Nos coeurs si loin

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Date de parution 4 mai 2022 | Archivage 3 juin 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Noscoeurssiloin #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Quand elle arrive dans la baie de San Francisco après a voir fui les Philippines, son pays natal, Hero refuse d' évoquer ce qui lui est arrivé. Au coeur de la Californie, c’est toute une communauté d’expatriés qui va l’accueillir : jeunes adultes, enfants, employés de restaurants, salons de beauté, qui se sentent ni tout à fait américains, ni tout à fait philippins. Parmi eux, Hero tombe amoureuse de Rosalyn, et son passe resurgit malgré elle…

Entre La Vie brève et merveilleuse d’Oscar Wao de Junot Diaz et les Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin, Nos coeurs si loin est un premier roman lumineux et profond sur l’amour sous toutes ses formes, sur les exactions d’un régime politique et le pouvoir salvateur des communautés - de sang ou de coeur. 

Quand elle arrive dans la baie de San Francisco après a voir fui les Philippines, son pays natal, Hero refuse d' évoquer ce qui lui est arrivé. Au coeur de la Californie, c’est toute une communauté...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782413010210
PRIX 24,00 € (EUR)

Vos liens

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers ma Kindle (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Nos cœurs si loin s’ouvre sur l’histoire de Pacina, étudiante infirmière d’un milieu très modeste, prête à émigrer, à tout quitter – ses sœurs gâtées et ses parents, sa forêt et ses amies, ses montagnes et ses langues – pour changer de destin et oublier cette misère, cette peur constante. La narration s’adresse à elle, comme une manière de créer une intimité certaine entre elle et le lecteur, un lien indéfectible. Pourtant, une fois Paz aux États-Unis, c’est bien vite (peut-être trop vite, Paz n’étant alors plus qu’une ombre décharnée et taciturne) sa nièce Hero qui devient le centre de l’attention, jeune femme brisée par la vie, les os aussi mal ressoudés que l’âme. Avec sa petite cousine de sept ans, Roni, pour réconfort, des jeunes exilés prêts à lui ouvrir les bras, Hero ne peut qu’aller mieux, même arrachée aux siens, à son foyer communiste. Des bribes de souvenirs brisent ici et là la monotonie de son quotidien américain, donnent une autre couleur à ce roman et à son présent même si, volontairement sans doute, Elaine Castillo fait presque toujours du récit des vies aux Philippines une recension froide, chirurgicale, à mille lieues du chœur californien de Milpitas, bruissant de voix, papillonnant de couleurs et de lumières, frémissant de détails sensoriels – parfois trop crus.

Ainsi, la croisée de ces deux existences permet à l’autrice de donner corps à un pays et à son histoire récente, mais aussi et surtout à une famille, une grande famille, celle des Philippins émigrés – ou plutôt des Philippines – qui se serrent les coudes dans la Baie de San Francisco autour de nouilles et d’autres plats typiques de cet archipel. En effet, si tous ses protagonistes ont une voix marquante, ses personnages féminins sont plein de finesse et d’humanité, profonds, forts, toujours, que ces héroïnes soient enfants, trentenaire ou déjà âgée, mère, ancienne guérillera ou maquilleuse, mariée et conservatrice, volage ou lesbienne. Entre les îles Philippines de Marcos et la communauté filipina de Milpitas, toutes vacillent, leur Cœur si loin, séparé par un océan et toute une culture.

Elaine Castillo est elle-même née dans cette ville de Californie et n’a donc pas vécu directement le déracinement à l’œuvre dans ce premier roman si riche, qui sonne pourtant étonnamment juste. Outre les relations humaines qui sont décortiquées avec une grande sensibilité, c’est cette oscillation entre l’hier et l’aujourd’hui, entre deux terres et plusieurs langues qui fait palpiter Nos cœurs si loin, le fait frémir de tous ces fragments de phrases incompréhensibles pour qui ne parle pas tagalog, ilocano et pangasinan, certes agaçants mais contribuant à la musique singulière, enveloppante et lumineuse de ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?