Raisons obscures

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 7 mars 2019 | Archivage 17 avr. 2019

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #RaisonsObscures #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire. Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres. Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour. Chez les Mariani, le père est mis à l’écart dans son entreprise.

Deux familles où règnent les secrets. Où, sans que personne ne s’en aperçoive, un enfant est progressivement démoli par un autre. Harcelé, rabaissé, moqué au quotidien. Détruit dans le silence et l’aveuglement le plus complet.

Deux familles où, en apparence, tout va bien. Jusqu’à ce que tout déraille… Pour des raisons obscures.

Un roman sur les non-dits, les faux-semblants, et ce regard que, parfois, l’on ne sait plus toujours porter autour de soi.

Une chronique implacable sur le harcèlement, le silence des victimes, la cécité des proches, servie par une écriture puissante et cinématographique.

Amélie Antoine est née en 1984. Elle vit à Lille avec sa famille. Raisons obscures est son sixième roman.

Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire. Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres. Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier...


Note de l'éditeur

Ce titre sortant le 7 mars, nous vous serions reconnaissants de ne pas en parler sur vos réseaux avant le 28 février. Merci, et bonne lecture !

Ce titre sortant le 7 mars, nous vous serions reconnaissants de ne pas en parler sur vos réseaux avant le 28 février. Merci, et bonne lecture !


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782374481265
PRIX 19,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

Je remercie chaleureusement les éditions XO et Net Galley pour leur confiance renouvelée.

Une histoire de familles en apparence ordinaires qui n’avait, de prime abord, pas grand-chose pour me séduire. D’un côté madame cède au démon de midi en retombant dans les bras de celui qui fut son premier amour. De l’autre monsieur essaye de donner le change face à une mise au placard professionnelle qui le mine bien plus qu’il ne voudrait se l’avouer.

C’est ce à quoi laisse penser toute la première partie de ce bouquin. Des histoires sommes toutes assez banales, mais heureusement fort bien écrites. Sous la plume d’Amélie Antoine, ses personnages prennent véritablement vie, on partage leurs moments de questionnements et de doutes comme s’ils étaient nos voisins (sauf que je suis un tantinet ours asocial et que je limite à la stricte courtoise mes contacts avec mes voisins).

Mais cette apparente normalité tranquille n’est que la partie visible de l’iceberg. Les parents Kessler et Mariani ne voient pas (et nous non plus du coup) qu’un véritable drame est en train de couver sous les non-dits et les mensonges pour continuer de donner le change.

Dans la seconde partie de son roman, l’auteure donne la parole aux enfants, Sarah Mariani et Orlane Kessler. Et le voile se lève sur la partie immergée de l’iceberg, le lecteur assiste impuissant (et un tantinet énervé il faut bien se l’avouer) à un drame dont on devine (en partie seulement) les conséquences tragiques.

Un drame malheureusement tout aussi ordinaire de nos jours puisqu’il est question de harcèlement scolaire. Brimade après brimade, humiliation après humiliation, on sent l’issue fatale pointer le bout de son nez sans rien pouvoir faire pour renverser la vapeur et changer le cours des choses. Rarement j’ai autant espéré me tromper sur la fin d’un roman… sans ce foutu coup de fil qui ouvre le bouquin, et qui clôt la première partie, on aurait presque pu y croire.

Là encore la plume d’Amélie Antoine est implacable. Elle nous plonge dans les pensées d’une persécutrice qui ne se rend pas vraiment compte du mal qu’elle fait, et d’une persécutée qui s’enfonce inexorablement sur un chemin sans retour. Une expérience nerveusement éprouvante, mais un formidable talent de conteur devant lequel je ne peux que m’incliner.

Il serait tentant de jeter la pierre aux parents en les accusant d’être tellement focalisés sur leurs « petits » tracas qu’ils n’ont pas vu ce qui se jouait quasiment sous leurs yeux ; mais bien malin(e) celui ou celle qui peut affirmer, en toute honnêteté, que ça n’aurait jamais pu arriver à ses propres enfants. Surtout quand, comme c’est le cas ici, l’enfant victime prend sur lui.

Amélie Antoine le dit fort justement dans son interview sur le site de l’éditeur :

La question à laquelle j’avais envie – besoin – de réfléchir, c’était celle de savoir (sans aucun jugement) comment il est possible de passer complètement à côté de la souffrance de son enfant, comment on peut penser le connaître et se rendre compte – trop tard – qu’il n’en est rien…

Et un peu plus tard dans le même entretien :

Certes, les parents Kessler et Mariani sont pris par d’autres choses, comme n’importe quels êtres humains, mais ils n’en sont pas moins aimants ou attentifs… De l’autre côté, il y a des enfants qui se taisent, qui se murent dans le silence, qui ne veulent pas déranger, pas trahir, pas se montrer faibles…

Un roman qui, contre toute attente, m’a pris aux tripes. Mais comme je suis aussi un tantinet maso sur les bords, il m’a aussi donné l’envie d’aller plus avant dans la découverte des romans d’Amélie Antoine.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Coup de coeur !
.
✏️ Le format ebook et son absence de 4e de couverture fait que souvent je m'embarque dans ma lecture avec une très vague idée de l'histoire. Et là, j'admets que cela a donné une dimension encore plus explosive à ce roman. Ce qui fait que je trouve qu on en sait trop avec la 4è de couverture.
Je vous propose donc de le lire sans lire car elle spoile trop le roman à mon goût.
.
📖 Dès le départ, on sait qu il y a un drame puisqu'une mère est contactée par le commissariat car qqch de grave est survenu.
La 1ere partie évoque en alternance la famille Mariani (couple avec 2 enfants dont l'ainée, adolescente a un diabète) et la famille Kessler (couple avec 3 enfants) qui se réinstalle dans la région.
Vie quotidienne, difficulté de couple, de voisinage, de boulot, etc... rythmé par les mois.
Puis de nouveau, on nous rappelle l'appel du commissariat.
.
Bascule sur la 2e partie et là, le choc ! J'ai été prise à la gorge et prise en apnée. On est centré sur les enfants et on alterne sur les 2 familles... Et on sombre dans une chute vertigineuse... jusqu'au drame.
.
Un roman d une grande qualité autour de thèmes riches : famille, couple, secrets, apparences, adolescence, maladie, etc... Une construction habile.
C'est terrifiant, haletant, suffocant !
▶️ Lisez-le et vous connaîtrez les "raisons obscures" de ce drame inattendu !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je referme ce livre et je suis complètement bouleversée par l'histoire !

Voici un GROS coup de cœur avec un final sur les 20 dernières pages que je ne suis pas prête d'oublier.

Bien sur je ne parlerai pas du Thème de ce livre car ce serait pour moi un SPOILE pour ceux/celles qui vont le livre et je leur souhaite d'être embarqués comme je l'ai été.

Le livre est scindé en 2 parties
Dans la 1ere nous suivons 2 familles avec la psychologie des parents, leurs mode de vie et leur routine
La seconde partie s'attarde davantage sur les enfants et leurs point de vue.

j'ai terminé en larmes tellement ce livre est réaliste il nous touche et on s'identifie tellement aux personnages.
Il nous fait poser des questions sur les silences, les non-dits et la souffrance.
Les apparences peuvent être tellement trompeuses

J'en ressors avec tant d'émotions et pour moi c'est une vraie Pépite de suspens psychologique tellement réaliste et glaçante.

Merci @XO editions pour l'envoi de ce roman bouleversant je n'en ressors pas indemne ça c'est sur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Pfiou, pfiou, pfiou… On ne sort pas indemne de cette lecture. Comme toujours Amélie fournit un travail de dingue sur la psychologie des personnages. Chacun d’entre eux a un intérêt dans le développement de l’histoire. Et en tant que mère, j’ai terminé ce roman avec le bide en vrac.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorsque j'ai débuté ce roman, j'ai eu du mal à savoir où l'auteur souhaitait en venir, et c'est pour ça qu'au fil des pages, ma curiosité grandissait de plus en plus. Je ne savais pas où Amélie Antoine souhaitait nous emmener, en alternant chapitre après chapitre, une immersion dans la vie de deux familles que tout oppose : Les Kessler et les Mariani. Chaque famille a sa propre vie, ses propres problèmes, un couple à gérer, des enfants à élever, un déménagement qui se produit, une carrière professionnelle à mener. Mais jusqu'au milieu du roman, j'ai eu beau me creuser la tête, je ne voyais pas ce qui pouvait lier les deux familles. J'ai émis des hypothèses, m'attendant à un éventuel revirement de situation qui me permettrait d'y voir plus clair et c'est dans la seconde partie du roman que l'on comprend enfin ce qui se joue entre les deux familles. 

Trop donner mon avis, serait prendre le risque de dévoiler le thème principal de ce roman, hélas plus d'actualité que jamais. J'aimerais pouvoir en parler, le mentionner, car il est le sujet principal de ce livre et nous donne une claque magistrale à la fin qui est tout simplement bouleversante, mais je conseillerais aux lecteurs de faire confiance à l'auteure et de se plonger eux-mêmes dans ce roman. En effet, c'est ce flottement, ce flou, sur toute la première partie du roman qui permet de donner davantage d'intensité à la deuxième. Un évènement qu'on n'attend pas, une chaîne qui peu à peu se dénoue devant nos yeux, nous faisant ainsi comprendre toutes nos interrogations qui nous trottaient dans la tête depuis les premières pages. Les personnages et les situations se font écho et on comprend enfin la puissance du sujet qu'arbore l'auteur dans ce roman qui est tout simplement terriblement actuel et poignant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

❣️Quel coup de cœur, mais quel gros coup de cœur ❣
Mais j’ai le cœur brisé après une lecture aussi puissante que dévastatrice 💔
J’ai lu « Raisons obscures » sans même chercher à lire le résumé, estimant que le simple fait qu’il soit écrit par Amélie Antoine était la garantie d’une lecture où je n’étais sûre que d’une chose : j’allais être bousculée, tourmentée, révoltée, attristée, en colère mais comblée.
J’ai démarré ma lecture et au bout de quelques lignes je savais déjà que ce serait fort, tout comme la gifle que j’ai prise en le refermant.
C’est un regard cruel et tragique sur la société, les conséquences de nos choix et l’auteur a le don de dresser des portraits psychologiques si authentiques qu’elle parvient à faire « parler » ses personnages - qu’ils soient adultes, adolescents ou enfants - avec une telle profondeur que l’on pense que c’est un témoignage inspiré de faits réels, comme si les Mariani et les Kessler existaient vraiment et dont l’affaire serait médiatisée aujourd’hui.
Je ne sais pas si nous sommes dans un thriller psychologique ou plutôt dans un roman noir, mais finalement la catégorie a peu d’importance car Amélie Antoine fait partie de ces auteurs indispensables dans l’édition, parce qu’elle permet de mettre en lumière des tourments qui peuvent tous nous concerner à un moment, et nous faire plonger dans les différents camps, que l’on soit coupable, victime, témoin. Elle nous pousse dans nos retranchements, nous remets en question, nous pousse à aller plus loin dans l’exploration psychologique et pour cela je la remercie de faire naître autant de sentiments pendant une lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Amélie Antoine signe son sixième roman, un roman bouleversant, dérangeant et à vif. Ce roman est un brasier qui s’enflamme crescendo, vous voilà prévenus...

D’un côté, la famille Mariani, à la tête de cette famille de deux enfants, on retrouve Claire et Frédéric. Claire est confinée chez elle ou elle s’essaie à la couture tandis que son mari peine à trouver un sens à sa vie enlisé dans un travail en tant que directeur d’entreprise qui ne l’épanouit pas. Il frôle les murs tel un fantôme afin que personne dans ses collègue ne s’aperçoive de l’ennui qui le submerge. Il est proche du bore-out. Leurs enfants, Sarah et Clément. Sarah a 14 ans et se retrouve coincée dans des soucis de diabète. Complexée par son cathéter et ses injections, elle vit très mal ce souci de santé.

De l’autre côté, il y a la famille Kessler et à son bord, Laeticia et Yanis les parents, Marjorie, Orlane et Ezio les enfants. Laeticia est infirmière indépendante, Yanis responsable des transports en commun. La famille déménage dans le même quartier que la famille Mariani.

Tout ce petit monde aurait pu trouver son bonheur si pour des raisons obscures, l’un ou l’autre n’avait pas décidé de bifurquer sur une route dangereuse.
La première partie de ce brûlant roman s’attarde sur la psychologie des parents, tous enfoncés dans des non-dits, des choix indélicats, des mensonges. Le silence et le manque de communication se montrent palpables dans cette première partie. On ressent tout le travail d’Amélie Antoine à donner corps à ces deux familles, on s’exaspère de leurs faiblesses, on les comprend, on les juge un peu aussi mais on les touche parce qu’ils nous touchent chacun à leurs façons. Ils pourraient être vous ou moi.

La seconde partie est d’une abomination qui me laisse bouche bée, consacrée au harcèlement scolaire. C’est insoutenable, écœurant, parfaitement maîtrisé ici encore de la part de l’auteure. J’en reste sans voix tant ce roman m’a fait monter les larmes, serré le cœur aussi. Car ce n’est pas juste un roman, c’est l’histoire de bon nombre d’enfants piétinés car dans les griffes d’un tortionnaire en mal de reconnaissance, tiraillé par le besoin d’être le centre de l’attention.

Un roman qui m’a glacé le sang et qui trouve une parfaite maîtrise suite aux souffrances de l’auteure qui se dévoile à la fin de ce roman.

Le bonheur, la haine, la vie, la mort, tout cela tient finalement à peu de choses... « pour des raisons obscures restant à déterminer ».

Merci à NetGalley et aux éditions Xo pour la lecture de ce roman magistral. Merci à Amélie Antoine d’avoir si bien cerné la nature humaine et de nous proposer un roman à ne pas rater!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un gros coup de cœur pour cette lecture qui m'a transportée très très loin....qui m'a perturbée.... Un sujet assez courant, mais bien tourné, très bien construit, d'une façon originale.
On a deux parties, un première, le point de vue des adultes, la vision qu'ils ont d'une période de leur vie de famille, et ensuite, vient le point de vue des deux ados. Dans la première partie, un petite centaine de pages, je me suis dit "ouais, bon....et ?! C'est la vie, avec ses hauts et ses bas... " et quand j'ai attaqué la partie des enfants... on voit un fossé monstrueux, et on comprend plein de choses, qui ne nous avaient pas sautés aux yeux quand les parents racontent, car comme nous, ils ont leurs soucis, la tête ailleurs parfois, et que c'est violent ! Des détails qui ne paraissent qu'être des détails, mais sont des évènements très importants dans la vie des enfants....Et on se pose ensuite plein de questions sur nos propres enfants, sur ce qu'on voit et qu'on ne voit pas, et peut-être aussi ce qu'on n'a pas vu....sur les apparences...et cette fin qu'on attend et qui est tellement....énorme, intense, noire. Bref, j'ai adoré.

Merci à #Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je sors complètement sonnée de cette lecture.
Ce livre m'a pris aux tripes comme jamais. J'ai même dû interrompre ma lecture parfois, pour respirer, reprendre pied.

Je ne vais pas résumer le livre, de peur d'en dire trop.
Vous pouvez lire le résumé de l'éditeur si vous le voulez.
Sachez seulement qu'il y est question d'une descente aux enfers.
Terrible. Poignante.
Qui fait naître l'incompréhension, la colère, la tristesse infinie.
Et la peur, viscérale.

Tout est magistral dans ce livre.
Même sa construction en deux parties bien distinctes donne du sens au propos.
L'alternance de deux familles entre chaque chapitre.
Tout est "calculé", intelligent et sert l'histoire.

L'écriture est terriblement réaliste et nous glace bien plus qu'un film d'horreur.
C'est douloureux, vraiment, mais il est tellement essentiel d'entendre le message passé par l'auteure.

On ne ressort pas indemne de cette lecture. Mais ce livre est à lire absolument.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'avantage de lire un livre à sa sortie, c'est qu'on navigue à vue, sans être influencé par les avis glanés à droite ou à gauche. Et le résumé des "raisons obscures" ne nous dit pas vraiment dans quoi on s'embarque. J'adore découvrir un roman de cette manière. On se laisse porter par l'écriture, on découvre l'histoire au fil des pages, et c'est un grand bonheur.

La première partie est un parcours de santé. Amélie plante le décor, on apprend à connaître nos deux familles, on s'identifie obligatoirement à l'un de ses membres. Le côté psychologique m'a bien plu, avec les parents qui disjonctent chacun à leur niveau. Et les enfants au milieu de tout cela qui essayent de survivre. Histoires classiques de burn out et de crise de la quarantaine. Ajouté à cela le diabète de Sarah, qui le vit très mal. J'ai trouvé cette partie consacrée à sa maladie très intéressante. On ne s'imagine pas ce que peut impacter le diabète au quotidien. Un simple voyage scolaire ou une sortie piscine se transforment en épreuve de Koh Lanta, avec de multiples contraintes où la logistique doit être irréprochable. C'est une gestion journalière lourde.

Le rythme est tranquille, calme, on s'installe confortablement et on se laisse porter. On découvre l'artiste Bansky, je suis même allée voir sur internet qui il est et quelles sont ses œuvres.

Sauf qu'il y a ce premier chapitre qui clignote dans un coin de notre cerveau, comme une alarme. On sait qu'il y a un "truc" sous-jacent. Que le pire est à venir.

Et lorsque cette fracture arrive, on entre dans une autre dimension, un autre récit. C'est un second livre qui commence. Sous forme de journaux intimes et là, le lecteur va être passé à la moulinette. C'est juste innommable. Ça prend aux tripes, on a envie de tout effacer, de freiner des quatre fers, on sait très bien comment tout cela va finir, et on ne veut pas. Orlane et Sarah. Sarah et Orlane. Elles sont devenues mon obsession durant ces heures de lecture. J'avais envie de secouer tout le monde pour les réveiller, ouvrir les yeux aux parents, supplier l'une de se battre, gifler l'autre pour qu'elle s'arrête.

Une lecture qui m'a bouleversée, tellement d'actualité, il faut dire que j'ai vécu ce dur sujet de l'intérieur avec ma fille il y a quelques années. Et que cela a réveillé mes sourdes craintes que j'avais enfouies profondément en moi.

La plume d'Amélie est parfaitement maîtrisée, sensible et bourrée de sensibilité. Elle nous retranscrit les joies mais surtout les peines et les doutes de ses personnages à la perfection. Dans ce nouveau roman, elle assoit un peu plus son talent.

Quant à la fin, elle m'a achevée. Je la voyais venir, certes, mais pas comme ça. Le comble de l'ignominie.

Croyez-moi, cette lecture va vous changer, vous terroriser, si vous avez des enfants, vous allez tout disséquer au microscope pour être sûr de ne pas passer à coté de l'horreur. Je vous le conseille plus que chaudement !

#NetGalleyFrance #raisonsobscures

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le ton est donné dès les premières pages où le drame final nous est partiellement dévoilé sans que nous sachions qui est concerné. Nous voilà embarqué pour dix mois, une année scolaire, où la vie de deux familles va basculer sans que nous comprenions ce qui ce joue réellement jusqu'à la deuxième partie.

Dans la première partie nous suivons les Kessler qui sont venus s'installer dans la ville d'enfance de Laetitia qui frôlait le burn-out, mais son chemin va croiser celui de son premier amour et elle ne supportera plus la routine de sa vie et ne voudra qu'une chose retrouver les frissons de sa jeunesse. En délaissant sa famille... Pourtant Yanis ne pourra faire qu'une chose, attendre. Mais cela les a empêché d'ouvrir les yeux sur l'essentiel. Les Mariani doivent eux composer avec le diabète de Sarah leur fille ainée diagnostiquée l'été précédent. Quelques non-dits aussi mais le couple solide va finir par s'ouvrir. Exigeant avec leur fille, ils ne se rendent plus compte qu'ils ne la comprennent pas. Des vies classiques en apparence et pourtant en juin le drame...

Puis nous rejouons la même partie avec de nouveaux joueurs, Sarah et Orlane, toutes deux dans la même classe en troisième. Toutes deux pas si opposées que cela et pourtant en ce jour de rentrée, Sarah qui n'accepte pas son diabète et souhaite le garder secret est en colère et cette colère va se retourner contre Orlane. Sarah étant une meneuse, très populaire l'engrenage est lancé. Orlane va devenir le bouc-émissaire. Certains évènements de la première partie prennent alors un autre sens, une nouvelle interprétation des évènements nous est contée. La tension monte, sachant qu'un drame va se jouer nous savons quand, nous savons qui mais le mystère reste entier. Que va-t-il se passer? Une lecture dévastatrice, à bout de souffle j'ai tourné les pages tout en espérant. Indignée par la cécité des adultes, des parents me demandant si le cours des choses ne pouvait pas être inversé. Ces parents sont pris dans leur quotidien, leurs inquiétudes, mais n'en sont pas moins aimants et affectueux mais passent malheureusement à côté de l'essentiel lié aussi par le silence et les actes des ces enfants qui n'ont pas été interprétés correctement. Cette lecture me renvoie à mon rôle de maman et à la crainte de passer à côté du principal.

Finalement oui il y avait un espoir mais il est arrivé trop tard. Il est intéressant aussi d'avoir le point de vue de Sarah qui au final n’est pas un monstre juste une jeune fille en colère qui se sert de son pouvoir pour évacuer sans penser aux conséquences. D'ailleurs pour elle, il n'y en a aucunes, Orlane l'a laissé faire, les adultes ne réagissent pas, alors où est le mal. Surtout que les rôles pourraient être inversé, elle doit déménager, elle se retrouvera en plus avec les plus jeunes passant du collège au lycée avec sa maladie ne pourrait-elle pas être à son tour prise en grippe? En effet un harceleur peut devenir harcelé, il ne faut pas l'oublier. Faire comprendre à nos enfants qu'il ne faut pas ce taire, qu’aucun acte n'est anodin est vraiment important pour que s'arrête ces horreurs.

Vous l'aurez compris il faut avoir le cœur accroché en lisant ces mots. Le mien était au bord de l'explosion sur la fin et je n'ai pu retenir mes larmes. Comment endiguer ce phénomène accentué par les réseaux sociaux et leur anonymat, comment protéger nos enfants. Une lecture nécessaire que je ne peux que vous conseiller, porté par une plume juste et implacable. Un coup de cœur pour une histoire coup de poing.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman peut-il changer une vie ? Je ne sais pas pour vous, mais celui-ci a irréversiblement changé la mienne.

Cette chronique sera un peu différente des autres puisque je vais essayer de parler le moins possible du livre. Il y a de nombreux débats sur ce roman avant même sa sortie. Faut-il ou non en dévoiler la thématique ? L’éditeur a pris le choix de le faire, je dis que c’est une erreur, ça n’engage que moi. Même si je comprends la finalité, vendre des livres, je connais maintenant suffisamment Amélie Antoine pour assurer qu’elle excelle dans le twist de milieu de roman, qu’elle parvient ainsi à totalement surprendre ses lecteurs en proposant un twist littéraire qui permet une jubilation totale. Elle ce don, ne le lui enlevons pas.

20 février 2019, je me trouve à l’aéroport de Los Angeles où j’attends mon vol pour la France. Je lis la seconde partie de « Raisons obscures ». Quelque chose de sourd résonne en moi… Un malaise, une oppression, un pressentiment. Je suis mal à l’aise, triste, angoissée quand je devrai être heureuse et excitée à l’idée de rentrer chez moi. Je suis à une cinquantaine de pages de la fin, les larmes me montent aux yeux. Le malaise grandit. Je parviens à la fin et je fonds en larmes. Mon mari m’appelle à ce moment-là, je lui raconte ma lecture et lui parle de ma nausée, de mon appréhension, de ce sentiment pétrifiant qui ne me quitte plus, comme si l’on venait soudainement de me frapper. Il ne connaît Amélie Antoine que de nom, il sait à quel point son écriture me bouleverse à chaque fois, il ajoute simplement qu’une fois encore elle a réussi à me toucher profondément.

Quelque chose va exploser… Quelque chose de sourd, de latent, qui est niché dans mes entrailles, comme une bombe à retardement sur le point d’exploser.

J’écris à Amélie Antoine. Je lui dis mon émotion et me confie à elle sur cette sensation inquiétante qui m’emprisonne l’esprit. Je lui raconte mes craintes de mère, j’ouvre mon cœur sur mes peurs et mes doutes, lui explique à quel point son roman a ouvert les vannes de quelque chose que j’aie sous le nez, que je n’ai pas vu ou refusé de voir, que simplement je devine, sans pouvoir réellement y mettre des mots. Elle me répond. Je garde pour moi la teneur de notre échange. Je cherche à savoir. Je charge mon mari d’enquêter. Et puis, quelques jours plus tard, je reçois un appel téléphonique…

La vérité fracasse mon cœur. Les mots sont dits. Les faits sont révélés. L’atrocité de la situation m’explose au visage. Impossible de l’ignorer. Obligée d’y faire face. Obligée d’accepter. Obligée d’agir. Le temps des pressentiments est passé, la vérité est là, face à moi, en pleine lumière.

J’ai mal. Je pleure. Je souffre. Je ne dors plus. J’ai l’impression de vivre un cauchemar éveillé. Je pense que je vais crever. Je suis anéantie.

La vie ordinaire n’est plus plus. Les silences, les non-dits, les cachotteries n’existent plus. Ma vie va changer de manière irréversible.

Ce roman est l’histoire d’une rencontre. Entre Amélie et moi. Entre moi et moi-même. Entre ma vie réelle et ma vie rêvée. Entre la réalité et la fiction.

Instinctivement, je savais. Objectivement, j’ai ignoré.

Je sais que ce livre a changé ma vie. Il l’a bouleversé sans aucun doute possible. Il m’a ouvert les yeux. Il m’a obligée à faire face. Il a transformé une sensation en réalité.

Je me relève, lentement. Je reste sonnée. Je vis avec la certitude d’avoir eu de la chance. D’avoir vu et su avant qu’il ne soit trop tard. Je voudrais serrer Amélie dans mes bras, lui dire merci d’être entrée dans ma vie, juste à ce moment-là. D’avoir écrit cette histoire pour ouvrir mes yeux d’aveugle, d’avoir simplement ouvert une brèche dans mon intuition.

Certains pensent qu’un roman ne peut pas changer une vie. Je vous dis que si. Je dis qu’il peut tomber dans vos mains au moment précis où vous en avez le plus besoin. Qu’il peut transformer un pressentiment en volonté de savoir, qu’il peut éclairer des zones d’ombres, qu’il peut vous aider à toucher les choses du doigt.

Ce roman restera dans mes tripes et dans mon histoire personnelle comme le déclencheur d’une réalité, d’une chose terrible qui allait frapper, d’une chose irrémédiable sans retour en arrière possible. L’orage grondait, l’océan se déchaînait, le vent se soulevait, j’ai fermé les yeux. Mais j’avais la certitude du tsunami qui allait déferler sur moi…

Ce roman est un cri de détresse silencieux envoyé au monde, un silence assourdissant avant la tempête, une lumière dans la nuit qui s’éteint.

Il y a quelque chose de terriblement fort dans ce texte qui résonne toujours en moi.
Comme une urgence de vivre,
Un besoin de jouir,
Une communion dans les émotions. Une nécessité de dire.

Mon cœur s’est fracassé sur les rochers, je reste exsangue, tétanisée par les incertitudes de l’avenir, mais toujours debout.

Amélie, je voudrais te dire merci pour tout. Et tout, ce n’est pas encore assez. Je te sers fort sur mon cœur, je pense à ton livre tous les jours depuis ce 20 février, jour de mon anniversaire, où il m’a donné le coup de pouce nécessaire, vital, de me réveiller. Je ne pourrai jamais exprimer aussi bien que tu le fais, ma reconnaissance et mon amitié. Je veux que tu saches que tu as sûrement sauvé une vie, peut-être deux…

« Pour des raisons obscures restant à déterminer… »

Merci à Netgalley et à XO d’avoir accepté ma demande de lecture. Vous ne saurez jamais à quel point je vous en suis reconnaissante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :