Fashion Victim

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 8 oct. 2020 | Archivage 5 janv. 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #FashionVictim #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Dans un parc d’attractions, Jana, seize ans, se fait repérer par un agent de mannequins. Après hésitation, la jeune fille accepte et signe un contrat. Elle défile bientôt pour les plus grands noms de la mode et évolue dans un milieu glamour mais cruel. Afin de gérer la pression, l’adolescente prend des tranquillisants et des somnifères. C’est le début d’un cauchemar qui poussera Jana à révéler au monde entier combien l’univers de la beauté peut être laid...

Dans un parc d’attractions, Jana, seize ans, se fait repérer par un agent de mannequins. Après hésitation, la jeune fille accepte et signe un contrat. Elle défile bientôt pour les plus grands noms de...


Formats disponibles

ISBN 9782266298568
PRIX 18,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

un livre essentiel pour tous les adolescents et jeunes en quête de gloire ! un livre bouleversant qui traite des envers du décor, de la réalité du mannequinat qui n'est pas toujours rose et une belle morale à la clé. A mettre entre toutes les mains !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai découvert Juno Dawson début 2020 lorsqu’un autre de ses titres a été traduit en France. Mais ce titre-ci le supplante. Et de. Très loin. Je connaissais la réputation de l’autrice à être incisive dans ses textes, d’inclure de la diversité et de ne pas avoir peur de parler de sujets qui fâche. Et on retrouve tout ça ici. Fashion Victim c’est l’histoire qui fiait, en apparence, rêvée de Jana. Une adolescente d’1m79 repérée par une agence de mannequin. Un contrat signé plus tard la voilà entrainée dans cette course folles aux castings, aux shootings, aux défilés, à la fashion week (enfin les 4 fashion week :). A travers ses yeux on découvre tout cet univers. Le beau comme l’atroce. Ce n’est pas une nouveauté, le monde de la mode et du mannequinat à plus d’une fois était pointée du doigt pour tous ces travers. Mais c’est bien la première fois que je croise un roman à destination d’un public adolescent qui est aussi incisif et cru. Culte de la minceur, contrôle de l’alimentation, injonction à maigrir, TCA, consommations de drogues diverses, allant de la coke aux anxyolitiques, etc. Et le traitement de l’humain comme s’ils étaient que des bouts de viande qu’on manipule comme ci ou comme ça pour obtenir ce qu’on veut d’eux. Et pour le coup, je trouve le titre anglais plus parlant encore « Meat Marked »,, il donne vraiment ce coté bout de viande dont on fait ce qu’on veut. Qu’on aime quand cela nous plait de l’aimer et qu’on jette quand la personne est devenue trop vieille, trop grosse, trop « pas comme il faut ». Mais ce récit ne se contente pas de parler de ça. Il est aussi question d’un roman écrit dans la veine du mouvement MeToo. Où on montre aussi que cet univers est malsain de ce coté là. Des adolescentes qu’on fait posée à peine vêtues avant de les affichées sur d’immenses panneaux publicitaires. Des photographes à la réputation plus que douteuse qu’on érige comme des « grands noms » capable de « faire ou défaire une carrière » si bien qu’on pousse ces mêmes ados à shooter avec eux. Avant de leur ordonner de se taire au risque de passer pour des divas si elles dénoncent ce qu’elles subissent durant cette séance photo. Allant des propos plus que limite au viol en passant par l’agression sexuelle et à une pression monstrueuse pour céder à ces avances. Et bien que cela reste assez utopique, la conclusion de cette histoire m’a énormément plus : ça fait du bien = Alors je sais que dis comme ça, on a l’impression que ce roman est juste une immense boule de torture à lire. Mais ce n’est pas le cas. Cela reste un roman qui se lit très bien, grâce au texte: très fluide et complètement addictif. J’ai lu ce titre de deux nuits, incapable de le lâcher la seconde alors que j’étais épuisée et que je mourrais d’envie de dormir. Mais je me sentais incapable de poser ce livre et le lâcher. Car même avec tous ces aspects sombres, ce roman a une part de lumière : la bande d’ami.e.s de Jana. Iels lui permettent de revenir usr terre entre deux passages assez irréels. Autant en lui rappelant d’où elle vient, une cité dans les quartiers « pauvres » de Londres que pour l’aider et la soutenir lorsqu’elle en a le plus besoin. En définitive, j’ai vraiment BEAUCOUP aimé ce titre qui frôle le ccoup de coeur et bien que je le recommanderais sans peine à un certain nombre de personnes, je pense qu’il sera important d’avertir de tous les sujets qui peuvent être sources de problèmes chez certaines personnes. Car entre les TCA, le culte de la minceur, le contrôle de l’alimentation, la grossophobie, la consommation de drogues et de médicaments (anxiolytiques et somnifères), les propos transphobes et racistes, le harcèlement, la mention d’esclavage moderne, de viol et de pedophiilie, les scènes d’agressions sexuelles, ou encore la remise en cause des paroles des victimes, mieux vaut savoir en se lançant qu’on s’embarque dans un roman aux thématiques dures, bien que cela reste un très bon roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Embarquée presque malgré elle dans le monde de la mode comme top modèle Jana est très vite enfermée dans sa solitude où elle perçoit qu'un tas de choses ne sont pas normales mais se trouve dans l'impossibilité de les dénoncer. Elle ne sait pas comment refuser sans mettre en danger cette carrière qui ne lui apporte pas tout le bonheur espéré... Jusqu'au jour un elle est victime d'un traumatisme. Un récit très crû qui s'adresse aux lycéen·es et jeunes adultes qui décrit l'emprise des jeunes mineures par les personnes qui ont en charge leurs contrats et carrière sans que des mesures de protection ne soient prises. La situation de Jana et la manière dont elle réagit va permettre une issue plus positive.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Juno Dawson, armée d’une plume acérée, vive, éblouissante de vérité, nous fait plonger dans l’univers du mannequinat dans rien nous épargner. Et c’est tant mieux ! Un roman essentiel, porteur de combats d’une extrême importance, des pages telles un mégaphone géant pour que les voix que l’on entend pas se changent en cris. Gros coup de cœur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Second ouvrage de sa trilogie londonienne, Fashion Victim de Juno Dawson est une totale réussite. L’univers de la Mode n’a de secret pour personne. En théorie. Si Dawson nous dépeint un monde où les pires idées reçues s’avèrent vraie (régime forcée, maladie mentale, troubles alimentaires, drogues, consommation illégale de médicament, prostitutions, pédophilie) elle le fait avec une intelligence et une pertinence rare. Le récit est choc, mais sert un propos humain et radical, sans jamais tomber dans l’extrême condamnation. Aimer la mode, c’est ne pas occulter tous ces aspects néfastes: la traite humaine, du couturier asiatiques en usine jusqu’au mannequin. Car le titre original du roman « Meat Market » illustre parfaitement le propos. Toute la chaîne est une succession de pions disposables que l’ont maltraite sous couvert de l’Art. Dawson traite également du mouvement #MeToo avec justesse et sobriété. L’impact des réseaux sociaux et des médias à l’heure où les langues se délient ont un rôle prépondérant dans le mouvement de libération de la parole des femmes (et des hommes!) qui subissent au quotidien le harcèlement physique et sexuel dans les milieux ultra publique comme la mode, le cinéma, la musique ou la politique. Le personnage de Jana est fort, attachant, et très terre et à terre ce qui permet de toujours s’ancrer dans le récit. J’ai adoré cette lecture, ce livre était impossible à lâcher. Une vraie réussite, et une lecture nécessaire à notre époque.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Fashion.  Ils défilent, sont exposés, leurs corps présentés.  Fashion.  Les podiums et publicités.  Une imagerie de la rêverie.  Une fantasmagorie de la beauté.  Fashion.  Ils sont mannequins. Jana, seize ans, repérée par un agent, emmenée immédiatement à une agence. Seize ans et la promesse d’une grande carrière, d’être la nouvelle égérie d’une génération. Hésitation. Jana, elle est grande, la gueule un peu différente, les critiques accrochées à son dos. Beauté unique. Singularité. Le mannequinat devient une façon d’avancer, de piétiner, de leur montrer qu’elle aussi est belle. Un roman qui présente l’envers du décor. Sous des paillettes et des flashs, c’est un vernis qui s’écaille. Une vérité qui se dévoile après le mensonge façonné pour les défilés et publicités. Les corps sont épuisés, le mental ne parvient à tenir qu’à l’aide de médicaments qui altèrent la pensée, endorment les réactions. Il faut courir, attendre, défiler, être sélectionnée. Une cavale de ville en ville, de pays en pays. Jamais présente, toujours absente. La solitude enveloppe chaque personnage, les enferme dans un univers impitoyable. Beaucoup évoquent leur âge, la vingtaine à peine entamée déjà pourrissante pour cette industrie. Et les corps toujours plus maigres. Jana n’est pas dupe, consciente des problèmes qui gangrènent cet univers : drogue, maigreur, hypocrisie.  Un roman qui porte le personnage principal en héroïne, l’enveloppe dans la parole d’une libératrice. Elle ose, elle parle, elle porte accusation contre ceux qui se sont érigés masculins puissants. #metoo se désigne entre les pages.  Un titre important Un texte qui dénonce les travers de la mode Un poing levé contre les diktats d’une industrie carnassière et impitoyable

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai vraiment aimé retrouver la plume de Juno Dawson découverte avec le roman Toutes les vies de Margot. De plus je ne connaissais pas le monde de la mode au-delà des clichés c’était donc intéressant d’en avoir un aperçu plus détaillé et la façon de construire l’histoire est bien vue. Au départ la vie de Jana ressemble un peu à un rêve, même si elle n’a jamais pensé ou voulu rejoindre le monde de la mode elle est repérée et tout s’enchaîne rapidement. Sa carrière décolle en flèche et elle est rapidement submergée par tout ça, un peu excitée elle ressent en même temps beaucoup d’anxiété et un sentiment d’imposture. L’argent gagné par ce biais-là doit lui permettre de financer ses études mais ce « job » prend beaucoup de place dans sa vie et elle a peur de perdre ses amis à cause de tout ça. Mais quant au vu de son succès fulgurant elle arrête ses études en présentiel pour favoriser son travail dans le mannequinat, c’est à ce moment-là que sa vie prend vraiment un nouveau tournant. C’est un roman relativement dur, ce qui pourrait sembler un conte de fées pour beaucoup vu de l’extérieur est bien moins reluisant vu de l’intérieur. L’autrice aborde les cadences infernales des mannequins qui courent d’un casting à l’autre, les hauts et les bas d’une carrière, le jeune âge des filles qui sont rapidement considérées trop vieilles, la solitude ressentie malgré la foule, les troubles alimentaires, la drogue, les abus sexuels et les dégâts de la fast fashion sur les ouvriers du textile, entre autres, car beaucoup de sujets sont survolés avec cette thématique du mannequinat. C’est une industrie qui vend du luxe, mais certains maillons de la chaîne sont maltraités et tout ce clinquant a un prix, parfois très élevé. Le récit ne m’a clairement pas laissé indifférente. On sait dès le début qu’il s’est passé quelque chose, que Jana en est revenu de ce monde-là, grâce à de courts chapitres où sont retranscrits de brefs échanges avec une personne extérieure qu’on ne peut identifier au départ. Le reste c’est l’histoire racontée par Jana, au présent, en suivant la chronologie des évènements. Son récit s’attache à ce qui se passe pour elle en tant que mannequin mais aussi les impacts dans sa vie familiale, amicale et amoureuse. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour cette jeune fille très humaine qui va se retrouver rapidement broyée par cette vie là, mais qui reste malgré tout car elle a l’impression d’y être piégée par le succès et les sommes colossales d’argent à la clé. Finalement Jana va finir par craquer et se montrer extrêmement courageuse en expliquant à la police ce qui lui est arrivé afin que cela ne puisse plus se reproduire. Le récit m’a semblé très réaliste, les personnages tout à fait crédibles et les différentes thématiques très justement abordées, on sent que l’autrice s’est bien documentée. Ce n’est pas non plus un pamphlet sans nuances contre le monde de la mode et le mannequinat, l’autrice sait aussi faire ressortir les aspects plus positifs, mais sans éluder toute la laideur qu’il peut y avoir sous les paillettes. Une lecture que je trouve éclairante, notamment pour les ados, et que j’ai vraiment appréciée.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie le site NetGalley et les éditions PKJ de m'avoir permis de découvrir ce roman de Juno Dawson. La première de couverture a immédiatement attiré mon regard et la quatrième de couverture m'a donné un avant goût de l'histoire. Je ne suis pas spécialement intéressée par le monde de la mode mais tout ce qui se rapporte à l'être humain m'intéresse aussi j'ai eu envie de lire ce roman. Sur le même thème, mais raconté par une adulte j'avais déjà lu "Jamais assez maigre" (Victoire Maçon Dauxerre, 2016). J'ai apprécié ce roman pour young adult. L'auteure nous plonge progressivement dans l'enfer des défilés de mode, des shootings... Nous voyons notre héroïne déchanter, car elle se rend compte que ce milieu est un enfer malgré le luxe et les paillettes. L'écriture de cette auteure est addictive. Le lecteur veut savoir au plus vite ce qu'il adviendra de Jana notre mannequin dont l'ascension est fulgurante. L'auteure décrit parfaitement les coulisses des défilés et des agences de mannequins. Une mise en garde s'impose toutefois, car certaines scènes peuvent choquer les lecteurs ou lectrices. Je conseille donc ce roman aux adolescents à partir de 16 ans.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jana est une jeune londonienne habitant avec ses parents qui peinent à joindre les deux bouts. Elle va être repéré lors d'une sortie avec ses amis pour devenir mannequin... Malgré quelques réticences et sousles encouragements de ses amis elle décide de s'engager dans cette voie. L'auteur nous propose donc de suivre cette jeune fille (16 ans quand elle débute) dans ce milieu de la mode extrêmement violent pour ces filles souvent très jeunes, hypersexualisés prête à tout pour beaucoup d'âge. Je n'ai aucun intérêt pour le milieu de la mode j'ai donc choisi ce livre complètement par hasard et.... Je l'ai adoré. Car en plus du constat, et de la démonstration, l'auteur propose des solutions et montre aussi la véritable entraide qu'il existe entre les mannequins. Un livre à découvrir !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :