Un bon jour pour mourir

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 8 sept. 2020 | Archivage 8 oct. 2020

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Unbonjourpourmourir #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

À force de chercher le bonheur, vous pourriez bien finir par le trouver… pour l’éternité.

C'était le plus beau jour de sa vie. Elle ne savait pas que ce serait aussi le dernier. Lorsque le corps d'une femme est découvert dans les ruines d'un ancien prieuré, l'inspectrice Imogen Evans comprend qu'elle a affaire à un tueur en série dont les victimes semblent mourir en pleine extase, les yeux ouverts, un grand sourire figé sur le visage.

De son côté, Ben Hofland, jeune père divorcé, est convaincu que sa chance est en train de tourner. Forcé de retourner vivre dans le petit village qui l’a vu grandir, il trouve enfin du travail et les collégiens qui tourmentaient son fils Ollie le laissent tout à coup tranquille. Pour la première fois depuis des mois, Ben commence à se sentir heureux. Il ne sait pas que quelqu'un veille sur Ollie et lui. Quelqu'un qui ne veut que son bonheur... et sa mort.


À force de chercher le bonheur, vous pourriez bien finir par le trouver… pour l’éternité.

C'était le plus beau jour de sa vie. Elle ne savait pas que ce serait aussi le dernier. Lorsque le corps...


Note de l'éditeur

Mark Edwards écrit des thrillers psychologiques. Ses modèles se nomment Stephen King, Ira Levin, Ruth Rendell, Ian McEwan, Val McDermid et Donna Tartt, ainsi que les films Rosemary's Baby, JF partagerait appartement, Liaison fatale, et, en général, des récits où des gens ordinaires sont confrontés à des situations terrifiantes.

Ancien agent au service client d'une compagnie ferroviaire, enseignant d'anglais au Japon et directeur marketing, Mark Edwards se consacre maintenant entièrement à l'écriture. Un bon jour pour mourir est son sixième roman traduit en français après Parce qu'elle m'aime, Sur tes pas, L’Œuvre du Diable et deux livres co-écrits avec Louise Voss : Le Berceau de la peur et Les Bienheureuses.

Il habite dans les West Midlands, en Angleterre, avec sa femme, ses trois enfants et un chat.

Mark Edwards aime échanger avec ses lecteurs. Vous pouvez le contacter sur Twitter (@mredwards).

Mark Edwards écrit des thrillers psychologiques. Ses modèles se nomment Stephen King, Ira Levin, Ruth Rendell, Ian McEwan, Val McDermid et Donna Tartt, ainsi que les films Rosemary's Baby, JF...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782496702231
PRIX 9,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers ma Kindle (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Le corps d’une femme est retrouvé dans un prieuré. C’est déjà le 3ème cadavre en peu de temps. Un serial killer sévirait-il dans les environs?
L’inspectrice Imogen Evans est chargée de l’enquête. Elle va essayer de faire des rapprochements entre les trois victimes, qui ont été retrouvées avec une bonne dose de morphine dans le sang, le sourire figé sur leur visage. Chacune des victimes vivait « le plus beau jour de sa vie »... jour qui s’est transformé en cauchemar avec leur assassinat.
Ben est revenu dans la région de son enfance après sa séparation avec la mère d’Ollie, son fils. Ce dernier est un jeune adolescent mal dans sa peau qui subit des moqueries de ses camarades d’école... mais quelqu’un veille sur lui, quelqu’un le défend dans l’ombre, quelqu’un qui semble jouir du mal qu’il inflige à autrui sous prétexte de protéger Ollie...
Quel est le lien entre ces deux histoires? Qui est celui qui agit dans l’ombre... et que cherche t’il?

J’ai trouvé quelques longueurs à ce récit même si l’écriture reste fluide et agréable. On comprend plutôt vite où l’auteur veut nous amener.
Il me semble que ce roman manquait parfois un peu de pep’s, de rythme... le suspense est peu présent et finalement on suit plus l’histoire du jeune Ollie que celle de l’enquête sur les meurtres en série, les motivations du tueur etc... C’est dommage.

Merci à #netgalleyfrance pour cette découverte et #unbonjourpourmourir

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La campagne anglaise, ce n'est plus ce que c'était. Certes, c'est un endroit où l'on peut trouver refuge. Prenez l'inspectrice Imogen Evans, 39 ans, un chat, une discipline culinaire à toute épreuve : à la suite d'une affaire dont elle n'est pas responsable (mais qui la fait culpabiliser quand même; l'un n'empêche pas l'autre), elle se retrouve à . Ce qui n'était pas du tout prévu, c'est qu'un meurtre soit commis, puis un second, et enfin un troisième, signalant avec certitude la présence d'un tueur en série dans la région. Insaisissable ? Imogen n'a pas l'intention qu'il le reste !

De l'autre côté, nous avons Ben Hofland. Il a la quarantaine. Il a surpris sa femme avec un autre homme et ils sont en train de divorcer. Il n'a plus de travail stable, sa future ex-femme traîne des pieds pour vendre leur appartement. Par contre, elle lui a laissé Ollie, leur fils unique, parce qu'elle est un peu trop occupée avec sa nouvelle vie pour s’occuper de lui. Ben est de retour dans son village natal contre l'avis de son fils parce qu'il a besoin de se ressourcer et parce que sa mère est atteinte d'un cancer en phase terminale, il veut être au plus près d'elle alors qu'il ne lui reste pas grand temps à vivre. Il se rend bien compte que son fils ne va pas très fort, avant d'aller subitement mieux - recueillir les confidences de son fils, trouver un moyen de mieux communiquer avec lui, c'est compliqué.

Oui, les deux histoires vont se rejoindre, et c'était presque attendu, il est de toute façon difficile d'ignorer une enquête en cours dans une petite ville, surtout quand on revient, comme Ben, au village vingt ans après en être parti, en ayant l'impression :
- d'avoir raté sa vie ;
- d'être un peu considéré comme suspect, même si l'on est arrivé après les premiers meurtres.

J'ai trouvé, d'ailleurs, que certains chapitres, ceux qui sont entièrement consacrés à l'enquête, étaient plus palpitants que d'autres - peut-être aussi parce que le roman contient certaines longueurs. Je ne suis que très rarement intéressée par les chapitres consacrées aux pensées du tueur, parce que celui-ci ne m'intéresse pas. Certes, ces motivations sont multiples, et l'une d'entre elles sort de l'ordinaire - mais aucune ne justifie ce qu'il a fait (j'ai envie d'ajouter : encore heureux). J'ai eu aussi, parfois, une impression étrange en lisant ce roman, qui comporte quelques longueurs. D'un côté, l'on a un personnage capable de s’immiscer dans la vie de ses futures victimes, à la fois de manière immatérielle (vive internet) et matérielle (fermez bien portes et fenêtres, surveillez ceux qui rentrent chez vous), un personnage omniprésent. La vie humaine ne pèse guère aux yeux du tueur, et l'accumulation de victimes dans ce roman laisse finalement peu de temps pour développer de l'empathie envers eux. Pourtant, Danni, Fiona, Nathan, et les victimes suivantes, auraient mérité de prendre davantage de place. De l'autre, l'on a un personnage qui, bien que toujours là, est capable de se rendre invisible aux yeux des autres, et même aux yeux de l'administration, ce qui paraît incroyable.
La lecture de ce roman ne fut pas désagréable, loin de là, mais ce ne fut pas une lecture coup de coeur, à cause de ce que j'ai décrit précédemment, mais aussi parce que je ne me suis pas attachée aux personnages : même s'ils sont capables d'actes courageux, la plupart reste extraordinairement naïfs (et c'est très souvent cette naïveté qui les perd).

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il est noté que l'auteur écrit des thrillers psychologiques alors même si ce livre est uniquement un polar je m'attendais à du suspense, un peu d'angoisse mais... rien !

Il est plat, comme si tous les intervenants parlaient sur un ton monotone ! Assez maladroit dans sa rédaction (peut-être la traduction) mais les personnages me sont restés indifférents. Ils sont stéréotypés et ne m'ont attiré aucune sympathie ni même un intérêt envers ce qui leur arrivait !

L'idée de départ et le déroulement sont intéressants mais platement écrits. Heureusement pas très long à lire, un peu frustrant malgré tout !

#Unbonjourpourmourir #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

un roman policier passionnant avec un tueur qui rend les gens heureux...
L'auteur nous propose un roman particulièrement bien construit, avec des figures très attachante notamment l'inspectrice en charge de l'enquête.
Ce que j'aime dans un polars c'est une bonne intrigue, un psychopathe original, un peu de sang et une résolution totalement innatendue.
Ce roman coche toutes les cases, c'est donc pour ma part un coup de cœur pour ce polars qui vous tiendra en haleine et vous fera voir différemment le bonheur !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre a du potentiel, MAIS en l’état, ça rate. C’est clair net et précis, je ne suis pas du tout convaincue par le contenu.

L’idée est pas mal: La recherche du bonheur, mourir heureux… franchement, cette orientation n’était pas pour me déplaire mais il y a beaucoup de choses qui font que c’est un flop.

L’écriture. elle est acceptable (parce que je suis une personne foncièrement gentille)pour ne pas dire passable (parce que je suis une personne exigeante). Il y a des répétitions, c’est scolaire, les dialogues sont loin d’être brillants, bref vous voyez ce que je veux dire mais bon à la rigueur au bout d’un moment ça passe, je veux dire qu’on n’y fait plus attention.

La construction: Ce n’est pas fluide, tout ne coule pas de source, il manque parfois des informations essentielles et on cherche à nous faire prendre des vessies pour des lanternes avec des coïncidences qui font mal à mes petits yeux. Tout ce qui ne me plait pas, en fait.

L’histoire pourrait sauver les deux points précédents si l’auteur s’était centré autour de sa thématique plutôt que de vouloir en faire trop. Trop simple, c’est trop simple mais trop d’histoires c’est le bordel et on perd de vue le fil de l’histoire principale, j’avoue m’être même demandée à plusieurs reprises si l’auteur savait vraiment où il allait ou si c’était du petit bonheur la chance.

Je n’épiloguerai pas plus, je ne suis pas du tout satisfaite de ma lecture, cependant, pour finir sur une note positive, j’ai envie de dire que le livre bien repris et retravaillé sur ses points faibles pourraient devenir un bon page turner. Pas un roman incroyable mais un bon roman policier. Je dis ça comme ça, au cas où…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie NetGalley et les éditions Amazon Publishing de m'avoir permis de lire ce beau policier plein de rythme et j'ai été happer dés la première page et plus je tourner les pages plus je voulais s'avoir la suite .
L'auteur a su donner du rythme, de bons dialogues a ses personnages.
L' histoire se passe dans un beau petit village de l'Angleterre ou il ne se passe rien tout est tranquille comme a son habitude .
Mais un jour les parents d'un petit garçon ne font que se disputer ,se battre car le père a bu , il bat sa femme et son fils .
Il est bien triste ce petit garçon de voir cela , il ne peut rien faire pour sauver sa maman qu'il aime car son père est bien plus fort que lui donc il pleure .
Un jour il s'enfuit de chez lui il habite dans une caravane vue que se sont des ouvriers agricole itinérant .
Il s'enfuit dans la foret et après quelques jours d'errance a chercher a manger , une femme va le trouver dans la foret et va le prendre sous son aile .
Cette personne va faire des recherches pour retrouver les parents du petit et va les retrouver et sa maman lui dit qu'elle na qu'a le garder il sera mieux avec elle que chez lui ou son père le bat .
Les années ont passer et cette enfant est devenu un homme d'affaire redoutable et très riche , il c'est fait tout seul .
Puis depuis quelques temps il y a des meurtres inexplicable donc l'inspectrice Imogen Evans va être nommer pour cette affaire avec sa co-équipière le sergent Emma Stockwell.
un jour un enfant Ben du pays revient habiter dans son village natal ou il a grandi avec son fils Ollie après son divorce .
Imogen et Emma sa co-équipière vont devoir faire des recherches très approfondit, des surveillances de témoins, se battre au dépit de leur vie .
Elles vont avoir forte a faire car l'assassin prénommer par la presse LA VIPÈRE n'est pas facile a avoir , il est très malin et se croit supérieur a la police ,car il rend LES GENS QU IL ASSASSINE TRÈS HEUREUX AVANT DE MOURIR.
Vraiment un très bon policier, bien rythmer pleins de suspens ,très bien écrit et facile a lire.
Je le recommande vivement si vous voulez connaitre le meurtrier de cette histoire et la fin.
Je remercie l'auteur pour ce très bon policier.
Ma note : 5/5

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En revenant dans sa ville natale, Ben espère que la chance va lui sourire à nouveau. Malheureusement, son vœu pourrait prendre une tournure fatale pour lui. En phase de divorce depuis la surprise brutale de l’adultère de sa femme, Ben retourne dans la petite ville de Shipshire avec Ollie, son fils de onze ans. Avec un problème de poids de plus en plus préoccupant et une apathie à la maison, Ollie ne cache pas à sa déception de devoir vivre dans cette ville bien rurale et ennuyeuse pour un pré-adolescent. Mais Ben compte bien faire en sorte que lui et son fils se sentent à nouveau heureux dans leur vie.

Seulement, les obstacles semblent nombreux. Ben peine à trouver un emploi, Ollie semble se faire harceler à l’école, leurs voisins sont constamment en train de se crier dessus et leur chien ne manque pas de voix lui non plus. Et si, en quelques mois, tous vos problèmes se réglaient naturellement et de nouvelles opportunités venaient frapper à votre porte ? Le rêve, non ? Ce que Ben ne sait pas c’est qu’un inconnu le guette dans l’ombre, faisant tout pour le rendre le plus heureux possible. Avant de le tuer. La Vipère du Shipshire a déjà frappé trois fois, à chaque fois dans un lieu différent qui pourrait être étroitement lié à ses victimes. Avec le sourire au lèvres, les corps retrouvés par la police font froid dans le dos.

Fraîchement mutée de Londres, l’inspectrice Imogen Evans, qui connaît un pourcentage impressionnant d’affaires résolues, commence ici à désespérer de ne trouver de aucun nouvel indice. Heureusement pour elle, le meurtrier n’est pas infaillible et laisse bientôt de plus en plus de traces derrière lui. Et contrairement à son supérieur et à son équipe, Imogen va tenter de comprendre les raisons de ces meurtres et de ce mode opératoire. Le tueur en série essayerait-il de se lier avec ses victimes en leur offrant une mort apaisante ? Qu’est-ce que ce besoin de laisser les corps avec le sourire dit de lui ?

Avec Un bon jour pour mourir, titre totalement en phase avec son histoire, Mark Edwards offre un nouveau roman policier abouti dans lequel l’on se passionne de plus en plus pour cette affaire. Avec trois points de vue distincts, entre Imogen, Ben et le tueur, et deux intrigues parallèles, la tension s’installe doucement pour nous laisser le plus longtemps dans le flou tout en nous offrant quelques indices par-ci par-là. Dès la rencontre entre Imogen et Ben, l’enquête va prendre une nouvelle ampleur. On se lance bientôt dans une course contre la montre dans laquelle on sait qu’il ne sera pas simple pour nos protagonistes de rester en vie.

L’affinité qui se crée immédiatement entre les deux personnages principaux est attendue mais pas moins plaisante pour autant. Les personnages ont le temps de se dévoiler et d’apprendre sur eux-mêmes à travers cette enquête dans laquelle on rencontre plus d’un habitant de cette petite ville. L’auteur réussit à nous surprendre et à créer une intrigue plus complexe que ce à quoi l’on pourrait s’attendre au départ. Plus sombre que L’Oeuvre du diable, Un bon jour pour mourir reste tout de même accessible à un large public en n’étant pas du tout gore ou violent. Un nouveau roman policier qui, sans être époustouflant, intéressera un bon nombre de lecteurs entre reconstruction identitaire et enquête mystérieuse autour d’un serial killer bien dérangé. Je remercie NetGalley et Amazon Publishing France pour cette lecture qui sera disponible en librairie dès le 8 septembre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avis : PERTURBANT

Quand un auteur se nourrit de thrillers et de romans policiers avant de commencer lui-même à écrire, nous pourrions penser qu’il a bien compris ce qu’il fallait faire pour garder du rythme à une intrigue et souvent, il faut faire simple. Mark Edwards a choisi de se compliquer l’écriture et par là-même nous compliquer la lecture en nous mettant dans la tête de trois personnages et en nous déroulant une histoire dans l’histoire. Néanmoins, il est parvenu à m’intéresser assez pour que j’attende la fin du livre avec impatience, n’ayant pas su trouver le tueur malgré les multiples indices fournis. Trop peut-être !
D’autre part, il termine de façon ingénieuse nous motivant ainsi pour attendre une suite.
Imogen Evans, inspectrice reconnue pour ses succès dans les enquêtes menées à Londres, est venue se mettre au vert. Ben, lui a décidé de quitter la grande ville pour revenir sur ses terres natales avec son fils Ollie. La première victime d’un psychopathe que nous découvrirons plein de bons sentiments — du moins dans sa tête —, va les amener à vivre ensemble une enquête qui pourra se terminer autrement que prévu.
J’ai aimé découvrir le comté rural du Shropshire, l’une des régions les plus belles et les moins peuplées d’Angleterre où les fermes encore vaillantes ou en ruines fournissent un environnement superbe pour un tueur. De surcroit, l’idée maîtresse consistant à vouloir tuer ses victimes en les rendant heureuses était pour le moins originale et susceptible de fournir un bon terreau de mystère.
C’est donc un polar aux multiples intérêts que je vous propose de mettre devant vos yeux ; il devrait vous les faire garder bien ouverts pendant quelques heures.
Je remercie #NetGalleyFrance et Amazon Publishing pour le service presse de #Unbonjourpourmourir

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Thriller dans lequel le suspens ne retombe pas et où les rebondissements inattendus sont présents tout au long de la lecture.
J'ai été époustouflée par la final.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Shipshire - Angleterre .- Quand le corps d'une femme est découvert dans un ancien prieuré, l'inspectrice Imogène Evans hérite de l'enquête et est loin d'imaginer que la série ne fait que commencer.
Pendant ce temps, Ben Hofland, jeune divorcé, retourne vivre dans son village natal avec son fils Ollie. Village loin d'être aussi paisible qu'auparavant.

Encore une histoire de tueur en série, rien de neuf sous le soleil allez-vous me dire.
Pourtant, si vous désirez un assassin aux desseins atypiques et originaux, Mark Edwards vous l'offre sur un plateau.
Surnommé " La vipère", l'individu s'immisce dans la vie de ses proies aussi bien virtuellement que de manière plus classique (vérifiez portes et fenêtres, un conseil).
En parallèle, l'auteur nous entraîne dans une autre intrigue (qui, évidemment, n'en fera plus qu'une avec la précédente).
Ben est au fond du trou: des voisins violents et bruyants, un fils harcelé à l'école, pas de boulot......et soudain, comme par miracle, sa chance tourne. Malheureusement cette aubaine ne sera qu'un leurre.
Bon, ce thriller ne révolutionnera pas le genre, mais il est très agréable à lire, malgré quelques longueurs.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’idée de de base de ce thriller est originale. Le tueur assassine les personnes qu’il choisit en souhaitant leur offrir le bonheur. La construction du livre est intéressante. On alterne l’enquête d’Imogen Evans, une policière atypique qui recherche le meurtrier et Ben Hofland, un homme qui vient de se séparer et qui s’est installé dans ce coin, a priori tranquille, d’Angleterre. L’un et l’autre avancent dans leur vie avec des hauts et des bas. Il vit un divorce difficile, elle se bat contre un meurtrier insaisissable tant dans les faits que dans les pensées…. Tout pour être captivant….

Mais, comme disait un de mes professeurs, il y a un « bémol ». Un petit quelque chose qui donne une impression d’inachevé, presque brouillon pour certains passages. Comme si le roman méritait beaucoup mieux, à savoir retravailler certains extraits. Je me suis longtemps demandée si ça venait de l’écriture, de la traduction, de la difficulté qu’avait dû éprouver l’auteur à tout équilibrer : récit, enquête, ressentis des protagonistes. Je ne prétends pas que ma réponse est la bonne mais globalement, j’ai le sentiment d’un style irrégulier. Prenant parfois, trop « scolaire » à d’autres moment avec un phrasé et un vocabulaire mal adaptés.

Je resterai donc sur une impression mitigée mais je suivrai les publications de cet auteur car je pense qu’il a de bonnes idées et que, très bientôt, son écriture sera plus aboutie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un bon jour pour mourir Mark Edwards Amazon Publishing France.
Shrewbury dans le Shropshire était jusqu'à ce jour une ville tranquille dans une comté des West Midlands britanniques. Mais voilà ce matin une femme est retrouvée morte le sourire aux lèvres... Pour l'inspectrice Imogen Evans la Vipère a encore frappé. Quand pourra t'elle mettre la main sur ce tueur en série au profil surprenant?
Ben Hofland pour sa part considère que ce retour dans le Shropshire marque un tournant noir dans sa vie, divorce, perte de son travail, Ollie son fils est malheureux .. bref rien ne va plus jusqu'au moment où.....
Je m'attendais à un thriller psychologique palpitant, angoissant, pas du tout à l'exception des quelques pages finales quoique ... L'auteur donne la voix à plusieurs des personnages, Imogen bien sûr, Ben et la Vipère, est-ce ce choix qui casse le rythme? Beaucoup de longueurs auraient sans doute pu être évitées.
Au final un roman qui se lit agréablement mais qui risque de laisser sur leur faim les amateurs de "vrais" thrillers.
Un grand merci aux éditions Amazon Publishing France #Unbonjourpourmourir #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le commentaire de Martine :
Dans ce roman, on se retrouve avec trois points de vue en parallèle. Nous suivons le père célibataire Ben Hofland alors qu'il tente de remettre sa vie sur les rails après que sa femme l'ait quitté pour un autre homme. Ce qui rend Ben amer, c’est que sa femme le laisse pour son meilleur ami. Nous avons aussi le détective Imogen Evans alors qu'elle tente d'attraper un tueur. Un tueur qui a fait des victimes avec un certain lien entre eux, tous sont retrouvés avec les yeux ouverts et un large sourire.
On va essayer de découvrir qui est le tueur, tout en ayant un mauvais pressentiment pour le pauvre Ben et son fils Ollie.
J'ai aimé la façon dont Mark Edwards nous apprend à connaître la prochaine victime potentielle, je veux dire Ben, c’est lui qu’il faut suivre, lui et son fils Ollie, surtout pendant qu'un meurtrier fou, le regarde et le poursuit. Quel est le motif, du tueur, Imogen Evans le découvrira-t-il ou Ben est-il condamné ?
J’ai aimé le personnage d’Imogen, une inspectrice dure et j'ai bien aimé sa vie structurée, mais solitaire. Et Ben, un homme ordinaire, qui vient de vivre un malheur, qui va réussir à attirer l'attention d'un meurtrier.
Ce roman m’a vraiment plu, je suis resté captivé du début jusqu’à la fin. Un bon thriller psychologique comme je les aime, incapables de le mettre de côté, une belle réussite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'ai lu ce roman.
On est vite attrapé par le suspens, la soif de savoir ce qui motive le tueur "La Vipère".
Pourquoi ses victimes sourient-elles ? Qu'est-ce qui les relie ? Le bonheur a-t-il quelque chose à voir avec ces meurtres ?
Je regrette cependant la présence un peu trop lourde de sexe comme si les hommes ne pensaient qu'à ça en voyant une femme. Systématiquement, les pensées masculines se tournent vers "oh je la prendrais bien ainsi" et ça devient lourd à force. Ca se remarque beaucoup moins vers la fin du livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un bon jour pour mourir... ou un bon jour pour lire ce roman de Mark Edwards !
L'intrigue est menée tambour battant, les pages tournent et les chapitres s'enchaînent, dans une écriture fluide ; un régal pour un thriller !
Le lecteur est malmené par l'auteur, qui prend un malin plaisir à le semer sur diverses pistes, à faire la connaissance de personnages suspects, à imaginer plusieurs situations plausibles. Le pauvre échafaude ainsi plein d'hypothèses que la narration oblige à réviser sans cesse... jusqu'au dénouement, doublement machiavélique...
L'histoire semble simple : un tueur en série sévit en Angleterre, il est surnommé "La Vipère" et sa particularité est de laisser ses victimes le sourire aux lèvres... Intriguant. Bien évidemment, une belle inspectrice rousse, Imogen Evans, tente de percer les mystères de ce meurtrier. Un autre personnage, Ben Hofland, est concerné par l'affaire mais aucun lien ne semble d'emblée se profiler... Énigmatique. Bien évidemment, les secrets s'épaississent lors du croisement subtil des points de vue des personnages, jusqu'au dévoilement final, inattendu et original.
Je remercie vivement les éditions Amazon Publishing France et NetGalley pour leur confiance et la possibilité d'accès à ce roman ; il s'agit de mon premier Mark Edwards, mais sûrement pas du dernier !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci aux éditions Amazon publishing et Netgalley pour ce service presse.

J'ai passé un super moment si je puis dire avec ce thriller vraiment très captivant.

Un livre que j'ai lu très rapidement, la plume est fluide très addictive et captivante, l'intrigue est très bien ficelée...

Chaque personnage est vraiment intéressant, les principaux sont attachants, le lecteur est happé dès les premières pages,

qui ont défilé à une vitesse vertigineuse...

À force de chercher le bonheur, vous pourriez bien finir par le trouver… pour l’éternité.

C'était le plus beau jour de sa vie. Elle ne savait pas que ce serait aussi le dernier. Lorsque le corps d'une femme est

découvert dans les ruines d'un ancien prieuré, l'inspectrice Imogen Evans comprend qu'elle a affaire à un tueur en série

dont les victimes semblent mourir en pleine extase, les yeux ouverts, un grand sourire figé sur le visage.

De son côté, Ben Hofland, jeune père divorcé, est convaincu que sa chance est en train de tourner. Forcé de retourner

vivre dans le petit village qui l’a vu grandir, il trouve enfin du travail et les collégiens qui tourmentaient son fils Ollie le

laissent tout à coup tranquille. Pour la première fois depuis des mois, Ben commence à se sentir heureux. Il ne sait pas

que quelqu'un veille sur Ollie et lui. Quelqu'un qui ne veut que son bonheur... et sa mort.

J'avais hâte de savoir la fin!!! A laquelle on ne s'attend pas du tout...

J'ai vraiment adoré ce roman d'un auteur que je ne connaissais pas !

Coup ce cœur pour moi!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :