Sauvez-moi

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 7 juin 2018 | Archivage 13 juil. 2018

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Sauvez-moi #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Le nouveau piège de Jacques Expert !

Après trente ans d'incarcération, Nicolas Thomas passe les portes de la centrale de Clairvaux. Il est enfin libre. Personne ne l'attend. Tout le monde l'a abandonné le jour où il a été reconnu coupable d'avoir assassiné quatre jeunes femmes dans des conditions terribles.
Quelques jours plus tard, il disparaît. Et un nouveau meurtre est commis, en tous points semblables à ceux dont il a été accusé.
Sophie Ponchartrain, commissaire divisionnaire à Paris, reçoit alors une étrange lettre signée par Nicolas, dans laquelle il nie être l'auteur des meurtres. Elle se conclut par ces deux mots : " Sauvez-moi ! "

Au-delà de l'intrigue aux rebondissements saisissants et de personnages d'une terrifiante réalité, Jacques Expert, spécialiste reconnu des affaires judiciaires françaises, nous fait profiter ici d'une expérience qui donne à son récit une authenticité rare.

Le nouveau piège de Jacques Expert !

Après trente ans d'incarcération, Nicolas Thomas passe les portes de la centrale de Clairvaux. Il est enfin libre. Personne ne l'attend. Tout le monde l'a...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782355846069
PRIX 21,00 € (EUR)

Chroniques partagées sur la page du titre

Jacques Expert revient pour une nouvelle intrigue perturbante qui ne laisse pas beaucoup de répit au lecteur tant au niveau du déroulé des événements (nombreux, rapides et ponctués de nombreux rebondissements) qu’au niveau du trouble qu’il s’amuse à semer dans la perception de la vérité.

Nicolas Thomas, 21 ans, est reconnu coupable en 1960 d’une série de meurtres particulièrement atroces de femmes. Sa condamnation a permis à Sophie Ponchartrain, jeune flic qui vient juste de trouver sa place dans cet univers d’hommes, deux ans après être arrivée seconde de sa promotion, de se voir promue et de lancer sa carrière. Celui qui criait haut et fort son innocence, tout en étant incapable de justifier sa défense face à toutes les preuves que la police lui présentait, et qui refusait de se livrer aux différents responsables de l’enquête, a finalement décidé de se livrer et signer sans difficulté ses aveux, après un entretien seul avec Ponchartrain.

« « Je n’ai fait que mon boulot, patron, avait-elle répondu, modeste. Il y a aussi une part de chance…

-Allons, allons, Ponchartrain, ce n’est pas de la chance, c’est du bon boulot. Du super boulot !

- c’en est fini pour ce type, il n’y aura plus d’autres victimes. Pour moi, c’est tout ce qui compte », s’était-elle contentée de répondre.

« Franchement, elle a des couille », avait lancé le divisionnaire devant es hommes. Et Sophie avait lu dans leurs yeux un début de respect. » Page 53

Et pourtant… Nicolas Thomas, celui qui a été baptisé par la presse « le monstre au visage d’ange », n’a jamais cessé de clamer son innocence. Aujourd’hui, 30 ans plus tard, sa libération conditionnelle a été acceptée. Nicolas est dehors...et les crimes reprennent…

A Paris, la police traque Guillaume Chambaraud. Sophie Ponchartrain, devenue commissionnaire divisionnaire à la tête d’une équipe de 5 hommes, est persuadée de sa culpabilité dans une affaire d’exhibitionniste. Lorsque celui-ci passe à l’étape supérieure, viole et tue brutalement une jeune femme dans un parking parisien, elle compte tout mettre en œuvre pour l’arrêter et le faire condamner…



Sauvez-moi est un polar qui joue sur les apparences et les certitudes mais qui met en avant, surtout, les victimes du système judiciaire et l’acharnement policier. Nicolas Thomas, autant que Guillaume Chambaraux sont-ils des victimes de Ponchartrain, femme forte qui tient coûte que coûte à mener une brillante carrière et faire un pied de nez à tous les hommes flics qui ne voient pas d’un bon œil l’intégration d’ « une poule » dans leur univers ? Ou bien sont-ils des psychopathes manipulateurs jouant sur l’image de victime innocente face à l’opiniâtreté d’une policière zélée ?

Ah, c’est bien le problème ici, impossible de vraiment savoir. On a bien évidement notre ressenti mais Jacques Expert s’amuse à ne poser véritablement aucune certitude jusqu’au bout où, enfin, on sait ce qui se cache vraiment derrière certain masque…



Nombreux personnages, plus ou moins développés mais toujours suffisamment esquissés pour nous les rendre plus ou moins attachants (certains particulièrement détestables !!!) et pour amplifier les émotions et l’inquiétude, une écriture (comme d’habitude) vive, haletante et réaliste, et une intrigue captivante aux engrenages très bien huilés qui sur 30 ans ne perd jamais le lecteur (bien au contraire !!!) voilà pourquoi Sauvez-moi est si addictif.

C’est une lecture qui se veut très rapide (parce qu’on veut savoir mais aussi parce que le style et la construction s’y prête beaucoup. Mais c’est aussi et avant tout une lecture assez perturbante. On ne sait pas sur quel pied danse. On a notre point de vue sur de nombreux personnages mais c’est finalement une vision trop trouble pour appeler ça une certitude. Et puis cette série de meurtres qui reprend relance forcément nos doutes sur l’injustice, sur la culpabilité… Face à l’ignominie des faits et aux conséquences d’un verdict, il devient très compliqué de se tromper mais peut-on si facilement faire confiance au système judiciaire comme il nous l’est présenté là, et au final comme il l’est en réalité ? C’est très inquiétant.

Je n’ai évidemment pas pu totalement suivre Sophie Ponchartrain les yeux fermés, elle m’a été dès le début, dès les premières pages, dès sa présentation (dont ses liens avec sa famille) totalement antipathique, mais rien n’est clair et les faits, les témoignages, les preuves sont là… A moins que….



J’ai trouvé l’ensemble très bien mené. La dose de scènes macabres, les dialogues nombreux, les rebondissements, le scénario « très policier » centré sur l’enquête et le suspens en font une bonne lecture du genre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

1990: « Sauvez-moi », c’est le cri d’alerte que Nicolas Thomas adresse à Sophie Pontchartrain, commissaire divisionnaire. 30 ans plus tôt, en 1960, elle avait recueilli les aveux de Thomas, reconnu ensuite coupable de viols et meurtres. Pourtant il n’a jamais cessé de se dire innocent! Après 30 ans de prison et ayant échappé à la peine de mort, il est libéré de prison. En parallèle Sophie enquête sur une affaire de violeur de parking, dont elle a trouvé un coupable parfait en la personne de Guillaume Chabaraud. A ses yeux, ces deux hommes pourraient bien être liés et mènerait ensemble de nouveaux crimes. Elle va tout faire pour dénouer cette affaire, embarquant avec elle son équipe qu’elle mène d’une main de fer et qui ne lui refuse rien, même s’il faut par moment enfreindre les règles.

On sent dans ce roman que Jacques Expert est un passionné du monde criminel et judiciaire et qu’il maitrise parfaitement son sujet. Il nous dresse des portraits de flics, avocats, gardiens de prisons ou même journalistes pas très reluisants. Des personnages très réalistes et auxquelles on ne peut pas s’attacher. Le personnage de Sophie est hautaine, dédaigneuse et la carrière qu’elle s’est construite fait d’elle une femme froide et inhumaine. Je l’ai détesté dès le début.

J’ai aimé l’ambiance générale du roman, où l’on doute de tout et de tout le monde à chaque instant. Lorsque certains éléments pourraient nous faire croire à l’innocence de Thomas par exemple, le chapitre suivant nous apporte des preuves de sa culpabilité. Qui croire, en qui avoir confiance? Et s’il était vraiment innocent? Qui est donc le meurtrier en 1960? Comment la justice a t-elle pu se tromper à ce point? Imaginez les conséquences d’une toute petite erreur, d’une simple signature sur un bout de papier? (Comment ne pas penser à l’affaire Dills en lisant ce roman…).

Un final que j’imaginais plus fort, finalement tout était sous nos yeux depuis le début. Mais le final n’a que peu d’importance en fait. Ce qui compte c’est tout ce qui s’est passé en 1960, et en 1990. Les décisions que certains personnages ont prises, entrainant des répercussions irréversibles.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un très bon thriller !

Nicolas Thomas, un tueur en série particulièrement sadique, sort de prison en liberté conditionnelle. Cependant, il ne se présente jamais là où il devait commencer sa réinsertion, et de nouveaux meurtres ont lieu. La commissaire qui avait recueilli ses aveux trente ans auparavant est chargée de l'enquête.

Ce roman n'aura pas été un coup de coeur comme l'avait été Hortense, mais je l'ai beaucoup aimé. Je me suis posée des questions tout du long de ma lecture, et j'ai eu plusieurs chocs. A nouveau, je referme le livre avec de nombreuses interrogations sans réponses, donc je pense que celui-ci me poursuivra aussi un moment.

L'enquête est truffée de fausses pistes tout le temps. Les apparences sont trompeuses et beaucoup d'éléments sont très frustrants. Certains points sont assez évidents, et se révèlent être la vérité, par contre d'autres m'ont laissée totalement sur le carreau !

Concernant les personnages, la commissaire Ponchartrain a éveillé en moi des sentiments totalement ambivalents. C'est une personne très forte, très dure et intransigeante, son équipe l'adore mais elle n'est pas exactement ce qu'elle montre. Elle cache des secrets très peu reluisants. J'ai par contre beaucoup aimé Rachel, son assistante. Pleine de ressources, elle mériterait mieux que ce qu'elle vit.

La fin, contrairement à celle d'Hortense, m'a beaucoup plu. Je n'en dirai pas plus, mais plus de mystères sont résolus.

L'écriture de l'auteur est toujours aussi addictive, je n'ai arrêté ma lecture que pour dormir et pouvoir reprendre aussitôt le matin. Les chapitres sont assez courts, ce qui les fait défiler rapidement. Le rythme est constant et très prenant tout du long.

Je remercie NetGalley et les éditions Sonatine pour m'avoir permis de lire ce nouveau roman d'un auteur que j'apprécie beaucoup !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les éditions Sonatine et la plateforme NetGalley pour l’envoi de ce SP, votre confiance m’honore et me va droit au coeur.

Un adage populaire prétend que « la justice est aveugle« , personnellement je serai tenté de tempérer en ajoutant « il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir » et c’est justement la toile de fond du dernier roman de Jacques Expert. Si comme moi vous n’avez qu’une foi modérée en la justice des hommes, ce n’est pas ce roman qui vous amènera à réviser votre jugement.

Fort de son expérience de grand reporter, notamment en matière d’affaires criminelles, Jacques Expert décortique les rouages de la machine (qui a dit machination ?) judiciaire au travers d’une intrigue qui vous happera dès les premières pages pour ne plus vous lâcher avant le clap de fin.

Il est malheureusement vrai que quand une « grande » affaire criminelle vient défrayer la chronique, les enquêteurs subissent de multiples pressions exigeant des résultats rapides. Que ce soient les médias, la population ou le parquet, ça fuse de toute part : trouvez-nous un coupable pour apaiser la vindicte populaire ! Vous aurez sans doute relevé la subtile nuance entre UN coupable et LE coupable…

Comme à l’accoutumée la plume, le style et l’expertise de Jacques Expert font mouche. L’auteur nous plonge en totale immersion au coeur de l’enquête de police, c’est criant de réalisme à en devenir glaçant par moment. Mais c’est justement ce que l’on aime chez cet auteur, il met ses connaissances du milieu au service de ses intrigues ; et avec lui rien n’est jamais tout blanc ou tout noir, on joue plutôt sur les nuances de gris.

Pour ma part j’ai tout de suite pris en grippe le personnage de Sophie Ponchartrain, je n’ai rien contre les gens ambitieux, mais je veux croire que l’on peut gravir les marches en conservant un minimum de sens éthique et moral. Des valeurs complètement absentes chez Ponchartrain, les « aveux » soutirés à Nicolas Thomas en sont la preuve formelle.

Et 30 ans plus tard, rien n’a changé, sa conviction fait foi, quitte à en devenir obsessionnelle. Si elle pense que untel est coupable alors untel doit payer, quels que soient les moyens mis en oeuvre pour parvenir à ses fins. Il faut dire que son équipe n’est pas vraiment contrariante, tous déifient leur patronne et sont prêts à la suivre aveuglément.

Alors coupable ou innocent ? Concernant Nicolas Thomas je n’ai jamais eu le moindre doute. Pour Guillaume Chambaraud je reconnais m’être plus d’une fois posé la question, même si mes soupçons s’orientaient plutôt vers une troisième piste, écartée par les enquêteurs. Ai-je eu tort ou raison ? À vous de le découvrir en lisant Sauvez-Moi !.

Jacques Expert ne se contente pas de soigner son intrigue, il prend aussi le temps de façonner ses personnages. À ce titre j’ai particulièrement apprécié Rachel Bachelard, l’assistante de Ponchartrain, prête à tout pour que sa patronne la remarque enfin. À tout ? Même à vendre son âme au diable ? Ça reste à voir…

Bien que posant clairement la question de l’erreur judiciaire, le roman de Jacques Expert ne se revendique pas comme un livre à charge contre le système judiciaire, on peut heureusement supposer que de telles situations restent exceptionnelles. Mais elles existent, pratiquer l’omerta autour du sujet n’est en rien constructif, en parler, même autour d’une fiction, peut au contraire nous amener à réfléchir à la question.

Un roman lu quasiment d’une traite, impossible de s’en séparer avant de connaître le fin mot de l’histoire. Mais bon, il faut bien composer avec les obligations du quotidien et se faire une raison, mais à chaque fois que je le refermais je n’avais qu’une hâte : y revenir au plus vite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Excellent roman !
On est à la fois prit dans l'horreur des crimes perpétrés et dans l'engouement d'une équipe du 36 quai des Orfèvres prête à tout pour coincer le coupable. On suit l'avancée de l'enquête, on se pose des questions, on essaye de faire des corrélations.

Vraiment excellent !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :