The Paper Magician - Édition française (Saga The Paper Magician t. 1)

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 20 sept. 2016 | Archivage 30 nov. 2016

Résumé

C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie.

Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.

Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.

Issue de l'imagination débridée de Charlie N. Holmberg (dont c'est le premier roman), The Paper Magician est une histoire extraordinaire, sombre et loufoque, qui réjouira les lecteurs de tous âges.

C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9781503991637
PRIX 5,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

J'ai choisi ce livre sur NetGalley.fr parce que la couverture me tentait énormément et puis sachant que ça parlait de magie ça ne pouvait qu'être pour moi. J'ai découvert un nouveau type de magie, l'art de se lier au papier et de pouvoir le manipuler et le rendre magiquement vivant. J'ai été comme Ceony, émerveillé par cette magie que je découvrais pour la première fois comme elle. Une feuille de papier est tout à fait banale mais dans les mains de l'auteur et dans celle d'Emery Thane, magicien plieur, il prend une tout autre forme, il peut devenir selon des pliages précis qu'ils soient simples ou plus extrêmes, des animaux, des personnes, des objets et quelque soit la fonction que l'enchantement leur donne. J'ai adoré rentrer dans ce nouvel univers et voir ce que la magie peut faire pour nous faire découvrir quelque chose qu'on a encore jamais vu. Dans l'univers de The Magician Paper, il y a toutes sortes de magiciens et bien qu'on les survol très rapidement, on se concentre dans ce (court) premier tome, sur les Plieurs, les magiciens liés au papier. le petit défaut, c'est que le livre est trop court et que l'histoire s'en trouve un peu accéléré. Les cours de Ceony avec le magicien Thane se déroule sur plusieurs jours, on sait qu'on s'attend à un moment où à un autre l'arrivée de l'Exciseuse et j'ai trouvé l'arrivée un peu trop rapide de cette dernière. Bon on peut dire que le résumé nous gâche un peu le plaisir en nous dévoilant quand même des passages qu'on aurait aimer découvrir au fil de la lecture pour nous donner un véritable sentiment de découverte. La scène de combat est vraiment intéressante, on nous montre l'étendue des pouvoirs d'un magicien de papier et ça rend le moment assez surprenant mais un peu exagéré mais on se prend à l'action et on suit Ceony dans les démarches de son plan de départ. J'ai quand même bien apprécié l'histoire, ce livre à un bon potentiel pour moi, il traite de la magie mais de manière assez novatrice, il y a quelques clichés dedans mais ce n'est pas gênant en soi. J'ai juste envie de lire le second tome parce que j'ai vraiment apprécié ce premier tome bien qu'il soit assez court et j'ai quelques questions qui sont restés en suspens et que j'espère auront des réponses dans le tome 02.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans la droite ligne de la littérature destinée aux adolescents et aux jeunes adultes, surfant sur la vague de fascination née de la série Harry Potter et des récits fantastiques qui l'ont suivi , voici le premier tome d'une nouvelle trilogie mettant en scène une apprentie magicienne Ceony Twill qui devra parfaire au fil du temps la maîtrise de son art en même temps qu'elle construira son parcours vers sa maturité de femme. L'histoire commence au moment où elle sort de l'académie où elle a fait ses classes pour entrer en apprentissage et la spécialité qui lui est assignée, la magie du papier, n'est pas celle qu'elle avait choisie puisqu'elle rêvait de travailler les métaux. A peine a t'elle commencé à travailler le pliage du papier qui lui permettra d'enchanter ce matériau en lui donnant vie, sous la houlette du magicien Thane, qu'elle voit son quotidien bouleversé par l'apparition intempestive d'une Exciseuse, Lyra, une femme belle et dangereuse qui pratique la magie interdite sur les corps mais qui est aussi l'ex-épouse de son maître de stage et qui est animée d'intentions vengeresses. Pour sortir le pauvre Emery Thane de la peu brillante posture dans laquelle il se trouve (le coeur arraché et à deux doigts de la mort ), Ceony devra affronter l'ennemie et s'aventurer dans un monde onirique plein de surprises qui lui permettra de surprendre les secrets intimes du magicien . Tous les ingrédients d'une bonne saga sont mis en place avec ce premier opus qui familiarise le lecteur avec les personnages . La courageuse et rouquine Ceony triomphera de l'adversité et finira par regarder d'un oeil bien doux le beau magicien du papier dont elle a sauvé la vie au mépris du danger. Certes on ne s'écarte guère des poncifs du genre et l'histoire est un peu convenue mais il y a une réelle originalité dans la description poétique du parcours de Ceony à l'intérieur du coeur de son maître . En outre, il est très agréable de voir le papier, ce support mal aimé des amateurs de numérique, remis à l'honneur dans sa variété et dans la richesse de son contact tactile . Espérons que pour donner un peu plus de corps au récit, de réels personnages secondaires feront ensuite leur apparition et qu'une petite touche d'humour bienvenue alternera avec les passages plus sombres.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nous suivons Ceony, 19 ans, une apprentie magicienne tout juste sortie de l'académie. Alors qu'elle souhaitait devenir une magicienne liée aux métaux, on l'oblige à se lier au papier. Elle fait donc la connaissance de son professeur-tuteur, un homme un peu fantasque mais non dénué de charme, un homme dont elle devra sauver la vie.. Quel plaisir de découvrir cet univers enchanteur. Cette histoire assez courte ne nous perd pas à cause d'une longue entrée en matière mais arrive tout de même à nous faire entrer pleinement dans son univers sans grande difficulté de compréhension. J'ai tout d'abord aimé suivre Ceony dans son apprentissage du pliage, cependant, l'attrait pour cette histoire a été d'autant plus vif à l'arrivée de Lira, une Exciseuse venue faire du mal à Emery Thane, le professeur de Ceony. La découverte de la vie passée, des noirceurs et des sentiments de cet homme lors de la deuxième partie du roman, est vraiment prenante et on a du mal à décrocher. En refermant ce roman, on souhaite réellement connaître la suite. Bref une histoire rythmée proposant un univers original au charme assez désuet, des personnages attachants et une mythologie intéressante, autant d'éléments qui m'ont tout de suite accrochée. J'ai également vraiment hâte de découvrir la suite de cette histoire et de suivre l'évolution des relations entre les différents personnages.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ce roman, nous faisons la connaissance de Ceony. C’est une jeune femme tout juste diplômée d’une école de magie. Pour finir ses études, elle doit commencer son apprentissage au coter d’un mage. Mais malheureusement pour elle, elle a été choisie pour pratiquer la magie du papier. Dans cet univers fantastique du début du XXe siècle, les magiciens se spécialisent dans un matériau. Ceony aurait adoré travailler le métal, mais elle se retrouve avec le papier. Mais au fur et à mesure des jours, elle se rend compte que le papier permet de nombreuses choses. Elle découvre aussi que son maitre, Emery Thane, a beaucoup de choses à cacher. On est plongé dans un monde magique très original, très poétique aussi, qui m’a fait rêver. L’histoire se déroule au début du XXe siècle, et c’est une période historique que j’aime tout particulièrement donc j’étais très contente de pouvoir lire une fiction qui se déroule à cette période. J’ai vraiment adoré la première partie du roman, lorsque Ceony arrive chez son maître d’apprentissage. Elle découvre (et nous en même temps) toutes les possibilités que la magie du papier peut offrir. J’ai trouvé que c’était vraiment très original que les magiciens travaillent avec un seul matériau. Je n’avais jamais lu une histoire comme celle-ci. On apprend, en même temps que Ceony, tout ce que la magie du papier peut faire et c’est vraiment extraordinaire. Ça m’a fait rêver. Les personnages sont très bien développés dans ce roman, et j’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteure réussit à nous en apprendre plus sur eux. C’est une intrigue très bien menée. J’ai hâte de pouvoir lire la suite, car ce premier tome souligne de nombreuses interrogations. Il y a quelque chose qui m’a un peu dérangé, au début je me suis dit que ça pouvait être dû à la traduction, mais non, j’ai vérifié avec la version originale: l’auteure emploie un vocabulaire qui ne correspond pas toujours à la période à laquelle elle inscrit son intrigue. Au début de ma lecture, je me suis même demandé si l’histoire ne se passait pas au XXIe siècle. C’était vraiment très bizarre. Mais effectivement, on sait que l’intrigue se déroule en 1912. La dernière chose, c’est que la deuxième partie du roman m’a un peu moins plu. J’ai trouvé ça long, alors que pourtant c’est un livre assez court. Pour moi, ça manquait peut-être un peu de dynamisme. Le début de l’histoire se déroule assez vite, les jours et les semaines se succèdent plutôt rapidement, mais arrivé à la moitié du livre, le temps de narration semble plus long, plus étiré pourtant il s’agit d’une action qui dure tout au plus quelques heures. Je vous conseille ce roman si vous aimez la magie et le fantastique. Cette histoire est particulièrement originale, et le thème de la magie y est abordé d’une manière totalement nouvelle. J’ai déjà envie de retourner dans le monde créé par Charlie N. Holmberg.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant ce livre. Histoire pour enfant, sempiternel trio amoureux young adult, fantastique lu et relu ? Et bien pas du tout, j’étais terriblement mauvaise langue car ce premier roman est une belle découverte ! Alors certes, il y a quelques problèmes de rythme (certains passages sont trop longs d’autres bien trop courts !). Et l’histoire en elle même est assez archétypale (« moi-sauver-toi »), avec une petite pincée de romance élève-qui-tombe-amoureuse-de-son-professeur qu’on voit arriver à des kilomètres. Mais on pardonne bien volontiers à l’auteure car son univers londonien aux inspirations steampunk est très intéressant. L’héroïne n’est pas gnan gnan et la magie des matériaux surprenante, bien amenée et surtout bien utilisée. On tremble pour Aneth, le chien de papier sensible à l’eau, et oh comme j’aimerais voyager comme l’héroïne dans un avion de papier ! C’est simple, en fermant ce livre on n’a plus qu’une envie : se (re)mettre à l’origami ! Le monde créé par Charlie N. Holmberg m’a rappelé l’ambiance des films d’Hayao Miyazaki. On est notamment très proche de l’atmosphère graphique du "Château ambulant" ("Howl’s moving Castle"). Le livre partage d’ailleurs la même thématique du cœur « volé ». J’ai beaucoup aimé l’exploration à la fois organique et allégorique des différentes cavités ! (cela rendrait tellement bien animé comme le Studio Ghibli sait le faire) The Paper magician est le premier tome d’une série. les tomes suivants (The Glass magician et The master magician) ne sont pas encore disponibles en français. Heureusement je lis l’anglais car je compte bien y jeter un oeil 😉 ______________________________________________________ TL : DR Mesdames et Messieurs les magiciens du papier, sortez vos feuilles et préparez vos plus beaux plis si : Vous voulez un roman d’aventures assez court mais quand même bien tourné Vous êtes fan des films du Studio Ghibli ou amoureux du Steampunk Vous aimez les univers oniriques et la description d’un système de magie très original

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est un livre que se lit assez rapidement, on rentre très vite dans l’histoire et dans cet univers victorien et onirique (ça se passe à Londres à la fin du 19e siècle). Dans ce monde, il y a une sorte de caste de magiciens et il y a plusieurs branches au sein de cette caste. Chaque branche maîtrise une magie associée à un matériau fabriqué par l’homme. Il y a les Fondeurs avec le métal, les Plieurs avec le papier, et je n’ai pas retenu les autres noms, mais en gros il reste le verre, le caoutchouc et une autre matière dont je ne me souviens plus. On suit Ceony, jeune étudiante, qui vient de finir les cours à l’académie, première de sa promo, et qui rêve de devenir Fondeur. Elle va maintenant entrer en formation pratique en tant qu’apprentie auprès d’un mage confirmé (Monsieur Thane). Et bon, suite à quelques complications, on lui assigne la magie du Papier. Elle est pas hyper contente parce qu’elle trouve que c’est pourri comme magie, mais son avis va rapidement changer quand elle va en découvrir toutes les subtilités (du papier). L’histoire commence vraiment quand une méchante sorcière débarque et prend le cœur de Monsieur Thane. Ceony va se lancer à sa poursuite et bim bam boum, s’en suit moult aventures. Ce roman m’a beaucoup fait penser à l’univers de Miyazaki et notamment du Château Ambulant, c’est très onirique, très poétique, très initiatique. C’est un univers que j’ai beaucoup aimé découvrir et explorer. Ceci dit, le livre a un gros (très gros) côté glauque, voir gore (on dirait pas comme ça hein), ce qui peu titiller un peu les âmes sensibles (comme moi). Le livre est très axé sur les personnages de Ceony et de Thane, le reste du monde est somme toute, peu abordé. L’histoire se base beaucoup sur l‘introspection et les sentiments des personnages : leur quête de rédemption notamment. On rentre dans l’intimité de ce duo et une bonne partie du roman se passe en huis-clôt chez le magicien (métaphoriquement et littéralement). Ce qui fait que le reste de l’univers est très peu développé. Comme c’est le premier tome d’une trilogie, ça laisse de bonne perspectives pour la suite. Pour notamment découvrir et développer les aspects des différentes magies, qui ont été un peu délaissés au profit de l’histoire. En somme, une histoire originale sous forme de quête initiatique où on se retrouve plongé au cœur d’une course poursuite haute en couleurs. Je lirai volontiers la suite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici l'un des premiers titres traduits en français par Amazon via sa plateforme. Merci à NetGalley pour m'avoir permit de le découvrir ! L'univers est plutôt intéressant et original : la magie existe, elle peut être apprise. Les magiciens ne peuvent manipuler que ce qui a été créé par l'homme (par exemple le papier et le métal mais pas la pierre) à l'exception des renégats qui manipulent la chair/le sang. L'atmosphère est un peu onirique et l'auteur ne s'étend pas sur le pourquoi du comment : la magie est connue dans ce monde, point. Mais ce n'est pas déstabilisant pour le lecteur qui va suivre l'apprentissage de Ceony chez un magicien. Ceony vient d'une famille peu aisée mais est une jeune fille brillante. A force de travail, elle a réussit ce qu'elle voulait : entrer à l'école Tagis Praff qui lui ouvrira les portes de l'apprentissage de la magie. Mais la jeune fille, malgré son niveau, ne pourra pas choisir sa magie : on lui impose de travailler le papier car les Plieurs se font de plus en plus rare. Triste, Ceony se pliera à ce qu'on attend d'elle, consciente de sa chance d'être arrivée jusque là en premier lieu. Son mentor, Emery Thane, est un personnage assez excentrique, mystérieux mais attachant. Relativement jeune, la trentaine environ, il semble souvent dans la lune, mais prouvera par quelques actions qu'il est attentif aux humeurs de la jeune fille. Une relation d'apprentissage étrange commence alors, étrange car elle repose surtout sur la capacité de Ceony à retenir les ouvrages que lui donne son mentor à lire. Mais un jour, un drame arrive. Une renégate fait irruption dans la maison et vole le coeur du magicien à l'aide de sa magie. Paniquée, Ceony créé alors un cœur de papier pour gagner du temps (heureusement qu'elle a lu des manuels d'anatomie n'est ce pas ?...). Désespérée, elle se lancera à la recherche du cœur de son maître pour lui sauver la vie. Si j'ai aimé ce roman, il a tout de même quelques faiblesses. Tout d'abord un problème de rythme. Le quotidien de Ceony, sa vie nous est peu présenté, on est soit plongé dans les lectures de livres soit dans une scène qui occupe la moitié du livre. L'auteur va nous décrire des petites actions quotidienne puis sauter des éléments d'apprentissage. Déstabilisant pour la curieuse que je suis. La grosse scène du roman n'est pas sans rappeler Alice au pays des merveilles : il y a un côté onirique, mais également un peu absurde. Ceony avance, basculant dans divers univers en tentant de trouver une sortie. Cette scène n'est pas désagréable mais déséquilibre le roman. De plus, elle arrive un peu brusquement et il manque, je trouve, des explications pour que le lecteur comprenne bien l'ensemble. Comment elle rentre, comment elle sort, c'est un peu "deus ex machina"... Autre chose, j'ai aimé les personnages - même si en dehors de Ceony et de son mentor les autres sont à peine esquissés - mais j'ai trouvé un peu rapide leurs différentes relation. L'attachement de Ceony m'a semblé rapide et l'auteur ne s'est pas assez appesanti dessus pour qu'on comprenne totalement comment elle est passé d'un sentiment à l'autre. Pourtant j'ai bien aimé ce roman, j'ai passé un bon moment, je voulais avancer, et maintenant je veux la suite ! Bref, malgré ses petites faiblesses je vous le recommande :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

. Je remercie Net Galley et Amazon Crossing pour cette découverte! Et bien voici une belle surprise! Ce livre est le premier tome d'une trilogie qui promet d'être magique. Pourtant ce n'était pas gagné, car très sincèrement j'ai eu du mal à rentrer dans cette histoire dès le départ. L'histoire débute plutôt brutalement, sans prologue ni introduction particulière : nous sommes catapultés en même temps que Ceony Twill -notre protagoniste- devant la maison du magicien Thane. Nous découvrons que Ceony, fraîchement diplômée de l'école de magie Tagis Praff, n'a pas d'autre choix que de devenir Plieuse ou magicienne de papier. Très loin de choisir la voie du papier - une magie dont personne ne souhaite exercer l'art- elle doit cependant faire face à ce revirement du destin et devenir l'apprentie d'un magicien excentrique par obligation. C'est donc à reculons que Ceony débarque chez le Magicien de papier Emery Thane afin de commencer son apprentissage. Comme vous l'aurez compris, The paper magicien nous relâte dans ce premier volume l'histoire Ceony Twill, 19 ans durant son apprentissage aux côtés du Magicien Thane. Avec elle nous découvrons cet art si particulier qu'est la magie du papier. Si vous aimez et/ou pratiquez l'Origami ce livre devrait sans doute vous plaire. J'ai moi-même été enchantée de découvrir cette magie qui fait tout simplement rêver. L'art du papier anime les objets, leur donne une vie propre, par la magie. Dans ce monde, la magie est omniprésente. L'histoire se situe dans une Angleterre fictive au 19ème siècle où la magie a prise une place importante dans le quotidien. Les magiciens sont des artistes, des personnes respectées dans la société car tout le monde ne peut devenir un magicien. Toute personne voulant devenir magicien doit suivre des études particulières dans une école de magie, Tagis Praff. L'histoire rappelle sans nul doute Harry Potter ou le plus récent The Magician. Si la magie est exceptionnelle dans ce monde, elle peut être aussi dangereuse. L'univers du livre lui-même se situe entre le rêve et la réalité à bien des égards, un univers onirique. le papier se transforme et prend vie entre les mains d'Emery Thane : il devient objet de décoration, animaux, fleurs, éventail, etc. Bien sûr nous découvrons aussi d'autres types de magiciens capables de manipuler d'autres matériaux : le métal, le plastique, le caoutchouc, le verre, etc. Un roman qui n'est pas sans rappeler le style Steampunk. Des magiciens oeuvrant pour "le bien" en inventant et embellissant la vie quotidienne, mais aussi des magiciens capables de manipuler le sang, des Exciseurs. Cet introduction dans la magie noire nous fait basculer presque dans un thriller. Pour ne pas mentir certaines descriptions sont un peu "gores" (donc ne le réservez pas pour un public trop jeune). L'éternel conflit entre le bien et le mal fonctionne toujours très bien et rapidement cette histoire se transforme en course contre la montre pour déjouer le mal. Ce premier tome m'a donné l'impression d'être à mi-chemin entre un roman historique et un roman de fantasy. Un livre qui mélange plusieurs genres avec plus ou moins de réussite. A ce propos, avant de développer un peu, j'aimerais faire part d'une certaine forme de mécontentement... Pourquoi dévoiler l'intrigue de ce premier tome dès le résumé? Je vais être franche, le synopsis nous spoil totalement, il en dit trop. J'aurais aimé garder un minimum de suspens... Mais bon, si cet élément a un peu gâché ma lecture, ce n'est pas le seul malheureusement. Il m'a été difficile au début de m'attacher à Ceony, elle m'a parue quelque peu froide et capricieuse, heureusement que cette impression à été écartée plus tard. Il faut dire que le choix narratif n'aide pas vraiment à se plonger dans la tête de Ceony. Pourtant les personnages sont très attachants dès qu'on en apprend un peu à les connaître (peut-être un peu tardivement pour Ceony). Je suis tombée amoureuse du magicien Thane -rien que ça- qui est un homme plein de surprises. Ceony quant à elle est une jeune fille qui a du caractère et en plus elle est spontanée. Alors autant vous dire que les dialogues entre Thane et Ceony sont drôles et acérés. Évidement ce ne fut pas une grosse surprise d'apprendre que leur relation pourrait connaitre une tournure plus sentimentale. Mais je vous laisse découvrir cela. Pour moi, ce premier tome manque d'aboutissement. Ce fut une lecture surprenante, rafraîchissante mais aussi grinçante. Ouiii j'ai souvent grincé des dents. Pourquoi? Simplement pour ses défauts qui gâchent le potentiel et fait baisser ma note générale. L'écriture par exemple est agréable, poétique, mais le style trop familier à certains moments m'a un peu désappointé (le récit est censé se situer au 19ème siècle tout de même). Et revenons au gros du problème : l'équilibre! Le récit est visiblement trop court et bancal. Il manque des parties qui auraient permis de mieux appréhender la lecture à mes yeux (au début avant que Ceony arrive chez Thane par exemple). Souvent l'auteure en dit trop ( comme avec les descriptions à rallonge qui s'invitent dans l'action et qui rajoutent de la lourdeur à l'oeuvre) ou pas assez (j'ai parfois dû revenir aux phrases pour replacer les évènements). En plus, l'action tarde à venir et la scène finale attendue est trop courte et un peu floue (j'ai même été relire un passage pour savoir si j'avais bien compris) Je ne dirais pas que cette fin est bâclée mais presque : il reste pas mal /trop de questions non soulevées. Mauvais cliffhanger, je vais devoir aller lire la suite pour en savoir plus. J'ai le sens du sacrifice vous comprenez. Très sérieusement j'ai eu un petit coup de coeur malgré tous ces défauts. Bilan : J'ai eu un coup de coeur pour ce premier tome qui n'est pourtant pas parfait. L'aspect très positif que je retiens de The Paper Magician est pour moi l'univers. Ce livre m'a totalement prise par surprise par son originalité : je n'avais jamais lu quelque chose de semblable. The paper magician est une réelle découverte, un diamant brut, dont j'aimerais découvrir la suite. Je le recommande bien évidement chaleureusement. Note : 14/20

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je n'avais jamais entendu parler de ce bouquin, je ne me suis pas encore réellement intéressée aux bouquins parus aux éditions Amazon Crossing. Mais je suis tombée en arrêt devant cette superbe couverture, je la trouve vraiment très jolie et maintenant que je l'ai lu, elle me parle encore plus (mais chut, je n'en dirai pas plus !). C'est grâce à Netgalley que j'ai pu découvrir cette histoire, merci donc à eux et à Amazon Crossing ! C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie. Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir … Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite. J'avais donc très envie de découvrir l'histoire de Ceony qui est une apprentie magicienne mais qui ne peut pas choisir quel type de magie elle va apprendre. Elle est donc envoyée chez un magicien qui manipule le papier. Alors dis donc, c'est vrai que ça semble bien loin d'être glamour mais j'ai bien aimé le fait que la magie se pratique à l'aide de matériaux (par exemple, il existe la magie du métal, du plastique et la terrible magie de la chair à laquelle on va d'ailleurs se retrouver confronté). Pour une fois, on a un peu d'originalité et ça fait du bien. J'ai adoré la première partie du livre que j'ai trouvé très plaisante, toute la mise en place pour la suite de notre histoire m'a séduite. On a très envie de savoir comment Ceony va réussir à se mettre dans la peau d'une magicienne du papier alors qu'elle est très réticente à cette idée. J'ai adoré découvrir Emery, son mentor, et je dois bien avouer que je suis tombée sous son charme mystérieux. C'était vraiment très chouette à lire. J'ai eu un peu plus de mal avec la deuxième partie qui m'a plus fait penser à un conte qu'à un vrai roman. Je ne vais pas vous en dire beaucoup plus parce que je pense qu'il faut que cette partie reste une totale découverte tellement c'est original ! Je crois que c'est la première fois que je lis un roman qui se passe dans un tel endroit. J'ai trouvé que c'était très poétique, la plume de l'auteure est vachement agréable. Je l'ai lu en quelques heures, il m'a tenu sur l'aller-retour pendant notre voyage à Venise (grosso modo, je dirai donc presque trois heures de lecture). On ne s'ennuie pas, c'est assez rythmé (surtout la première partie) et ça se lit très bien. Je pense qu'il devrait y avoir un tome suivant et c'est avec plaisir que je le lirai. Une très jolie découverte, pleine de poésie et de découverte ...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès le départ, cette couverture m'avait attirée. Ensuite, j'ai lu la 4ème de couverture. Et entre le résumé et le joli dessin, je m'étais tâtée à le précommander. Je ne l'avais pas fait pour des raisons indépendantes de ma volonté (aka je dépense mon salaire dans du carrelage, je peux pas tout faire). Donc quand je l'ai vu débarquer sur NetGalley, je me suis ruée dessus. Ruée, oui oui. Et j'ai carrément bien fait, parce que j'ai adoré. Ceony ne voulait pas apprendre la magie du papier. Parce que le papier ce n'est pas très noble, et les origamis, c'est pas son truc. Elle, elle voulait apprendre le métal et faire des trucs vraiment impressionnants, des trucs qui claquent, des trucs utiles. Elle a un petit côté bling-bling, Ceony. Pas de chance pour elle, elle n'a pas le choix. Pénurie de magiciens du papier, ce sera son apprentissage. Ça ou rien. Elle va donc se retrouver chez Emery Thane, un maître du genre. Et elle va être plutôt antipathique au premier abord, puisqu'elle va râler un moment. C'est dommage, parce que ça rend les premières pages où le monde nous est introduit un moins agréables. A ce moment-là, c'est vraiment le prototype de l'ado renfrognée : et moi je râle, je voulais le métal, d'abord, le papier, c'est tout pourri, et en plus, ici c'est moche, et Thane a l'air cinglé, et j'ai pas envie, j'aurais mieux fait d'être cuisinière. En gros, voilà les 20 premières pages. Elle va longtemps critiquer son maître, qu'elle suppose fou pour des raisons incompréhensibles par ma petite personne. C'était assez agaçant, parce que bon, OK, le type est un poil maniaque et un peu excentrique, mais enfin bon, il est quand même pas du genre à se mettre un entonnoir sur la tête et à courir tout nu dans la rue en criant "la fin est proche !". Elle est un peu intolérante, la Ceony. Puis on vante son intelligence à notre héroïne : et vas-y qu'elle a une mémoire visuelle du tonnerre, et qu'elle a fini major de sa promo, et qu'elle est vive et maline. Bon, pour être honnête, dans la première moitié du roman, elle a quand même l'esprit de déduction d'une poule sous Prozac. A un moment, elle se pose quand même une question sur une phrase alors que la réponse est dans cette même phrase. Pour caricaturer, Darth Vador lui aurait dit "je suis ton père" elle aurait répondu "comment ça "père" ?". Vous voyez le genre. Mais tous ces passages sont quand même agréables. On découvre l'univers, on se pose des questions, et le charisme d'Emery n'y est pas pour rien (moi, j'ai eu envie de l'épouser dès le début, hein). Passé ce début où notre héroïne est donc un peu dinde, elle va finir par se révéler dans l'action. Un brin téméraire quand même, elle va vraiment faire honneur à cette première description de jeune femme intelligente et réactive. Ses neurones se mettent en marche, elle devient surprenante et attachante. On pourra peut-être reprocher qu'une des péripéties pour sauver le magicien prenne beaucoup de place au prorata du nombre de pages, mais cela permet clairement d'en apprendre plus sur le maître et son passé, zones d'ombres incluses. Le style est agréable et le livre est un vrai page-turner que je recommande aux amateurs d'univers originaux et d'action. Pas énormément de profondeur dans ce qui me semble être un premier tome, mais beaucoup de bonnes idées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ceony voulait être Fondeur, c'est à dire enchanter des bijoux, ensorceler des projectiles,.. mais les Plieurs se faisant rares (12 au total), elle s'est vue imposé le choix du matériau (il en existe plusieurs : verre, métal, plastique, caoutchouc,..) destiné à son art. C'est avec scepticisme qu'elle se rend chez Emery Thane, Plieur et professeur chargé de son apprentissage pour une durée de six ans minimum, moi qui m'attendais à une sorte de Merlin l'enchanteur (cliché Disney quand tu nous tiens!), c'est en fait un trentenaire qui m'a directement paru sympathique. Si sa maison aux premiers abords parait délabrée, il s'agit en réalité d'une illusion, sa maison est bordée de fleurs en papier qui prennent vie, son majordome est un squelette de papier et l'auteur nous donne envie de flâner des heures durant chez lui. Je n'ai pas appris grand chose sur Tagis Praff, l'école préparatoire de magie d'où sort Ceony (dommage!), si ce n'est que c'est très onéreux et qu'il y a un internat. Ceony avait décroché une bourse qui a subitement disparue.. mais un donateur anonyme lui a permis de payer son année.. Devinez qui! Les premiers chapitres sont consacrés à l'apprentissage de la magie de papier ainsi qu'a la création d'un lien entre le magicien et son apprentie, ce premier tome est court, les événements s’enchaînent assez rapidement. Une Exciseuse fait son apparition dans la demeure de Thane et s'empare de son cœur, s'en suit alors une quête pour le sauver, c'est à partir de ce moment que j'ai été happée par l'histoire, je voulais en découvrir plus sur la magie interdite, sur Lira (l'Exciseuse) et le lien qu'il pouvait y avoir entre elle et le magicien! J'ai enchaîné les pages sans lassitude, un coup de cœur! J'ai vraiment apprécié que l'auteur prenne le temps de nous détailler la maison d'Emery Thane, qu'elle nous donne quelques informations dispersées sur le passé de Ceony. Il y a une chose qui m'a intéressé tout particulièrement dans ce tome (en dehors de la magie de papier) : l'Excision, une magie interdite. J'ai aimé découvrir le passé commun de Thane et Ceony, parcourir les souvenirs. L'univers qu'a crée Charlie N. Holmberg est très prenant. Si The Paper Magician n'a pas répondu à toutes mes questions, je pense que la suite s'en chargera et j'ai hâte de pouvoir la lire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Intriguée par le résumé de ce livre et par sa jolie couverture, je me suis lancée avec plaisir dans ma lecture. J’avais un peu de mal à imaginer commet le papier pouvait être une arme et je l’ai découvert en compagnie de Ceony, jeune apprentie qui ne rêvait que de se spécialiser dans le métal. L’intrigue tourne principalement autour de trois personnages : Ceony, l’apprentie, Emery Thane, son maître, et une menace qui plane sur leur demeure. Si les personnages sont parfois un peu simples, j’ai été charmée par la découverte de cette magie du papier. Les possibilités qu’elle offre sont en réalité énormes et il y a énormément de potentiel disponible, qu’on découvre au fur et à mesure. L’amour qu’Emery porte à cette spécialisation a fait d’ailleurs pour beaucoup dans mon appréciation parce que c’est un homme très simple mais en même temps plein de surprises, qui apprécie ce qu’il fait, et qui le fait bien. La première partie de l’histoire est fondée sur le début de l’apprentissage de Ceony. En sa compagnie, on découvre l’art particulier du pliage et sa manière toute particulière de pouvoir donner la vie. J’ai vraiment aimé ce passage qu’on pourrait définir comme étant un moment d’apprivoisement de deux personnes isolées. En plus, leur duo n’est pas dépourvue d’humour et c’est toujours mieux. La deuxième partie est plus dans l’action et paradoxalement, je l’ai trouvé plus longuette. Je comprends bien que l’héroïne de cette histoire est Ceony mais au bout d’un moment, je voulais en voir le bout. Ça ne m’a pas pour autant gâché mon plaisir et cette lecture a été une excellente découverte, pleine de surprises et d’enchantement. Je ne demanderai pas mieux que de continuer à suivre cet univers décidément plein de potentiel, et dans lequel évolue un duo des plus attachants.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je dois avouer que le résumé ne payait selon moi pas de mine. Certes, on a envie d’en savoir plus, pourtant je ressentais cette impression de lire un « plagiat » de La Passe-miroir, et cette désagréable sensation a perduré un bon cinquième du livre. Fort heureusement il s’est vite désagrégé et j’ai pu pleinement savourer ma lecture.       Les premières pages nous plongent dans le contexte. Angleterre du XIXe siècle, Ceony Twill est une jeune fille de dix-neuf ans qui vient d’obtenir son diplôme de magie et se voit ainsi affectée auprès d’un magicien patenté, Mg Emery Thane. Pas de chance pour elle, elle ne sera pas envoyée dans le domaine de compétence qu’elle souhaitait et la jeune femme devra apprendre la magie du papier, le don le moins répandu parmi la caste des magiciens.        Les premières pages nous présentent l’environnement dans lequel on évoluera dans une petite moitié du livre, à savoir la maison du Mg Thane. Ce choix donne l’impression d’évoluer dans un huis-clos intime entre maître et élève, permettant de mieux les connaître et mieux les appréhender. Cependant la relation à établir prend le pas sur l’action et je trouve que l’intrigue principale s’est faite attendre, ce qui m’a réfréné dans ma lecture, malgré la faible épaisseur du livre.        Cette attente eut un autre effet positif, puisqu’il permet de mettre en place les clés autour de la magie du volume, c’est-à-dire la magie du papier.        L’intrigue finit tout de même par se pointer une fois le premier tiers lu (mieux vaut tard que jamais !). Une certaine Exciseuse pointe en effet le bout de son nez. Mais qu’est-ce qu’une Exciseuse, me direz-vous ? C’est très simple ! Comme dans tout bon livre de magie qui se respecte, il faut toujours qu’il y ait des traîtres ayant appris la magie obscure (Anakin, es-tu là ?) Bwef, voilà les Exciseurs sont les individus maîtrisant la magie noire, la magie du sang, ce qui semble franchement plus puissant que le pliage de papier.        Pour en revenir à nos moutons, une Exciseuse débarque dans le manoir de Mg Thane et vole le cœur de ce dernier pour des raisons évidentes, que je tairai pourtant ici. Vive et intelligente (un peu trop même), Ceony emploie son nouveau don pour plier un cœur de fortune qui permettrait au maître de survivre l’espace de 48 heures au maximum. A cette date butoir, l’espoir aura été vain.        Ca aurait pu être pas mal si l’auteur n’avait pas choisi de présenter l’action sous un angle assez saugrenu. Enfin, il recherchait dans la même foulée l’originalité, mais je ne fus pas convaincue à cent pour cent. Tout d’abord on ne sait pas l’origine de ce phénomène et l’explication, plausible mais pas certifiée, tarde à venir. De plus, le scénario fait naître un soupçon d’effroi, notamment quand l’auteur se met à décrire le liquide spongieux et la matière des tuyaux dans lesquels Ceony se ballade... C’était à la fois drôle et horrible à lire !        J’ai également ressenti quelques longueurs face aux péripéties vécues par notre héroïne téméraire. Si j’étais curieuse de lire la plupart des scènes qu’elle a subies, j’avoue avoir sauté quelques pages à mon sens inutile, n’apportant rien à l’histoire. Ce n’est que mon avis et j’assume, toutefois je fus tout de même déçue. Après tout, le livre ne fait pas trois cents pages, c’est dommage d’en arriver là.        Quant à la fin, je l’ai trouvé légèrement gnangnante, elle ne laisse aucune surprise sur les relations d’un possible second tome, ce qui m’horripile par-dessus tout. Cette fin apporte toutefois une réflexion entre les limites du bien et du mal et la frontière ténue qui les sépare.        Dans l’ensemble, ce fut une bonne lecture mais quelques défauts ont rabaissé le tout à un niveau correct et non pas excellent.         Le personnage de Ceony a toutefois bien évolué au cours de l’intrigue. Commençant par être agaçante et gâtée, elle acquiert une maturité bien meilleure qu’en ses débuts, ce qui est un grand plus. Néanmoins, cette évolution s’opère trop rapidement. Entre le début et la fin du livre, seules deux semaines tout au plus se sont écoulées. Il n’est donc pas difficile de voir que tout va trop vite, ce qui est franchement dommage.        Comme toujours dans les œuvres destinées aux jeunes adultes, Mg Thane est un homme d’environ trente ans, énigmatique et légèrement sombre, auréolé d’une touche d’humour taquin, que d’ingrédients permettant d’être apprécié voire idolâtré du public féminin. Néanmoins au fil de l’intrigue le lecteur est convié à apprendre une part importante de la vie du Magicien qui le présente sous un jour nouveau, plus sombre, et permet ainsi de nuancer sa personnalité, ce qui est un grand plus.        Quant au méchant de l’histoire, son caractère est poussé au paroxysme de la noirceur, si bien qu’elle tombe dans le stéréotype et la caricature, ce qui est dommage…        Le style d’écriture m’a paru au préalable froid et sans souffle de vie, j’avais l’impression que l’auteur nous rapportait un fait divers sans y insérer de ton. Cette impression s’est envolée au fur et à mesure de la lecture et j’ai pu savourer l’ensemble jusqu’au point final.        En conclusion, The Paper Magician fut une lecture intéressante par la magie qu’il met en œuvre et la morale finale. Toutefois les personnages évoluent trop vite ou sont trop stéréotypés, quand les relations qui les rattachent tombent dans le commun du genre. Ce fut une bonne lecture, mais ces nombreux défauts ont rabaissé son niveau. Je suis toutefois curieuse de découvrir le second tome s’il venait à voir le jour.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne connaissais absolument pas les Éditions Amazon Crossing, avant de lire le résumé de ce livre qui m'a totalement captivé. Ce mélange entre magie et matière créée par l'homme telle que le métal, le papier, etc...; semble passionnant, et c'est avec curiosité que j'ai lu le premier tome de cette trilogie, vraiment trop court. Détail curieux, tout le roman a été traduit, sauf le titre. L'histoire se déroule à l'époque victorienne. Dans ce monde onirique, la caste des magiciens se divise en plusieurs sections selon le matériau qu'ils maîtrisent. Céony, rêve de venir fondeur, et de travailler avec le métal, mais malgré ses très bons résultats, elle se retrouve en formation chez un magicien du papier - un plieur pour le jargon - matière qui la rebute au plus haut point. Comme le lecteur peut s'en douter, la jeune femme va rapidement découvrir tout le potentiel du papier, et se passionner pour son art, mais... Car il y a toujours un mais, je n'ajouterai rien sous peine de spoiler la suite du roman. L'univers que crée Charlie Holmberg est très onirique, cependant le lecteur est, au début, totalement perdu car l'auteur le jette dans cet univers sans repère, et Céony n'est pas d'une très grande utilité. C'est quand enfin on a pris ses aises et que l'on se sent bien en compagnie des personnages, malgré un rythme par moment décousu, que le récit arrive à son terme. Frustration! Malgré ces quelques aspects négatifs, le récit est captivant, l'art auquel se forme la jeune apprentie aux côtés de son maître est juste magique, et l'histoire est très bien portée par ces deux personnages. "Le magicien de papier" prend alors toute l'ampleur de sa forme onirique, et le lecteur plonge, tête la première dans un conte fantastique. Emery, le maître de papier, est un personnage tout à la fois attachant et excentrique à souhait. Il a de l'épaisseur et des secrets, il prend le pas sur Céony, dans le cœur du lecteur, surtout après les rebondissements qui vont avoir lieu. Le dénouement est bien structuré, même si le récit, comme il a déjà été dit, est bien trop court. En tout cas, ce premier tome donne envie d'en apprendre davantage sur ce univers de magie attaché à un matériau crée de la main de l'homme. Le concept est intriguant. (...)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En conclusion, The paper magician est une lecture idéale pour un moment de cocooning. J'ai passé un excellent moment de lecture qui me pousse à lire la suite, à attendre même avec impatience de pouvoir un jour me procurer la suite. J'ai beaucoup aimé l'intrigue qui a un rythme parfait, des révélations et des rebondissements à souhait. Les personnages sont attachant et l'on aime les retrouver au fil des pages. L'univers est captivant du début à la fin et le style d'écriture est vraiment bien. . C'est mon petit coup de coeur du moment et une très chouette découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai ce roman depuis un moment dans ma PAL numérique, j’avais essayé plusieurs fois de le lire avant mais je n’arrivais pas entrer dans l’histoire. Et puis, il y a deux jours, j’ai décidé de lui donner une dernière chance. Après avoir fait le plein de romance de Noël (livres + téléfilms), j’ai eu envie de changer de style et qu’est ce que j’ai bien fait car j’ai tout simplement adoré !!!!! Comme quoi il faut vraiment suivre ses envies en ce qui concerne la lecture ! Alors c’est une histoire qui peut être rapide parfois surtout en ce qui concerne les sentiments de Ceony pour Emery, il y a aussi certaines facilités mais il a un côté immersif assez impressionnant puisque, du début à la fin, c’est comme si je vivais cette aventure avec nos personnages que j’ai, d’ailleurs, beaucoup aimé. Ceony est une jeune femme qui peut faire preuve de mauvaise foi par moment, mais elle peut aussi se montrer très tenace, travailleuse et courageuse. Elle m’a touché tout comme Emery Thane que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. L’histoire et l’univers m’ont énormément plu, j’ai vraiment trouvé le tout original, addictif, bien mené, bien écrit, c’est fluide, j’ai tourné les pages très rapidement et même quand je posais le roman, je me demandais comment cela allait finir. C’est un premier tome donc tout se met en place, on apprend à connaître les personnages (surtout Emery Thane), l’univers et j’y ai adhéré à 100%. Je me rend compte que je ne vous dit pas grand chose sur ce roman, à part le fait que j’ai adoré, mais il faut vraiment que vous découvriez le tout par vous même, comme je l’ai fait. En résumé : Pour moi, tout est dosé à la perfection entre un univers original, des personnages attachants et une histoire qui m’a embarqué de la première à la dernière page.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai adoré me plonger dans ce monde où la magie est une réalité. Si plusieurs types de magie existent, Ceony n’a, quant à elle, pas eu la chance de s’orienter vers la spécialité de son choix, son école lui ayant assigné un professeur spécialisé dans le papier. Le magicien Emery Thane n’est pas méchant et se révèle plutôt bon professeur, mais Ceony a un peu de mal à accepter la situation. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, elle finit néanmoins par s’investir dans sa formation d’autant que studieuse et intelligente, elle apprend fort vite. Découpée en deux temps, l’aventure est pleine d’originalité et plutôt surprenante. Dans une première partie, on découvre la fascinante magie du papier qui permet, à ceux qui la maîtrisent, de créer des illusions à partir de livres, de lire l’avenir, mais aussi de donner vie à des créations de papier. À cet égard, j’ai adoré le squelette majordome et eu un coup de cœur pour Aneth, un chien en papier qui suivra très fidèlement Ceony dans ses péripéties. Aux côtés de la jeune femme, on apprend également à connaître Emery dont le côté décalé, rêveur et loufoque m’a beaucoup plu, voire complètement charmée. Touchant, il semble toujours de bonne humeur bien qu’il conserve une part de mystère assez troublante et intrigante. L’apprentissage de Ceony se passait relativement bien jusqu’à ce qu’une femme fasse irruption chez le magicien afin de littéralement lui voler son cœur ! Une solution provisoire permet de le maintenir en vie, mais le compte à rebours a commencé puisque sans son cœur, le magicien est condamné. N’écoutant que son courage, Ceony se lance alors à la recherche de cette femme qui semble pratiquer une magie interdite et destructrice qui devrait vous faire froid dans le dos. La légèreté des débuts laisse place à une intrigue plus sombre dans laquelle Ceony va être mise à rude épreuve. En plus de devoir affronter une puissante magicienne bien décidée à la détruire, elle devra également faire face aux espoirs, aux doutes et aux souvenirs joyeux comme pénibles de son professeur. Un voyage dans son cœur qui ne sera pas de tout repos… Ceony arrivera-t-elle à sauver Emery et, par la même occasion, à trouver la sortie du piège qui s’est refermé sur elle ? Une question qui vous tiendra en haleine et qui vous poussera à faire défiler les pages les unes après les autres d’autant que la plume de l’autrice se révèle fluide et très immersive. Si j’ai regretté que Ceony ne bataille pas plus dans son apprentissage de la magie du papier, j’ai adoré qu’elle ne soit pas épargnée, l’autrice la plongeant dans des situations extrêmement difficiles dont elle ne sortira pas indemne, du moins, mentalement. Cela rend l’intrigue plutôt mouvementée et passionnante et donne du relief à une jeune fille qui aurait pu paraître fade face à l’excentrique Emery… Au cours de l’aventure, Ceony semble développer pour ce dernier des sentiments dépassant la simple relation étudiante/professeur. Pour ma part, j’ai trouvé cette attirance peut-être un peu trop rapide, mais vu l’intensité des événements qu’elle a traversés, je peux comprendre que ses sentiments aient été exacerbés d’autant que Ceony a eu l’occasion de découvrir son mentor dans toute sa complexité. Loin de n’être qu’un gentil excentrique, Emery est, en effet, un homme avec ses zones d’ombre et un passé douloureux dont il semble encore prisonnier… Ayant trouvé le duo complémentaire et ayant apprécié sa dynamique, je ne serais pas contre un rapprochement à condition, bien sûr, que la romance ne prenne pas le pas sur l’action et la découverte de la magie du papier. Je dois confesser que cette magie m’a fascinée et que toutes ses possibilités m’ont éblouie. Je n’ai d’ailleurs pas partager les réticences de Ceony à se lancer dans cette forme de magie qui est, pour la livraddict que je suis, une source d’émerveillement. Et puis, si ce premier tome nous apprend bien une chose, c’est que la magie du papier est pleine de surprises et peut se révéler des plus redoutables ! En conclusion, porté par une héroïne intelligente, douée, volontaire et courageuse, ce premier tome nous plonge avec fracas dans une intrigue mouvementée et pleine d’actions au cours de laquelle les masques vont tomber et les cœurs être mis à nu. Prise en étant entre une femme cruelle et son désir de vengeance et un homme bon mais écrasé par son sentiment de culpabilité, Ceony va devoir trouver la clef de la liberté et se forger son propre destin. Rythmé, prenant, original et plein de charme, un roman à ne pas manquer !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :