La quatrième fée

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 15 juin 2016 | Archivage 30 juin 2017
Lilys éditions, Inclassables

Résumé

Une légende vietnamienne raconte l’histoire de trois fées.


La première veille sur l’embryon, le fœtus et la mère pour leur donner force et vigueur pendant la grossesse.

La deuxième fée s’occupe de la naissance pour que la mère soit libérée rapidement et que l’enfant vienne au monde en bonne santé.

La troisième apparaît quand vient l’heure de mourir : elle nous aide à passer la porte vers ce monde que l’on dit meilleur, à nous donner le courage et à nous apaiser.

Qu’arriverait-il si, par un rendez-vous insoupçonné, une quatrième fée venait faire trébucher cette dernière ?

Une légende vietnamienne raconte l’histoire de trois fées.


La première veille sur l’embryon, le fœtus et la mère pour leur donner force et vigueur pendant la grossesse.

La deuxième fée s’occupe de la...


Note de l'éditeur

ATTENTION CECI N'EST PAS DU FANTASTIQUE!!! Sera aussi disponible en Numérique

ATTENTION CECI N'EST PAS DU FANTASTIQUE!!! Sera aussi disponible en Numérique


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782930848112
PRIX 15,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une lecture inattendue Je vous avoue de suite que j'ai choisi ce livre pour son titre et sa couverture que je trouvais très belle. Ensuite j'ai lu le résumé et franchement, il ne donne pas vraiment d'indices sur l'histoire... C'est donc dans le flou total que je me suis lancée dans cette lecture. Et l'histoire commence par... une course hippique. J'ai été vraiment surprise ! Et puis j'ai compris. J'ai compris que ce chapitre avec la pétillante Chelsea serait le seul, parce que sur le dernier obstacle Chelsea allait chuter et tomber dans un coma indéfini. La quatrième fée, c'est l'histoire de Natasha, mère célibataire qui va passer des semaines aux côtés de sa fille à hésiter sur le choix le plus dur qui soit : doit-elle, ou non, débrancher sa fille. Pfff... Quand j'ai compris dans quoi je m'étais lancée, j'ai eu un peu peur, je n'étais pas préparée psychologiquement et pourtant, j'ai dévoré d'une traite ce roman ! Natasha a toujours eu peur de se retrouver enfermée. Elle veut être libre et c'est d'elle que tenait Chelsea qui participait d'ailleurs à une course si difficile qu'elle est normalement exclusivement masculine. Mais Chelsea et Natasha étaient bien au dessus des règles ! C'est d'ailleurs ce qui a poussé cette dernière à prendre ses jambes à son coup quand elle s'est rendue compte qu'elle était enceinte. Elle aimait Pierre, le papa, mais elle a pris peur et a choisi de garder son bébé rien que pour elle. Parce que le hasard fait parfois bien les choses, après 25 ans, c'est dans la salle d'attende de cet hôpital que Pierre et Natasha vont se recroiser. Lui aussi est là pour son enfant, son fils, Jérôme, en attente d'une greffe de coeur. Ils vont se raconter leurs vies, celles de leurs enfants, se soutenir moralement... Et les fées me dites vous... Et bien ce n'est qu'à quelques pages de la fin qu'on y fait référence et j'ai trouvé ça absolument sublime comme histoire. C'est Pierre qui la raconte à Natasha, cette légende vietnamienne où 3 fées font partie du cycle de la vie. Il y a la fée qui s'occupe de la grossesse, celle qui s'occupe de l'accouchement et enfin, celle qui accompagne la personne dans la mort. D'un sujet vraiment dur, l'auteur a fait un beau roman, intense mais sans tomber dans le larmoyant. Natasha se trouve dans, ce que je trouve être, la pire situation possible pour un parent et pas une seule seconde j'aurais pu l'accuser d'être égoïste dans ses choix. C'est tellement impossible de s'imaginer dans cette position. Personne ne peux juger ce que ferait un parent pour rester quelques jours de plus avec son enfant, pour ne pas perdre espoir... Et l'espoir, il faut justement en garder parce qu'il n'existe pas que trois fées. Non, il se trouve qu'une quatrième fée est là, et que cette fée peut parfois court-circuiter le travail de la troisième. Bilan Qu'est ce que je suis contente d'avoir lu La quatrième fée ! Si j'avais su à l'avance que ça parlait d'un enfant dans le coma, je ne pense pas que je l'aurais choisi alors heureusement que j'étais dans l'ignorance. C'est une histoire magnifique. Triste, bien évidemment mais aussi tellement juste, belle et optimiste. Au delà d'un drame, c'est l'histoire d'amour entre une mère et sa fille, une mère qui ferait tout pour que sa fille vive encore, même si ce n'est qu'en partie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Au départ j'ai été attiré par la couverture et le résumé. Je pensais naïvement que c'était de la fantasy ou du fantastique. Au départ je me suis sentie un peu flouée, car il n'y a rien de fantastique dans le récit de Brigite Guilbau. Le résumé n'est compréhensible qu'à la fin de notre lecture. Pour autant ai-je été déçu ? Pas du tout. Ce n'est pas évidement pas mon type de lecture habituel, mais c'est assez bien écrit et bien pensé pour que j'accroche. Surtout le thème m'intéresse. Que ferais-je à sa place ? J'ai bien failli pleurer car le thème principal de la mort m'a beaucoup touché. Les sentiments de la mère de Chelsea sont parfaitement décrits, toute la dualité qui se déchaîne dans son esprit prend corps. Elle est tiraillée et nous aussi. Les ficelles sont certes un peu grosse et on voit tout arriver de très loin, il n'empêche j'ai été touché par cette mère et son combat. La quatrième fée est une lecture agréable, qui ne nous laisse pas indifférent tant le thème est d'actualité.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A première vue le titre et la couverture m'ont énormément plu et je m'attendais à un univers héroïque-fantaisie. Or en lisant le résumé, j'ai été perdue sur le fond du roman. J'ai cherché les "avis" sur le net et çà m'a bien aiguillée, c'est là que l'on reconnait le côté philosophique de l'écrivain. "La quatrième fée" est un ouvrage qui traite d'un sujet compliqué et que l'on en connait pas, peu ou trop: le don d'organe. Sujet où la vie et la mort sont en perpétuelle relation et Brigitte Guilbau a su nous le narrer avec l'histoire de ces quatre personnages qui sont comme les quatre fées. Pour ma part je les vois ainsi: Natache 2ème fée, Pierre 3ème fée, Chelsea 4ème fée, Jérôme 1ère fée. On s'attend dès le début au déroulement de l'histoire, car ce que l'auteur nous met en avant, ce n'est pas le don, mais l'accompagnement de ceux qui reste, l'accompagnement la famille qui sont confrontés à ce choix difficile, car il signifie la mort de l'être qu'ils aiment. Très beau témoignage, qui nous ouvre les yeux sur des fléaux que celui-ci comporte, comme le trafic d'organes et de tissus humains; qu'être mieux préparé permet d'endiguer ce genre de fléau. Merci à l'auteur et à l'éditeur pour ces magnifiques roman qui sont "inclassables".

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre dont le résumé et la couverture très fantastiques m'ont tout de suite attiré, mais une lecture décevante car ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. Le début m'a vraiment dérouté car on suit Chelsea, une jeune fille de vingt quatre ans, lors d'une course hippique. On nous explique les enjeux de cette course à laquelle elle participe et on a le droit à l'histoire de sa rencontre avec son cheval Beau. Ainsi, je me suis plusieurs fois demandé si on ne m'avait pas envoyé le mauvais livre tant rien ne semblait correspondre au résumé. Et ce n'est que vers la fin que l'on comprend pourquoi l'éditeur a décidé d'écrire un résumé parlant de fées tirées d'une légende vietnamienne. Et autant vous le dire tout de suite : ce livre n'est absolument pas fantastique. Je pensais vraiment qu'on allait pouvoir suivre le travail de ces petites fées alors qu'elles ne font que servir de métaphore dans le livre. J'ai été extrêmement déçue ! Ce livre parle en fait d'un sujet difficile car cette course, on s'en doute, va mal finir. Chelsea est dans le coma et sa mère va livrer un combat difficile avec elle-même pour savoir quoi faire. C'est toute une vie qui va nous êtres poétiquement décrite, tous les espoirs d'une mère qui vont sans cesse être remis en question au fur et à mesure qu'elle revoit son passé. C'est un livre admirable dans lequel je n'ai malheureusement pas réussi à entrer. Au delà du fait que ce n'est absolument pas mon genre de lecture et que j'ai du coup trouvé le récit très lent et long, les quelques révélations sont très prévisibles et j'ai trouvé le style de l'auteure un peu trop ronflant. Attention donc pour ceux qui aiment le fantastique : vous serez déçu avec ce livre ! C'est en revanche un joli témoignage, un livre poignant sur la maladie et une ode à la vie. Je remercie les éditions Lilys et NetGalley de m'avoir fait sortir de mes habitudes de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quand j'ai vu la fée sur la couverture, j'ai tout de suite choisi ce livre sans même lire le résumé. Je fais ça régulièrement et je suis rarement déçue. Je pensais découvrir une histoire avec des fées mais ce n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. Oui, il y a des fées dans cette histoire, mais celles d'une légende vietnamienne. Est-ce que j'ai été déçue, pas du tout ! J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire et je suis très contente de l'avoir lue. Ce n'est que vers la fin du livre que le résumé prend tout son sens. Ne cherchez pas de fantastique dans ce livre, il n'y en a pas, mais par contre, je suis certaine qu'il vous touchera en plein coeur. Moi qui ne pleure jamais quand je lis, c'est le deuxième livre qui me fait pleurer en un mois. D'ailleurs, j'ai du arrêter de le lire parce que j'étais dans la file à la SAAQ (Société de l'assurance automobile du Québec) et je ne voulais pas avoir les yeux rouges sur la photo de mon nouveau permis de conduire ni de ma carte d'assurance maladie. Par contre, dans le bus, je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer. Je m'étais mise à la place de Natacha et j'aurais fait exactement le même choix, le choix le plus difficile pour une maman. J'ai découvert que la maison d'édition était Belge. Je ne la connaissais pas, mais ça m'a fait plaisir étant moi aussi Belge de la découvrir ainsi que l'auteure Brigitte Guilbau. J'ai beaucoup aimé son style d'écriture fluide et très réaliste. J'avais l'impression de vivre cette épreuve en même temps que les personnages. La quatrième fée est un livre bouleversant, un très beau témoignage qui ne vous laissera pas indifférent.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai été très surprise à la lecture de ce livre parce que je ne m’attendais pas du tout à une histoire comme ça. Chelsea est une jeune femme heureuse, passionnée de chevaux qui chute lors d’une course hippique et se retrouve dans un coma irréversible C’est donc sa mère que l’on va suivre, elle qui doit décider ce qu’elle doit faire avec sa fille qui ne se réveillera pas. Ce livre est bouleversant mais arrive dans le même temps à poser des questions très importantes sans jamais tomber dans le pathos. Chelsea avait fait son choix, celui de ne pas continuer à vivre dans l’état dans lequel elle se trouve actuellement, mais sa mère refuse d’abandonner. Pour Natacha, sa fille est tout son mode et il est dur de ne pas compatir avec elle ni avec ses choix. Même si sa fille est en mort cérébrale, elle a toujours l’espoir tout à fait insensé que Chelsea se réveille. Malgré tout, Natacha est un personnage assez compliqué à aimer, qui a fait ses choix dans le passé en les imposant aux autres et ce côté égoïste se retrouve encore une fois dans ces derniers moments. Les fées, elles, arrivent très tard dans le récit et c’est Pierre qui nous raconte leur histoire. Lui qui n’était à l’hôpital que parce que son fils avait besoin d’un nouveau cœur nous explique cette légende vietnamienne qui n’est là que pour servir de métaphore. La quatrième fée, malgré son titre, sa couverture et son résumé, est donc très loin d’être le récit fantastique auquel je m’attendais. Il n’en est pas moins très réussi en tant que témoignage et me permet en plus de vous rappeler qu’il est très important de faire savoir autour de vous votre choix pour le don de vos organes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En voyant la couverture ou encore le titre, nous pourrions nous attendre à entrer dans un univers fantastique avec de la magie un peu partout. Mais ce n'est pas le cas, bien que pour ma part, j'y a trouvé malgré le sujet difficile a aborder, une certaine magie. Le don d'organe n'est pas un sujet facile à écrire, nous savons d'avance que cela ne sera pas forcément simple à lire justement de par son sujet. Pourtant, Brigitte a fait de ce sujet lourd, un livre magnifique, que l'on ne peut s'empêcher de refermer avec des larmes dans les yeux. Moi qui suis maman, je ne pouvais m'empêcher de me mettre à la place de cette maman qui doit prendre une décision, je ne voudrais franchement pas avoir à vivre cette situation, et pourtant personne n'est à l'abris. Il n'y a pas souvent de raison que je me sente fière d'être belge, mais savoir que mon petit pays renferme un tel trésor et une telle plume, à franchement de quoi me ravir et me donner une bonne raison d'être fière. Si vous aimez que votre lecture vous prenne dans les tripes, alors ce livre est fait pour vous, mais je vous préviens, préparez les kleenex !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Chelsea passionnée, pleine de vie, subit un grave accident dans une course hippique. Déclarée morte cliniquement, elle laisse à sa mère le choix d'une lourde décision... C'est un roman poignant, plein d'amour que nous délivre l'auteur. Le récit d'une mère ravagée et dans le déni qui n'accepte pas de laisser sa fille partir... Le chemin va être long, pour digérer, comprendre, appréhender et se libérer des chaînes qui entravent la parole de l'absent. Comment faire face ? Comment envisager l'inacceptable ? Natacha retrouve Pierre, son amour de jeunesse... Ils partagent leurs journées d'hôpital, leurs douleurs et leurs dénuements au regard de la maladie ou de la mort. Les émotions sont vives, déchirantes quand colère, incompréhension, désespoir s'entremêlent. L'écriture est sensible et va au coeur des sentiments. On est frappé par le poids du secret, touché par la prise de conscience de cette mère en proie aux tourments. C'est en écoutant Pierre qui dénonce son égoïsme qu'elle pourra entendre véritablement sa petite vois intérieure... Un roman qui communique avec nos forces, nos choix pour donner du sens à nos vies. Puissant et évocateur, d'une sagesse apprivoisée : attendez-vous à être bouleversé !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les livres philosophique ce n’est pas trop mon genre mais quand un thème philosophique est aborder de la manière qu’il l’est dans ce roman j’approuve. Brigitte Guilbeau arrive à nous faire réfléchir sur les décisions que nous aurions prise si nous avions été la place de Natacha, ce qui est quelque chose de très difficile puisque personnellement je n’ai pas vécu encore, heureusement, de décisions de ce genre. On voit le long parcours de Natacha jusqu’à ce qu’elle prenne une décision définitive. Et puis viens les regrets aussi, des remises en questions et surtout décider la vie d’une personne. Choisir d’abandonner son enfant car les médecins ne peuvent plus rien, avoir la force de lui dire au revoir. Et personnellement aussi j’ai vu deux questions dissimulés sur le don d’organe, sur le fait de ne pas connaître le donneur ou le receveur mais aussi sur notre décision de vie ou de mort sur une personne (il se peut que je me trompe et c’est même sûr). Ce livre est beau et nous fait beaucoup réfléchir principalement sur la décision de laisser partir quelqu’un, de décider à sa place et notamment sur le don d’organe. Il est court mais c’est suffisant pour nous faire réfléchir, pas besoin d’un pavé pour être transporter et dire ce que l’on veut, ce livre en est la preuve.

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Un roman qui m'a bouleversée!!! Selon une légende vietnamienne, il existe 43 fées, une qui veille sur la grossesse, une pendant l'accouchement et la 3eme arrive au moment de notre départ de notre vie.... mais Chelsea à la suite d'un accident de cheval va en rencontrer une quatrième durant son coma. Un cruel dilemme pour sa maman

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une histoire vraiment poignante. Chelsea est une jeune fille pleine de vie qui se retrouve d'un seul coup dans un coma dépassé en état de mort cérébral. Sa mère va devoir faire un choix qu'elle refuse même si elle sait pertinemment que sa fille ne voudrait pas vivre ainsi. Comment faire le deuil de quelqu'un dont le coeur bat encore? Comment accepter de laisser partir son enfant? J'ai bien aimé même si je trouve que le hasard fait super bien les choses et que je regrette que Beau, le cheval qu'on nous décrit au début du roman et qui a l'air très important disparaisse une fois Chelsea à l'hôpital. Qu'est-il devenu, lui? ^^

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A vingt-quatre ans, Chelsea a déjà décidé qu’il n’y avait pas de place pour un homme dans sa vie. Déçue par ses anciennes histoires, elle préfère se consacrer à Beau, son cheval, et à l’équitation. Malheureusement Beau ne correspond pas aux standards des grands chevaux de courses, donc ils ont peu d’occasions officielles de montrer ce qu’ils valent réellement. Heureusement pour Chelsea et Beau, une course hippique caritative accepte des participants de tous horizons et les voilà parmi les concurrents. Mais trop confiante, Chelsea commet une erreur qui les fera chuter tous les deux, la faisant même sombrer dans l’inconscience. J’avais vaguement croisé ce livre sur un blog ou deux. J’avais trouvé la couverture magnifique mais je n’étais pas du tout allée au delà. Donc lorsque j’ai vu ce titre disponible dans les partenariats proposés par NetGalley et les éditions Lilys (que je remercie d’ailleurs pour leur confiance), je n’ai pas hésité une seule seconde et j’ai postulé sans même lire quoi que ce soit à son sujet ! Pourquoi faut-il que je fasse encore et toujours cette erreur ? Vous le savez maintenant, j’ai l’imagination plutôt fertile. Donc quand j’ai lu le résumé de La quatrième fée, je me suis aussitôt retrouvé embarquée dans une histoire fantasy (ou fantastique, peu importe) où l’héroïne serait – par un sort, le hasard, la main de Merlin, le destin, ou ce que vous voudrez – ressuscitée suite à la visite de cette quatrième fée dont aucune légende ne fait mention. Ou même une histoire de réincarnation, je n’étais pas bien fixée. Mais ce qui est sûr c’est que je m’attendais vraiment à tomber sur un livre de fantasy. Donc La quatrième fée, qu’est-ce que c’est au final ? C’est un livre qui pose des questions, qui propose des débats, qui met en lumière des faits que la plupart des gens préfèrent ne pas aborder par gêne ou par simple volonté de ne pas en parler maintenant pour ne pas se porter la poisse (ce qui revient à ne jamais aborder le sujet, au final). Le plus gros questionnement que propose ce livre porte sur le fait de garder ou non une personne sous machines lorsque le cerveau est déjà perdu. On ne pense jamais à en parler autour de soit de peur d’attirer le mauvais œil ou simplement en se disant qu’on aura bien le temps plus tard, lorsque l’occasion se présentera. Mais parfois l’occasion ne se présente jamais. Ici nous avons Natacha qui, après l’accident de sa fille Chelsea, doit décider si oui ou non il faut la débrancher. C’est un sujet traité avec une grande sensibilité. On ne peut pas ne pas vouloir serrer Natacha dans nos bras pour la soutenir, la consoler. On comprend incontestablement sa volonté de ne pas débrancher sa fille, son espoir qui refuse de s’éteindre, son égoïsme à vouloir la garder près d’elle encore un peu, même si elle n’est plus qu’une coquille vide. Les étapes du deuil sont bien là, on suit Natacha à travers son calvaire, on la regarde marchander, refuser la réalité, pleurer, nier, accepter. Jusqu’au bout j’ai espéré ce petit sursaut de fantasy qui ramènerait Chelsea et qui ferait entrer en scène la fameuse quatrième fée. J’ai nié la réalité, tout comme Natacha. Certains diront que le thème central de ce livre concerne le don d’organes mais je ne suis pas d’accord. Ce deuxième questionnement arrière bien plus tard et surtout n’est pas traité avec autant de temps et de pertinence. Une fois que Natacha a accepté de laisser partir sa fille, la question du don d’organes ne se pose pratiquement pas (comparativement parlant). Et surtout, à mes yeux il n’y a pas eu de réel suspense à ce sujet puisque l’auteur a ajouté quelques éléments inattendus mais logiques pour faire avancer l’histoire (comme la réapparition d’un ancien amour de jeunesse) qui font qu’on ne doute pas une seule seconde du choix que fera Natacha. La quatrième fée est donc un roman touchant rempli de l’amour d’une mère pour sa fille. Le problème majeur c’est qu’il est également parasité par bien trop de débats. A travers presque deux cent pages, nous avons droit à : débrancher ou non une personne déclarée en mort cérébrale, la place des femmes dans la société, les différences homme/femmes, le don d’organes, la vision qu’à la société sur les mères célibataires, les réseaux sociaux, et bien d’autres encore. Honnêtement, ça fait beaucoup pour une seule histoire. Lorsque après un débat l’histoire reprenait enfin, je me laissais tranquillement porter (avec peu d’illusions concernant la fin une fois fait mon deuil concernant mes attentes fantasy) mais lorsque je sentais poindre un nouveau débat, je ne pouvais pas m’empêcher de soupirer parce que je savais que viendraient à nouveau des tonnes d’arguments pour ou contre cet énième duel verbal. Duel que je n’avais pas envie de lire puisque je sortais à peine d’un autre. Duels qui n’en n’étaient parfois pas vraiment tant les arguments sont peu nombreux. Le pire est que tous ces débats (qui n’en sont pas vraiment puisque l’auteur semble prêcher la bonne parole) ralentissent considérablement l’histoire, ce qui fait que ma lecture m’a semblé très, très longue. Je suis ressortie de ce livre épuisée mais pas de la bonne façon. Je ne nie pas que Natacha est touchante et que ses émotions sont très bien retranscrites. Mais l’auteur a voulu mettre trop de choses dans son livre. Qu’elle relie le maintient de la vie artificiellement et le don d’organes est tout à fait logique, mais les autres débats auraient très bien pu se voir intégrer à une autre histoire, ce qui aurait considérablement allégé celle-ci. La couverture et le résumé desservent le livre, incontestablement. Je doute sincèrement être la seule à mettre faite avoir en imaginant totalement autre chose. Donc forcément, dans ces conditions, la lecture ne peut pas être positive. Et puis ma plus grande question une fois ma lecture terminée : que devient Beau, dans tout ça ? Chelsea l’adorait plus que tout et pourtant on ne sait pas ce qu’il advient de lui. Certes Natacha avait d’autres choses en tête mais pour l’amour de sa fille, presque comme pour respecter sa dernière volonté, je m’étais attendu à ce qu’elle trouve une autre famille pour Beau ou bien qu’elle le garde avec elle en souvenir de Chelsea. En résumé, un beau témoignage malheureusement alourdi par la volonté de l’auteur de dire trop de choses en peu de temps. Et, pour moi, un mauvais choix marketing quant au résumé et à la couverture du livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie les éditions Lilys, l’auteure Brigitte Guilbau et également NetGalley pour m’avoir permis de lire ce roman qui m’a fait ressentir énormément d’émotions. En voyant ce roman sur le site de NetGalley c’est la couverture et son titre qui m’a interpelé puis le résumé m’a beaucoup intrigué, je ne savais pas vraiment de quoi allait me parler le roman, j’ai voulu en savoir d’avantage et c’était vraiment l’occasion de découvrir la plume de l’auteure mais également la maison d’édition que je ne connaissais pas du tout. Je pensais me lancer dans un univers fantastique, puis dès les première pages nous faisons la connaissance de Chelsea et son cheval Beau, je ne suis pas spécialement fan de chevaux alors je me suis demandée dans quoi je me lançais mais je me suis vite laissée emporter par cette jolie histoire entre Chelsea et Beau, puis j’ai vite compris où nous emmenait l’auteure … Ce roman m’a énormément émue, et je n’ai donc pas envie d’en dévoiler trop sur cette histoire, j’ai envie que vous aussi vous vous laissiez emporter par cette histoire sans savoir de quoi elle va traiter. Natasha, la mère de Chelsea, va devoir traverser une épreuve extrêmement difficile. L’auteure nous décrit chacun de ses sentiments, il faut avoir le coeur très bien accroché, ce qui m’a fait verser des larmes à plusieurs reprises. J’ai adoré la plume de Brigitte Guilbau, qui est très sensible, elle arrive a nous parler de nombreux sujets très difficiles avec les mots justes. Sa plume m’a complètement transportée. J’ai été frappée par la réalité de ce roman, j’avais l’impression d’être à la place de Natasha. Heureusement que je ne suis pas mère, je pense qu’on aurait dû me ramasser à la cuillère après ce roman, tant j’avais l’impression de le vivre moi aussi. J’ai également été extrêmement touchée par les personnages et toutes leurs histoires. J’ai par contre eue une petite déception à la fin, j’en attendait encore plus, notamment avec la relation entre Natasha et Pierre - Pierre, que je vous laisse découvrir par vous même, j’ai eu un gros coup de coeur pour son personnage et son histoire. Mais bon c’est le seul petit bémol pour moi, et je pense que c’était voulu de la part de l’auteure. Un roman contemporain fabuleux, remplis d’émotions, des sentiments forts, je suis ressortie de ce roman toute chamboulée. Je le conseil vivement à tout le monde. J’ai eu un très beau coup de coeur pour cette histoire. Une très belle découverte de la plume de Brigitte Guilbau, j’ai très envie de découvrir d’autres roman d’elle !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne sais pas vous, mais le résumé de ce roman m'avait de suite intriguée, raison pour laquelle je me suis empressée de vouloir le lire. Et je ne suis pas déçue le moins du monde. J'ose avouer que je m'attendais à y découvrir un côté légèrement fantastique mais ça n'a pas été le cas. Ça n'a en rien empêché cette histoire de faire office d'une bonne lecture, rassurez-vous. "La Quatrième Fée" nous conte l'histoire de Chelsea, une jeune femme de 24 ans passionnée par l'équitation et qui a, pour ainsi dire, voué sa vie à son cheval, Beau. Au fur et à mesure que l'on avance dans le roman, nous sommes littéralement pris aux tripes. En effet, très rapidement, nous apprenons à connaître Chelsea à travers les yeux, pensées et souvenirs de sa mère, Natacha. Commence alors un périple empli de doutes et de remise en cause. Toute ma compassion s'est dirigée et focalisée sur Natacha, car elle est une mère qui aime indéniablement sa fille. Et qu'importe les mauvaises décisions qu'elle ait pu prendre par le passé, l'égoïsme dont elle a fait preuve durant tant d'années, ou même la peur insurmontable qu'elle fuit depuis toujours, on ne peut décemment pas lui en vouloir car Natacha regroupe tout ce qu'il y a de plus humainement possible. Elle est un personnage auquel on peut aisément s'identifier, non pas de par sa situation, mais bien parce que ce qu'elle ressent ne nous est pas étranger. De sa peur à sa colère, tout en passant par ses doutes et ses envies, sans oublier ses espoirs ou ses erreurs, elle ravive en nous une multitude de sensations. Le scénario, quant à lui, est parfaitement construit. Bien que j'ai découvert la fin du livre arrivée seulement à 50% de ma lecture, j'ai tout de même été très agréablement touchée par la suite des événements. Selon moi, l'auteure offre une vision très réaliste de la vie. A travers des personnages brisés, et des vies volées, elle sait cependant faire ressortir et le blanc, et le noir ainsi que toutes les autres couleurs dont regorge l'existence. Il ne me semble pas avoir lu, ne serait-ce qu'une seule fois, les mots "bien" ou "mal" dans le roman. Bien au contraire, nous parlons ici de "souhaits" et de "volonté" des gens. Il n'y aucun jugement, seulement une mise en évidence de faits et c'est ce qui m'a plu. Ses personnages (et je pense notamment à Pierre) sont d'une maturité à s'en damner ! Ce dernier est réfléchi, patient et totalement incroyable, tant et si bien qu'il nous pousse nous-même à nous questionner sur ce qui se révèle être des sujets très sensibles. Si l'on aborde des notions très distinctes et assez sombres, néanmoins très présentes dans la vie de tous les jours, il est tout de même véridique d'affirmer que derrière chaque regret évoqué, subsiste une part d'espoir. Un espoir auquel on se rattache de toute ses forces, que l'on veut désespérément tenir dans ses mains. Et ce sont pour ces raisons-là que "La Quatrième Fée" m'a presque mis les larmes aux yeux. C'est en sublimant les douleurs de chaque personnage que Brigitte Gilbau a donné de la beauté et du sens à leur histoire. Pour être très sincère, je ne m'attendais absolument pas à ce genre de lecture. J'étais persuadée de me lancer dans une aventure légère et imaginaire, ce qui encore une fois s'éloigne très franchement de la réalité. Mais ce n'est pas pour me déplaire, car "La Quatrième Fée" correspond parfaitement à ce que je recherche. D'une profondeur sans équivoque, Bigitte Gilbau parvient à remuer nos émotions avec une intensité troublante grâce à une plume gracieuse. Un roman touchant et émouvant qui met à l'épreuve les limites de l'amour.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La couverture ainsi que le titre du livre sont trompeurs: non il ne s'agit pas d'un conte de fées mais d'un récit sur une mère face à sa fille mourante et une histoire de dons d'organes. C'est un roman sur un sujet dur, la douleur d'une mère et sa fille réduite à l'état de légumes. Est-ce que la mère sera capable de débrancher les appareils qui maintiennent sa fille artificiellement en vie? Est-ce qu'elle sera capable de faire face au père, celui à qui elle avait caché sa grossesse? C'est un roman triste, plein d'émotions où on se retrouve attirée à tourner les pages, à espérer envers et contre tout que la fille se réveillera et plus on compatit avec la mère, plus on comprend le dilemme devant lequel elle doit trancher. J'ai trouvé que la fin était un peu facile et bien arrangeante mais encore une fois, Natacha choisit de se retirer de la vie du père pour "son bien" et on a l'impression qu'elle fuit à nouveau la confrontation. La fin laisse un goût amer dans la bouche. Bref, un roman fort, un roman intense et un roman à recommander malgré quelques facilités scénaristiques. Ce roman pose les bonnes questions et ne donne pas forcément les meilleures réponses. Je remercie NetGalley pour ce partenariat.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En démarrant cette lecture, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre car la quatrième de couverture corresponds en réalité à un passage du livre, donc cela ne donne pas d’informations sur les personnages, ni sur les thèmes abordés ! La couverture m’avait séduite, le fait que le résumé parle de « légende » et de « fée » m’a intriguée, alors hop ! je me suis lancée ! Je remercie les Editions Lys de m’avoir accordé cette lecture via Netgalley. Dans cette belle histoire, on rencontre, principalement, une mère et sa fille : Natacha et Chelsea. Je vais vous donner quelques informations sur les thèmes abordés, car même si une lecture en totale surprise est très agréable, je pense que en précisant les thèmes, cela peut vraiment déclencher des envies de lectures ! Dans cette histoire, nous sommes à mille lieux d’un conte de fée. Nous sommes en pleine réalité. Chelsea est une jeune fille pleine de vie, qui est passionnée par les chevaux. Un jour lors d’une course hippique, elle fait une mauvaise chute et se retrouve dans le coma. Nous suivons donc le parcours du combattant d’une mère au chevet de sa fille déclarée en mort cérébrale. C’est une histoire bouleversante, semée de choix difficiles et surtout d’amour de cette mère pour son unique enfant. Natacha est une mère très courageuse, et admirable. Le déroulement des événements nous pousse à réfléchir en même temps que Natacha. Quels choix aurait-on fait, dans cette situation ? Comment savoir si nous faisons le bon choix ? Je suis ressortie de cette lecture, pleine de questions sans réponses. Car je pense que tant que nous ne sommes pas confronté à ce type de situations, il est difficile d’y répondre. Mais il est très très important d’aborder ces sujets avec nos familles. Sommes-nous pour ou contre le don d’organes ? Que peut-on laisser a nos proches pour les guider dans la prise d’une décision lors d’un moment si difficile à vivre ? C’est un coup de cœur pour moi, car j’en suis réellement ressortie bouleversée, chamboulée et émue. Je le recommande mille fois, car il aborde des sujets très importants.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie Netgalley ainsi que la maison d'édition Lilys pour la lecture de ce livre. Ce qui m'a attiré en premier : la couverture. elle est belle et fait vraiment penser à une fée. J'ai lu le résumé et j'ai cru tomber dans un fantastique, voire un fantasy, mais il en est tout autrement. Si j'avais vu la note de l'éditeur je ne serais pas été surprise. Mais agréablement surprise. Chelsea est une jeune femme de 24 ans qui vit la vie à pleines dents. Elle adore son cheval, Beau et l'a sauvé d'une maltraitance qui était en devenir. Tous les deux se sont bien trouvés. Ils s'adorent mutuellement et cela se ressent. Surtout lors de compétitions hippiques. Mais un jour, le drame arrive, la chute qu'aucun ne pouvait prévoir. Le coma prend possession de la jeune femme et la laisse vivante grâce à un respirateur. Sa mère ne peux pas la débrancher. Comment faire pour vivre sans son enfant ? Des choix difficiles, un passé qui revient en force. Remords, regrets avec quoi vaut-il mieux vivre ? J'ai été perturbé durant quelques pages parce que je ne comprenais pas où l'auteur voulait en venir entre son récit et le résumé. Ce n'est qu'arrivé vers la fin que tout se dévoile. Ce n'est donc pas du fantastique, je le réécris une fois de plus, mais j'ai beaucoup aimé cette histoire. Troublante, émotionnellement dure de par la vie et les choix que Natacha, la mère de Chelsea doit faire. Apprendre à se connaître et à ne pas penser à la place des autres. Des erreurs de son propre passé refont surface. Le fait de revoir un ancien amant va la replonger dans des jours plus heureux. Avec Pierre se fut presque parfait, mais pour Natacha plus jeune, la peur de l'avenir l'avait fait fuir. Regrette-t-elle ce choix ? Comment penser à soi alors que sa fille est inerte dans un lit sans avoir la possibilité de bouger, de parler de réfléchir ? Les mots s'écoulent librement, pas de faux semblants, pas de détour. Juste un nombre incalculable de questions sur le devenir. Beaucoup de réflexions sur la vie actuelle, les fameux "j'aime" des réseaux sociaux, les "amis" virtuels. La réalité, la joie de vivre, la manière de tout vouloir contrôler. Modifier les idées reçues du sexe fort et du sexe faible. Qui a la belle part ? Est-ce que cela n'est pas juste une utopie ? A moins qu'il ne s'agit que de moyens pour détourner le regard de ce qui est vraiment important. Pourquoi utiliser le mot HOMME pour l'humanité, alors qu'il a déjà un autre sens : celui de différencier l'homme de la femme. Beaucoup de questions donc, de réflexions sur la vie d'une manière générale, sur les différences d'une manière plus pointues. Il n'y a pas forcément les réponses à toutes ces questions, mais j'ai trouvé que ce livre apportait matière à réflexion en nous donnant les clés pour décider de ce que nous désirons faire de notre vie. Les personnages ont des douleurs, comme chaque personne qui vit dans la réalité. Perdre un enfant est - en tant que mère - le plus dur à concevoir. C'est une perte qui est inconcevable. Vouloir à tout prix leur survie est notre choix. Mais j'avoue que la réflexion pousse plus loin sur ce que l'autre veut. En sachant comment il a vécu, comment il aimait la vie, pouvons-nous demander à un médecin de prolonger la vie dans des conditions que nous-même ne voudrions nous pas ? Et le contraire, peut-il s'effectuer ? Entre Pierre et Nat c'est une histoire vieille de plusieurs années. Tout de suite nous comprenons qui est qui. Le pourquoi reste à découvrir. La fin est couru d'avance, mais la manière d'y arriver même si elle n'est pas droite, elle montre le chemin qu'une mère doit effectuer pour réussir à décider du bon choix. Les médecins sont très peu vus, mais l'un est montré par Natacha. La conversation entre les deux résume parfaitement l'éthique médical et les envies maternelles. En conclusion, une lecture qui donne matière à réfléchir sur la vie et la mort. La manière dont l'auteur amène le sujet n'est pas glauque même si les émotions nous submergent. Rentrer en profondeur par moment, garder un peu de légèreté à d'autres, cela laisse assez de souffle pour terminer le livre sans pour autant pleurer à tout bout de champ. http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-quatrieme-fee-brigitte-guilbau-a127852550

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :