Blanc résine

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 12 janv. 2022 | Archivage 28 mars 2022

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Blancrésine #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

  Elle s’appelle Daã. Née dans un couvent niché au cœur de la forêt boréale et construit par des femmes, elle grandit libre, loin du monde des hommes, parmi vingt-quatre religieuses. Elles règnent sur Cusoke, pays de roches et de glace où les codes sociaux sont réinventés. Enfant sauvage, Daã parle la langue d’Ina Maka, la Terre-Mère, dont elle apprend les cycles, les ordres et les lois.
  Lui se prénomme Laure. Enfant albinos rejeté par les autres, fils d’ouvrier de la mine Khole Co, il voudrait se fondre parmi les visages noirs des mineurs. Mais après la mort de sa mère, son père lui rêve un destin meilleur que le sien, loin des galeries et de la misère assassine. Envoyé à la ville, il deviendra médecin malgré lui. 
Tout oppose cette femme-forêt et ce garçon-translucide, deux marginaux qui aspirent, l’un à se faire accepter, l’autre à s’émanciper. Mais un jour leurs destins se croisent et l’amour les lie. Blanc Résine raconte leur histoire. Avec Laure, Daã ira vivre en ville, fera trois enfants. Mais jamais elle n'acceptera de se plier aux lois des hommes. Et cela a un prix.
 
Tout à la fois conte réaliste, drame romantique et fable féministe, Blanc Résine nous transporte dans un univers rude et troublant, au cœur de la nature, pour fouiller nos plus extrêmes sentiments  : l’amour, le désir, la colère. Audrée Wilhelmy y déploie son lyrisme sauvage et son imaginaire avec une maturité et une maîtrise rares. Elle signe ainsi un livre inclassable, spectaculaire.

Elle s’appelle Daã. Née dans un couvent niché au cœur de la forêt boréale et construit par des femmes, elle grandit libre, loin du monde des hommes, parmi vingt-quatre religieuses. Elles règnent...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782246827559
PRIX 15,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Lorsque l’on a été particulièrement séduit par une lecture, la crainte émerge de trahir les émotions ressenties par le filtre de nos propres mots, qui devront tenter de les reproduire.

C’est le cas pour Blanc résine. Pourtant les premières pages sont vertigineuses, mots inconnus, repères volontairement flous entre rêve et réalité, et déjà cependant la sensation d’une fascination naissante pour le personnage. Elle, qui ne recevra aucun nom de ses vingt-quatre mères mais se nommera dès que les premiers mots franchiront ses lèvres pour devenir Daã.

Un autre destin hors norme s’impose en parallèle. Celui de l’enfant plus blanc que neige, privé de sa mère à peine né. L’enfant albinos grandit dans le décor gris-noir de la mine, promis à en parcourir les galeries, pour secourir les multiples accidentés.

Les deux chemins, celui de la femme qui sillonne bois et prés en quête de plantes qui guérissent et celui de l’homme pâle se croiseront un jour, et de l’union de leur différence adviendra le meilleur ou le pire…

C’est un coup de coeur, de ceux qui ralentissent la lecture pour s’imprégner de chaque phrase, en se laissant porter par l’atmosphère parfois onirique parfois réaliste et violente.

L‘écriture joue avec les sens, les contrastes de couleur, les odeurs et les sons, créant des espaces poétiques originaux.

Peu importe de ne pas saisir le sens précis de certains mots, (un lexique est proposé en fin de récit, mais n’est pas indispensable). Le son des mots est suffisant pour qu’il ne soit pas nécessaire de visualiser la plante ou l’animal qu’ils désignent, et certains termes se font évidence (comme l’ina maka que l’on traduit rapidement comme la terre-mère).

Le récit est porté par la force de deux personnages, étranges et marginaux, et riches de leur différence. Ils sont l’envergure d'êtres mythiques, porteurs de messages et défiant les obstacles multiples sur leur route.


Publié en 2019 au Québec, c’est un roman qui pourrait rejoindre mes livres pour une île déserte.

Je remercie Grasset et Netgalley.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Au fil des fêtes païennes célébrées à l'équinoxe de printemps, de l'automne, du solstice d'été et de l'hiver nous partageons la vie de deux être aimés, qui au cœur de la forêt vont se découvrir. Blessée c'est lui qui est venu à son secours : " J'ai retrouvé la parlure des hommes en apprenant celle de Laure Hekiel. Après dix jours de sommeil, quatre ans de sols durs et de langues animales, j'avais perdu dans les oreilles, dans la gorge, les idiomes de mes mères. "

Étrange communion de deux personnages si différents, Daa, qui a pour fratrie mammifère, les religieuses qui l'ont recueilli à la mort des siens, qui ne fait qu'un avec sa terre nourricière, parlant le langage des arbres, des plantes et des animaux et puis Laure, lui très jeune orphelin de mère, et surnommé Blanche-neige par les enfants, de part la couleur si pâle de sa peau, et qui va mettre les chances de son côté pour essayer de se libérer d'un destin trop fatale.

Une plume rare, un roman puissant, surprenant, oui il m'a fallu quelques pages pour entrer dans l'état d'esprit de cette enfant Daa, de pénétrer son univers si singulier. Et puis très vite par la suite, je me suis fondue en elle, me laissant guider par une personnalité envoutante pour découvrir la nature comme peu d'être humains peuvent encore la vivre !

C'est le premier roman que je lis de cette auteure et déjà j'ai l'envie de retourner dans son univers. Je lisais à propos de son œuvre, " qu'il y a des connexions souterraines entre les différents univers, lieux et personnages qui se tissent d’un récit à l’autre. " Alors il me faut aller plus loin, car véritablement elle m'interpelle !

Cet avis vous a-t-il été utile ?