Les flamboyantes

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 17 janv. 2018 | Archivage 17 avr. 2018

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LesFlamboyantes #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Battle Creek, 1991. Hannah Dexter est une jeune fille sage et solitaire, cible des sarcasmes de ses camarades de classe. Jusqu’au jour où le meneur de l’équipe de basket est retrouvé au fond des bois avec une balle dans le crâne et un revolver à la main. Cette tragédie, qui ébranle toute la ville, rapproche Hannah de Lacey, la nouvelle du lycée. Bientôt, Lacey et Hannah se jettent corps et âme dans les méandres d’une amitié exclusive, violente et toxique. Se croyant invulnérables, ces filles incandescentes, éprises de rébellion, s’enchantent du chaos qu’elles sèment derrière elles. Mais Lacey traîne un lourd secret qui menace de bouleverser leur amitié…

Battle Creek, 1991. Hannah Dexter est une jeune fille sage et solitaire, cible des sarcasmes de ses camarades de classe. Jusqu’au jour où le meneur de l’équipe de basket est retrouvé au fond des bois...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782213706665
PRIX 15,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

On est ici dans une histoire d'amitié, d'emprise. Après avoir lu récemment Girlhood et The Girls, difficile de ne pas faire un certain parallèle. Les intrigues sont bien différentes, mais au final, les thèmes traits sont assez similaires. Et, spoiler, c'est probablement Les Flamboyantes que j'ai préféré.

On trouve dans les trois récits cette histoire d'amitié adolescente, de fusion entre jeunes femmes, une fascination quasiment subite pour une BFF avec un changement drastique de comportement de la part de celle qui se fait influencer. Quand je parle de comportement, je pourrais en fait quasiment parler d'identité. Look, musique, centres d'intérêt, objectifs...
Hannah se fait d'ailleurs très vite rebaptiser Dex, un surnom bien plus badass que son prénom de petite fille sage, signe hyper révélateur de ce qu'elle a envie de devenir : un double de son amie, une personne bien plus forte, courageuse et funky que ce qu'elle a l'impression d'être.


Hannah-Dax idolâtre Lacey, Lacey idolâtre Kurt Cobain, et nous voilà partis pour une amitié sex, drugs and rock&roll, avec une bonne louchée de chaos en bonus.
On se demande à quel moment l'une d'elles arrêtera ce qui ressemble de plus en plus à de la folie, ou même si l'une le fera, si oui laquelle, et surtout ce qu'il va bien pouvoir leur arriver. Parce qu'il faut qu'il se passe quelque chose pour les faire redescendre sur terre...
Mais au-delà de ça, on a quand même des choses plus classiques entre amies de cet âge. Alors, vous l'aurez compris, on est pas dans le délire soirée pyjama et "viens je te fais des tresses".

Tout est plus amplifié. Les quiproquos de leur amitié pourront d'ailleurs avoir des conséquences dramatiques, et c'est peu dire.
Et alors qu'on a déjà une intrigue bien lancée, prenante, le récit vire quasiment au thriller. Quel est le lien entre leur amitié, et chacune d'entre elle et le jeune homme suicidé ? Avec la peste du lycée ?
Pour ajouter encore un peu de piment à tout ça, l'alternance des points de vue entre Dex et Lacey est prenante et nous permet d'avoir les tenants et aboutissants de certaines situations dont l'autre ignore à peu près tout. Pour ma part, j'ai davantage apprécié les parties dont Lacey était l'héroïne, principalement parce qu'elle avait quelque chose de finalement bien plus touchant que Dex (qui a parfois un côté geignard un peu agaçant surtout au début).
Les thématiques abordées le sont de manière assez crues, je préfère vous prévenir. Très clairement, en vrai, c'est un roman sur des ados mais destiné à un public adulte. Harcèlement, sexe, religion, consentement, réputation, violence... Certaines scènes sont assez trash, et l'autrice ne donne pas d'explication de texte. Pourquoi ça arrive ? Parce que c'est la vie, parce que c'est possible. Aucun message subliminal n'est délivré, on en fait ce qu'on en veut, et ça peut perturber, clairement.

En tout cas, entre le charisme des personnages, leurs motivations et leurs constructions psychologiques, l'intrigue de manière générale et le style de l'autrice, il y a vraiment eu un combo gagnant pour moi. Surtout que ça se passe dans les années 90 avec Nirvana en bande-son, donc bonjour la nostalgie (en vrai, j'écoutais pas Nirvana dans les 90's parce que j'avais entre 3 et 9 ans, mais vous m'avez comprise). Bref, j'ai frôlé le coup de coeur, et avec une fin un poil plus léchée, nul doute que je l'aurais mis dans mon top de fin d'année (je n'en fais pas, mais là encore, vous m'avez comprise).

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cf lien de mon blog ci-dessous.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une véritable tension et un suspens qui tient bien, des personnages aboutis et dont l'évolution au fil du roman accompagne le propos, un regard sur l'adolescence et la classe moyenne à l'américaine assez dur et réaliste.
Un vrai bon moment de lecture tant sur la forme que le fond.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Alcool, drogues, sexe et rock and roll... C'est un peu réducteur mais c'est le monde autour duquel gravite un couple fusionnel de jeunes filles que tout oppose pourtant. Lacey et Dex vivent en simples voisines dans la petite ville de Battle Creek. Lorsqu'elles apprennent à se connaître, elles deviennent vite inséparables. Mais peut-on vraiment parler d'amitié ? Lorsque l'une ment à l'autre sur ce qu'elle est... Lorsque l'une est totalement sous l'emprise de l'autre... Lorsqu'elles s'entraînent ensemble, toujours plus loin, avec la haine et la vengeance comme seules motivations...

Tout comme Dex et Lacey, j'ai été envoûtée !! Par l'écriture de Robin Wasserman, par ce couple d'adolescentes, par cette ambiance noire, torride et crue. On plonge dans un monde où trahison et rumeurs sont de rigueur. On se veut tout petit aux côtés de ces jeunes filles qui se cherchent, qui s'assument, qui s'aiment et se détestent, tout ça en même temps !!

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Fayard pour l'envoi de ce très très bon roman !! Une histoire puissante, qui raisonne et qui sonne juste...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

HOW DIRTY GIRLS GET CLEAN (titre d'une chanson de Courtney Love, veuve de Kurt Cobain)
A première vue, la petite bourgade de Battle Creek n'a rien d'un endroit dangereux où rodent les démons. Pourtant depuis que Craig , le petit ami de la belle Nicki s'est donné la mort dans les bois, il y règne une atmosphère pesante. Les années 90 voient l'émergence de Nirvana et de Kurt Cobain, qui compose la bande-son des révoltes adolescentes. Lacey conquise par le charisme du rockeur choisit de consacrer son existence au chaos. Elle ne tarde pas à entraîner avec elle Hannah Dexter (rebaptisée Dex), qui de jeune fille sage se transforme petit à petit en rebelle . Les deux adolescentes se lancent dans une course à l'excès, à base de sexe, alcool, drogue et rock'n'roll, sans qu'il soit possible d'affirmer catégoriquement laquelle des deux prend l'ascendant psychologique, mais toutes deux pour des raisons diverses vouent une haine farouche à Nicki. Nul doute que le drame est près à s’abattre sur Battle Creek où malgré l'apparente quiétude, rumeurs, hypocrisie et médisances se tapissent jusque derrière les portes des familles sans histoires.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Hannah Dexter est cette adolescente quelconque, effacée jusqu’à la rencontre avec Lacey, qui voue à Kurt Cobain une passion musicale. Les deux jeunes filles apprennent à se connaître, pourtant elles ont du mal à trouver leur place, s’interrogent sur leur devenir, leur famille, on les suit dans leur tentatives d’échapper au cadre familiale et scolaire. C’est sans compter sur cet événement incendiaire, le suicide de Craig, mort d’avoir trop aimé Nikki, la belle du lycée. J’ai apprécié la liberté de ton de l’auteure, pas de filtre lorsqu’il s’agit de décrire ces deux jeunes filles livrées à elles même, de décrire les fulgurances de l’adolescence, les idées noires, la violence et aussi l’énergie vitale de la jeunesse. La plongée dans l’époque est très réaliste, j’ai aussi apprécié l’originalité de l’intrigue et la tension palpable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une couverture qui me plaisait et deux références (l’une à Respire de Anne-Sophie Brasme et à l’autre à Virgin suicide de Jeffrey Eugenides), voilà ce qui m’a décidée à découvrir ce premier roman adulte de Robin Wasserman (précédemment habituée au roman YAL). Comme un signe, je venais de lire Ariane de Myriam Leroy, dont le thème est quasi similaire… Je ne ferai pour autant aucune comparaison car même si l’amitié fusionnelle vénéneuse de deux jeunes filles constitue le sujet de base, ces deux titres possèdent trop de différences (tant sur le plan de la narration que dans le déroulement des faits) pour donner lieu à un quelconque parallèle.

Même si j’en ressors extrêmement perplexe, je dois dire que j’ai beaucoup aimé. Il y a une tension constante et une ambiance particulière (malsaine et dérangeante) qui m’ont tenu accrochée au récit de ces deux adolescentes. L’auteure ne prend pas de pincette et dans un style cru, rock’n roll et érotique, déploie l’histoire tragique de quelques adolescents dans une ville tranquille de Pennsylvanie.

« Battle Creek avait été une ville absolument sans histoires. Et le plus étrange, cette année-là, n’était pas tant que quelque chose s’y passait enfin, mais plutôt que la ville retenait son souffle, attendant la suite comme si nous partagions tous le même cerveau reptilien capable de prédire l’avenir » page 14

Peu après la découverte dans la forêt du cadavre de Craig, un lycéen de la ville (la police conclura au suicide par arme à feu), Hannah Dexter, jeune fille sans histoire, un peu transparente et cible régulière de la peste Nikki Drummond, devient l’amie de Lacey Champlain, une gothique qui attire l’œil mais qui effraie autant par son assurance que par son côté sombre.

« Nouvelle dans un lycée qui n’avait pas accueilli de nouveaux depuis quatre ans, elle était inclassable. L’espèce de férocité qu’elle dégageait tenait aussi tout le monde à distance, si bien qu’elle était devenue l’équivalant de chair et d’os du pupitre de Craig – à ne regarder que du coin de l’œil. » page 16

« Lacey Champlain avait des cheveux sombres coupés au carré, des boucles d’un noir presque pur qui lui encadraient le visage façon années 1920. La peau pale et les lèvres rouge sang, comme s’il lui était inutile de jouer les gothiques car elle l’était naturellement, vampire de naissance. » page 16-17

« Princesse étincelante à la moue rouge cerise qui disait « qui, moi ? », Nikki flottait dans les couloirs sur un nuage d’adoration et laissait trainer dans son sillage des parfums doux comme des pâtisseries –vanille, cannelle ou pain d’épices -, alors qu’elle ne donnait aucunement à penser qu’elle pourrait s’abaisser à faire quelque chose d’aussi vulgaire que manger. (…)

Après la mort de Craig, Nikki avait brièvement acquis une aura de sainteté. (…) Mais Nikki est juste devenue Nikki en pire. Non pas purifiée mais distillée : l’essence même de la pétasse. » page 20

Hannah devient alors Dex, double de son idole, et commence une relation malsaine qui dégringole vers la folie, le drame et la terrible révélation….

J’ai vraiment adoré l’écriture de Robin Wasserman qui, entre sexe, drogue, violence, domination et interdit, mêle métaphores et images évocatrices.

La narration en alternance entre Dex et Lacey (parfois entrecoupée d’autres points de vue) donne une vision plus globale, permet de rythmer la lecture et surtout d’apporter certains éclairages pertinents. L’auteure est trash, elle bouleverse la bonne conscience et projeté une vérité impensable à formuler. Les flamboyantes est une lecture fascinante de part cette troublante relation destructrice mais surtout par le mystère qui plane tout du long, sorte d’énigme qui conduit le lecteur dans quelque chose dont il n’a absolument pas conscience en débutant cette histoire.

« Le genre d’incrédulité feinte que je connaissais bien : serieux, t’as pas été invitée à la soirée piscine chez Nikki ? Serieux, t’as pas de Swatch ? Serieux, t’as jamais embrassé/branlé/sucé/baisé ? ce n’était pas le snobisme déguisé qui me dérangeait mais la pitié qui l’accompagnait, le sentiment que je puisse à ce point ne pas être à la hauteur. Avec Lacey, en revanche, ça m’était égal. J’acceptais la pitié comme le prix à payer, parce que je voyais bien maintenant que ce n’était vraiment pas possible de ne pas connaitre Nirvana. Je voyais que ça lui faisait plaisir de nous ancrer dans nos rôles, elle la sculptrice et moi la glaise. Dans cette voiture, alors que la distance se creusait entre nous et le lycée, entre Hannah et Dex, entre avant et après, tout ce que je voulais, c’était la satisfaire. » page 28-29

En bref : lecture sulfureuse sous tension, sur fond de Kurt Kubain, Les Flamboyantes est un roman troublant palpitant !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :