Red Rising

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 17 juin 2015 | Archivage 2 mars 2019

Résumé

Dans le futur, la Terre n’est plus habitable.
Pour survivre, la Société est partie coloniser Mars. Les Ors, ses membres les plus riches, érigés en aristocrates, ont réduit les autres en esclavage...
Darrow est un Rouge, un membre de la caste la plus basse de la Société.
Sa fonction : arracher au cœur de Mars de quoi assurer à la Société sa croissance et sa richesse. Toute la journée, il creuse, persuadé que les Rouges sont le dernier espoir de l’humanité. Qu’importe si, en seize ans, il n’a pas vu le ciel ? Qu’importe s’il doit subir chaque jour les injustices des Ors ? Darrow vit, il a l’amour d’Eo, la plus jolie des Rouges, et pour lui, c’est bien suffisant.
Mais pas pour elle. Eo rêve à un futur meilleur, un avenir où les Rouges pourront regarder les Ors dans les yeux. Pour ce rêve, Eo est prête à tout. Jusqu'au sacrifice.
Lorsque Eo est condamnée à mort, Darrow est dévasté. Désormais, il ne vivra plus que pour sa vengeance. Rien ne l’empêchera d’anéantir ses ennemis… Même si, pour cela, il doit devenir l’un d’eux.

Dans le futur, la Terre n’est plus habitable.
Pour survivre, la Société est partie coloniser Mars. Les Ors, ses membres les plus riches, érigés en aristocrates, ont réduit les autres en esclavage...
...


Ils recommandent !

ÉLU MEILLEUR PREMIER ROMAN 2014 PAR LES LECTEURS DE GOODREADS ET BUZZFEED.

ÉLU MEILLEUR PREMIER ROMAN 2014 PAR LES LECTEURS DE GOODREADS ET BUZZFEED.


Formats disponibles

FORMAT GF cartonné
ISBN 9782010003691
PRIX 18,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

C'est de la bombe, bébé ! (excusez-moi la familiarité, mais cette lecture m'a vraiment enthousiasmée, et je m'en vais vous expliquer pourquoi)
J'avoue avoir eu une période où la dystopie me gonflait à un point où j'aurais égorgé Katniss si elle s'était trouvée en face de moi (d'ailleurs, je n'ai pas lu Hunger Games. Coïncidence ? Je ne crois pas.) Ou alors, j'en avais ras la casquette du YA, je ne sais pas. En-dehors de l'essence même de la dystopie (petite piqûre de rappel : futur plus ou moins proche, société opprimante, héros qui va se rebeller contre l'ordre établi), les éléments récurrents en YA me donnent de l'urticaire parce que j'ai l'impression de relire sans cesse la même histoire : héros jeune mais d'une maturité / intelligence improbable, histoire d'amour souvent cucul-la-praline parce-qu'il-faut-parler-aux-jeunes-et-c'est-ça-qu'ils-veulent, décisions stupides mais que ça rentre dans l'ordre quand même, caractère cliché du héros (fondamentalement bon, têtu et impulsif mais qui apprend de ses erreurs) et des personnages qui l'entourent (le rigolo, l'intello, la brute au grand coeur, celui qui est adorable et qu'on sait tous qu'il va mourir), l'absence d'une cellule familiale crédible et les ficelles tellement grosses qu'on peut y arrimer des catamarans.

Bah aux chiottes mon avis, ce n'est pas vraiment le cas ici. On va bien sûr retrouver certains éléments (ou amorces), mais c'est justifié par le monde créé. Ça ne va pas trop vite. On se permet d'avoir peur pour les protagonistes, parce qu'ils pourraient mourir. Même le héros. La richesse du monde présenté est bien présente, et très très sombre, et la société est bien plus complexe que le traditionnel duel oppresseurs / opprimés. Même dans les castes élevées, il y a des losers méprisés par les autres (hello, les Nymphettes !). Et au final, devenir une pourriture ça s'apprend.
Le héros est attachant. C'était pas sa guerre au départ, il n'a pas vraiment eu le choix, puis au final, c'est plus la vengeance qui l'anime qu'une réelle volonté de justice. On ressent les conflits en lui, les tiraillements qui se jouent entre ses souhaits propres et ce dans quoi il s'est embarqué, ses convictions et la réalité, son apparence et son "âme".
Dès le premier tome, son combat s'avère plus complexe que prévu sur le plan moral : les méchants oppresseurs ne le sont pas forcément tous, et pas forcément en connaissance de cause. Et puis, horreur, si la position de son peuple était justifiée ? C'est une des questions qui va lui traverser l'esprit.
Les autres personnages sont également très intéressants, que ce soit les garçons ou les filles (oui, parce que les filles ont de vrais rôles, et ne sont pas là pour courir après les premiers, faire un joli mariage et de jolis bébés).
Je n'ai pas trop envie d'en dévoiler davantage, parce que faire les découvertes en même temps que Darrow, prendre conscience de l'étendue de son ignorance de départ fait vraiment partie du charme de cette lecture.
(ah, et je n'ai pas la plus petite idée de pourquoi ce n'est pas un coup de cœur, il manquait un machin, je suppose)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après en avoir tant entendu parler, je peux vous le dire, je suis extrêmement heureuse d’avoir lu ce livre, le premier tome d’une trilogie qui s’annonce époustouflante.

Ceci n’est pas une dystopie ordinaire. Elle est au-delà de tout ce que vous, nous avons pu lire. Ce n’est pas un monde différent, mais un autre système entier, d’autres planètes et étoiles. Une société entière développée dans notre Voie lactée, qui reprend les bases de notre histoire, nos conquérants, César, Alexandre le Grand. Nos victoires. Puis qui renverse tous ce qui nous est familier.

Au départ, le lecteur est immergé dans le quotidien des Rouges, travailleurs dans les mines qui n’ont aucune idée de ce qui se passe au-dessus de la surface du sol de Mars, pensant être les seuls habitants s’escrimant à la labeur pour rendre cette planète habitable. Puis Darrow découvre l’immense imposture qu’est leur vie. Là, tout bascule, s’enchaîne avec une rapidité stupéfiante.

Si la première partie semble un peu longue, c’est parce qu’on doit s’accoutumer aux différents noms, appellations, grades. Une fois habituée, j’ai trouvé le système très ingénieux, les couleurs représentants bien les fonctions caractéristiques de la société et les noms sont très appropriés, parlant d’eux-mêmes.

Darrow, le personnage principal, est une boule, une tornade d’émotion, ce qui fait sa force. Pour moi, il est les yeux au travers desquels nous menons notre propre révolution. Car s’il veut chambouler l’ordre établi parmi les dirigeants de ce système, il créé aussi des liens avec certains d’entre eux, et nous aussi. Je me suis attachée à tellement de personnages, et je ressens ce même tiraillement que Darrow, entre son devoir et ses sentiments. Nous menons notre propre quête.

En bref, ce roman est palpitant et addictif. On ne s’arrête jamais, sauf pour reposer le livre après avoir tourné la dernière page. C’est une dystopie qui reprend des éléments connus mais apporte aussi sa propre touche légendaire et exalte nos émotions.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai adoré l'ambiance sombre et épique de ce roman.
Je ne m'attendais à ce type de récit mais se fut une bonne surprise.
On s'attache beaucoup au personnage principal (les premiers chapitres sont assez durs à lire car les émotions sont intenses) notamment au fil de l'histoire où l'action est à son comble jusque dans les dernières pages. On oublie parfois que l'histoire se passe sur Mars tant on est captivé par le récit!
Pas question de s'ennuyer une seule seconde!!!
A découvrir pour les amateurs d'action et de sensations fortes!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une dystopie qui réussit l'exploit de renouveler le genre. Un démarrage étourdissant confirmé par une intrigue qui enchaine les surprises et évite les clichés. A l'image de son héros : Excessif et grisant !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cette dystopie se déroulant en 3 tomes, commence avec notre jeune Darrow qui va devoir affronter la souffrance et la solitude avant de devenir un monstre semblable à ceux qu’il déteste tant. Dans ce récit, l’histoire se passe sur Mars dans un futur qui nous parait tout de suite plausible, on y retrouve des peuples « rangés » par couleurs et avec elles le pouvoir, la beauté, l’intelligence ou encore l’esclavage. Darrow est un Rouge, la pire couleur, celle des esclaves, du dur labeur, de la faim et de la souffrance, face à ce peuple opprimé et persécuté, les Ors, les maîtres, les plus puissants, ceux qu’ont redoute tant par leur force que par leur violence, ceux qui ne respectent rien ni personne et certainement pas des Rouges insignifiants et puis il y a toutes ces autres couleurs, plus importantes que les Rouges mais bien moins que la suprématie des Ors. Voici les bases de cette histoire, le point de départ de la vie de Darrow, la Société dans laquelle il tente de survivre.

Ce tome se découpe en 2 grandes parties distinctes, sa vie de Rouge, et l’Institut. Dans la première, nous découvrons son quotidien, sa famille, sa vie, ses envies et surtout son amour pour sa femme Eo. Malgré son comportement très « cascadeur » limite inconscient, un caractère déterminé et bourru, il se transforme totalement quand il parle, pense ou voit sa femme, il en devient tendre, doux, attentionné et tellement plein d’amour à lui donner qu’on ne peut qu’être admiratif devant cet homme sincère et amoureux. Ce côté personnel touchant arrive presque à atténuer la dureté de la vie des Rouges, pourtant l’auteur ne nous ménage pas et ne nous cache rien quant à la souffrance de ce peuple totalement persécuté et utilisé comme de simples marionnettes. Et puis arrive ce drame, ou plutôt cet assassinat, ce moment où il perd tout, ses rêves, son quotidien, son amour et tout cela pour un pas de travers qui n’a pas plu aux Ors, de là sa tristesse, sa douleur et son chagrin sont tellement forts et intenses qu’on ne peut s’empêcher de verser nos larmes à la lecture de ces lignes, son désespoir tellement poignant et sa souffrance si communicative qu’on sombre avec lui dans un état d’abattement puissant et qu’importe les derniers mots d’Eo, qu’importe ce qu’elle attend de lui, c’est trop dur, trop de souffrances, cela fait trop mal, il ne veut pas continuer, n’y arrive pas… et pourtant il ne va pas avoir le choix que de rester debout et affronter la vérité, une vérité qui va le bouleverser, lui ouvrir les yeux, lui donner une rage indescriptible et une envie de se venger de ses Ors qui lui ont tout pris et qui font des Rouges un peuple d’esclaves vivants dans l’ignorance totale. Cette première partie est extrêmement importante, elle pose des bases solides et concrètes pour toute cette saga, elle nous plonge dans la vie de ce personnage qui va être notre fil conducteur et surtout elle donne le ton quant aux émotions dégagées et c’est sans l’ombre d’un doute que l’on comprend qu’on va passer par des ressentis puissants, forts et troublants.

La deuxième grande partie est celle consacrée à l’Institut, celle où l’on va voir Darrow évoluer et changer pour devenir en apparence un Or. Cette partie est totalement différente, beaucoup plus sombre, violente, mouvementée, voir cruelle, elle nous montre l’entrainement de l’élite des Ors, nous impose leur barbarie, leur nécessité d’être les meilleurs quitte à tuer sans état d’âme, mais aussi leur force physique et psychologique stupéfiante, leur courage face à la douleur ou la mort et leur volonté de réussir. On y découvre de jeunes Ors certes semblables à leur tout puissant ainés, mais néanmoins dots de respect, d’une âme et d’un cœur pour certain, cela attenue un peu notre regard méfiant et dur à leur égard, on comprend que leurs attitudes futures sont régies par une éducation et des codes dont ils ne sont pas maître. Durant cette partie Darrow s’endurcit physiquement mais surtout psychologiquement, il devient fort, dur, calculateur, déterminé et affrontant les pires situations avec dignité et conviction, mais par moment il est tellement à la limite de devenir corps et âme un de ces Ors que l’on doute, on a peur de le voir basculer de l’autre côté, sombrer dans la cruauté et l’indifférence et c’est dans ces moments là que l’auteur y apporte sa touche magique, ses mots justes et précis, ses souvenirs beaux et doux qui vont ramener Darrow vers ce qu’il est vraiment : un Rouge dans le corps d’un Or. Pour finir, la fin est tout simplement ARGHHHHH !!!! L’auteur nous pose un cliffhanger qui nous laisse dans un suspens intense et rageant tant on veut connaitre la suite !

En conclusion, un excellent 1er tome qui nous embarque sans aucun souci dans cet univers impitoyable où Darrow nous laisse espérer un avenir différent.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Au début du récit, Darrow a 16 ans. Mais il a déjà une vie d’adulte. Il a une femme, un travail. Ce dernier est vraiment difficile et sa vie, ainsi que celle de la communauté à laquelle il appartient, est faite de labeur, de sueur, de fatigue et de faim. La Société dans laquelle il vit catégorise les personnes selon des couleurs. Les Ors détiennent le pouvoir alors que les Rouges, dont il fait partie, triment pour la survie tous. Mais un événement particulièrement douloureux pour lui va le changer radicalement, moralement et physiquement, agissant comme une renaissance, le montrant comme un phénix jaillissant de ses cendres. Infiltrant les Ors, il va devoir s’adapter à leur mode de vie, faire face à leurs ruses et à leurs complots, en tentant de faire taire sa soif de vengeance et sa rage pour essayer de détruire le système de l’intérieur. Lui, le Fossoyeur qui extrayait de l’hélium 3 dans les mines de Mars va devoir penser, réfléchir, agir comme un homme politique, un homme de pouvoir. Il va devoir se fondre parmi les Ors dans une sorte de jeu sanglant, épreuve ultime de l’Institut. Mais à trop devoir se prendre pour un autre, Darrow prend aussi le risque de se perdre… Et si, pour gagner, il fallait s’élever, toujours plus haut, au risque de se brûler les ailes en approchant trop près des étoiles?

Pas de descriptions inutiles, le lecteur est au cœur de l’action, suivant Darrow, qui a décidé de prendre son destin en main et de ne plus le subir, dans ses avancées et ses déboires dans un jeu de guerre à taille réelle dont des pseudo-dieux sont spectateurs, et parfois acteurs. Une fois commencé, difficile, voire impossible de lâcher ce livre. Écrit à la première personne, ce roman nous montre un jeune homme qui évolue beaucoup. Abordant des thèmes comme le deuil et la politique, il s’agit d’un récit au style direct, au rythme soutenu, à la violence omniprésente et où l’amour est la lueur au bout du tunnel, le phare permettant à Darrow de tenir le cap dans cette tourmente.
J’ai beaucoup apprécié cet univers impitoyable, cocktail de violence, de manipulation, d’humour, de confiance, de trahison et d’amour. Il me tarde de savoir comment Darrow va se sortir de la situation dans laquelle il s’est mise à la fin de ce volume.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans un futur lointain, la vie est possible sur les autres planètes qui ont pour la plupart été colonisées. Un système de castes avec des couleurs a été mis en place. Le système politique est proche de la dictature tel que l'on a pu le voir dans Hunger Game. Le sommet de la pyramide est représenté par les Ors, des dirigeants riches, cupides et intransigeants, prêts à tout pour conserver leurs privilèges et leur pouvoir. La base de cette pyramide, elle, est représentée par les Rouges, les esclaves. Grimper les échelons dans ce système est impossible, la condition que l'on a à la naissance reste la même pour la vie et les règles appliquées sont très injustes.

L'histoire suit un Rouge vivant sur Mars, du nom de Darrow et plus jeune fossoyeur de son camp, les Lambdas. Les Rouges qui vivent dans le sous-sol de Mars sont chargés de récolter l'hélium 3, un composé essentiel dans cette société. C'est une tâche ingrate, dangereuse et difficile, effectuée qui plus est, dans des conditions déplorables. Pour ne pas rappeler leur conditions d'esclaves aux Rouges, un camp peut être récompensé si son rendement d'extraction de l'hélium est le plus élevé. Mais Darrow se rend rapidement compte que cette règle est caduque car ce sont toujours les mêmes qui gagnent quel que soit le résultat.
Un jour, sa femme est exécutée devant ses yeux pour avoir chanter la chanson interdite. un événement atroce qui fera voir à Darrow, les choses autrement et dirigera désormais chacun de ses actes. Il se retrouve ensuite embarqué dans une mission d'infiltration chez les Ors par les rebelles.

L'intrigue est centrée sur Darrow et son infiltration chez les Ors. Pour obtenir un poste au sein des grandes institutions, les Ors doivent passer un examen mettant à l'épreuve leur intelligence et leur capacité mais aussi mettant en danger leur vie. Darrow a dû subir un entraînement éprouvant pour être admis à l'académie où des épreuves aussi dangereuses que mortelles l'attendent. Une intrigue véritablement palpitante qui m'a fait penser aux épreuves présentes dans Hunger Game.

Le rythme est assez rapide grâce à un récit très prenant et passionnant et à une narration à la première personne qui permet une très bonne immersion dans l'histoire. La présence de quelques longueurs passe presque inaperçue.

La plume de l'auteur est riche, fluide et assez visuelle pour nous immerger, nous effrayer ou nous émerveiller grâce à un décor bien planté et détaillé. L'univers est bien construit et parfaitement maîtrisé.

L'ambiance est sombre, froide et dure, sanglante et effrayante aussi. Une ambiance très immersive qui pousse le lecteur à l'instar du personnage principal, à se méfier de tout et tout le monde car la trahison est courante dans le récit.

Les personnages sont bien développés et intelligents.
Darrow, né esclave, grimpe plus haut que n'importe quel Or dans cette société dictatoriale, à l'aide d'un groupe de rebelles, si on peut les appeler ainsi, qui l'entraînent et le poussent à donner le meilleur de lui. Cette transition entre le Darrow Rouge et le Darrow Or est certes rapide mais j'ai apprécié le fait qu'un esclave puisse s'élever et atteindre les meilleurs jusqu'à peut être les dépasser. Darrow est très attachant, c'est un personnage intelligent et pleins d'émotions. Voir le cheminement de ses pensées est intéressant, de même que d'être témoin de son évolution tout au long du roman. Il apprend de ses erreurs et de celles des autres, c'est un héros que l'on aime apprécier.
Les personnages secondaires sont moins dépeints mais ont tout de même leur importance car il soutiennent Darrow ou le trahissent, parfois les deux. En tout cas, ils participent tous ou presque à son apprentissage et à son évolution.

Pour conclure, j'ai vraiment adoré ce roman et pourtant, au départ, en voyant les nombreuses caste qui y sont présentent, j'ai eu peur de me perdre dans tous ces détails. Mais finalement tout est parfaitement dosé et le système du roman n'a presque plus de secrets pour nous.
J'ai été rapidement absorbée dans ma lecture et me suis mise sans aucun mal à la place de Darrow bien que ce soit un personnage masculin.
Amitié, loyauté et trahison entre autre, coexistent dans ce roman pour le rendre époustouflant et addictif. Pas très loin d'un coup de cœur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord je remercie les éditions Hachette Romans ainsi que NetGalley de m’avoir permis de découvrir ce roman. J’avais entendu beaucoup d’éloges à l’égard de Red Rising qui sont je trouve amplement méritées.

On est projeté sur la planète Mars où les Hommes sont loin d’être égaux. Sur la Planète Rouge, chaque couleur représente un statut. Les Ors font partis de l’élite opposés aux Rouges en bas de l’échelle. Darrow, le protagoniste appartient à la seconde catégorie. L’injustice va frapper à sa porte et le réveil s’avère brutal…

L’univers dystopique de Red Rising est très bien construit. Je tire aussi mon chapeau à l’auteur qui a dû fournir un travail énorme sur cet univers. En contrepartie, l’univers est tellement riche qu’il faut bien s’accrocher, c’est le genre de roman où il va falloir se concentrer au risque de décrocher. Red Rising est un roman complexe, les personnages secondaires sont extrêmement nombreux et les informations fusent parfois dans tous les sens. D’ailleurs je pense que ce roman est beaucoup plus mature que les young adult d’habitude. J’ai failli me procurer ce roman en anglais et heureusement que je ne l’ai pas fait car ça me semble être une lecture bien trop compliquée pour la lire en version originale.

A l’instar des personnes qui trouvent ce roman bien trop similaire avec Hunger Games ou d’autres dystopies, j’ai trouvé Red Rising très original en son genre. A mon sens, on doit cela principalement à l’atmosphère qui y règne ajoutée à la plume de l’auteur qui nous dépeint un univers riche et une intrigue surprenante. L’héros est confronté à des moments tragiques et je m’y suis vite attaché. Je partageais profondément son envie de justice à travers sa quête pour un monde meilleur.

J’ai trouvé que Red Rising comporte tout de même quelques longueurs notamment dans la seconde partie du roman. Après de très nombreux rebondissements, le rythme s’est quelque peu essoufflé. Peut-être serait-ce le calme avant la tempête du second tome ?

Red Rising a été une lecture palpitante. C’est un roman composé d’enjeux politiques, de stratégie, d’amitié, de confiance, de trahison. Tout est au rendez-vous pour captiver le lecteur.

Je pense que cette trilogie a un énorme potentiel et a beaucoup à nous offrir. Il me tarde de lire la suite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Hachette et à Net Galley de m’avoir permis de lire ce livre.

Red Rising est un coup de cœur. Il y a beaucoup d’éléments qui m’ont plu dans cette lecture.
Tout d’abord le régime construit par Pierce Brown, basé sur les métiers classés par couleurs. On peut bien évidemment faire le parallèle avec les districts d’Hunger Games ou les factions de Divergentes, mais le système de Red Rising a aussi ses particularités, notamment avec l’histoire des Bas Rouges.

Lorsqu’on commence ce livre, on est vite perdu par le rythme rapide et les découvertes qui s’enchaînent, presque trop vite. La partie du livre qui se déroule après l’entrée à l’institut perd moins le lecteur, le rythme est plus facile à suivre et de ce fait on s’intéresse plus facilement aux personnages et aux actions.

L’étude des êtres humains faite avec la partie se déroulant à l’institut est fascinante, tout comme Darrow lui-même qui nous surprend avec ses tactiques et raisonnements étranges. La violence qu’on peut trouver dans certains passages est presque trop détaillée mais elle permet en même temps au lecteur de garder cette sensation étrange laissée par le comportement bestial des jeunes Ors lors de cette guérilla.

Mon seul reproche vis-à-vis de ce livre pourrait être l’absence de femmes fortes. Il y a bien évidement Mustang dont on ne peut nier la force de caractère, mais même elle s’efface devant Darrow et toutes les autres ne sont bonnes qu’à être des « petites copines de ». J’aurais bien aimé que le fameux Chacal soit une femme, ou que ces deux hommes aient une ennemie à qui faire face.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Red rising est une dystopie prenante. Une histoire attractive et intéressante, d’un héros malgré lui. D’une société mensongère et d’une envie de révolte !

LA TRANQUILLITÉ D’UN MINEUR !
Darrow est un mineur comme la plupart des rouges habitants sur mars. Leur but étant de miner sans cesse, pour préparer la planète pour l’arrivée des futures générations des Ors et des Gris.

Parmi eux, notre personnage principal est un foreur. Il se rend bien compte qu’il y a des injustices et que les règles imposées par les Ors sont strictes, mais il ne souhaite pas forcément aller à l’encontre de ces derniers. Du haut de ses seize ans il aime sa vie de foreur et également ses moments privilégiés avec sa femme Eo. Elle est tout ce qu’il y a de plus cher à ses yeux.

ON LUI A TOUT PRIT !
Mais évidemment, on finira par tout lui prendre, il n’aura plus envie de vivre dans cette vie sans ce qui compte le plus pour lui. Il ne pensera même pas à se rebeller, car ce n’est pas son genre.

Darrow est plutôt du genre à tout laisser tomber lorsqu’il a tout perdu. Ce révolté contre les haut placés ? Pour quoi faire ? Il n’en voit pas l’intérêt et surtout il sait que ce serait une cause perdue.

UN HÉROS MALGRÉ LUI !
Pourtant, il va finir par rejoindre sans le vouloir les forces rebelles des rouges à l’encontre des Ors. C’est ainsi que de nombreuses révélations lui seront faites. Il n’aura par la suite qu’une seule envie, se rebeller et mener cette mission à bien pour reprendre ce qui leur est dû.

Darrow passera d’un homme qui ne souhaite que la tranquillité et qui accepte tout ce qu’on veut lui faire croire à un jeune homme qui n’a plus la même naïveté. Il voudra devenir l’espoir de tous les rouges, l’espoir d’un avenir sans l’oppression des Ors.

EN CONCLUSION :
L’histoire est vraiment intéressante et j’aime les différentes découvertes que l’on fait tout le long. La fin m’a plu et me donne très envie de découvrir la suite de cette saga.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un coup de cœur absolu. Univers sombre, parfaitement maîtrisé ; des personnages originaux et crédibles ; et un style qui colle parfaitement au texte. Pendant toute la lecture, on n'a qu'une envie : avoir la suite, mais paradoxalement, la fin arrive trop tôt. Magique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une excellente lecture, un presque coup de cœur!

Ce livre est tout simplement surprenant: par son écriture, par l’histoire, par ses personnages. Tout ça est simplement original.

Une histoire addictive !

Darrow est un Rouge, soit un mineur qui passe son temps dans les mines de Mars. Sa seule préoccupation est d’avoir assez à manger pour sa femme Eo, d’être le meilleur et gagner le laurier « la récompense ultime ». Mais un événement va tout changer !!! Sa vie va en être bouleversé et un nouveau Darrow est né. Il est combatif et je me suis attaché à lui en deux secondes.

En quelques pages, le décors est posé, impossible de lâcher le livre. Plusieurs fois, je me suis dit : « plus qu’un chapitre, il faut que je dors » et puis un chapitre plus tard : « aller encore un petit ».

Une écriture pas commune !

L’auteur emploie un style courant voir familier qui au début m’a un petit peu désarçonnée. Il est parfait pour l’histoire. Sa plume est agréable et fluide, les phrases sont variables pas trop longue non plus. Cette variabilité des phrases surligne bien l’action et donne une impression de mouvement et de rapidité. Les chapitres sont de longueur variable en moyenne dans la dizaine de page.

La seule chose me retient de lui mettre 20/20. C’est que je l’ai trouvé la fin un peu longue.

Le final est plein de surprise et elle m’a laissée sur le cul. Pardonnez moi l’expression. J’ai trop hâte de lire la suite. Et ça tombe bien, elle est à la bibliothèque.

Des personnages attachants !

Les personnages sont tellement surprenant. Si parfois, ils sont sombres parfois même bestial du aux mœurs et aux événements. Je les ai adoré surtout Roque le poète, le plus humain de tous. J’ai un petit faible pour ce personnage. Sevro, l’enfant sauvage, loyal mais empreint de liberté. Mustang est légèrement prétentieuse mais non sans raison, elle est intelligente et malicieuse. Darrow est un garçon terre à terre, intègre quand ça lui chante, sensible et un maître de l’ironie. Il est très complexe et attachiant (côté terre à terre voire buté).

Pour certains personnages, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Hunger Games sans pour autant que cela fasse plagia. Il y a une légère ressemblance aux niveaux des personnages secondaires.

Bref vous l’aurez compris. J’ai eu pas mal d’atomes crochus avec eux… Et les « méchants » ont vraiment de la gueule comme on dit.

En résumé : Un début de saga prometteur, addictif, très rythmé tout cela accompagné d’une plume assez déroutante mais tellement adapté.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :