La Disparue de Noël

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Publication 2 nov. 2017 | Archivage 19 déc. 2017

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LaDisparueDeNoël #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Avec son art consommé de la psychologie, Rachel Abbott tisse un suspense familial riche en émotions et hautement addictif, dans la lignée de P. D. James et de Lisa Gardner. 

Une route de campagne verglacée. Une voiture qui perd le contrôle : la conductrice est tuée sur le coup ; Natasha, sa fille de six ans assise à l’arrière, se volatilise sans explication.

Quelques années plus tard, David fait de son mieux pour se reconstruire après le drame qui a emporté sa femme et sa fille. Il forme désormais un couple heureux avec la douce Emma et le petit Ollie, adorable bambin de dix-huit mois qui comble leur foyer.
Mais un jour, une inconnue débarque dans leur cuisine. Natasha.
Où était-elle toutes ces années ? Comment a-t-elle retrouvé le chemin de la maison ? Si David est fou de joie, Emma, elle, se sent vulnérable devant cette adolescente silencieuse.

Cadeau ou malédiction ? Que cache le retour de la disparue de Noël ?

Avec son art consommé de la psychologie, Rachel Abbott tisse un suspense familial riche en émotions et hautement addictif, dans la lignée de P. D. James et de Lisa Gardner. 

Une route de campagne...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782714475275
PRIX 21,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (EPUB)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Lu sur une journée (de vacances, heureusement), ce roman m’a captivée du début à la fin. Au départ, j’ai cru me retrouver face à une énième histoire d’enlèvement d’enfant qui réapparaît au bout de quelques années. Mais le contexte est beaucoup plus travaillé et touche plusieurs domaines. Il y a d’un côté cette fille de douze ans qui revient dans son foyer (qui n’est plus le même puisque sa mère est morte et que son père a refait sa vie et qu’il y a un demi-frère) et en parallèle, un policier, Tom, qui essaie de découvrir ce que son frère, décédé, a bien pu lui cacher. Où était Natasha pendant les six années où elle a disparu ? Comment se fait-il qu’elle réapparaisse, comme ça, d’un coup, sans sembler réellement heureuse de la situation ? Pourquoi est-elle agressive et secrète? Pourquoi refuse-t-elle de communiquer ? Joue-t-elle un rôle et quel est le sens caché de tout cela ? Quant à Tom, pourquoi des cambrioleurs semblent s’intéresser à des documents qu’il a récupérés après la mort de son frangin ?

David, son père et Emma, la nouvelle épouse de ce dernier, sont totalement démunis devant cette pré adolescente aux réactions surprenantes, qui semble avoir été tant brisée, que plus rien ne la touche … Qu’a-t-elle enduré ou vu pendant qu’elle était séquestrée ? Et pour quelle raison vient-elle d’être libérée ?

Tom, un policier, accompagnée de sa collaboratrice Becky, se retrouve au cœur de l’enquête concernant Natasha. Ce qui aurait pu être assez vite réglé va s’avérer très compliqué et les ramifications seront très nombreuses. D’autant plus que les enquêteurs sont confrontés à quelques situations délicates, voire bizarres, qui leur posent vraiment question….. Ils marchent sur des œufs et doivent prendre moult précautions pour ne pas braquer Natasha au risque qu’elle se ferme complètement. Que sait-elle sur les événements passés et à venir ? Est-elle manipulée ou manipulatrice ? Les traits de caractère de cette dernière sont abordés avec doigté, l’auteur n’oubliant jamais de rappeler la captivité de « Tasha » pour expliquer sa façon d’être.

Ce roman très bien écrit (merci à la traductrice qui a maintenu, en trouvant un vocabulaire adapté, un suspense terrible) est construit sur un rythme rapide. L’auteur aborde plusieurs sujets : le poids de la culpabilité, la violence faite aux enfants, le « conditionnement » des personnes qui fausse leur jugement, les magouilles financières, la sécurité informatique et les hackers , les non-dits dans le couple et bien d’autres encore….. Certains reprocheront peut-être que tout cela ne soit qu’effleuré mais il aurait été difficile de faire autrement, à moins d’écrire un pavé, qui aurait alors perdu en cadence ! Ce qui est suggéré sur chaque thème est bien suffisant pour maintenir le lecteur le nez sur les pages, aspirant à lire encore plus vite pour avoir les tenants et les aboutissants.

Ce que j’ai sans doute le plus apprécié (même si j’avais lu la fin avant le début selon mon habitude), c’est que Rachel Abbott a vraiment travaillé son intrigue et qu’il y a plusieurs pistes avant que tout cela ne se recentre. Les liens entre les protagonistes ont été soigneusement mis en place et on avance au fil des pages dans la connaissance de chacun, découvrant des facettes de leur personnalité que l’on n’ avait pas envisagées.

En résumé, un excellent moment de lecture pour moi !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est le mot Noël qui m'a donné envie de découvrir ce roman, puisque j'entre dans cette période de préparation du Cold Winter Challenge et du mois de décembre qui sera donc sous la thématique d'une de mes fêtes préférées. Si l'histoire n'a rien à voir avec le mois de décembre, finalement, j'ai très bien fait de demander ce roman sur Netgalley, puisque je l'ai adoré ! Un grand merci à eux et aux éditions Belfond.

Cela faisait bien longtemps que je n'étais pas restée réveillée jusqu'à 3h du matin pour lire. Impossible pour moi de lâcher ce roman, qui m'a happé dés le prologue. Je l'ai lu en moins de 24 heures, ce qui ne m'arrive que rarement, et je n'ai pas réussi à attendre ma copinaute Popcorn pour en discuter, tant j'étais impliquée. Dés le départ, j'ai été intriguée par l'histoire de Caroline et de Natasha. Qui peut en vouloir à une mère de famille et à sa fille de 6 ans au point de les assassiner ? C'est très étrange comme scénario de départ. Mais d'autant plus intéressant. Puis, après un saut dans le temps, nous rencontrons Emma, la nouvelle femme de David, qui est passé à autre chose suite à l'accident de sa femme et la disparition de sa fille. Jusqu'à ce que celle-ci revienne. Nous voilà plongés dans un huis-clos assez hors du commun avec de nombreuses questions qui se posent. Et l'auteure ne nous laisse aucun répit sur nos interrogations, jusqu'à la fin ! J'ai eu envie de me jeter sur la suite, déjà paru en version originale en 2015, afin d'avoir les dernières réponses à cette histoire de folie. 

Natasha est un personnage assez hors du commun, et j'ai vraiment réussi à m'identifier à Emma à cause de nos sentiments partagés pour la jeune fille. D'un côté, impossible pour moi de lui faire confiance. Elle sentait la trahison à plein nez. Mais en même temps, c'était une enfant traumatisée, revenue à la maison, qui a clairement besoin d'amour. Et j'ai eu, comme Emma, envie de remettre David à sa place constamment. Quelle attitude étrange ! Puis, tout devient une toile d'araignée d'intrigues, qui ont l'air secondaires mais se mélangent et s'imbriquent parfaitement, et si ce n'est pas surprenant, c'est tout de même passionnant. Comme dit, je me posais mille questions, et à chaque réponse, une nouvelle interrogation était soulevée. Et à la fois, c'est vraiment réaliste, et en même temps je me disais qu'il n'y avait pas assez de personnages pour que ce soit crédible, mais tout cela était balayé par le rythme dynamique de l'histoire. 

Rachel Abbott ne me laissait pas reprendre mon souffle. Il fallait que je sache, il me fallait des réponses, tout partait d'une histoire si simple pour devenir de plus en plus compliqué, mais sans pour autant me perdre une seule fois. J'étais plongée dans la noirceur de l'intrigue, j'avais froid, j'avais peur, j'étais épuisée, ce qui fait que je partageais toutes les émotions des protagonistes. L'auteure ne pourrait pas nous impliquer d'avantage dans l'histoire. Sa plume nous entraîne dans cette danse silencieuse et angoissante, avec beaucoup de talent. 

J'ai absolument dévoré ce roman, tant l'intrigue et le dynamisme de l'auteure m'ont transporté dans les journées humides et les nuits sombres anglaises. Des personnages parfaitement travaillés, de nombreuses questions qui trouvent leur réponse après un récit fou et passionnant, mais j'en ressors surtout avec l'envie de filer m'acheter la suite en VO. Merci aux éditions Belfond et à Netgalley pour cette lecture !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un soir de décembre, six ans auparavant. Caroline rentre d’un repas chez ses parents. David n’a pas voulu l’accompagner. Bon gré mal gré, elle a repris la route sous un temps peu clément. Tasha s’est endormie sur la banquette arrière. La maison n’est plus très loin maintenant. Que fait cette voiture en travers du chemin ? Et qui vient de lui passer ce coup de fil, lui enjoignant de ne s’arrêter sous aucun prétexte ? Elle n’aura pas le temps d’y réfléchir. Vitesse, verglas, talus, perte de contrôle, Caroline ne survit pas à l’accident. À l’arrivée des secours, sa fille a disparu.

Voilà le pitch, somme toute assez classique.

Et puis Tasha débarque comme un cheveu sur la soupe dans la maison de son enfance, où David a refait sa vie avec Emma. Pas de retrouvailles chaleureuses biscuits-verre de lait, l’adolescente est agressive, peu bavarde. La police ne sait ni où ni quoi chercher. David, lui, ne semble d’étonner de rien mais pour Emma, quelque chose cloche.

Là encore, tout se passe très vite (trop vite ?), quelques détails m’ont fait pousser les hauts-cris, mais ce drame familial s’éloigne suffisamment du schéma très convenu de kidnapping d’enfant pour qu’on joue le jeu. Emma et David gagnent en consistance à mesure qu’une toile d’angoisse se tisse autour d’eux, et Tom Douglas est pile le genre de flic auquel je m’attache, investi et loyal.

Sans débordement de bons sentiments ni dissection psychologique des personnages, l’intrigue se nourrit de mensonges, de manipulations, rebondit sur les nombreuses révélations des uns et des autres, à une rythme soutenu. Des bourreaux d’enfants au dark web, La Disparue de Noël est un roman difficile à lâcher, dans la lignée des meilleurs Linwood Barclay.

Merci aux éditions Belfond.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est un roman dont le premier chapitre nous plonge directement dans le bain : cet accident provoqué en pleine nuit, cet appel mystérieux que Caroline reçoit juste avant et puis la disparition de Tasha… Un premier chapitre complètement à la hauteur de ce qui suit. Il y a quelque chose qui m’a beaucoup plu dans l’histoire c’est le fait non pas d’être confronté à la disparition de l’enfant mais à son retour mystérieux 6 ans après les faits. Elle ne veut pas que son père appelle la police, est très méfiante, ne supporte pas qu’on la touche et ne raconte bien sûr presque rien de ce qui lui est arrivé.
Petit à petit, on est complètement pris dans l’engrenage du roman. Il y a cette histoire parallèle qui concerne le policier Tom Douglas qui a perdu son frère quelques années auparavant. On se dit bien sûr, « où est le lien? ». Les chapitres sont courts comme dans la plupart des thrillers mais le rythme est hyper rapide, on ne peut pas décrocher et d’ailleurs on ne décroche pas. On dévore ce roman page après page, les événements s’enchaînent, les questions que l’on se pose sont de plus en plus nombreuses, les hypothèses de plus en plus folles. Et puis, le final arrive et avec lui le sac de nœuds se démêle. Et je vous assure que ce thriller est excellent ! J’ai beaucoup aimé les personnages que sont Emma, Becky, Tom, Jake.
C’est un thriller que je vous conseille vivement si vous êtes fan du genre et si vous avez envie d’un roman bien prenant, plein d’action et de mystères. Il y a très peu de risques, je pense, de ne pas aimer La disparue de Noël. Mais attention, attendez vous à de la dynamite, le roman est bien plus fort et marquant que ne le laissent deviner le titre et la couverture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour cette lecture .

Dans la disparue de Noël, nous découvrons une petite famille de la banlieue de Manchester tout à fait parfaite. David qui a réussi dans sa vie professionnelle a épousé Emma, femme douce et adorable, et tous deux sont parents d'un petit garçon plein de vie , Ollie. Mais la vie de famille parfaite va voler en éclat, le jour où Natasha, première fille de David, disparue des années plus tôt , vient frapper à leur porte. Alors retour miraculeux ou coup fourré , à vous de le découvrir .

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Rachel Abbott sait mener le suspense. ses personnages sont intéressants, mystérieux à souhait et assez déroutants. Pour chaque personnage, on passe par diverses émotions : on trouve Emma timide et effacé, puis elle s révéle courageuse et determinée . On a de la peine pour David, avant de peu à peu le détester... Car au-delà du suspense et de la résolution de l'affaire, on s'intéresse surtout à la psychologie des personnages , pourquoi agissent-ils ainsi , que ferais-je à leur place ?

Et la mayonnaise prend, les personnages nous happent dans leurs esprits, dans leurs pensées dans leurs actes. Les pages s'enchainent vite, très vite...

Certes l'histoire n'est pas des plus originales, mais la façon dont elle est écrite la rend addictive. Et même si la résolution finale est satisfaisante, elle nous laisse avec une touche de mystère qui ne demande qu'à découvrir la suite.

Un thriller psychologique qui colle à la saison hivernale , et qui vous assure de passer de bonnes heures de lecture. A découvrir donc chez Belfond .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ? Que cache la disparue de Noël ?

Un roman policier haletant, malgré quelques longueurs, on ne peut pas s'empêcher de le terminer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Caroline et Natasha reviennent d’un dîner familial où David n’a pas souhaité les accompagner. Caroline reprend la route malgré le mauvais temps de cette soirée de décembre. Tasha s’est endormie sur la banquette arrière. Soudain, une voiture au milieu de la route, un appel anonyme qui lui demande de ne pas s’arrêter . Tout ceci s’enchaîne si vite, verglas, mauvais temps, perte de contrôle, Caroline ne survit pas à cet accident. Mais Tasha a disparu …
Les enquêteurs ne retrouvent aucune trace de Tasha, aucune demande de rançon. Aucune explication n’est donnée.
Les années passent. David refait sa vie, se mariant avec Emma. Il a fondé une nouvelle famille . Ils ont un enfant Ollie. Famille unie qui va être bouleversée par l’arrivée soudaine de Tasha, premier enfant de David « la disparue de Noël ». Six ans ans plus tard, le corps d’une fillette est retrouvé dans les bois. Aussitôt le nom de Natasha est cité. Mais ce n’est pas elle puisqu’elle apparaît subitement dans la maison de ses parents. Elle est agressive. D’où vient -elle après toutes ces années ? Elle ne souhaite pas que son père appelle la police.
Tom et sa coéquipière Becky sont confrontés à cette enquête. De nombreux indices s’entre-mêlent. Tom , en même temps a un autre souci, la disparition de son frère. Que lui a -t-il caché ? Pourquoi cela réapparaît à ce moment -là ? Y aurait-il un lien avec l’affaire qu’il mène?
Ce roman est bien écrit, l’intrigue est menée vite. Plusieurs sujets sont abordés ici, la culpabilité , la manipulation , la violence subie par les enfants, le manque de communication dans le couple , la sécurité informatique et les hackers. Ils sont traités avec parcimonie.
J’ai été tout de suite happée par ma lecture. Je remercie Net Galley et les éditions Belfond pour ce partenariat.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La disparue de Noël est le quatrième volet des aventures de l'inspecteur Tom Douglas, personnage bien attachant découvert avec Illusions fatales.

Retour de soirée sur une route de campagne verglacée. Perte de contrôle fatale du véhicule. Nastasha, 6 ans disparaît. Sa maman n'a pas survécu.
David, veuf éploré, a refait sa vie. Il s'est remarié, a un petit garçon, quand Natasha réapparaît six ans plus tard. 
Sans aucune explication, une Natasha agressive et mutique peut et veut-elle retrouver un cocon familial?
Pourquoi interdire à son père de prévenir la police quand celle-ci, après la découverte du corps d'une Jane Doe, se rapproche de la famille? 
Et quelle curieuse coïncidence que ce retour inopiné de Tasha et cette mystérieuse mort, non? 

Je dois bien avouer que je n'étais pas super motivée pour lire ce roman car le thème de la réapparition d'un enfant disparu n'est pas super original et exploité avec plus ou moins de bonheur, que ce soit dans les romans ou les téléfilms.
Mais je lis cette série depuis le début et avouez, la couv' est vraiment pas mal! Judicieusement pensée et très esthétique!

J'avoue que je me suis ennuyée pendant les cent premières pages et avoir été bien dubitative sur la suite. Mais j'aime la plume de cet auteur anglais et je savais que la graine était semée et que la récolte ne tarderait pas.
Et en effet, quand "l'événement" survient, là, on ne décroche plus jusqu'à la fin!

Démarrage difficile donc, avec ce retour inattendu d'une petite fille qui n'a donné signe de vie pendant 6 ans et qui pourtant revient comme on rentre d'une promenade. Le père ne se précipite pas à l'hôpital pour un bilan de santé, ne se préoccupe pas d'emmener sa fille chez un psy. Non. Natasha est revenue, la vie continue. Cette réaction de passivité m'a beaucoup gênée au début de ma lecture. 

Le personnage de David, le père, n'est pas très attachant pour ce gros défaut. Il semble même très peu concerné et fade. Il est pathétique dans sa manière quasi-naïve d'ignorer les conséquences de cette absence de six ans, de supplier et de se résigner. 

Par contre, le personnage d'Emma offre beaucoup plus de matière. Elle est la seconde épouse de David et a dû trouver sa place avec le fantôme de la première. Le retour de cette jeune fille inconnue, hargneuse et hostile, n'est pas de tout repos car le souci prioritaire d'Emma est de protéger sa propre chair et son propre sang, le petit Ollie.
L'évolution des sentiments d'Emma est très intéressante et finement analysée par l'auteur. De réactions épidermiques à des réflexions plus altruistes, Emma est dépassée par les événements mais va tout mettre en œuvre pour se sortir de l'ornière, parfois même avec maladresse mais toujours avec sincérité. 
La scène de fin est très touchante, tout en laissant planer le doute.

L'autre personnage passionnant est, bien entendu, Natasha. Petite fille ayant vécu hors du cocon chaleureux et aimant d'une famille pendant 6 ans, c'est une jeune fille à fleur de peau qui retrouve cette maison qui l'a vu naître. Elle se pensait forte, décidée et déterminée mais c'était sans compter le bouleversement apporté par ce tout petit gars innocent et souriant, Ollie. Elle est déchirée entre son passé et ce qu'elle aimerait tant pour son avenir mais y croit-elle réellement quand elle ne connaît que mensonges, trahisons et manipulations? Un cynisme bien étonnant chez un si jeune être mais ô combien justifié par les épreuves qui sont les siennes! 
Natasha, on la déteste, on aimerait la claquer et puis on arrive à comprendre ses peurs, sa loyauté mal placée, son manque de foi en l'humain. Pour finalement adopter la même angoisse d'Emma et crier à l'unisson avec le petit Ollie: "Tassa!"

La famille Joseph est plongé dans un drame familial mais une jeune fille a été retrouvée morte et tout porte à croire qu'un lien est possible entre ces deux affaires.
Et Tom Douglas, en marge de l'enquête, s'engage personnellement à résoudre l'une et l'autre car Emma lui est proche.
Pourtant Tom n'est pas au mieux de sa forme. Il ne se remet toujours pas du décès de son frère, Jack. Un frère qui, par son héritage et ses mystères, se manifeste à nouveau dans son existence d'une manière bien étrange. Emma était le trait d'union entre les deux hommes, qu'en sera-t-il avec la fracassante confidence d'Emma?
J'aime beaucoup le personnage de Tom, loyal et professionnel dans son travail et sûrement un peu plus bancal dans sa vie privée. Il est attachant car profondément humain et surtout, ne véhicule pas tous les poncifs poussiéreux des polars classiques! 
L'intrigue est addictive et bien pensée. Les chapitres courts s'enchaînent à un rythme bien nerveux pour ne laisser aucun répit à la tension qui ne cesse de se renforcer. Quand on sent Natasha flancher, l'espoir renaît mais sans certitude aucune!
Et même si le dénouement est un peu facile et attendu pour un des personnages, il est bien dommage que celui-ci s'en sorte aussi bien! 

Ce dernier volet en date des enquêtes de Tom Douglas n'est pas un conte de Noël et, entre polar énergique et thriller psychologique, Rachel Abbott s'affirme de plus en plus comme un auteur incontournable de la scène livresque anglaise. 
Auteur à suivre!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

À Manchester, une vie de ma famille est détruite à la suite d'un accident de voiture entraînant la mort de Caroline et la disparition de Natasha, sa petite fille de 6 ans. 6 ans plus tard, David, le père, s'est remarié avec Emma et sont les parent d'un petit garçon. Et un jour, Natasha réapparaît dans la cuisine de la maison, Et ce retour est loin d'être heureux comme on pourrait l'espérer. Une histoire mystérieuse et pleines de rebondissements nous est décrite avec beaucoup de talent par l'auteur. Un thriller psychologique et glaçant qui colle parfaitement à la saison.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La Disparue de Noël est le quatrième livre de la série Tom Douglas, l’inspecteur de police et personnage récurrent. En reprenant l’ambiance et l’atmosphère des livres précédents, Rachel Abbott parvient à conserver l’originalité de son œuvre, tout en offrant aux lecteurs quelque chose de nouveau. Il n’est toutefois pas nécessaire d’avoir lu les tomes précédents de la série pour apprécier pleinement cette aventure pleine de rebondissements.

Lors de sa rencontre avec Emma, David était un homme détruit par le chagrin consécutif au décès de sa femme dans un accident de voiture, et à la disparition de sa fille de 6 ans , Natacha, sur les lieux mêmes de l’accident, comme si elle s’était volatilisée dans les airs. En l’aidant à surmonter cette situation, Emma lui a permis de tourner le dos au passé et d’envisager l’avenir, après six ans, d’autant qu’ils ont maintenant leur propre fils appelé Ollie.
Imaginez maintenant que vous êtes chez vous, préparant le repas tout en regardant par la fenêtre de la cuisine. Soudain vous avez une paire d’yeux derrière vous qui vous observent. C’est alors que tout change pour David et Emma.
La réapparition de Natacha bouleverse la quiétude du couple, gardant les stigmates de tout ce qu’elle a subi durant ces six dernières années, et accusant son père d’en être responsable.
Malgré les menaces proférées par Natacha, l’implication de la police va en plus aggraver les événements.

La Disparue de Noël est indéniablement à classer dans la liste des bons thrillers psychologiques dotés d’un rythme rapide, trépidant. Je prends plaisir à tourner les pages pour découvrir quel twist délicieux se présente sur la page suivante, et observer la réaction des personnages face aux nouvelles informations recueillies. Si la tension est maintenue à un niveau élevé, ce n’est pas au détriment de la construction des personnages, ni du rythme. Même les conversations tranquilles et remplies d’émotions vous laissent sentir que quelque chose ne va pas .
Les personnages de Rachel Abbott sont réalistes parce qu’ils réagissent comme des personnes réelles face à des situations extraordinaires. Le personnage de Natasha est pour moi le plus complexe car il suscite à la fois compassion et répugnance. Elle a dû faire face à des événements terribles dans sa vie et a été si malmenée. Pourtant elle débarque avec un objectif très clair, mais du fait qu’elle voit comment la vie pourrait être – ou aurait pu être – elle entre dans une situation conflictuelle, à tel point qu’on a du mal à imaginer son choix de vie en fin de roman.
Le livre soulève aussi la question de la confiance et des liens familiaux. Dans quelle mesure connaissons-nous vraiment ceux que nous aimons, et que ferions-nous réellement si ces personnes s’avéraient dangereuses ou se trouvaient face à des situations à risque ? Rachel Abbott aborde ces questions avec beaucoup d’érudition, laissant au lecteur un roman bien ficelé qui le pousse à réfléchir et à remettre sans cesse en question son jugement.

Absorbant, complexe, j’ai adoré ce livre !
Un suspense familial et hautement addictif.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d'abord je remercie Netgalley et les éditions Belfond pour cette lecture.
La disparue de Noel est un livre au suspens incroyable et très prenant. Une jeune fille disparue qui réapparaît, Voilà pour l'histoire rapide. Mais au delà de ça il y a une réelle tragédie derrière ça. Les personnages sont intéressants et on se prend facilement au jeu. Je recommande ce livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

un grand merci pour mes heures de lecture volées à mes heures de sommeil ! Quelle histoire ! Impossible de lâcher ce roman, impossible de me sortir l’histoire de la tête, à tel point que je l’ai finie en deux jours. Dans la journée, je n’avais qu’une seule envie : rentrer et finir ce roman pour savoir la fin !
Vous vous en doutez donc, j’ai adoré. J’ai été happée directement par le prologue qui met en scène l’accident de voiture de Caroline sur une petite route de campagne alors qu’elle rentre chez elle. En soi, rien de bien titillant, si ce n’est la disparition de Natasha, âgée de 6 ans. Où est-elle passée ?
L’auteure tourne autour du pot, mais d’une façon qui rend chaque page intéressante et chaque supposé indice important. J’ai spéculé, imaginé et je me suis retenue d’aller trop vite.
Caroline décède dans un accident de voiture et sa fille disparaît. Plus aucune nouvelle pendant six ans et voilà que la jeune fille âgée de presque treize ans, réapparaît dans la maison de son père David et de sa nouvelle femme Emma. Un petit Ollie vient compléter cette nouvelle famille qui semble avoir fait un trait sur le passé.
On pourrait croire que les retrouvailles seront des plus heureuses, pourtant Tasha est agressive, ne désire pas communiquer et par-dessus tout, elle refuse de dire où elle était (et avec qui) pendant ces longues années.
Tom, un policier en proie à des émotions contradictoires suite au décès de son frère, va enquêter sur cette étrange affaire en compagnie de Becky. Pourquoi Natasha ne dit rien, pourquoi réapparaître au bout de six ans ? Et si elle était prisonnière, s’est-elle échappée ou l’a-t-on libérée ?
Autant de questions que se posent les policiers. Questions qui trouvent écho dans ma tête aussi. Parce que ça travaille là-haut, et l’envie de savoir, de secouer Natasha pour qu’elle parle est forte.
Chapeau à l’auteure d’avoir réussi à provoquer toutes ces émotions et d’avoir maintenu mon attention pendant des heures. C’est un très bon moment de lecture que je recommande vivement !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans le magazine Flair
Le roman qui donne peur de Noël
D'abord, on zappe le titre neuneu et le résumé simpliste de la cover. Car le thriller vaut bien mieux que ça! Lors d'un accident de voiture à Noël, Caroline meurt et sa petite fille, Natasha, se volatilise. Mais quand six ans plus tard, l'ado réapparaît, son papa et sa nouvelle belle-mère ne parviennent pas à se réjouir. D'autant plus qu'elle s'enferme dans des silences oppressants. Ajoutez des cadavres, jeunes paumés, secrets honteux et vous voilà avec une excellente lecture addictive. Jusqu'à la dernière page où bizarrement, on déteste davantage ceux qu'on appréciait au début. Et vice versa…
Rachel Abbott, La disparue de Noël, Belfond.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Chronique de Diana
Ce roman va vous mettre le cerveau en ébullition. Dans les thrillers il est toujours délicat de trop en dire car on se gâche vite le plaisir de la réflexion à découvrir le comment et le pourquoi. Le contrat est rempli avec le récit haletant de Rachel Abbott. L’intrigue vous prend aux tripes du début pour ne pas vous lâcher avant la fin.

La disparition d’une petite fille après un accident alors que le corps sans de la mère est trouvé sur les lieux est la base ici. Elle réapparait 6 ans plus tard mais qui est maintenant Tasha ?

Toute l’intrigue repose sur les épaules de cette jeune fille qui revient dans la vie de son père sans qu’on sache ce qu’il est advenue d’elle auparavant ni comment elle a retrouvé le chemin vers son domicile. Elle envahit la vie de ce dernier ainsi que de sa nouvelle épouse et leur nouveau né.

L’auteure choisit de distiller au compte goutte les indices et de laisser le lecteur dans l’interrogation la plus totale. On navigue entre des personnages hyper complexes, très bien travaillés et il faut attendre la fin pour voir toutes les connexions entre eux. Une véritable toile d’araignée avec une personne qui tire les ficelles dans l’ombre pour faire exécuter de sombres desseins.

J’ai adoré voir le pire de l’homme décrit et la manipulation de génie faite sur le mental des personnages. Seul petit bémol la fin reste trop ouverte à mon goût et on reste avec un questionnement trop important. Mais l’auteure écrit avec brio et ce roman est une pépite du genre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Angleterre, époque actuelle. David est un directeur de banque qui transporte un passé traumatisant. Il y a 6 ans, la veille de Noël, sa femme est morte dans un accident de voiture et sa fille Tasha a mystérieusement disparue... Emma est mariée depuis peu à David, et ils ont eu ensemble un fils : Ollie, qui est âgé de 18 mois. Le passé semble avoir moins de prise sur le couple, et leur vie est stable et tranquille. Jusqu'au jour... où Tasha réapparaît, de manière tout aussi mystérieuse, dans la cuisine d'Emma. D'abord effrayée et choquée, la jeune femme se ressaisit, et tente de comprendre toutes les implications de ce retour. Que s'est-il vraiment passé, lors de cette nuit de Noël ? Pourquoi Tasha ne revient-elle que maintenant, et avec qui elle était ? Quelle est son but, et que cache-t-elle ?
Dans La disparue de Noël, nous faisons connaissance avec Emma, David, Ollie et Tasha, mais nous pouvons retrouver aussi Tom Douglas, un personnage que Rachel Abbott a déjà mis en place dans ses romans précédents. Mais n'ayez crainte : La disparue de Noël est le premier roman que je lis de cette auteure, et je n'ai pas eu de mal à rentrer dans l'histoire ! Mais maintenant que j'ai lu ce roman, je serais curieuse de lire les précédents, et de connaître Tom Douglas depuis ses débuts.
Mais consacrons-nous à La disparue de Noël : c'est un roman qui veut embarqué ses lecteurs avec lui, avec pour thèmes la disparition d'un enfant, la mort d'un proche, le kidnapping, la drogue et la violence. Emma va rapidement devenir le personnage central du récit : je la prenais au début pour une femme effacée devant les besoins de sa famille, sans beaucoup de volonté. Mais rapidement, c'est elle qui va se démarquer et devenir un des piliers centraux. Elle se consacre à sa famille, et cela veut dire qu'elle serait prête à tout pour les garder en sécurité, Ollie en premier. Même si elle s'interroge sur les motivations et le but de Tasha, elle va rapidement s'inquiéter et s'attacher à la jeune fille. Tasha est un des personnages les plus captivants de ce roman, et on ne peut qu'avoir le cœur serré devant ce qu'elle a subi, et subi encore ! Pour ce qui est des autres personnages, je n'ai pas ressenti d'attrait particulier pour David, qui se laisse énormément porter par les événements et se repose énormément sur sa femme. Sinon, il y a Tom Douglas qui tombe un peu dans la caricature de flic, malgré tout ses côtés intéressants. Pour le côté stéréotypé, il y a son addiction au café, qui a vu énormément de mauvaises choses dans sa vie, qui a une vie de famille compliquée... Donc, le bon flic bien carré que l'on croise beaucoup dans les romans ! Mais cela ne m'a pas empêchée de m'intéresser à lui, je tiens quand même à le souligner.
La disparue de Noël flirte entre le roman policier et le drame familial : je lis énormément de romans policiers, je commence donc à être (très) familière avec la dynamique de ce genre, et ses codes. Que ce soit la caricature du flic ou certains rebondissements, j'avoue ne pas avoir été surprise à 100 %... J'ai vu certains rebondissements arrivés, mais je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler les futurs lecteurs ! Mais là où la force de La disparue de Noël se situe, c'est que j'ai été quand même embarquée du début à la fin dans l'histoire, avec l'envie de savoir la fin.
Certes, ce n'est pas seulement un roman policier, donc je serais indulgente. On croise énormément de choses venant de ce genre, comme des kidnappings, la drogue, un braquage, et quelques autres petites choses similaires. Mais Rachel Abbott mélange avec cela la psychologie de ses personnages. Je dois dire que je me suis vraiment attachée à Emma et Tasha, qui sont les personnages les mieux construits, à mon sens.
Je dirais donc que La disparue de Noël n'est pas un véritable roman policier ou roman noir, mais tire sa force de son rythme : il se passe toujours quelque chose, tout s'enchaîne, tout est fait pour que le lecteur ait envie de lire le plus vite possible jusqu'à la dernière page. C'est donc une bonne lecture, très divertissante, qui présente quelques faiblesses mais qui se rattrape par d'autres aspects. Comme le dénouement, qui est surprenant et frustrant à la fois !
Une lecture simple, mais très efficace pour se changer les idées et passer un bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La disparue de Noël est un thriller écrit par la Britannique Rachel Abbott. L’inspecteur Tom Douglas qui mène l’enquête est, apparemment, un habitué des romans de cette auteure. J’écris « apparemment » parce que, personnellement, je ne connaissais pas du tout Rachel Abbott et avant La disparue de Noël, je n’avais rien lu d’elle.
Quelques jours avant Noël, 8 ans avant le début du roman, quelque part en Angleterre, Caroline Joseph a un grave accident de voiture avec sa fille de 6 ans, Nathasha. La jeune mère est tuée sur le coup. Quant à Nathasha, elle disparaît avant l’arrivée des secours et reste introuvable malgré l’énorme dispositif mis en place.
8 ans après, David Joseph, veuf de Caroline et père de Nathasha, a épousé Emma. Ils ont un petit garçon d’à peine 18 mois, Oliver, dit « Ollie ». Très riche banquier d’affaires, David croit avoir enfin retrouvé le bonheur quand une jeune fille de 13 ans débarque un jour chez lui. Immédiatement, David reconnaît Natasha. La vie du nouveau couple bascule alors dans un cauchemar sans nom…
Selon les termes consacrés, ce thriller est vraiment des plus efficaces. Une fois qu’on l’a commencé, difficile de le lâcher. D’autant que plusieurs énigmes, dont l’une est directement liée à l’inspecteur Tom Douglas, viennent s’entremêler et que les rebondissements ne manquent pas. Les amateurs du genre seront conquis. Pour ma part, même si j’ai pris plaisir à lire ce roman et qu’il a été un excellent divertissement, j’avoue avoir été un peu déçue par l’impression d’invraisemblance qui se dégage de l’ensemble. Evidemment, l’enquête est menée tambour battant, sans temps mort, sans presque laisser le temps de respirer au lecteur mais, du coup, il y a comme une impression de « trop ». J’ai vraiment du mal à pouvoir imaginer un tel scénario « dans la vraie vie ».
En revanche, j’ai beaucoup aimé l’épilogue du roman, pas du tout en forme « d’happy end » à l’américaine. La très large place qu’il laisse à l’émotion et à l’espoir m’a réellement touchée.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Impressions…

Pour les impatients, un thriller qui démarre lentement, mais ensuite très addictif, et malgré quelques invraisemblances et ficelles faciles, du suspense et une fin inattendue et plutôt bien vue.

Les points positifs de ce thriller :

les deux héroïnes féminines, Natasha et Emma, les mieux campées psychologiquement et les plus intéressantes,
le flic, dont c’est la quatrième enquête, très attachant, loyal
la construction du roman, qui fait que passé le retour de Natasha, on tourne les pages avec avidité pour connaître le dénouement.
un bon suspense, quelques retournements de situation bienvenus
une fin pas mal car je ne l’avais pas vue venir
Les côtés moins accrocheurs de ce roman :

le personnage du père, absolument pas crédible, et pas du tout attachant,
les « méchants », caricaturaux et au comportement parfois invraisemblable,
le trop-plein de rebondissements en tout genre (trop éparpillés dans différents domaines, du trafic de drogue au braquage, en passant pas le kidnapping d’enfants, etc…ça fait beaucoup pour un unique roman…)
la fin, car elle est aussi bien trouvée qu’un peu trop incroyable.
L’écriture est efficace, sans être particulièrement personnalisée, mais ce n’est pas forcément ce qu’on demande à un auteur de thrillers.

A noter que si vous êtes comme moi et n’aimez pas les histoires impliquant des enfants maltraités, ce roman n’en dit pas trop dans ce domaine, et n’a pas du tout un côté voyeur ni dérangeant : même Natasha reste réservée sur ses 6 ans passés loin de sa famille. Vous pouvez donc aborder ce livre sans problème si ce détail vous retenait…

En bref, un bon thriller, addictif et efficace, un sujet classique traité de manière originale malgré quelques faiblesses. A lire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est la quatrième enquête de Tom Douglas, personnage récurrent de Rachel Abbott, et on peut dire qu’elle l’entraîne dans les méandres les plus sombres de l’esprit humain. Quand le roman commence, Emma et David Joseph vivent heureux dans leur belle maison avec leur petit garçon Oliver. Six ans auparavant David a vécu l’enfer : sa première femme est morte dans un accident de voiture et leur petite fille s’est volatilisée. Sa rencontre avec Emma lui a permis de tourner la page. Mais un jour ordinaire, Emma trouve dans sa cuisine Natasha surgie de nulle part. La petite fille est devenue une adolescente taciturne, aux yeux tour à tour traqués ou luisant de haine quand elle regarde son père. Où a –t-elle vécu pendant six ans ? Quels sévices a-t-elle subis ? Et surtout, se demande Emma, que veut-elle ? Le lecteur se retrouve donc embarqué dans une intrigue haletante, pleine de rebondissements et de vérités amères. Le lecteur est amené à faire la connaissance d’une galerie de personnages bien dessinés. S’en détachent Natasha et Emma. On a de la peine pour cette adolescente broyée par la méchanceté des hommes, par la trahison des adultes. Et on lui pardonne ses actes, c’est ce que fait Emma d’ailleurs. Je pensais, au départ, qu’Emma n’était qu’un personnage secondaire, j’ai compris rapidement que c’était elle l’élément central, une femme forte et déterminée. Venez la découvrir dans ce roman prenant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La météo est hivernale en ce moment alors j'avais envie de lire un ouvrage qui me glace, histoire de rester dans le thème ! J'ai choisi ce livre de Rachel Abbott pour son titre et pour sa couverture. Mais une fois lancée dans l'histoire, je me suis rendue compte qu'il n'était pas souvent question de neige. Tant pis ! J'ai tout de même apprécié ma lecture et je remercie les Editions Belfond et la plateforme Netgalley pour cette découverte !

En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ? Que cache la disparue de Noël ?

Je dois avouer que j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire mais je ne parviens pas à identifier pourquoi. C'est très bizarre. Peut-être est ce lié au fait que je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Je n'ai pas apprécié David, le père de famille, qui fait preuve de bien trop de lâcheté et qui manque de franchise. J'ai aussi eu du mal avec son épouse Emma car elle a des réactions qui ne me plaisent pas. Ne parlons pas de Natasha que j'ai tenté de comprendre sans succès.

Il faut dire que cette gamine a vécu un passé bien triste et plutôt trouble. Lorsqu'on découvre une partie du pot aux roses, c'est encore pire. Mais c'est à ce moment là que j'ai commencé à éprouver un peu de compassion à son égard. La famille dans laquelle elle a grandit m'a fait un peu l'effet d'une caricature car tout y passe (je ne vous dirai rien pour ne pas vous spoiler). C'est glauque, c'est triste ... Par contre, j'ai bien aimé Tom le policier chargé de l'enquête car il a des côtés très humains.

L'histoire est loin d'être linéaire et elle m'a bien transporté. Je n'avais pas découvert le fin mot de tout ça même si j'avais eu une idée sur un certain détail. Mais globalement, l'auteure a réussi à me surprendre et rien que pour ça, je peux dire que le livre m'a plu. Je ne sais pas si c'est parce que je lis de plus en plus de thrillers mais je commence à voir les ficelles que certains auteurs utilisent. Là, j'ai eu des surprises et c'était très chouette.

La plume de Rachel Abbott est efficace, c'est bien rythmé ce qui permet au lecteur de ne jamais s'ennuyer. Les chapitres proposent une alternance entre les personnages ce que j'ai trouvé plutôt bien vu. Ça m'a permis d'avancer rapidement dans ma lecture, c'était très plaisant.

Peut-être pas d'une originalité folle mais les surprises sont au rendez-vous !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je m'attendais à enquêter sur la disparition de la jeune Natasha, mais au lieu de ça, je me suis retrouvée embarquée dans une histoire bien plus compliquée, mais ô combien palpitante ! L'auteure nous prend sans ses filets dès les premières pages, et ne nous relâche pas, jusqu'au point final. C'est un très bon thriller, à découvrir rapidement car il est en plus, totalement de saison !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une mort et une disparation, celles de Carolyne et Natasha, la veille de noël, six ans auparavant. Toute la région avait été fouillée de fond en comble, la petite fille de six ans, restait introuvable. David anéanti reprend le court de sa vie, en n’oubliant pas ses souvenirs. Sa nouvelle femme, Emma en mesure toute l’importance et tente de le consoler face aux remords toujours aussi présents. Le petit Ollie vient égayer leur vie qui désormais se veut paisible et agréable. Jusqu’au jour où Emma découvre une fillette au regard noir dans sa cuisine. Est-elle vraiment la fille de David, disparue ? Que cache Tasha sous cet air sinistre et dérangeant ? Pourquoi ne parle t-elle pas ?

Je m’attendais à des retrouvailles chaleureuses, mais au lieu d’effusions tendres, la méfiance et la distance s’installent immédiatement. Tasha suspicieuse et craintive ne semble pas vouloir renouer des liens. Elle s’enferme et se barricade dans sa chambre. Elle fuit les discussions. Elle ne veut pas s’épancher sur ces six années de disparition et sur ce retour miraculeux et inopiné. Tasha est une jeune fille de presque treize ans. Taciturne et morose, elle reste insensible aux sentiments de son père, heureux afin de la retrouver. Le comportement de Tasha n’est pas adéquat à la situation et Emma pressent de suite que cette jeune fille va lui mener la vie dure. Mais pourquoi ? Pourquoi se méfie t-elle autant ? Pourquoi son instinct de protection se réveille t-il ainsi ? Pourquoi tous les signaux d’alerte sont ils tous rouges ? Emma est une femme paisible qui a été désastrée par la rupture de ses fiançailles 6 ans plus tôt. Jack est l’amour de sa vie, se reconstruire après sa mort fut une véritable épreuve. Elle retrouve sa stabilité dans les bras de David. Elle se sent épanouie et choyée. Même si les sentiments ne seront jamais à la hauteur de ceux qu’elle éprouvait pour Jack, elle sait qu’elle pourra rester toute sa vie avec David. De cette union nait Ollie, un petit garçon joyeux et facile à vivre. Il illumine sa vie et retournerai le monde entier sans dessus-dessous, s’il devait lui arrivait le moindre malheur. Emme n’est pas par définition une femme violente. La douceur prime sur ses actions et avec patience, elle va mettre tout en œuvre pour découvrir ce que cache le comportement néfaste de Tasha. En fine psychologue, elle va anéantir les barrières de Tasha et va découvrir l’horreur. J’admire la preuve de force et de ténacité que fait preuve Emma. C’est une vrai guerrière. Combative, elle ne se laisse pas abattre quand tout va au plus mal. D’ailleurs tout le roman se porte, en partie, sur cette femme courageuse. En effet je ne peux pas dire que David ait de la ressource. Replié sur lui même, la fuite semble son mot d’ordre. Lâche et faible, c’est sa femme qui va mener ce combat acharné pour tout retrouver. Elle va pouvoir compter sur l’aide de Tom Douglas, inspecteur. Tom est l’ancien beau-frère d’Emma. Egalement anéanti par la disparition soudaine de son frère, Jack, six ans plutôt, il n’a jamais cessé de penser à lui. Replongeant dans les cartons de son frère, les souvenirs ressurgissent et les questions également. Trouveront-elles des réponses ? Jack et Tom sont diamétralement à l’opposé : l’un justicier l’autre voyou.

Ces six années ont gardé de lourds secrets, le moment est venu de les révéler, Emma, David et Tom seront-ils fin prêt à leur faire face ?

Ce polar est top ! Le suspense est présent à chaque instant nous plongeant au fur et à mesure dans les méandres d’une histoire sans commune mesure. Les vies des protagoniste s’entremêlent davantage lorsque les éléments s’imbriquent. Tout autant que les personnages, je me suis posée énormément de questions. Ceci tient en haleine du début à la fin. Course poursuite contre le temps, la vie et les révélations. Mon cœur n’a cessé de tressaillir face à l’intensité du scénario. L’atmosphère se veut lugubre, nonchalante et tragique. J’ai été happée par cette obscurité et touchée et peinée face à cette petite fille. Elle nous narre finalement sa vie et ses tourments. La peur est omniprésente et l’a avilit. La narration se déroule au diapason de trois personnages principaux : Emma, Tom Et Natasha. Leurs points de vues sont essentiels afin qu’on ait toutes les cartes en mains. Mais même en ayant les éléments capitaux, je n’ai pas vu arrivé le dénouement ! Le final est explosif dans tous les sens du terme. Par ailleurs un point que j’apprécie fortement : le fait que Abbott laisse aux lecteurs la possibilité d’en imaginer la suite. Je dois vous avouer que j’adore lorsque le point final ne m’est pas imposée.

La psychologie des personnages est maitrisée à la perfection et également le déroulé de l’enquête ponctué par des éléments bien précis dans le processus et les techniques.

Je n’ai pas lâché une seule seconde ce polar, envoutant, dramatique et percutant. Les rebondissements incessants ne m’ont pas laissé un moment de répit.

Une histoire magnifiquement bouleversante qui m’a plongée dans les affres des plus ignobles de l’espèce humaine : chantage, trafic, enlèvement, séquestration, manipulation, maltraitance, prostitution.

« La disparue de noël » est captivant et sensationnel !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Caroline et sa fille Nathasha, 6 ans, reviennent d’un dîner houleux chez le père de Caroline. Il fait nuit, nous sommes à quelques jours de Noël et Caroline n’aime pas rouler seule la nuit. À quelques kilomètres de chez elle, elle aperçoit une voiture en travers de la route. Alors qu’elle s’apprête à sortir de sa voiture pour aider le ou les passagers, elle reçoit un mystérieux coup de téléphone qui lui dicte de ne surtout pas sortir de son véhicule et de continuer à rouler quoi qu’il arrive. Elle obéit, monte sur un talus pour éviter la voiture qui lui barre la route. La voiture dévie et se renverse. Caroline meurt et Natasha disparaît sans laisser aucune trace. Ce n’est que six ans plus tard qu’elle réapparaîtra dans la cuisine de son père-qui s’est remarié- et tandis que le corps d’une jeune fille lui ressemblant étrangement est retrouvé…

Rachel Abbott signe ici son quatrième roman. Le récit s’ouvre avec la réapparition de Natasha. La jeune fille, dorénavant âgée de treize ans, est sortie de nulle part, a un comportement plus qu’étrange, et est même fantomatique. L’incipit décrit un face à face angoissant entre Emma, la nouvelle femme de David, et la jeune fille. L’atmosphère est très lourde, presque surnaturelle. La jeune fille est effrayante, muette et stoïque face à une Emma effrayée et bavarde. J’ai trouvé ce huis clos initial très réussi et très déstabilisant. La situation est irréelle et pourtant le retour de la disparue de Noël est bien réel. Dès lors, une multitude de questions nous assaille pour tenter de trouver une explication rationnelle. Que signifie ce retour après six ans d’absence ? Qui est vraiment cette jeune fille? Où était-elle pendant toutes ces années? Pourquoi a-t-elle un comportement si étrange?

La nouvelle épouse et l’enfant retrouvée forment un duo électrique. A la fois distantes et proches, chacune, à sa manière, doit se montre forte et imperturbable face à des hommes lâches et violents. Emma, notamment, m’a surprise : plutôt effacée au début du roman, ne pouvant rivaliser avec une première épouse adorée décédée, la jeune mère se révèle peu à peu et montre à quel point l’amour maternel est puissant.

Natasha est un personnage très ambivalent avec une psychologie très riche. La fillette adorée et adorable est devenue une jeune fille spectrale, provocante, offensive, voire complètement détestable. Natasha est un mélange d’émotions contradictoires ; une femme manipulatrice dans un corps d’enfant, imperturbable mais refoulant une sensibilité exacerbée. Elle se montre méprisante, pourtant j’ai éprouvé beaucoup de peine et de révolte pour ce personnage. On devine très vite quelles choses horribles a dû vivre la jeune fille pour afficher cette froideur forcée et cette indifférence totale.

Difficile justement de parler de l’intrigue sans trop en dévoiler ! J’ai lu ce roman très vite, d’abord absorbée par la situation initiale, psychotique. Très peu d’éléments sont dévoilés au début, ce qui ne fait qu’accroitre notre intérêt et notre curiosité. Même si en avançant dans la lecture la brume autour de la disparition de Natasha se dissipe, l’auteure réussit tout de même à nous surprendre jusqu’au dénouement. Je redoutais d’ailleurs que le dénouement soit joué d’avance et édulcoré. Mais l’auteure ne choisit pas la facilité et livre une fin réaliste.

Je conseille ?

Amateurs d’atmosphère inquiétante et de disparitions mystérieuses, ce roman va vous ravir ! Rachel Abbott mêle drames familiaux, actes inavouables et enquêtes policières dans un polar psychologique addictif ! A découvrir !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai beaucoup vu passer ce roman sur les réseaux sociaux, ces derniers temps. J’étais intriguée, mais je ne savais pas trop quoi en penser. J’attendais un peu plus d’avis sur ce roman dont le résumé, même s’il me faisait très envie, me semblait assez classique et « déjà vu ». Mais lorsque les Éditions Belfond m’ont gentiment envoyé la version ebook, je n’ai pas résisté longtemps. Et je dois dire que je n’ai pas regretté ma lecture !

Le roman commence sur les chapeaux de roue, on est immédiatement plongé dans l’histoire et on se retrouve face à plusieurs mystères. Le format très court des chapitres et l’alternance entre les personnages incite à poursuivre sa lecture.

On sent que chaque détail, chaque événement du livre est justifié, réfléchi. Rien n’est fait au hasard et tout prend son sens, tout se met en place petit à petit. Des liens inattendus se tissent pour dévoiler une toile sombre, une enquête bien plus compliquée qu’il n’y paraît au premier abord.

J’ai trouvé les personnages attachants, leur personnalité travaillée. Là où on se trouve parfois en face de personnages plus ou moins interchangeables, on a ici des caractères bien définis, facilement identifiables et des réactions cohérentes avec la psychologie des différents intervenants.

Autre détail (et plutôt insignifiant), mais j’ai apprécié que l’histoire se déroule ailleurs qu’à Londres, comme c’est (trop) souvent le cas dans la plupart des romans britanniques (dans ceux que je lis, du moins). Ici, même si on n’a pas forcément de repères géographiques dans la ville, on change un peu d’atmosphère, on découvre les bas-fonds de Manchester et ça m’a donné froid dans le dos.

Sans trop en dire, la fin m’a à la fois surprise, choquée, soulagée et frustrée, selon les personnages. J’aurais voulu que certains éléments soient différents…et en même temps, je me demande si ce n’est pas aussi ce qui fait la force de ce roman. D’aller là où ne l’attend pas, de sortir des sentiers battus.

Je ne peux que vous conseiller cet excellent thriller hautement addictif, mais attention ! Risque de nuits blanches très élevé !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lu en un week end, j'ai totalement accroché à cette histoire de disparition (qui va se révéler complexe et assez dense), et je n'ai pas réussi à le lâcher avant la fin !
L'écriture (la traduction) est fluide et se lit facilement dans les transports en commun dans le bruit sans problème ! On rentre de suite dans l'histoire, je ne me suis pas accroché aux personnages mais cela ne m'a pas empêché d'apprécier ma lecture et d'adhérer à l'histoire.
Petit bémol, au regard de la couverture et du titre je pensais lire une histoire en lien avec noël, mais le seul lien avec noël est le jour de la disparition au final, ce n'est pas vraiment un livre sur le thème de noël dommage, la couverture était trompeuse!
Je conseille ce livre à tous les fans de suspens, il aborde tout de même des sujets assez grave donc il faut être prévenu, ce n'est pas un petit livre mignon de noël.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès le prologue, l’ambiance est là.
Nous sommes au volant de cette voiture, avec cette mère de famille et sa fille.
On vit leur angoisse et leur panique, jusqu’au choc final.

Dès les premières pages, nous sommes donc pris au piège tissé par l’auteure Rachel Abbott : pourquoi cette mère de famille est-elle ainsi visée ? Que devient la fillette ? Qui peut en vouloir à cette mère de famille sans histoire ? Et cette voiture qui leur barre la route, malheureuse coïncidence ou coup monté ?

Véritable page turner, ce thriller est impossible à lâcher et Rachel Abbott maîtrise tous les codes du genre.

J’avoue avoir eu un doute et un moment de flottement au moment où l’adolescente, la disparue de Noel, revient à la maison 6 ans plus tard. L’accueil que lui fait son père et sa belle-mère m’a parfois laissée sceptique et j’ai parfois regretté un manque de réalisme dans les réactions de chacun.
Mais c’est aussi à ce moment-là que l’intrigue s’épaissit et que les pistes se diversifient. On doute de tout et de tout le monde et les pages se tournent vitesse grand V.

Rachell Abbott a le sens du rythme et les chapitres courts accentuent le sentiment d’oppression.

J’ai particulièrement aimé le développement psychologique des personnages : la mère d’abord effacée qui se révèle la plus courageuse de tous, le père et ses étranges comportements, l’enquêteur Tom Douglas, qui traîne un douloureux passé familial.
L’auteure met également en avant des sujets forts et bouleversants : les enlèvements et l’esclavage des enfants, les clans mafieux, le darkweb…

L’intrigue s’étoffant vers la fin, j’ai été heureuse de constater que malgré quelques faits devinés au cours du récit, le dénouement a su largement me surprendre et l’auteure a su éviter les clichés !

Un thriller passionnant  malgré quelques incohérences de départ dans les réactions des personnages. Si comme moi elles vous perturbent, persistez, vous ne serez vraiment pas déçu !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

David Joseph a tout perdu en une nuit. Alors que sa femme et sa fille reviennent d'un repas de famille, elles sont victimes d'un accident. Caroline meurt sur le coup et la petite Natasha disparait sans laisser de trace.
Six ans plus tard, David a refait sa vie. Il est marié à Emma et ils ont un petit garçon, Ollie, âgé de 18 mois. Ils ont une vie tranquille jusqu'au jour où Natasha, la fille disparue de David, débarque dans la cuisine du couple. Si David est ravi de retrouver sa fille, Emme, elle, se demande où était passée Natasha, ce qui lui est arrivée pendant ses dernières années...

L'auteur nous offre un polar psychologique assez intense. La personnalité des protagonistes est très fouillée et évolue magistralement au fil des pages.
A commencer par Emma, qui de parfaite mère au foyer un peu effacée, va devenir au fur et à mesure le pilier du roman, prête à tout pour sauver sa famille.
Le personnage de Natasha est très intéressant également. A la fois touchante et détestable, elle est un peu perdu entre ce qu'elle doit faire et ce qu'elle voudrait faire et surtout, on veut savoir ce qu'elle cache.
Tout ceci contribue à nous accrocher au roman, d'autant plus que l'auteur sème plusieurs retournements de situation. L'angoisse augmente au fil de l'histoire, à tel point que je me suis retrouvée à retenir ma respiration à plusieurs reprises.

C'est franchement un coup de coeur pour moi et je ne peux que vous inciter à le lire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon avis

Le prologue à couper le souffle annonce la couleur : Rachel Abbott nous happe totalement dès les premières lignes, et nous plonge avec talent dans une histoire sous haute tension, qui démarre sur les chapeaux de roue. Sa plume est immersive, à la manière d’un Harlan Coben, et l’on en prend conscience dès les premiers instants.

J’ai cependant tout petit regret quant au titre et à la couverture qui induisent le lecteur en erreur. Ce roman ne se passe pas du tout à Noël, mis à part ce fameux prologue accrocheur ! Mais ce n’est pas si grave, car l’atmosphère glaciale est pour sa part bel et bien au rendez-vous. L’histoire se passe en vase clos, sur très peu de temps, dans une maison de campagne qui semble retirée hors du monde. Il y a peu de personnages, et cela permet à l’angoisse de monter de plus en plus. Je me suis sentie oppressée tout au long de ma lecture.

L’histoire commence avec le retour d’une adolescente mutique dans la grande maison isolée de David et Emma. Qui est-elle? Nous comprenons assez vite que cette jeune fille est Tasha, l’enfant disparue. Mais son comportement particulièrement menaçant prête à confusion et inquiète sa toute nouvelle belle-mère….Emma est-elle parano et jalouse de cette ado qui vient perturber sa si précieuse tranquillité, ou a-t-elle flairé un vrai danger? C’est ce que nous allons découvrir.. J’ai aimé que dans cette histoire, on ne puisse finalement faire confiance à personne. Chaque personnage a ses secrets, ses intérêts, et l’on ne sait pas à qui se fier. Ce climat de suspicion et de tension m’a accroché, ainsi que les rebondissements qui s’enchaînent assez vite…

A partir d’un certain moment, il m’est devenu tout bonnement impossible de reposer mon livre. Les chapitres, assez courts, s’enchaînent à la vitesse de l’éclair tant l’on veut percer le fin mot de l’histoire. Différentes intrigues, qui semblaient n’avoir aucun rapport entre elles, s’avèrent liées. L‘histoire est accrocheuse, à l’image du prologue, et c’est pourquoi je qualifierais ce roman de pur page-turner. Cependant, ce roman n’est pas parfait pour autant. J’ai trouvé l’histoire finalement assez classique, j’avais deviné assez vite de grandes parties de l’intrigue, pour avoir lu quelques autres thrillers mettant en scène des disparitions d’enfants, chez Lisa Gardner par exemple. La fin ouverte m’a séduite, mais je ne suis pas particulièrement tombée des nues comme autant comme j’ai pu le faire chez d’autres auteurs habitués aux dénouements surprenants. On reste dans une histoire assez basique, mais efficace. Le suspense est bien maintenu tout au long du récit, et l’on frissonne devant cette enfant loin d’être innocente. A ne pas forcément faire lire aux jeunes mamans…

Ce qui fait la force de ce roman, ce sont avant tout ses personnages! Nous sommes dans un pur thriller psychologique : la psychologie de chacun d’eux est très bien développée, rien n’est laissé au hasard. Le résultat est que l’on s’attache aux héros, on tremble pour eux et l’on se sent dans leur peau. J’ai beaucoup apprécié Emma, ainsi que l’enquêteur Tom, que je prendrai plaisir à retrouver dans ses autres aventures déjà parues chez Belfond. Pour ne rien gâcher, ce thriller est aussi très féminin. Ce sont les femmes fortes qui mènent la danse, et ça fait du bien !

En résumé

« La disparue de Noël » est un pur page-turner, impossible à reposer une fois commencé. Cette histoire est finalement assez classique et j’en avais deviné assez rapidement des éléments, mais je n’ai pas boudé mon plaisir pour autant. Rachel Abbott a une plume immersive et dynamique, elle sait comment mener une intrigue et accrocher son lecteur! Ce thriller est très psychologique, on se sent dans la peau de chacun des personnages et l’on tremble pour eux, d’autant plus que l’auteure installe un climat de suspicion et d’oppression, à la limite du huit clos. On ne peut se fier à personne, pas même aux enfants, loin d’être innocents… De plus, l’écrivaine place des femmes fortes au centre de son enquête, et ça fait plaisir! Malgré son titre qui peut induire en erreur, ce roman ne se passe pas à Noël. Il n’en reste pas moins parfait pour frissonner sous la couette lors de longues soirées d’hiver !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le principe de cette histoire m’a tout de suite attirée. Pourquoi Natacha est-elle revenue? Comment? Que s’est-il passé? Cette situation met instantanément en place une tension qui ne va cesser d’augmenter au fil des pages. Emma va se retrouver face à cette jeune adolescente silencieuse et peu coopérative. Elle se méfie de sa belle-fille tout en culpabilisant: cet enfant a dû subir des choses terribles pendant sa captivité. Cependant, face à son époux David, complètement sonné et prêt à tout croire pour retrouver l’amour de sa fille, elle ne sait plus sur quel pied danser. Le retour de Tasha va-t-il leur apporter le bonheur ou le briser?

Je me suis vraiment attaché à Emma et Ollie, son bout de chou, ainsi qu’a Natasha. Malgré son attitude revêche, elle n’a que 12 ans et m’a vraiment touchée. Son air bravache et sa colère dissimulent bien des secrets… L’histoire commence avec très peu de protagonistes, presque en huis clos, puis, les développements nous font découvrir de plus en plus de personnages.

Le policier Tom Douglas, dont ce n’est pas la première aventure, n’est pas dans les clichés habituels, ce qui m’a beaucoup plu. C’est un assez jeune policier avec des blessures cachées et une détermination à aider Emma, David, Ollie et Natasha, sans faille. Son histoire se mêle bien à celle de la famille et donne un tout cohérent.

Pour aimer un thriller, il me faut de bons personnages pour lesquels je dois m’inquiéter. La narration comporte plusieurs points de vue qui s’alternent, avec des nouvelles voix qui apparaissent tardivement. Cela contribue à la montée du suspense: les évènements se succèdent et le puzzle, inquiétant, se construit petit à petit. Il est possible de deviner certains éléments, mais cela ne permet pas d’être certain de l’issue finale, je n’ai donc pas trouvé cela gênant.

J’ai vraiment apprécié cette histoire qui m’a tenue éveillée de bout en bout. C’est simple je l’ai ouvert pour ne plus le lâcher (je me suis endormie à 3 heures du matin). Je recommande totalement ce thriller vraiment prenant. La fin m’a apporté une légère frustration, mais les réponses seront sûrement dans le prochain épisode des aventures de Tom Douglas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Emma avait une vie qui la comblait avec son mari David et son fils Ollie jusqu'au jour où une jeune adolescente arrive sans faire de bruit dans sa cuisine. Elle a la surprise d'avoir en face d'elle, Natasha, la fille disparue de David. Comment a-t-elle pu revenir seule à la maison après 6 ans? Elle n'a que 13 ans! Où était-elle pendant toutes ces années? Que lui est-il arrivé pour avoir un regard si dur?

Tom et Becky sont appelés sur les lieux où une jeune fille vient d'être découverte en forêt. Peu de jeunes filles peuvent correspondre aux critères de la défunte. Serait-il possible que ce soit Natasha Joseph? Becky n'a d'autres choix que de demander à David un échantillon ADN. Le père semble dévasté.

David rentre à la maison et découvre que sa fille est de retour. Il est surpris et à la fois heureux. Par contre, la jeune fille ne veut pas qu'il l'approche et dans son regard, l'on sent qu'elle lui en veut énormément. Si sa fille est de retour à la maison, qui est celle qui vient de mourir?

Tom rentre lui aussi à la maison et décide avec sa copine de faire quelques recherches dans les dossiers de son frère Jack. Cela fait déjà 6 ans qu'il est décédé, il est plus que temps qu'il se décide à faire le tri de cette paperasse, mais également pour essayer de comprendre pourquoi des cambrioleurs ont fouillé dans ces boîtes.

Quelques jours plus tard, Natasha emmène son petit frère Ollie faire une balade. Elle le remettra aux mains de l'homme qui l'a kidnappé à l'époque. De retour chez David, c'est la consternation. Vont-ils demander une rançon? Et si c'était beaucoup plus complexe? Le passé semble rattraper le présent...

Je viens tout simplement de découvrir une auteure de talent. Je ressors de ce récit en ressentant encore quelques palpitations. Évidemment, la fin n'est pas tout à fait à la hauteur de mes attentes, mais pour ce qui est du reste du roman, je dois dire que c'est un excellent thriller psychologique.

Les personnages ont des personnalités qui cadrent à merveille avec l'intrigue. Il y a entre autres la jeune Natasha dont je me suis attachée. Elle est devenue caractérielle, complexe et pénible en raison de l'enfer qu'elle a vécu et malgré cela, il lui reste un petit fond de gentillesse qui ne demande qu'à sortir. Également, j'ai vraiment pris plaisir à détester le personnage de David. Quel homme faible et dégoûtant! Quant à Emma, elle est la mère que tous les enfants voudraient bien avoir. En fin de compte, Rachel Abbott sait vraiment créer des personnages d'un grand réalisme.

J'ai facilement adhéré à l'intrigue. Qui ne serait pas intrigué par ce récit? Une jeune fille qui refait surface six après avoir été kidnappée... mais l'on se rend compte que tout est plus complexe que cela n'y paraît aux premiers abords. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas ressenti ce petit frisson d'anticipation, vous savez ce petit boum qui vous garde captiver en lisant un thriller et qui donne le goût de sauter des paragraphes pour arriver plus rapidement au dénouement? Rassurez-vous je n'ai sauté aucun mot! J'ai plutôt savouré ma lecture.

Par contre, la fin m'a quelque peu déçue. À mesure que j'avançais, je voyais poindre le dénouement et tout m'a semblé aller de soi. J'aurais bien aimé que l'auteure me surprenne un peu! Je suis passée à peu d'un coup de cœur...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman à suspense avec quelques longueurs, mais l'intrigue et le propos sont originaux.
L'enfant disparue revient mais ses intentions ne sont pas claires. Chaque protagoniste a quelque chose à cacher. Emma, la belle-mère, que j'ai pris d'abord pour une "nunuche", se dévoile peu à peu.
La fin est intéressante, et surtout se distingue des classiques "happy ends".

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore une belle lecture dont je me fais un plaisir de vous parler...

Le thème de l'enfant disparu qui revient des années après n'est pas nouveau mais l'originalité de ce thriller est le côté machiavélique de l'enfant qui revient. Les sentiments du lecteur évoluent en même temps que le personnage d'Emma. Je crois que je n'ai jamais autant détesté une ado à ce point dans un roman...

Plus, on avance dans le récit, plus le voile se lève et beaucoup de non dit vont éclaircir certains mystères, captivant totalement le lecteur.

Le suspense est haletant de bout en bout et les 460 pages de ce roman se lisent à la vitesse grand V, tant on est avide de connaître le dénouement.

Des sujets durs comme le deuil, la traite des enfants qui ne sont pas le sujet principal mais qui sont détaillés en toile de fond et des personnages forts dont le lecteur ne peut ressentir que de l'empathie.

Une intrigue complexe rondement menée pour ce thriller à découvrir sans hésiter ...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un drame familial qui vous tiendra en haleine.

Alors qu’elle rentre chez elle, Caroline Joseph, l’épouse d’un riche homme d’affaires, se tue au volant de sa voiture. Leur petite fille de six ans, Natasha, qui était dans la voiture lors de l’accident demeure introuvable. Six ans plus tard, le père, David Joseph a refait sa vie. Il est l’heureux papa d’Ollie, un petit garçon de dix-huit mois et grâce à son épouse Emma, il a peu à peu réussi à se reconstruire. C’est alors que réapparaît Natasha. D’où vient-elle ? Quel but poursuit-elle ?

Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Belfond pour l’envoi de ce service presse. Dès le début, Rachel Abbott a su me captiver et maintenir mon intérêt. Tasha, cette adolescente de 13 ans qui surgit dans cette cuisine et qui repousse toute explication, refuse de parler à la police ou d’être examinée par un médecin, montre un comportement inquiétant et il faut vraiment l’aveuglement du père pour ne pas s’en rendre compte. Parallèlement, nous suivons l’inspecteur Tom Douglas qui va se trouver chargé de l’enquête et qui dans le même temps cherche à comprendre la disparition de son frère aîné Jack.

Plus j’avançais dans ma lecture, plus je me posais de questions et plus j’en apprenais sur Tasha, plus le mystère s’épaississait. L’auteure distille les informations au compte-goutte et le suspense ne cesse de grandir. La psychologie de ses personnages est très bien rendue et je n’ai pas cessé de m’inquiéter pour Emma et Ollie car il était évident que Tasha n’était pas revenue par amour pour sa famille. Mais petit à petit, face à ce qu’elle avait traversé, subi, je me suis attachée à elle qui de son côté se laissait peu à peu apprivoiser par Ollie.

« La disparue de Noël » est un thriller psychologique qui se dévore. L’écriture de l’auteure est simple, agréable et la lecture est facile. Les chapitres sont courts et on a du mal à quitter son livre tant on est pris dans l’intrigue et on a envie de savoir la suite. Rachel Abbott traite de sujets douloureux tels la traite d’enfants, la drogue, du hacking. Mais c’est avant tout un drame familial. Le retour de Tasha va mettre en lumière des vérités cachées, tues et surtout montrer le vrai visage des personnages. Emma est un magnifique portrait de femme et de mère.

Un thriller que je vous recommande tant il est prenant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :