de frère, vis-tu au moins ta vraie vie maintenant, Katmé ? »

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Osvalde Lewat signe un premier roman maîtrisé. Dans un pays d'Afrique inventé, nous assistons à l'émancipation de Katmé, femme de Tashun, préfet de la capitale. Devenu mère au foyer après avoir abandonné son métier d'enseignante, elle vit une vie faite de compromis permanents. Mais quand son ami d'enfance, Samy, est pris pour cible pour atteindre son mari, ses fondations vont progressivement bouger.
En 300 pages, l'auteure arrive à aborder de nombreuses thématiques sans pour autant les survoler : l'émancipation des femmes, la tolérance, l'homosexualité, les relations entre art et pouvoir, la démocratie... Un roman dense donc mais qui est très bien porté par ses différents personnages. Une belle découverte de cette rentrée littéraire !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'auteur, grâce à la force de caractère de tous les personnages et son vocabulaire extrêmement riche, nous fait vivre dans ce pays, dans ce quartier africain imaginaire, les aquatiques, comme si on y était. on ressent l'humidité,la puissance négative des traditions. et on pleure, et on rit, et on éprouve de la compassion pour les 2 personnages principaux que sont Katmé et Samy.
Une vraie réussite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce roman on suit Katmé, d’abord enfant enterrant sa mère, puis devenue femme. Elle a épousé Tashun, préfet de Yaoundé avec qui elle a eu deux filles, des jumelles. Elle vit dans une maison avec du personnel, distribue de l’argent à tous ceux qui viennent frapper à sa porte. Son meilleur ami, Samy, est comme un frère. Ils se connaissent depuis le lycée. Il est artiste et Katmé finance son atelier afin qu’il puisse vivre de sa passion.
Un jour Katmé reçoit un courrier lui indiquant qu’elle doit déplacer la tombe de sa mère qui se trouve sur le tracé de la nouvelle autoroute en construction. Son mari prend les choses en main et prépare le nouvel enterrement avec faste. Il y voit le moyen de gagner de nouveaux électeurs et une nouvelle province pour son parti. Tout est magouille et pot de vins. Les ambitions de son mari passeront en premier, laissant Samy en prison accusé d’être homosexuel. Katmé ouvre les yeux sur sa vie et ne veut plus vivre comme son mari le décide. Elle va devoir faire des choix importants. Je vous laisse découvrir la suite de ce roman passionnant qui permet de s’immerger dans une culture et un pays. Il pose beaucoup de questions. C’est aussi un magnifique portrait de femme. Bref j’ai beaucoup aimé ce roman et j’aurais voulu rester encore un peu avec Katmé, découvrir davantage de sa vie après son choix. Un premier roman dont je suivrai avec plaisir les prochains ouvrages de cette autrice franco-camerounaise. « Les aquatiques » sortira le 19 août 2021.
Merci à Netgalley et aux Escales pour cette lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une intrigue particulièrement intéressante et touchante dans un contexte difficile pour la protagoniste. Outre ses problèmes de couple et la façon dont son mari la traite (en femme au foyer, l’empêchant d’enseigner), Katmé Abbia vit dans une dictature africaine imaginaire et voit l’être le plus proche d’elle en dehors de sa famille arrêté pour ses idées politiques. Samy est un artiste engagé qui défie absolument tout le monde avec ses « statements », ses images qui se superposent jusqu’à l’écœurement et choquent même Katmé, pourtant très ouverte d’esprit.
Un roman aux choix cornéliens, qui plonge Katmé dans un tourbillon. Un ouvrage qui ne laissera pas insensible !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Katmé Abbia, est déchirée entre son mari, homme politique riche et influent, et son meilleur ami, presque frère, artiste dissident. Comment trouver sa place dans cette société, partagée entre traditions et profit, raison et sentiments ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :