Jolis jolis Monstres

(rentrée littéraire 2019)

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 22 août 2019 | Archivage 2 oct. 2019
Belfond, Pointillés

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Rentreelitteraire2019 #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde.


Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé.

Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle.


Julien Dufresne-Lamy a trente et un ans et vit à Paris. Après Les Indifférents (Belfond, 2018), Jolis jolis monstres est son quatrième roman. Il est aussi l'auteur de plusieurs textes pour la jeunesse.


"Un diamant, une bombe atomique, un bijou ! Une histoire dense et passionnante où les hommes travestissent tout sauf leurs sentiments. Vous danserez au bal foisonnant de ces créatures sublimes, devenues mères de la nuit !" Agathe Ruga, auteure, blogueuse et fondatrice du Grand Prix des blogueurs

"Quel tableau de vie new-yorkaise des laissés-pour-compte ! Quand les queers révolutionnaient le monde de l'art et la musique... Un hommage sublime." Emmanuelle Robillard, librairie Mollat

"Jolis jolis monstres est férocement humain, bourré d'énergie animale et d'une étrange tendresse. Julien Dufresne-Lamy va chercher notre colère, notre rage, notre faim de justice et donne envie de se battre." Michaël Mathieu, La Librairie de Paris

"New York, la nuit, les drags, cette écriture nerveuse et cette galerie de personnages dont on devine le coeur sous les paillettes : j'ai adoré." Madeline Roth, Librairie L'Eau vive

"Une immersion bouleversante dans le monde des drags de New York. On s'attache à ces monstres qui défient la société." Aurélie Colasse, Librairie L'Oiseau-Lyre

"Beaucoup de tact et de bienveillance dans ce roman incisif, parfois coupe-souffle. Julien Dufresne-Lamy parvient, encore une fois, à emmener son lecteur dans les parties les plus complexes et parfois sombres de nos sociétés occidentales." Sarah Derveaux, librairie Cultura

Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde.


Au début des années sida...


Note de l'éditeur

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2019


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714479853
PRIX 18,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Il ne manquait pas grand chose pour que Jolis Jolis Monstres soit un coup de cœur, dommage ça n'en reste pas moins un très bon roman. On découvre la culture du drag Queen, une culture queer avec laquelle nous ne sommes pas forcément familiers. J'ai noté quelques longueurs et répétitions par moments mais rien de dramatique. Certains chapitres ne sont pas non plus par ordre chronologique contrairement à la majorité ce qui peut dérouter quelque peu. La forme est très intéressante, il est rare de rencontrer ce "tu" qui nous rend personnage de l'histoire. Je recommande sans hésiter ce livre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Julien Dufresne-Lamy évoque un sujet peu exploité et pourtant intéressant, à savoir le milieu des drags queens. Une plongée touchante et passionnante servie par une jolie plume empreinte de poésie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre est une petite merveille pour comprendre comment les drag queens se construisent, qui sont-elles, ce qu'elles défendent. J'ai trouvé une réelle sensibilité dans l'écriture de Julien Dufresne-Lamy pour traiter d'un sujet où bon nombre de lecteurs peuvent avoir du mal à s'identifier aux personnages ou à tenter de les comprendre. Mais non, ici, c'était comme si Lady Prudenceet Mia étaient face à moi et me parlaient devant un café. Il y avait un mélange subtil d'humour, d'espoir et de chagrin, rendant cette lecture très agréable. Les photos post-épilogue sont un vrai plus pour nous confronter à la réalité et appuyer le propos de l'auteur. Les touches musicales et la présence de certaines célébrités nous prouvent que les drag queens ne sont pas une minorité, qu'elles sont reconnues dans le monde comme véritable symbole de fierté. Il y a encore un long chemin à faire pour que la tolérance envers la communauté LGBTQ soit reconnue. La présence de Victor, alias Mia, qui n'est autre qu'un homme hétérosexuel bandit, était une petite surprise bien opérée. Tout le monde peut être drag queen. Ce texte devrait circuler dans les établissements scolaires, car même si c'est une fiction, les discriminations envers les drag queens sont bien réelles et il serait temps que cela cesse. Julien Dufresne-Lamy nous offre par le biais de Jolis Jolis Monstres, un véritable manifeste de bienveillance et de tolérance.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

hier et aujourd'hui, le chemin parcouru par deux drag queens qui illustrent l'évolution de ce milieu : entre marginalité et jeu télé, quel destin individuel pour ces hommes, ces si "jolis monstres" ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Que puis-je dire de Jolis Jolis Monstres? C'est tout simplement un des livres qui m'a le plus marqué dans ma vie de lectrice - et je ne l'ai terminé que la semaine dernière. D'abord; c'est très bien écrit. On imagine une lecture à haute voix, sur scène, et c'est magique. Les phrases roulent comme des vagues, tonnent comme la tempête et font frissonner de la tête au pieds. Les mots sont parfaitement choisis, rien n'est en trop. Le sujet, maintenant. Quelle ambition ! Plus de trois décennies sur le milieu des drag-queens aux Etats-Unis, d'abord raconté du point de vue de James, drag magnifique, ambitieuse, curieuse, qui vogue d'un univers à l'autre, fréquentant les drags de l'époque devenues les stars d'aujourd'hui, comme RuPaul ou Lady Bunny. Et le point de vue change et c'est Victor qui raconte. Trente ans plus tard, sa vision du monde. La prison, la famille, la paternité. Les problèmes, les gangs, la violence. La fuite, la beauté, la rédemption. On y parle de musique, de classes sociales, de mode, de maquillage, de danse évidemment, de drogue, d'ambiances électriques, de boîtes de nuit, on y parle d'amour, de trahison, de départ, d'ambition; on y parle de la vie "des plus belles créatures sur Terre". S'il n'est pas absolument nécessaire de connaître cet univers avant de se lancer dans l'histoire - James explique d'où iel vient, pour le bénéfice de Victor et du notre -, les lecteurs possédant quelques références seront avantagés. De l'émission RuPaul Drag Race aux stars d'aujourd'hui en passant par le clubbing, les maisons, les origines des noms des drags, ce sera aussi l'occasion de tester votre culture ou de découvrir un univers nouveau. Seul petit bémol, il est très dense avec ses 409 pages et il est possible que certains lecteurs décrochent. Et le bonus, le roman est accompagné de photos, car tous les personnages principaux existent ou ont existé, à l'exception des narrateurs. Vous verrez ainsi RuPaul, Venus, Bianca Del Rio, Bob the Drag Queen, etc. En bref, une lecture prenante et fascinante, à conseiller le plus possible. Merci NetGalley et Belfond pour l'accès à ce titre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un récit flamboyant à la Gatsby le magnifique, qui nous fait découvrir un monde coloré, porteur de différence et d'acceptation. On nous fait découvrir le monde des drag-queen, avec ses codes et ses risques, mais surtout, sa beauté. On en vient à vouloir faire partie de cette belle famille, où chacun se soude pour mieux se relever des coups durs.. Ce livre est le témoin d'une époque en Amérique, où la liberté prend peu à peu racine. Et pourtant, on ne nous épargne ni la violence, ni la maladie et l'indifférence. Enorme coup de coeur pour ce roman dans l'air du temps, aussi touchant qu'informatif.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"We want to see your charisma, uniqueness, nerve, and talent "assène RuPaul, la superstar du monde Drag, dans son émission télé-crochet "RuPaul's drag race", compétition que se livrent sans merci 14 drag queens sélectionnées dans le monde entier pour devenir la reine de l'année. Du charisme, de la singularité, des nerfs d'acier et du talent, c'est bien ce qu'il faut pour devenir drag queen, et braver les tabous et rejets. Créatures mystiques, artistes, performeuses, "monstres", elles ont de tout temps fasciné mais aussi désarçonné les populations, de par leur audace et leur force à braver les stéréotypes et à fluidifier les frontières de genre. C'est cet univers dans lequel nous entraîne Julien Dufresne-Lamy, qui dresse le portrait croisé de James, ancien drag, et Victor, jeune homme attiré par cet univers. Lady Prudence (nom de scène de James) a vécu les ballrooms du milieu gay, transgenre, Afro-américain et Latino du New-York des années 80, bien avant que le "voguing", danse rituelle soit récupérée par Madonna, et que ces soirées de compétition acharnées ne soient portées aux yeux du monde par l'incroyable documentaire "Paris is burning", de Jennie Livingston Par son écriture poétique, fluide et dynamique, Julien Dufresne-Lamy fait revivre les personnages réels de cette période à travers les souvenirs de James, en nous plongeant dans une période créative et fabuleuse où nous croisons Keith Haring, Basquiat et bien d'autres, mais aussi sinistrée par l'arrivée d'une maladie qui verra les amis de James disparaître brutalement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coup de cœur ❤️ Je devais absolument vous faire un post sur ce livre, même s'ils fleurissent sur Instagram depuis hier (jour de sortie du roman en librairie). Je suis conquise par "Jolis jolis monstres" de Julien Dufresne-Lamy. La magie a opéré toute seule, dès les premières pages, dès les premières lignes même. La destinée de James, dit Lady Prudence, jeune drag queen au cœur de New York dans les années 80, croise celle de Victor, 23 ans, délinquant qui a déjà connu la prison malgré son jeune âge. Et je ne vous en dirai pas plus... Mais plongez les yeux fermés. Plongez dans ce roman à la plume si travaillée mais très fluide. Plongez dans l'univers des drag queens, véritables artistes encore trop souvent méconnues aujourd'hui. C'est un univers difficile qui, en plus, est grandement touché par le sida dans les années 80, mais il est empreint d'une tolérance et d'une solidarité incroyables. Moi qui ai découvert les émissions de Rupaul très récemment et qui y suis très vite devenue accro, j'ai trouvé le roman de Julien Dufresne-Lamy absolument fascinant. Je n'ai qu'une envie à présent : en découvrir encore plus sur ce monde que je ne connaissais pas du tout il y a quelques semaines à peine ! Si le sujet vous intéresse ou vous interpelle, je ne peux que vous conseiller ce livre ✨

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un sujet peu commun pour un roman celui des drag queens à New York dans les années 80. Une histoire passionnante et humaine. Ces hommes sont tellement touchants et sincères . Nous suivons James qui est lady Prudence,dans son quotidien et dans son ascension jusqu'à la gloire. Et Victor qui à une vie très compliqué depuis son enfance et se découvre enfin à l'âge de 27 ans il se sent drag gueen. Il quitte tout pour réaliser ce rêve avec l'aide de lady prudence. Ses deux histoires sont racontées sur 30 ans. 💄💄💄 Ils donnent une nouvelle image de l'art et de la musique dans ces années. Mais aussi une image bien plus sombre celle de l'apparition du sida et des nombreux morts. Ils dénoncent également la violence envers les drag queens... 👠👠👠 Un bel hommage à ces hommes hors du commun qui ont beaucoup de courage. ils sont stigmatisés pourtant ils assument avec humour ce qu'ils sont. 💄💄💄 C'est un feu d'artifice d'émotions ce livre. Vive la liberté de chacun !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un magnifique roman sur le milieu des drag queens, une véritable ode à la différence et à la tolérance. Un énorme coup de cœur !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre intriguant qui devient addictif ! Cette plongée au cœur de l’univers des drag Queen est merveilleuse et surprenante. J’ai vraiment adoré !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman surprenant et très achevé sur la culture DRAG ! Tout commence par un plongeon en 1980, à New-York dans l'univers des drag-queens puis les années 90, les années SIDA et pour finir dans les années 2000 : 30 ans d'évolution où nous suivons plusieurs personnages captivants notamment James dit Lady Prudence et ses amis. Mais aussi, Victor, dont nous allons assister à sa transformation, pas à pas, jusqu'à devenir un célèbre drag-queen. Un voyage insoupçonnable au cœur d'une communauté, haute en couleur, touchante et incroyablement vivante. ils se transforment en drag-queen. Ils sont gays, lesbiennes, hétéro, transgenres et tant d'autres... Ils sont Monstre ou Reine ! Une immersion dans un monde mystique, viscéral et passionnel qui donne lieu à des transformations spectaculaires. Des hommes et des femmes bouleversants et diablement attachants. Un roman qui bouscule notre quotidien, Il permet de mieux comprendre un monde bien différent du nôtre. Une ouverture vers les autres, Un combat à mener pour la liberté de chacun. C'est une lecture que j'ai apprécié, son thème original, merveilleusement bien documenté, m'aura convaincue. J'ai particulièrement aimé le personnage de Victor. Petit bémol, j'avoue avoir été un peu submergée par l'abondance d'informations et par la multitude de personnages ou appartenances. Cela m'a semblé parfois confus. Jolis Jolis Monstres dégage des émotions fortes, de la joie de vivre ! Une ode à la vie. Un roman qui claque fort ! Je remercie Netgalley et les éditions Belfond pour cet envoi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"Nous sommes les choses les plus monstrueuses et les plus merveilleuses du monde" c'est en substance ce que dit James alias lady Prudence à Victor, l'hétéro latino des années 2000 qui se prépare à devenir Mia de Guadalajara pour le Show en strass et paillettes. James est devenu drag dans les années 80 et raconte près de trente ans de fêtes mais aussi de luttes. Au gré de ses souvenirs nous croiseront des personnalités du monde de la nuit américaine ( Keith Haring, Madonna, Bowie....) et des combats pour la tolérance, les droits des homosexuels et l'apparition du sida qui emportera beaucoup de ses amis. Que reste-t-il aujourd'hui de la culture drag, si ce n'est un goût pour la le clinquant? C'est par goût du spectacle que Victor a pénétré cet univers, lui qui ne partage pas les orientations sexuelles des drags queens historique. Dans un vibrant plaidoyer pour la tolérance, Lady Prudence retrace pour lui et pour nous l'histoire de ce mouvement, nous entraînant dans une nuit brillant de mille feux.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord, je tiens à remercier chaleureusement NetGalley et Belfond de m’avoir permis de découvrir ce merveilleux roman de Julien Dufresne-Lamy. J’ai adoré le style d’écriture particulier de cet auteur. On vit, on pleure avec ces personnages. Les lieux sont vivants. Le travail de transmission de l’histoire est fabuleux. Une plongée dans le monde des drags, des années 70 à aujourd’hui. On n’en ressort pas indemne. Une fois la lecture commencée, difficile de fermer le livre. C’est une tranche de vie de deux personnages , au départ si différents, mais qui finalement ont les mêmes aspirations. C’est une totale découverte pour moi de cet univers aux antipodes de mon quotidien. Ces hommes demandent seulement à vivre leur vie, leurs rêves, leurs envies sans rien imposer, à part être acceptés. On ressent la détresse, la peur, le jugement, la persécution. Les mentalités évoluent mais trop doucement encore. Heureusement, les précurseurs se sont battus pour exister et ont ainsi frayé un chemin pour les suivants. Ils sont à l’origine de nombreuses modes reprises par des artistes et démocratisés par eux. On accepte ce qu’ils développent mais pas ce qu’ils représentent. Un paradoxe que l’on rencontre malheureusement trop souvent. On rencontre également leur désarroi et la fatalité face à l’arrivée du Sida, cette maladie silencieuse, sournoise, destructrice, qui a généré une nouvelle marginalisation de cette population particulièrement démunie et victime du virus. Pourquoi doit-on juger son prochain par rapport à ses propres valeurs ? Pourquoi tout simplement ne pas accepter chacun tel qu’il est ? Un message de paix à transmettre aux générations futures pour vivre dans un monde harmonieux.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"Jolis jolis monstres" est un roman qui nous parle du monde des drag-queens aux États-Unis des années 80 à nos jours. James et Victor se croisent dans un pub, le premier, une cinquantaine d'année, est client, le second, petit jeune de 23 ans est le barman. Dans une première partie ils vont se raconter jusqu'à cette première rencontre, puis dans la seconde on les suit après, ce qu'ils deviennent ensemble. Chacun raconte l'autre dans un tutoiement qui donne une vigueur et une énergie au texte incroyable. James fut Lady Prudence du temps de sa splendeur, il n'a pas démarré à NY mais c'est là qu'il a fait sa vie de drag-queen, il nous dit toutes les difficultés qu'il a rencontré mais aussi ses joies et ses bonheurs. Victor est un jeune homme, marié, déjà papa mais qui sent ce besoin confus, mystérieux et intense de devenir une drag-queen. Ces deux personnages sont tellement attachants et touchants, ils sont restés avec moi et ne me quittent plus. Avec eux on découvre ce milieu si particulier mais qui a bien changé en 40 ans. L'arrivée du sida, la fermeture des clubs, et puis aujourd'hui l'hypermédiatisation avec les émissions télévisuelles. Beaucoup de personnages valsent autour de nos deux protagonistes principaux, chacun a sa particularité, chacun nous émeut, chacun nous attendrit mais nous enflamme aussi. Il y a de la musique, de la danse, la fête et les rires, mais aussi de la violence, le rejet, l'incompréhension et la maladie. C'est un livre qui renverse tous les codes, en tout cas les miens, il m'emmène dans un lieu que je ne connais pas et que j'ai aimé découvrir, il casse des tabous et des préjugés, il ouvre notre esprit à la différence. Remarquable et bouleversant, encore une preuve que la lecture est une ouverture sur le monde, sur l'autre, sur nous. Un livre qui m'a rendu heureuse de lire, encore une fois !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans les années 1980, à New York, James se transforme en drag queen pour être Lady Prudence. Il raconte à la deuxième personne sa rencontre avec Victor en qui il reconnaît le potentiel d’une drag queen. Il nous dévoile ce milieu de la nuit, la transformation, le show, les bals. Une incroyable énergie se dégage de l'écriture grâce à un rythme soutenue, effréné un monstre passionné, passionnant qu'on imagine bouger, se déhancher sur ses hauts talons pour faire le show que tout le monde attend. Mais l’auteur sait également nous révéler la souffrance derrière avec le sida ou les agressions contre ces jolis monstres qui sont tues car leur vie est bien peu de chose. Mais attention, ces demoiselles ne sont pas tendres entre elles non plus. La concurrence est rude. Le glamour les paillettes sont là. Les stars aussi David Bowie, Madonna. Le livre est offert sous la forme d’un dialogue à plusieurs années d'écart un retour d’expérience qui s’adresse à Victor, dans un premier temps, qui n’ose se lancer et se révéler. J’ai aimé la construction à la deuxième personne. C'est Lady Prudence qui prend la parole en premier pour nous présenter son monde, les métamorphoses le spectacle les bals, les familles à la tête desquelles se trouvent les mères qui accueillent les âmes perdus. Dans une deuxième partie, 30 ans plus tard, à l’époque des réseaux sociaux et de la téléréalité, le narrateur change c'est Victor, devenu Mia, qui prend la parole pour s’adresser à Prudence redevenue James. Elle raconte à la deuxième personne également, comment James l’a révélée, éduquée, lui a transmis les astuces pour faire son show à nouveau. Désormais, les drag sortent de l’ombre, passent à la télévision, sont suivis sur les réseaux sociaux. Une immersion dans ce monde à paillettes impitoyable. J’ai adoré l’histoire mais j’ai aussi découvert une superbe plume, très tendre et pleine d'affection envers les personnages avec lesquels on ne peut que sympathiser.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

♂️♂️ Jolis jolis monstres 🖋 Julien Dufresne-Lamy Édition Belfond Dès les premiers instants, je perçois de suite que ce roman sera en tout point différent de tout ce que j'ai pu lire. C'est une claque magistrale, le style poétique de cet auteur que je découvre pour la première fois, cette façon d'écrire me laisse rêveuse. Je lis et je plonge dans l'antre de Lady Prudence, une vie où les strass et les paillettes côtoient la merde et la dépravation New-Yorkaise. Pendant ces 416 pages, on nous narre l'histoire de James, ou plutôt son monstre Lady Prudence. Comment il s'est retrouvé très jeune à vivre avec sa tante Mae, une femme formidable, qui le rendra heureux, et lui donnera l'envie d'assumer cette féminité si présente jusqu'à son décès. Cette période où seul au monde, il fera la rencontre des Cinq L, ces drags, qui lui ouvriront ses premières portes dans le milieu de la nuit, et lui apprendront l'art de la transformation, le vernissage d'ongles, les points de piqûres à ourlets, brushings et bigoudis, "les deux choses du monstre : La bravoure et la poudre", même si son heure de monter sur scène n'est pas encore venue, son alter ego devra attendre, il a 16 ans, il est encore trop jeune. Il bourlingue, tantôt club miteux, tantôt bénévolat, tout est bon tant qu'on le voit. L'année suivante il va pouvoir enfin se produire, exhiber le monstre, après avoir placardé des affiches partout, on lui offre 2 soirs d'essais au Sweet Gum, la grande classe. Il devient 'presque' Lady Prudence, et pour se payer de beaux atours James fait le tapin. Puis il finit par rejoindre la maison Xtravaganza, avec Angie, celle qui deviendra une mère. C'est l'histoire d'une vie, de rencontres faites au fil de ses aventures. Toujours dans cette recherche de reconnaissance constante. C'est décadent, poignant, époustouflant et j'ai bien peur d'être incapable de rendre hommage à cette lecture qui me tourmente et m'apaise tout à la fois, de façon si personnelle, et si particulière. Il nous fait vivre le New-York des années '80-90' dans ses délicieuses oppositions, la classe, l'exubérance et le glamour du monde de la nuit, contre la drogue, le vice, la mort et l'apparition du sida qui sera un phénomène marquant dans le milieu homosexuel de cette époque. On y découvre aussi une loyauté sans faille qui caractérise les drags, mieux même une famille. La narration est très spéciale, surprenante, tantôt James conte son histoire au lecteur, et parfois il s'adresse directement à Victor, son protégé, son poulain, c'est par moment ce changement de voix qui m'a perturbée, même si une fois le style intégré tout était plus clair. Mais j'avoue avoir eu des zones de flou au début de ma lecture. Je me suis tellement régalée, pas un instant d'ennui, les histoires et anecdotes se succèdent avec brio. Une part de nous plonge, et on s'imprègne un peu plus de l'ambiance. Je ne pourrais ajouter qu'une chose, lisez-le. Vous verrez. "Je danse, je suis reine, je suis monstre, le conte est mon métier. Le public me siffle, les doigts en bouche, et quand j'intercepte leurs visages gavés d'extase, je pense à elle, à ses yeux de pierres précieuses, à sa voix minérale, à cette femme inouïe qui veille sur moi, en chuchotant, plus personne ne se débarrassera de toi, mon Vampire." Merci mille fois aux éditions Belfond, l'auteur Julien Dufresne-Lamy et Netgalley pour ce service presse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jolis jolis monstres vous plonge dans le monde des Drags queens, ces personnes décalées qu’on a l’habitude de regarder avec des yeux étonnés et peut-être parfois méfiants. Ne connaissant rien dans ce domaine, cette lecture m’a appris énormément de choses ! Elle m’aura permis de m’intéresser à ce milieu et d’attiser ma curiosité. Mise à part ça, je m’attendais a encore plus apprécier ce roman, surtout au vu des éloges que j’ai pu lire. Je l’ai trouvé sympa, mais sans plus. J’ai préféré de loin la deuxième partie, plus dynamique, actuelle et parlante même si la première retient l’attention par son côté historique, choquant et touchant. L’écriture est très orale et convenait très bien au texte. J’ai adoré l’ajout de photos à la fin qui permettent de mettre une tête sur des noms et de mieux visualiser les personnages. C’est un livre que je conseille, mais qui n’est pas la lecture de l’année non plus. Il permet sans doute de lever le voile et de démentir certains préjugés.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un monstre dixit le Larousse peut être une personne d’une laideur effrayante ou un être vivant ayant une malformation importante voire un être fantastique de légendes. Un titre donc paradoxale pour nous inviter à réfléchir sur la culture drag au fil des années. James alias Lady Prudence a tutoyé les sphères les plus hautes des drags et nous allons rencontrer avec lui, Madonna, David Bowie, Ru Paul… Mais Lady a aussi côtoyé l’horreur avec la violence et surtout l’arrivée du SIDA qui a malheureusement emporté beaucoup de ses amis si je n’ose dire famille. Car ce qui ressort de ce roman, c’est l’amour entre tous ces drags, qui trouvent refuge au sein de véritable famille dans différentes maisons gérées par des mères. Les années passent, la communauté évolue et l’auteur nous la montre comme elle est, variée et diverse avec des personnages éclectiques grâce à la rencontre de James avec Victor. Tous les deux si différents et pourtant ils vont s’apporter énormément. En se confiant, nous allons découvrir toutes les subtilités de ce monde sans aucun jugement. Alors oui c’est un monde qui interroge et peut faire peur pour certains. Mais Julien Dufresne-Lamy, nous embarque et nous donne les réponses mais surtout nous touche avec ces deux personnages lumineux et magnifiques, portés par une plume fluide assez descriptive mais qui ne m’a pas dérangée. Dans le monde d’aujourd’hui, où il faut que chacun rentre dans une case, ce livre nous montre que cela n’est pas nécessaire, il nous faut mettre des mots sur nos préférences sexuelles alors qu’elles n’appartiennent qu’à nous et que peu importe l’orientation, n’oublions pas la tolérance et le respect. J’écoutais une émission sur l’orientation sexuelle et à la question « de quelle orientation êtes-vous » la réponse a été « heureux », je pense que tout le monde devrait s’interroger sur cette vérité car n’est-ce pas là le principal… Je n’ai pas eu de coup cœur comme beaucoup l’ont eu pour autant j’ai vraiment aimé cette lecture qui m’a emportée dans un monde de paillettes avec des personnages hauts en couleur et vraiment touchants qui amène aussi à réfléchir sur un sujet de société. Je vous recommande sincèrement cette lecture. Je remercie Netgalley et les Éditions Belfond d’avoir accepté ma demande de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman qui m’a attiré pour son sujet atypique mais essentiel, c’est une magnifique découverte, à la fois dramatique et drôle. C’est un roman plein de références culturelles, musicales et artistiques. Des noms connus apparaissent au fil du récit, ils ne sont pas l’essentiel. On découvre dans ce livre une communauté, avec ses combats et ses règles, tout un univers auquel il faut s’intégrer mais on reste loin des clichés. C’est un livre qui invite à la tolérance, qui nous prend par la main et nous fait découvrir un monde méconnu et nous apprend des choses. Le monde des drag queens est fait de spectacle, de danse, de vêtements et de maquillage. Oui, mais pas seulement. C’est un monde rêve et d’espoir, d’entraide et de combats. Etre drag, ce n’est pas seulement enfiler une tenue de paillettes, c’est construire une identité, affirmer qui l’on est, travailler son personnage, s’entrainer et montrer ses créations. C’est donc tout un parcours, qui nous est montré par James, qui arrive à New York dans les années 80 et devient Lady Prudence. Il nous raconte son parcours et nous présente Victor, qu’il va prendre sous son aile afin de l’aider à se construire, à grandir en tant que drag. Dans une seconde partie, les points de vues seront inversés. C’est un roman vraiment intéressant, très bien écrit, qui aborde avec humour et tendresse un univers méconnu et malmené par les jugements hâtifs. C’est une magnifique découverte pour laquelle je remercie chaleureusement les éditions Belfond ainsi que Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un tableau exceptionnel du monde des Drag queen et du monde des cabarets. Pleins de lumières et de paillettes ce livre pose tout de même la question de l'acceptation de soi. L'écriture suit deux drag queen dans leurs histoires dans un style mi-interview, mi-récit amical. Deux personnages hyper attachants même dans leurs blessures.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

je remercie #netgalleyfrance et les #editionsbelfond pour m’avoir permise de découvrir #jolisjolismonstres de @juliendufresnelamy. C’est un roman qui donne la parole belle aux drag queens qu’on surnomme « les monstres » dans les années 80. Cette communauté qui est dénigrée, moquée car elle dérange, bouscule les codes. Elle est traitée de tous les noms, rejetée par la société par ce qu’ils sont différents. Un pan d’une époque que je ne connaissais et que j’ai appris à découvrir . C’est un livre qu’on ne veut plus lâcher, où l’on côtoie différentes personnalités illustres de l’époque tels que Madonna, Keith Harding, David Bowie. « Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde. » Mon avis : C’est un roman qui m’a bouleversé, touché au plus profond de mon âme. C’est un roman sur le monde de la nuit, des strass et des paillettes. Une ode à la tolérance. Les drag queens sont tout simplement une famille remplie d’amour qui ne désire qu’une chose : être aimé et accepté tels qu’ ils sont. J’ai découvert ce monde de drag-queens , je me suis attaché aux personnages. J’ai aimé la plume de l’auteur qui au travers de références et d’exemples m’a incité à aller plus loin en allant faire des recherches pour en savoir un peu plus sur ces personnages qui ont réellement existé tels que Venus Xtragavanza et Lady Benny. Le ton employé est juste. C’est un roman à deux voix où les chapitres alternent avec les voix de James dit « Lady Prudence » et Victor. Ce qui nous permet de constater l’évolution des mentalités entre les deux époques. Un livre plein de réalisme qui traite de thème forts : racisme, homophobie, sida... Je vous le conseille vivement 😍

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quel excellent moment de lecture j’ai passé avec ce roman ! Je ne m’attendais à trouver histoire si belle, émouvante, à la fois dure et pleine d’espoir, et si bien écrite. Ce roman est un joli petit coup de coeur ! J’avoue, j’avais un peu peur en commençant le livre, car je ne connaissais pas du tout le monde des drag-queens. Et rapidement, au bout de quelques pages seulement, j’ai été rassurée. J’ai eu un vrai coup de foudre pour James et sa drag Lady Prudence, un personnage haut en couleurs, en paillettes, courageux et honnête. Je me suis rarement sentie aussi proche d’un personnage masculin à vrai dire. Et même si je suis restée un peu hermétique au personnage de Victor, j’ai adoré les autres personnages secondaires ! Ce roman est un véritable hymne à la vie et à la tolérance. Je n’ai jamais ressenti le besoin de me travestir, et malgré cela, j’ai totalement compris voire partagé pendant quelques pages le besoin de ces hommes de faire sortir la drag qui est en eux, ou le monstre comme l’appelle James. J’ai été inspirée par leur courage, leur loyauté, leur tendresse. J’ai eu le coeur brisé en étant confrontée à l’incompréhension, la violence et la haine qui les entourait. Et vitre l’arrivée du Sida, l’hécatombe que cela a entrainé dans leur monde, m’a rappelé que cela a clairement marqué la fin d’une époque. Julien Dufresne-Lamy a un véritable donc pour vous imprégner dans un décor, dans une culture, dans un monde. Dans ce roman, vous fréquenterez les grandes figures du monde des drags des années 1980, comme Venus Xtravaganza ou RuPaul. Vous fréquenterez le gratin artistique, de Basquiat à Warhol, en passant par Madonna et David Bowie. L’auteur en profite pour nous dispenser un petit tour sur les grandes figures historiques qui ont amené à faire avancer les droits des LGBTQ+, en faisant d’ailleurs un parallèle cynique sur la lutte actuelle. Ce roman m’a émue, m’a appris des choses, m’a fait découvrir un monde inconnu, et m’a mis des paillettes plein les yeux. Donc lisez-le ! (Sur ce, je vais regarder RuPaul’s Drag Race)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

On explore le monde des Drag Queens à deux époques différentes, sur trois décennies, en fait. D’un côté on fait la connaissance de James devenu Lady Prudence en entrant dans la maison Xtravaganza, où elle fait la connaissance de Venus et Angie mais aussi de Lady Bunny. Ces maisons permettaient à ces femmes de trouver une deuxième famille, car elles avaient été exclues sans ménagement par leur vraie famille. Le « père Xtravaganza, Hector par exemple a été humilié dans l’enfance : « Sa première expérience avec un gars, Hector avait sept ans. Du genre précoce, l’enfant béni. Quand sa mère l’a appris, elle a commencé à le traiter comme de la merde. Tu veux être une femme, commence à nettoyer. Hector est devenu son esclave. Puis il s’est enfui… » On découvre ainsi la manière dont elles vivaient, les spectacles avec le côté paillettes, les heures passées à se maquiller mais aussi à faire disparaître tout signe de masculinité avec des méthodes de « scotchages » barbares. Mais il y a aussi l’envers du décor, les moqueries, les insultes, les agressions quand elles sortent des clubs après le spectacle. Elles passent parfois tout près de la mort. De nos jours on a Victor Santiago, marié à Kate, une petite fille, une famille comme tout le monde alors que lui sent au fond de lui autre chose… L’achat de sa première robe, qu’il n’ose pas mettre. La fête foraine où il emmène sa fille, même sur la grande roue alors qu’il a le vertige, comme un cadeau d’adieu, car il sait qu’il va s’en aller et tenter de se trouver en Mia de Guadalajara. Victor Mia rencontre alors James qui a tout laissé tomber pour s’occuper d’un ranch, mais revient sur les traces de ce qui fût sa vie autrefois. Il va lui servir de mentor, lui apprendre à marcher sur des talons aiguilles, s’habiller, se maquiller et en même temps évoquer pour lui sa vie du temps de la célébrité, ses relations avec Angie, Venus et d’autres. Toutes ces Drag-Queens ont eu des enfances particulières, et se sont heurtées à l’incompréhension, au rejet et les relations de Victor avec sa mère Maya sont vraiment très particulières. Tout change brutalement quand le Sida fait son entrée en scène, avec les dénis de l’époque, les ravages que cette maladie a pu faire. Il y aura un avant et un après. Le choix du nom de scène est important : « Victor, ton nom de scène est ton identité. Dans le milieu, chacun son blase, chacun sa planète d’origine. Si tu ne te bénis pas, tu ne peux pas savoir qui tu deviendras. » On croise au passage des personnalités connues, Madona, David Bowie ou encore RuPaul, compagne de route de la famille Xtravaganza, qui sera une vedette de la télévision, ce qui donne encore (s’il y en avait besoin) du piquant au livre. Ce livre bouleversant rend hommage à ces drags Queens célèbres (et les autres) sans jamais tomber dans le sensationnel, ou le voyeurisme. Il décrit leurs parcours, leurs souffrances, leurs vies et nous propose à la fin du livre toute une série de photos… j’ai beaucoup aimé entrer dans cet univers que je ne connaissais pas. Je les ai côtoyées, accompagnées au fil des pages et je n’avais pas du tout envie de les quitter… Donc un livre bouleversant, qui va rester longtemps dans ma mémoire. Un des romans de cette rentrée littéraire qui m’a particulièrement touchée. La plume de Julien Dufresne-Lamy est pétillante et dégage une énergie très communicative, nous met des paillettes dans les yeux… Bip-bip ! je deviens lyrique, alors je m’arrête là… Un grand merci à NetGalley et aux éditions Belfond qui ont permis cette découverte. #Rentreelitteraire2019 #NetGalleyFrance Je vous propose deux photos en annexe dans le livre

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Jolis jolis monstres propose un récit original au coeur de l'univers et de l'histoire des drags queens. La plume est accessible et le plaisir de lire est évident. Un bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici une rentrée littéraire qui fait bouger les lignes ! Avec Jolis, jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy nous plonge dans l’univers inattendu en littérature des drag-queens et on adore ! Voici la présentation de l’éditeur – Belfond « Certains disent qu’on est des monstres, des fous à électrocuter. Nous sommes des centaures, des licornes, des chimères à tête de femme. Les plus jolis monstres du monde. Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé. Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité. Au coeur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle. » De l’univers des drag-queen, je ne connaissais que le film Priscilla, folle du désert, autant dire pas grand-chose… Mais ce roman apporte un nouveau regard sur un monde souvent critiqué mais trop peu connu. Grâce à Julien Dufresne-Lamy, on découvre trente années de monde de la nuit, celle des drag-queen. A travers Victor/Mia et James/Prudence, le lecteur découvre les aventures de ce monde, entre folles nuits, spectacles, rivalités entre les maisons, arrivée et ravage du SIDA. On s’attache à ces deux parcours si atypiques et si proches dans cette quête de soi. On est touché par James, Victor, Angie, Vénus et tous les autres jolis monstres de ce roman-documentaire. Quant à l’écriture, au style de l’auteur, que dire ? Il nous emporte ! Il est rythmé, puissant, tout en force et en finesse. Il est à l’image de ses personnages et on ne ressort pas indemne de cette lecture ! En résumé : à lire ! un des coups de cœur de cette rentrée littéraire !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A force de voir ce livre sur à de maintes reprises Instagram, et bien… j’ai craqué. J’ai eu peur d’être déçue. Mais bien au contraire !! Ce fut une agréable surprise, une belle rencontre avec ces jolis monstres. Je partage donc l’engouement pour ce roman. James est Lady Prudence, drag-queen que nous allons suivre pendant 30 ans. A travers son histoire, l’auteur nous fait découvrir une communauté, son environnement, ses codes, son histoire. Il y a des rencontres : Madonna, David Bowie ou encore RuPaul, des hauts et des bas, la découverte du sida. Il y a aussi Victor, drag-queen de notre époque qui deviendra Mia de Guadalaraja. J’ai eu l’impression d’être au cœur de la vie de ces jolis monstres. J’ai appris beaucoup de choses sur cette communauté. L’auteur nous fait voyager entre présent et passé et mélange brillamment fiction et réalité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès que j’ai lu le résumé de ce roman, j’ai voulu le lire. Lisant des romans LGBTQIA+, les drag-queens font parties de mon paysage littéraire depuis quelques temps déjà. Bien que peu nombreuses, un des personnages les plus emblématiques pour moi d’un livre est néanmoins une drag, Helena Hansbasket de la série de TJ Klune Au premier regard. Si l’auteur de Jolis jolis monstres lit cette chronique, je serais ravie d’entendre ce qu’il pense de ce personnage. C’est grâce à ce personnage que j’ai eu envie de lire plus de choses sur les drag-queens car peu de romans existent. Merci alors à l’auteur d’avoir écrit ce livre. Je me suis régalée. Il a été à la hauteur de mes espérances. Sans chichis, ni fausseté, ni édulcoration, on sent l’envie de faire partager une culture qui passionne l’auteur. Unique, drôle et émouvant, je me suis plongée dans l’histoire pour en ressortir bouleversé. Déjà ce roman mêle l’imagination de l’auteur et des faits historiques. Au fil des pages, on croise des artistes, des couturiers, toute la scène artistique du New-York des années 70-90. Démêler le vrai du faux était même parfois ardu. Mais croiser Keath Harring, Jean-Michel Basquiat, Andy Warhol était inattendu et surtout génial. Les photos de la fin du livre sont essentielles pour attester de la véracité des faits. J’ai adoré les découvrir. L’ambiance des nuits new-yorkaises nous est décrite et on est partagé entre le rêve et la dure réalité de la vie nocturne. C’est dans cet environnement que l’on va découvrir la vie de Lady Prudence, drag-queen afro-américaine qui va devenir, dans la deuxième partie du livre, la mentor de Victor. J’ai beaucoup aimé les deux parties. A la fin de la 1ère, j’étais bouleversé. Je n’avais pas envie de quitter Lady Prudence, je me suis beaucoup attachée à elle. De plus, c’est dans les années 70’ que le SIDA arrive. On voit cette maladie évoluer dans le livre, tuer beaucoup de personnalités de la nuit new-yorkaise. Ça m’a pris au ventre. On navigue donc entre les soirées drag-queens, les paillettes, le maquillage, le spectacle mais aussi les moments de doutes, d’intimités où le parcours artistique mais aussi psychologique de ces artistes nous est dévoilé. La 2ème partie est d’ailleurs presque exclusivement dédié à ça puisque l’on va suivre le parcours du 2ème personnage principal, Victor qui sous les conseils de James/Lady Prudence va devenir une drag-queen dans les années 1990 et même participer à la célèbre émission “Americ’a Next Drag Superstar”. Les deux parties se complètent bien car on va pouvoir comparer les époques. Pour Lady Prudence, les drag-queens étaient peu connues du grand public, les salles de spectacles où elles évoluent été cantonné à certains quartiers. Alors qu’à l’époque de Victor/Mia, les drags ont des émissions de TV et font parties de la culture populaire. En bref : ce livre est un coup de coeur. Bravo à l’auteur de l’avoir écrit, d’avoir partagé avec nous cette culture drag tout en ne l’édulcorant pas, en n’en faisant pas une caricature. Bravo à Belfond aussi de l’avoir publié pour la rentrée littéraire. Avec des chapitres courts et percutants, on vit en même temps que les personnages le rythme entraînant de la culture drag qui n’a cessé d’évoluer en 30 ans. Une réussite ! NOTE : 9 / 10

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’imagine que vous avez entendu parler de rentrée littéraire, ce serait difficile de faire autrement puisque tout le monde ne parle que de ça sur les réseaux livresques. Pour ma part, ce n’est pas vraiment un moment particulier, puisque des livres j’en lis tout le temps, rentrée littéraire ou non. Mais comme ce sont des livres que l’on voit partout, forcément ils finissent par nous tenter, et c’est exactement le cas de Jolis, jolis montres écrit par Julien Dufresne-Lamy et publié chez Belfond. Je l’avoue si j’ai choisi de lire ce roman, c’est parce que j’ai été grandement influencée par les différents blogueurs que j’ai l’habitude de suivre, et particulièrement Juju de La bibliothèque de Juju. Tous les avis étaient absolument dithyrambiques sur ce roman, donc j’ai eu envie de le lire à mon tour pour me faire mon propre avis, et je remercie Netgalley ainsi que Belfond de m’avoir permis de le faire. Jolis, jolis monstres c’est l’histoire de James et Victor, autrement connus sous les noms de Lady Prudence et Mia. Ce sont des drag-queen qui vivent à deux époques différentes. A travers ce roman, nous suivons leur histoire aux Etats-Unis sur trois générations, des années 1980 avec la vie trépidante de Lady Prudence, aux années 2010 quand Victor vient lui demander des conseils pour devenir drag à son tour. C’était une plongée vers l’inconnu pour moi, puisque je ne connais pas du tout cet univers. C’était la première fois que je lisais un roman sur des drag-queen et c’est un univers totalement détonnant, fait de strass et de paillettes, mais pas seulement puisqu’on aborde également le Sida qui commence à sévir. Au début, je l’avoue j’ai eu un peu de mal à entrer pleinement dans l’histoire. Il y a beaucoup de personnes, beaucoup de noms différents qui sont évoqués et j’étais un peu perdue dans la masse. Et puis, il faut dire qu’avec tous ces avis totalement positifs, j’étais un peu déçue d’être déçue (moi compliquée ? Non, si peu !) Mais à partir de la deuxième partie, lorsque Victor prend la parole, j’ai été emportée moi aussi. Il faut dire que j’ai bien aimé Victor, cet homme un peu perdu, cabossé par la vie, qui sent que sa voie n’est peut-être pas celle tracée pour lui auprès de sa femme et de sa fille. Ce qu’il y a de sûr avec ce roman, c’est que ce n’est pas du tout ce que j’ai l’habitude de lire. Il détonne totalement dans l’univers livresque. La plume de Julien Dufresne-Lamy, que je ne connaissais pas du tout jusque-là, est percutante et elle m’a plue. Alors au final, je n’ai pas eu un coup de cœur pour ce roman, comme ce fut le cas pour beaucoup, mais c’est sûr que c’est un roman différent. Et pour une première lecture de la rentrée littéraire, c’était plutôt une bonne lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une t’es belle histoire avec des messages forts, une lecture qui reste dans la tête longtemps après !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :