Dix âmes, pas plus

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Envoyer des titres NetGalley directement à votre Kindle ou votre application Kindle.

1
Pour lire sur votre Kindle ou dans votre application Kindle, merci d'ajouter kindle@netgalley.com en tant qu'adresse e-mail approuvée pour recevoir des documents dans votre compte Amazon. Veuillez cliquer ici pour des instructions détaillées.
2
Ensuite, retrouvez votre adresse e-mail Kindle dans votre compte Amazon et ajoutez-la ici.
Publication 14 janv. 2022 | Archivage 31 janv. 2022
Éditions de La Martinière, Littérature Policier

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Dixâmespasplus #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

« Recherche professeur au bout du monde. » Lorsqu’elle voit passer cette annonce pour un poste d’enseignant dans le minuscule village de Skálar, Una, qui ne parvient pas à trouver un emploi stable à Reykjavík, croit saisir une chance d’échapper à la morosité de son quotidien.

Mais une fois sur place, la jeune femme se rend compte que rien dans sa vie passée ne l’a préparée à ce changement radical. Skálar n’est pas seulement l’un des villages les plus isolés d’Islande, il ne compte que dix habitants. Les seuls élèves dont Una a la charge sont deux petites filles de sept et neuf ans. Les villageois sont hostiles. Le temps maussade. Et, depuis la chambre grinçante du grenier de la vieille maison où elle vit, Una est convaincue d’entendre le son fantomatique d’une berceuse. Est-elle en train de perdre la tête ?

Quand survient un événement terrifiant : juste avant noël, une jeune fille du village est retrouvée assassinée. Il ne reste désormais plus que neuf habitants. Parmi lesquels, fatalement, le meurtrier.

Ragnar Jónasson est né à Reykjavik en 1976. Grand lecteur d’Agatha Christie, il entreprend, à dix-sept ans, la traduction de ses romans en islandais. Découvert par l’agent d’Henning Mankell, Ragnar a accédé en trois ans seulement au rang des plus grands auteurs internationaux de polars. Avec plus d’un million de lecteurs, la France occupe la première place parmi les trente pays où est traduit Ragnar Jónasson.

« Recherche professeur au bout du monde. » Lorsqu’elle voit passer cette annonce pour un poste d’enseignant dans le minuscule village de Skálar, Una, qui ne parvient pas à trouver un emploi stable à...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782732494074
PRIX 21,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (PDF)
Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Un excellent thriller qui m'a plongée en Islande, dans l'univers sombre et plein de secrets d'un petit village isolé.

Il m'a tenue en haleine jusqu'à la dernière page, je l'ai dévoré.
Ravie d'avoir découvert un nouvel auteur et très envie de lire un autre de ses romans.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una , jeune fille solitaire va répondre à une étrange annonce , on demande une institutrice pour un village éloigné de tout , un village qui a la particularité de n’avoir que dix habitants et deux enfants scolarisés , un village vivant en totale autarcie .Le contrat est d’une durée d’une année scolaire .
Dès son arrivée , Una se sent mal à l’aise et a envie de repartir aussitôt , en même temps , elle prend son rôle d’institutrice à cœur . Les habitants et leurs failles , leurs secrets vont se dévoiler peu à peu .
Un roman à l’atmosphère à l’ancienne , un mystère dans lequel on s’englue à vouloir dénouer les fils de l’intrigue .
Un livre très différent de la saga du jeune policier Ari Thor .

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Une jeune institutrice va accepter de quitter Reykjavík pour aller enseigner durant un an dans un minuscule village isolé au nord-est de l’Islande, où il n’y a que 10 habitants et où elle n’aura que 2 élèves, sacré changement !
Ce roman n’est pas un polar et ne fait pas partie de la série consacrée au jeune policier Ari Thór.
Il s’agit ici d’un roman d’ambiance, car dès le début le froid et l’isolement créent une atmosphère bien particulière, très oppressante.
Nous allons être les témoins privilégiés de la vie au sein de cette communauté très fermée, limite sectaire où Una, la jeune institutrice, aura du mal à trouver sa place.
Très rapidement des évènements étranges vont avoir lieu et on va se retrouver plongés dans un milieu hostile, mais on ignore d’où le danger viendra.
J’ai beaucoup aimé ce roman même si l’atmosphère est angoissante et malsaine, comme si tout le village était englué sous une chape de secrets lourds, noirs et putrides.
Je remercie NetGalley et les éditions de la Martinière pour cet envoi.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Surprenant! Voilà le terme qui me vient suite à ma lecture.
Je ne m'attendais pas à une telle fin, ni à une telle histoire.
Une lecture agréable qui se lit rapidement.
Je recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce n'est pas un polar que nous propose Ragnar Jonasson cette fois, mais un thriller psychologique.
Une jeune femme décide de devenir l'institutrice de deux petites filles dans un village perdu au milieu de nulle part, où il n'y a que dix habitants.
Elle se sent mal acceptée, isolée, seule, et tout cela est accentué par la mort inexpliquée d'une des deux petites filles dont elle est l'institutrice.

Ragnar Jonasson maîtrise l'art de nous mettre dans l'ambiance. Tout le long du livre, j'ai ressenti la solitude du personnage d'Una, cette sensation de ne pas être à a place qu'elle éprouve dans ce minuscule village où tout le monde se connaît. Par contre, je ne l'ai pas aimée. Oh la la qu'est-ce qu'elle m'a fait râler !! Je l'ai trouvée mollassonne, totalement passive, à subir les événements là où moi je serais partie mille fois de ce village. C'est une jeune femme qui s'apitoie beaucoup sur son sort, et qui, au lieu d'essayer de se faire accepter et apprécier par les autres habitants, nourrit leurs suspicions.

Un très bon roman de la part de l'auteur islandais, encore une fois. Petit bémol : la fin que je n'ai pas du tout compris !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Parlons de cet ouvrage hos-norme !
L'histoire débute sur les chapeaux de roues, très vite, nous voilà au bout du Monde, (en l’occurrence, de l'Islande) perdus dans un étrange petit village au nom de Skalar dans lequel
Una va passer une année en tant qu'institutrice... Tout semble différent de la grande ville, d'un calme surprenant et loin de toute civilisation, mais les choses vont vite se bousculer et Una ira même jusqu'à douter même de sa propre mentalité.

Cet ouvrage est un thriller intense, qui m'a happé dès les premières lignes et que ne m'a plus lâché. Un tourne-page absolu... Une fois de plus, Jonasson, de sa plume exceptionnelle, nous emporte dans son Monde, dans se petit village et l'on vit et tremble avec Una.
L'écriture est légère, au style de l'auteur, qui sait si bien nous faire oublier nos alentours pour nous emporter selon son gré au fil des pages.
Une touche de fantastique qui n'est pas à négliger et qui donne à ce village perdu, un sens nouveau, plus terrible et plus isolé encore que l'on pensait...
Je lui mets un 5*, avec des +++ Et hâte d'un lire un nouveau;)
Je remercie vivement les Editions de La Martinière et à l'auteur pour leur confiance.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, une jeune institutrice habitant un tout petit appartement à Reykjavík a du mal à joindre les deux bouts, faute d'un emploi stable. Lorsqu'elle voit passer une annonce proposant un poste d'enseignant, au fin fond de nul part, dans le minuscule village de Skálar, Una y voit un signe du destin et pose sa candidature. Sur place, Una déchante rapidement, les habitants ne voient pas tous son arrivée d'un bon oeil. De plus, la chambre qu'elle occupe, située dans le grenier d'une vieille maison, semble être hantée par le chant d'une berceuse ... Una pense qu'elle perd la tête.
Mais, peu de temps avant Noël, une des deux fillettes à qui elle donne des leçons perd la vie de manière étrange.

Ragnar Jónasson sait définitivement nous plonger dans une ambiance sombre et glacial. L'environnement oppressant est parfaitement développé.
L'auteur distille peu à peu les indices et nous laisse découvrir un village soudé autour de lourds secrets.

Un bon moment de lecture. Absolument dépaysant !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

1985, Una répond à une petite annonce : "Recherche professeur au bout du monde". Changer de vie pendant une année scolaire pourquoi pas? Elle tente sa chance. Elle sera l'institutrice de deux petites filles.
Skálar est un village à la pointe de l'Islande, comptant seulement dix habitants.
Quelle est la berceuse qu'elle perçoit depuis sa chambre dans les combles? Quelle est cette histoire de maison hantée? L'atmosphère lugubre et austère de cette côte sauvage, de ce hameau de 10 âmes, renforce l'angoisse qui imprègne les lieux. Et puis le drame survient… une des âmes meurt brutalement…
Est-ce l'isolement qui la rend paranoïaque ou les secrets gardés par les habitants commencent à envahir ses pensées?

C'est le premier roman que je lis de l'auteur et je ne suis pas déçue. J'ai aimé l'atmosphère qui se dégage, lugubre et angoissante, le froid mordant et la tension qui s'échappe au fil des pages.
J'ai adoré les personnages, glaciaux au possible, gardant des secrets enfouis, vivants mais presque morts, coupés du monde…
L'écriture est saisissante, addictive… presque cinématographique. Il est rare que j'ai les poils qui se hérissent lors de mes lectures mais ça a été le cas ici.
N'hésitez pas à découvrir cet auteur. Ça me donne envie de découvrir d'autres romans de lui.
Merci à #NetGalleyFrance et #dixamespasplus pour la découverte de ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson est un bouquin suivant l'histoire d'Una, jeune institutrice, qui se retrouve au bout du monde pour enseigner à deux jeunes filles. Ce bout du monde est le village de Skálar en Islande où vivent 10 personnes. Una va se rendre compte que l'endroit est plein de mystère.
J'ai apprécié ce roman qui rend l'ambiance particulière grâce, notamment, aux descriptions qui permettent d'être totalement immergé.
Mon seul petit regret est qu'un personnage, dont les pensées sont reprises tout au long du bouquin, ne soit pas plus développé. Du coup, je n'ai pas compris l'intérêt.
Sinon, je recommande la lecture de ce livre qui se dévore rapidement !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Comment vous parler de ce roman qui va sortir en janvier 2022 ? Mon objectif sera ici de ne pas trop vous en dire… (pas gagné !)

Une chose est sûre, ce nouveau roman de Ragnar Jonasson est très attendu. La trilogie autour de Hulda (voir mes chroniques de La dame de Reykjavik, l’île au secret et la dernière tempête) a eu un succès mérité tant elle était réussie.

Ici on retrouve les paysages les plus reculés d’Islande. Skalar, au bout du bout, 10 habitants dont 2 enfants qui ont besoin d’un enseignant. Una postule et se retrouve donc loin de ses repères, dans une communauté restreinte, plutôt hostile où la vie est nimbée de secrets. Fantômes du passé, soupçons du présent, Una n’est pas au bout de ses surprises…jusqu’au jour où la mort va frapper. Parmi cette dizaines d’habitants, il y aurait donc un meurtrier…

Les fans des ambiances nordiques y trouveront leur compte. On retrouve des ingrédients connus : lenteur, tension palpable, ambiance à couper au couteau (ça se dit ça ?) et le mystère qui enveloppe tout et tout le monde.

Au final un roman « huis-clos glacial » à la sauce Ragnar Jonasson. Elle a fait ses preuves. Je n’ai pour autant pas retrouvé le souffle de la trilogie. Vous aurez le droit de me contredire en janvier !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una découvre une annonce dans le journal pour devenir institutrice de deux enfants dans une ville de pêcheur, bien loin de sa ville; Reykjavik.

La ville de Skalar dénombre 10 habitants et pas un de plus. Ils vivent dans une ville isolée et sont très soudés. On pourrait même dire que c'est à la limite du sectaire mais pour quelle raison ?
On ressent, au fur et à mesure du livre, que cette ville regorge de nombreux secrets et qu´Una, une inconnue, n´est pas la bienvenue.

Dés son arrivée, Una ressent une envie de partir le plus vite possible. Et pourtant, elle va fouiller jusqu'à découvrir les secrets de cette ville.

L´auteur nous décrit une ville sombre, isolée et loin de toute technologie. Si l´ambiance est très bien décrite au point qu'on ressente une gêne à être dans cette ville, il m'a manqué le côté policier, enquête.

Ce fut une bonne lecture sans être une lecture marquante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un polar à glacer le sang ! Si l'intrigue tient en haleine, la subversivité du lieu est magistralement dépeinte. On éprouve une réelle empathie pour l'héroïne perdue loin de sa famille, de ses amis. L'auteur arrive vraiment à nous faire ressentir le mal-être du personnage principal et l'angoisse nous gagne aussi !
Une belle lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, une jeune islandaise, sans presque d'ami ni de famille, vivant une vie peu exaltante à Reykjavik, accepte de partir à l'opposé de la capitale, dans un petit village de l'est de l'Islande, village qui ne compte que 10 habitants, afin d'être maîtresse d'école pour les deux seules enfants du village. Immédiatement elle est plongée dans l'atmosphère un peu inquiétante de ce village, en début d'hiver. Les habitants ne sont pas tous ravis de la voir arrivée là, une des deux enfants n'est pas facile à "apprivoiser" et la maison dans laquelle elle habite, notamment le grenier où elle a son appartement est réputé pour être hantée... Que fait-elle là ?
Roman plus psychologique que véritablement polar, il nous plonge dans l'atmosphère de l'Islande en début d'hiver, dans un mini village loin de tout.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un besoin de changement de vie et voilà Una qui quitte Reykjavik pour répondre à une offre d’emploi : un poste d’institutrice à Skalar, village isolé au bout de l'Islande. Ce coin perdu ne compte que dix habitants dont deux fillettes de 7 et 9 ans à qui elle doit donner des cours. Dès son arrivée, la jeune fille ne se sent pas à l’aise, les habitants sont repliés sur eux-mêmes et ne l'intègrent pas très bien. Lorsqu’une des deux enfants meurt lors des fêtes de Noël, le malaise grandit.
Plus qu’un roman policier, c’est un thriller psychologique en huis clos tout à fait passionnant. Les personnages sont rustiques, pas forcément sympathiques, y compris Una, trop passive et attentiste. Un roman d’ambiance, une ambiance lourde et froide comme les relations entre les protagonistes. L’auteur sait nous tenir en haleine jusqu’à l’explication finale, les secrets sont dévoilés avec parcimonie, la tension monte progresssivement.
J'ai beaucoup aimé la couverture et elle correspond bien à la situation décrite. J’espère lire rapidement de nouveaux livres de Ragnar Jonasson et je remercie les éditions La Martinière et Netgalley pour cette découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Chroniquer un roman policier est toujours délicat, en effet, on appréhende d’en dire trop alors on en dit peu au risque de ne pas attirer un lectorat.
Una, une jeune professeure vit à Reykjavik, seule, elle ne semble pas au mieux, quand son amie Sara lui présente une annonce pour enseigner dans un petit village isolé, Skálar, pendant un an, elle se décide à téléphoner et à accepter le poste. Les dix habitants ne sont pas des plus accueillants même si Salka qui
l’héberge et voulait un enseignant pour sa fille Edda et une autre fillette est plutôt sympathique, tout comme Thor. Ce roman c’est avant tout une atmosphère de thriller, on attend le meurtre, on sent l’emprise du village, la lourdeur inquiétante de la saison, la privation de lumière et le froid qui s’installent. L’héroïne, seule à venir de l’extérieur, doit faire face à tout cela et à ses propres démons que l’on découvre au fur et à mesure mais je n’en dirai pas plus au risque de trop en dévoiler.
Le style est fluide et clair bien qu’il y ait deux histoires en contrepoint, on est porté par le récit qui s’intensifie, s’assombrit, la découverte decet auteur islandais que je ne connaissais pas, m’a donné envie de lire ses autres oeuvres. Je conseille vivement.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Sara l’amie d’Una lui montre une annonce « Recherche enseignant au bout du monde ». Elle travaille actuellement comme remplaçante dans une petite école avec un salaire insuffisante. Ayant besoin de changer d’environnement, elle postule et obtient le poste. L’histoire va donc se dérouler au milieu des années 80 dans le village de Skalar qui a la particularité d’être le plus petit village d’Islande puisqu’il compte seulement 10 habitants, 10 âmes. Elle va devoir s’occuper de 2 élèves, 2 fillettes de 7 et 9 ans. Tout semble indiquer un endroit calme et paisible mais c’est loin d’être le cas. Entre les fantômes du passé et le meurtre d’une des fillettes dont l’assassin est forcément l’un des habitants, Una était loin d’être préparé à cette vie. En plus les habitants sont loin de lui faire un bel accueil, il n’aime pas que des étrangers viennent dans cet endroit isolé.

Bon thriller où l’on plonge dans les secrets de ce village. Ce huis clos dans ce lieu isolé donne une certaine ambiance noire et l’auteur nous tient en haleine, on veut absolument découvrir les secrets.
#Dixâmespasplus #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre nous plonge dans un huis clos se déroulant dans un petit village appelé Skálar. C'est là qu'Una, accepte un poste d'enseignante, mais une fois arrivée sur place, elle va se rendre compte qu'un mystère plane sur ce petit village qui n'est peut-être pas si tranquille qu'on le croit.

J'ai beaucoup aimé cette lecture qui nous fait rentrer dès le départ dans une ambiance oppressante et mystérieuse. On sent que ce village à des secrets et on ne peut s'empêcher de dévorer les chapitres pour comprendre ce qu'il s'y passe.

L'auteur a encore fait très fort avec cette histoire, l'intrigue est vraiment bien menée, on ne peut que passer un excellent moment avec ce livre.

Je remercie le site "NetGalley" et les éditions "De la Martinière" pour ce très bon moment passé avec cette lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, une jeune institutrice habitant un tout petit appartement à Reykjavík a du mal à joindre les deux bouts, faute d'un emploi stable. Lorsqu'elle voit passer une annonce proposant un poste d'enseignant, au fin fond de nulle part, dans le minuscule village de Skálar, Una y voit un signe du destin et pose sa candidature. Sur place, Una déchante rapidement, les habitants ne voient pas tous son arrivée d'un bon œil. de plus, la chambre qu'elle occupe, située dans le grenier d'une vieille maison, semble être hantée par le chant d'une berceuse ... Una pense qu'elle perd la tête.
Mais, peu de temps avant Noël, une des deux fillettes à qui elle donne des leçons perd la vie de manière étrange.
Ragnar Jónasson sait définitivement nous plonger dans une ambiance sombre et glaciale. L'environnement oppressant est parfaitement développé.
L'auteur distille peu à peu les indices et nous laisse découvrir tout un village soudé autour de lourds secrets.
Un bon moment de lecture. Absolument dépaysant !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Est-ce vraiment une bonne idée de partir dans un village isolé de dix habitants, quand on ne se sent pas bien dans sa vie ??.....
C’est en tous les cas, le pari que fait Una, en partant enseigner à deux petites filles. Mais le pire n’étant jamais décevant, entre une maison qui renferme des secrets, un décès inexpliqué et une disparition….son séjour ne va pas tout à fait se dérouler comme elle le souhaitait.
Une ambiance glaciale et pesante, des fausses pistes, Ragnar Jónasson a le don de tenir son lecteur en haleine.
Juste un petit bémol sur la dernière page mais un thriller qui m’a donné envie de lire sa saga.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una pense trouver un nouvel équilibre lorsqu’elle accepte un poste d'enseignante dans un village particulièrement isolé d'Islande qui compte dix habitants dont deux fillettes.
Logée dans le grenier d'une belle bâtisse, Una se laisse envelopper par l’atmosphère austère et maussade de ce lieu et de ses mystères..
Dans ce huit clos lancinant, la tension monte doucement au fil des pages et finit par envahir le lecteur pour l’entraîner vers la fin inéluctable de cette histoire..

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una est une jeune enseignante qui en a assez de sa vie actuelle dans la capitale islandaise. Elle décide de répondre à une offre d’emploi dans un tout petit village de dix habitants au fin fond du pays. Mais une fois sur place, elle sent les villageois froids voire hostiles. Pour ne rien arranger, la maison où elle vit a l’air d’être hantée par une petite fille.

Bienvenue à Skálar, dix âmes à peine, et peut-être vous aussi ?

Les descriptions de ce village, la météo et les personnages mystérieux contribuent à ce sentiment d’oppression et de malaise que Una, et le lecteur du coup, peuvent ressentir. De plus, l’histoire de fantômes renforce cette impression, certains passages étaient vraiment stressants. J’ai adoré l’ambiance et le décor.

Je me suis très rapidement attachée à Una et à ce petit village, tout en ayant l’impression que quelque chose clochait, notamment un détail qui m’a perturbée à juste titre tout le long du récit.
Doit-on faire confiance à ses habitants ? Les choses qu’Una voit et croit sont-elles vraies ? Sachant qu’elle aime bien finir ses soirées par une bouteille de vin rouge…

L’écriture est fluide, immersive, les chapitres s’enchainent facilement. La vraie intrigue met du temps à arriver mais cela ne m’a pas du tout gênée. L’auteur prend son temps mais c’est pour proposer une ambiance particulièrement réussie. Si vous aimez les livres où l’action démarre immédiatement vous serez peut-être déçu.

Je n’avais pas vu venir la révélation et j’ai beaucoup apprécié les explications et l’histoire en elle-même. On doute, on imagine, puis on comprend et on est choqué par les événements.

À noter, je trouve le titre français beaucoup plus intéressant que le titre anglais (« The girl who died »). Il reflète vraiment cette ambiance de petit village isolé qu’on retrouve tout au long du roman. En revanche le résumé m’a un peu gênée par rapport au contenu de l’histoire.

Ce livre ne sera peut-être pas inoubliable mais j’ai passé un très bon moment dans ce petit village d’Islande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman étouffant dans lequel une jeune enseignante esseulée décide, pour un an, de vivre dans un hameau isolé, à l'écart de tout.
On assiste alors à son inéluctable emprisonnement psychique au sein d'une communauté renfermée sur elle-même.
Elle cherche d'abord à résister mais, telle une proie prise au collet, s'enferre de plus en plus...
Je recommande!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’Islande, c’est déjà presque le bout du monde mais quand en plus, vous habitez un village complètement perdu, loin de la civilisation, et bien, c’est très difficile. Sauf, si vous avez choisi de vivre là-bas. C’est le cas des dix habitants de Skálar. Le froid, la neige, peu d’échanges avec le reste du pays, c’est calme… Du moins, en apparence… Une mère de famille du lieu se bat pour obtenir un ou une enseignant (e). Après tout, ce n’est pas parce qu’il n’y a que deux élèves que l’école ne doit pas exister…
C’est comme ça, qu’Una, une jeune femme de Reykjavík, atterrit dans la commune. Elle n’a pas de petit ami, s’entend moyennement avec sa mère et elle voit dans ce poste, l’occasion d’échapper à la routine pendant un an. Et puis, deux élèves, ça devrait être assez tranquille, non ?
C’est le froid, la neige, le brouillard et une atmosphère glaciale qui l’accueillent. Elle arrive chez sa logeuse (maman d’une des écolières) qui l’installe dans les combles. L’appartement qu’elle lui propose est petit mais correct. Elle essaie de faire connaissance avec les gens du bourg mais elle sent rapidement, comme un malaise. Certains lui font comprendre qu’elle dérange, d’autres sont totalement indifférents et les derniers semblent la surveiller. Elle est un peu perdue, se sent seule malgré les liens tissés avec celle qui l’héberge. De plus, rêve ou réalité, elle croit percevoir comme une présence, un fantôme ? Est-ce qu’on lui a tout dit ?
C’est un récit intimiste qui se déroule dans un presque huis clos, un bout de terre où tout se sait, où tout se tait. On devine que beaucoup transforment la vérité, l’édulcorent, car vivre seuls leur convient. Una, elle, se heurte aux silences, aux mensonges, comment va-t-elle s’en sortir ? Va-t-elle tenir le coup nerveusement ? Elle est seule, terriblement seule…. Et puis quand un événement terrible arrive, elle ne sait plus que penser, que faire ?
Ragnar Jónasson est très fort pour camper une ambiance, des personnages, c’est le point fort de son histoire. Il sait employer les mots (merci au traducteur qui a su trouver ceux qui font mouche) qui nous permettent de sentir tout ce qui se passe et ce contexte pesant, déroutant, surprenant et effrayant parfois pour Una.
J’ai beaucoup apprécié ce roman, qui est très différent des autres titres de l’auteur. Il l’a écrit en 2019 et a su se renouveler par rapport aux enquêtes policières qu’il met en scène habituellement.
On pourrait penser que, comme il n’y a pas d’investigations, que les personnages ne sont pas nombreux, il ne va rien se passer. Pourtant, on plonge dedans, on se sent aspiré par le texte, on veut comprendre et avoir des réponses aux nombreuses questions qu’on se pose.
Un opus abouti à découvrir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Surprenant! J ai beaucoup aimée, Je ne m'attendais pas à une telle fin, ni à une telle histoire. La plume de l auteur est et agréable et fluide Je recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ragnar Jonasson, le Simenon islandais comme le présente son éditeur, propose son nouveau polar Dix âmes, pas plus qui se situe au nord de son pays, dans le village de Skàlar. Sur la péninsule de Lang, c’est un lieu complétement paumé où l’obscurité en hiver ne semble pas quitter l’extérieur.

Una n’a pu faire médecine comme son père. Alors elle est devenue enseignante. Seulement, son salaire d’enseignante ne suffit plus à lui assurer un petit confort. Elle doit sans cesse se restreindre chaque jour un peu plus. Ses relations sociales semblent être elles aussi en régression.

Alors, lorsque Sarah a connaissance qu’on cherche dans le nord une enseignante, elle pousse son amie, Una, à participer pour un an à cette expérience, pour se changer les idées, pour enfin connaître d’autres choses.

Le lecteur pressent que Una cache une faille. Sa fusion avec sa mère qu’un beau-père vient déranger, sa solitude qui n’a fait qu’augmenter au fil des années, son manque de moyens où chaque dépense est comptée…Tous ses ressentis vont influencer sa décision.

Alors, lorsqu’elle arrive dans ce village du bout du monde, malgré ses Dix âmes, pas plus Una ne trouve que sa propre solitude qu’elle tente de noyer dans le mauvais alcool.

Seulement, les esprits rodent. On parle de fantômes. D’ailleurs Una se réveille en entendant une comptine chantée par une enfant qu’elle semble reconnaître. Mais lorsqu’un homme venu rencontrer les voisins disparait, Una n’aura de cesse que de mener l’enquête.

Pendant presque la moitié du roman, Ragnar Jonasson prend son temps pour installer l’environnement, ses personnages et son intrigue dans Dix âmes , et plus. Puis, l’enquête se décline sans grande surprise. C’est bien écrit, bien ficelé ! Mais, moi par dessus tout, ce que j’aime c’est d’appréhender cette société du fin fond d’une plaine désertique où rien ne vient troublé le regard de l’horizon.

Le polar paraitra en janvier. Mais comme nous sommes déjà nombreux à en parler, je suis le mouvement !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore un bon Jonasson! Peut-être pas le meilleur, mais ce thriller psychologique remplit bien sa fonction.
Le décor glacé et désolé, le village perdu au milieu de nulle part (si on peut vraiment l’appeler ainsi), dix habitants pour une ambiance oppressante… Ajoutez à ça un soupçon de fantastique et tous les ingrédients sont réunis pour vous faire tourner avec avidité les pages de ce roman.
Une lecture prenante avec toutefois une réserve pour ma part. Le dénouement est quelque peu rapide et pour être tout à fait sincère, je ne suis pas sûre d’avoir compris la fin.
Néanmoins, je recommande ce livre à tous les amateurs de polars venant du froid et les fans de Jonasson évidemment!
Merci à NetGalley et La Martinière pour ce bon moment de frissons.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Changement de ton pour ce denier roman de Ragnar Jonathan qui se tourne vers le thriller. La plume est fluide et le roman se dévore rapidement. Je regrette pas contre que les personnages ne soit pas assez approfondie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Qui d’autre pouvait écrire un tel roman que Ragnar Jonasson ?

Je reconnais son style entre mille, ce don qu’il a en quelques pages, en quelques mots de nous plonger dans l’angoisse et dans la peur.

En prime, sur ce one shot, pour accentuer le sentiment d’isolement, il place son intrigue en 1985…donc pas de téléphone portable, pas d’internet…le tout dans le village le plus reculé d’Islande. Le lecteur compatit très vite avec cette pauvre Una qui quitte Reykajavik dans l’espoir de repartir de zéro, on ressent ses attentes, on a autant envie d’y croire qu’elle…et là….elle reçoit un accueil glacial…son logement est lugubre…et l’une de ses élèves meurt subitement…

Une touche de thriller psychologique, un soupçon d’ésotérisme, de la neige, de la glace….que demander de plus ?

BREF….Dix âmes, pas plus est un roman court mais terriblement efficace, à lire pour les longues soirées d’hiver

Merci Netgalley et les éditions la Martinière pour cette lecture

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce polar est addictif, on n’arrive pas à s’en détacher!! L’ambiance est le huit clos étouffant et vertigineux d’un village de seulement 10 habitants dans un coin perdu de l’Islande. Un espace malsain, angoissant qui submerge la protagoniste, une enseignante qui vient de la capitale pour fuir à son quotidien. Elle est agaçante par moment et attachante par d’autres mais on ne pas s’en détacher jusqu’à la fin très étonnante et originale.
J’aime beaucoup cet auteur et son dernier livre ne m’a pas déçue! Je remercie Netgalley et les éditions La Martiniere pour m’avoir donné la possibilité de passer cet agréable moment.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una est mal dans sa peau dans son petit appartement de la capitale ; elle se sent à l’étroit et sa mère, veuve, a trouvé un nouveau compagnon avec lequel elle a un projet de voyage. C’est son unique lien semble-t-il avec son amie Sara, alors elle a brusquement elle-aussi une envie d’ailleurs.

Elle décide de répondre à une petite annonce recherchant un enseignant à Skálar , village de dix âmes, situé dans une péninsule à l’autre bout du pays. Elle n’aura que deux élèves, deux fillettes et sera logée dans un appartement sous les combles chez la mère de l’une d’elle.

Étant donné qu’elle était la seule candidate, elle a été embauchée, mais elle va vite se rendre compte que les autres habitants ne la voient pas arriver d’un bon œil, se demandant pourquoi elle a voulu s’éloigner autant de la capitale, affrontant le vent glacial, la nuit islandaise, et la solitude.

En parallèle, Ragnar Jónasson nous raconte l’arrestation d’une jeune femme quelques années auparavant et la manière dont elle a été traquée par les policiers lors de la disparition de son petit ami.

Très vite, Una va se rendre compte qu’il se passe des choses bizarres dans le village et dans la maison, que l’on dit hantée. Est-elle en train de perdre la raison, car sa consommation de vin rouge est relativement importante ?

J’ai beaucoup aimé, ce côté quelque peu paranormal, avec les esprits, les fantômes, sur fond de légendes, la lenteur la manière d’affronter la vie rude de cette contrée perdue et je me suis vite laissée emporter par le caractère envoûtant du récit. Est-ce la magie des contes, l’approche de Noël, ce que j’avais trouvé trop lent, voire un peu soporifique dans les autres livres de l’auteur, m’a plu cette fois. Peut-être aussi la solitude, et l’envie d’ailleurs, avec tous ces confinements et, il faut bien le reconnaître, la magie de l’Islande a fonctionné, une fois de plus, à merveille…

L’auteur donne, dans la préface, des renseignements sur la manière dont il a étudié les habitants (ainsi que les contes) avec ce livre : « L’histoire des habitants de Langanes » de Fridrik G. Olgeisson que je n’ai pas réussi à trouver sur Internet…

Je n’avais lu, jusqu’à présent, que « Snjor » et « La dame de Reykjavik », le premier tome de la trilogie de Ragnar Jónasson,qui m’avait un peu laissée sur ma faim, mais ma fascination pour l’Islande a été la plus forte et j’ai eu, à nouveau, envie de me laisser tenter. J’ai passé un bon moment, dans ce village perdu que j’ai cherché sur la carte et j’ai fini par m’attacher à ses habitants taiseux, relativement peu accueillants avec leurs secrets.

Un grand merci à NetGalley et aux éditions de la Martinière qui m’ont permis de découvrir ce roman et de retrouver la plume de son auteur, ce qui m’a donné envie de terminer la trilogie…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Grâce #NetGalleyFrance et, j’ai eu la chance de pouvoir lire #DixAmePasPlus de Ragnar Jónasson, chez La Martinière.

Mon avis :
Quand j’ai vu dans le catalogue de NetGalley le dernier roman de Ragnar Jónasson, je n’ai pas hésité une seconde pour le solliciter. Et j’ai était vraiment ravie de pouvoir le lire avant sa sortie. D'autant que celui-ci ne fait pas partie d'une saga mais est un roman indépendant.
Et encore une fois j’ai était conquise par l’écriture de Ragnar Jónasson. J’ai adoré ce nouveau roman qui nous plonge comme à chaque fois dans une ambiance particulière que je n’arrive pas a quitté et qui me fait tourner les pages sans m’en rendre compte.
J’ai aussi aimé retrouver les passages en italique comme on voit souvent dans ces romans qui nous décrivent la vie d’un personnage sans savoir qui il est et pour lequel il faut trouver le lien avec l’histoire que l’auteur est en train de nous raconter. J’adore ces passages car souvent je me fais avoir et je suis toujours surprise quand je découvre de qui il s’agit.
Ce roman n’est pas policier à suspense, il s’agit vraiment d’un roman d’ambiance ou l’auteur prend son temps pour présenter les personnages ainsi que leur environnement et surtout le village, qui est au cœur l’histoire. On vraiment dans un roman noir ou l’auteur nous entraine sur différences pistes et ce n’est qu’à la toute fin que tout devient claire.
Je vous recommande ce roman à 100%, ainsi que tous ceux de l’auteur.

Résumé :
"Recherche professeur au bout du monde". Lorsqu'elle voit passer cette annonce pour un poste d'enseignant dans le minuscule village de Skálar, Una, qui ne parvient pas à trouver un emploi stable à Reykjavík, croit saisir une chance d'échapper à la morosité de son quotidien. Mais une fois sur place, la jeune femme se rend compte que rien dans sa vie passée ne l'a préparée à ce changement radical. Skálar n'est pas seulement l'un des villages les plus isolés d'Islande, il ne compte que dix habitants.
Les seuls élèves dont Una a la charge sont deux petites filles de sept et neuf ans. Les villageois sont hostiles. Le temps maussade. Et, depuis la chambre grinçante du grenier de la vieille maison où elle vit, Una est convaincue d'entendre le son fantomatique d'une berceuse. Est-elle en train de perdre la tête ? Quand survient un événement terrifiant : juste avant noël, une jeune fille du village est retrouvée assassinée.
Il ne reste désormais plus que neuf habitants. Parmi lesquels, fatalement, le meurtrier.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je vous recommande ce roman d’ambiance angoissant, un huis-clos plein de suspense. J’ai apprécié le style fluide et l’atmosphère pesante de ce thriller. Un auteur que je relirai…
Una est une jeune institutrice islandaise à la recherche de nouveauté pour rompre avec sa vie terne et compliquée. Elle relève le défi de quitter Reykjavik pour s’isoler un an au fin fond de l’Islande, dans un village de « dix âmes, pas plus ». Elle sera le professeur de deux petites filles… Dès son arrivée, elle sent une atmosphère pesante dans ce hameau perdu au milieu d’une nature hostile et désolée. Et l’accueil des habitants n’arrange rien, on lui fait sentir très vite qu’elle n’est pas la bienvenue, que son arrivée ne fait pas l’unanimité. Elle se sent espionnée, jugée, on parle d’elle…et voilà que se passent des phénomènes étranges qui font vaciller ses certitudes… Faut-il s’enfuir ou résoudre les mystères ? Merci à Netgalley et aux éditions de la Martinière pour ce bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dix âmes, c’est le nombre d’habitants d’une ville au Nord de l’Islande : Skalar. L’endroit parfait pour un huis-clos en plein cœur de l’hiver. Entre des villageois méfiants, une institutrice embauchée qui peine à s’intégrer, une maison hantée par le fantôme d’une petite fille et la mort d’une enfant.

Le résumé de l’éditeur racontait qu’une petite fille était retrouvée assassinée et que le meurtrier se trouvait forcément parmi eux. Je m’attendais donc à un huis-clos thriller prenant avec la recherche du meurtrier, les soupçons qui pèsent sur tous comme une grande murder party. L’histoire est prenante mais ne se déroule pas exactement de cette manière. La petite fille meurt sur scène sans que personne ne sache pourquoi et ce qui a pu se passer. L’histoire est bien plus centrée sur Una, son passé, ses soupçons sur la disparition de l’homme, ses soirées difficiles entre vin et fantôme, et sa difficile intégration dans cette société. Un huis clos qui permet de mettre en avant un personnage, un village de dix âmes et tout ce que cela implique. J’aurai aimé rester plus longtemps à Skalar et découvrir la suite.

Un village de dix âmes
Cette information est capitale dans le déroulement de l’histoire, ne l’oubliez pas.
Skalar est un village inventé par l’auteur. Il est surtout un décor parfait pour cette histoire. Isolés, les habitants vivent en petite communauté et se soutiennent envers et contre tous. La neige et la nuit viennent compléter le décor. Même les fêtes de fin d’année ne viennent pas égayer l’atmosphère car la mort survient à ce moment.
Plusieurs intrigues n’en font plus qu’une car en plus de cette mort mystérieuse se greffe la visite d’un homme extérieur au village. C’est Una et sa logeuse qui ont ouvert et l’ont dirigé vers la ferme qu’il recherchait. Una apprend, quelques jours après, qu’il est porté disparu. Que lui est-il arrivé ?
A cela se rajoute ses soirées en compagnie du fantôme d’une petite fille. Cette intrigue entraîne le roman vers le fantastique : le fantôme est-il réel ou Una ne le voit elle que lorsqu’elle a bu ? Car Una a un léger problème avec l’alcool.
Enfin, en plus de Skalar et de ses dix âmes, nous suivons une autre affaire criminelle en parallèle. Une jeune femme est accusée du meurtre de son petit ami. Manipulée par la police elle a avoué le crime. Quel est le lien avec notre histoire ? Vous verrez.

Dix âmes pour beaucoup plus de personnages
Dans un village de dix âmes, tous les personnages ont leur importance. Je ne vais pas tous vous les présenter pour vous laisser les découvrir.
Una est un personnage aux multiples failles. Nous devinons qu’elle n’a pas su se remettre totalement de la mort de son père. Elle s’est rapprochée de sa mère mais se sent, dans le même temps, enfermée dans cette relation. C’est comme si elle recherchait un foyer, un endroit où elle se sent chez elle, où elle est entourée et appréciée. Car une fois éloignée des siens, elle se sent délaissée par sa mère et n’est pas convaincue que son amie tienne tant que cela à elle. Et si elle trouvait ce foyer ici ?
Au début – mis à part le chef, Hjordis qui tient la ferme et l’une des mères des enfants - les habitants semblent l’accepter. Una noue une relation particulière avec Thor, un jeune homme qu’elle a croisé dès les premiers jours et avec lequel elle se sent bien. Et puis elle cherche à résoudre un mystère et le village commence à faire bloc. Je n’en dis pas plus.

L’histoire de fantôme (dix âmes + une ?)
C’est ce qui m’a perturbée dans cette histoire. Car cette histoire de fantôme prend de la place dans l’intrigue. Finalement, nous comprenons en quoi la mort de cette petite fille a son importance. Mais est-elle vraiment réelle ?
Les habitants parlent d’elle à Una comme d’une anecdote locale (peut-être avec la volonté de lui faire peur.) Mais face aux manifestations du fantôme, Una y croit et cherche à en savoir plus.
Ce village de dix âmes est gorgé de secrets que je vous laisserai découvrir. Finalement, c’est ce huis-clos qui permet de mettre en avant un village fermé et ses habitants qui m’a vraiment plu et non le côté thriller assez peu présent. J’aurai aimé aller plus loin dans cette direction. Je me suis peu sentie intéressée par l’affaire en parallèle (même si, au final, elle s’intègre bien) ou la mort de cette pauvre petite fille au réveillon de Noël.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un roman policier dans des paysages sauvages et froid. Les polars nordiques sont toujours un plaisir à lire. Dépaysement garanti avec Una qui accepte un poste d'institutrice dans un village perdu.
Une communauté villageoise peu incline aux nouvelles rencontres et un meurtre qui survient juste avant Noël.
Suspens et frisson garanti.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mon premier livre lu de Ragnar Jonasson et sans doute pas le dernier! L'auteur mise tout sur une ambiance opressante faite de lourds secrets dans un petit village constutué d'une dizaine d'habitant seulement. Les meutres ne sont pas sanglant mais l'angoisse est au rendez-vous. J'ai beaucoup aimé Una dès le départ car elle est enseignante cherche du travaille est se laisse tenter par un poste loin de tout sans savoir dans quoi elle va mettre les pieds... Je dois dire quand-même que parfois j'avais bien envie de lui conseiller de fermer sa grande bouche mais bon, elle ne m'a pas trop agacé non plus... C'était vraiment une lecture très agréable! Laissez-vous tenter...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una est lasse de sa vie monotone dans son petit appartement au cœur de Reykjavík.
En feuilletant les petites annonces, son amie Sara tombe sur une offre d’emploi pour le moins originale. Le village reculé de Skálar tout au nord de l’Islande, recherche une institutrice pour une durée d’un an.
Una y voit un signe du destin, accepte cette offre et part à l’aventure. Elle est à la fois excitée et nerveuse. Elle se demande si elle a fait le bon choix.
Une fois installée là-bas, Una déchante rapidement. Les habitants, à l’instar du climat sont austères et froids. De plus, la chambre qu’elle occupe semble hantée. Est-ce le fruit de son imagination ? Va-t-elle s’acclimater ?
Ce roman n’est pas un polar mais un roman d’ambiance. Un huis-clos glaçant.
A travers son héroïne, nous oscillons entre rêve et réalité. Nous ne faisons qu’un avec les pensées de Una. Celle-ci est curieuse et a à cœur de s’intégrer dans la petite communauté villageoise mais elle se sent mal à l’aise voire en danger et boit plus que de raison. Qu’est-ce qui est vrai ? et qu’est-ce qui ne l’est pas ?
L’obscurité, le froid, l’isolement, l’hostilité des habitants participe au mystère entretenu par l’auteur.
J’ai aimé l’atmosphère du grand nord, la psychologie des personnages, seule la fin m’a un peu déçue.
Cependant, j’ai passé un très bon moment de lecture. Ce mois de novembre était le parfait moment pour découvrir ce livre accompagné d’un thé brûlant et d’un plaid douillet.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ragnar Jonasson nous livre ici un roman de suspens psychologique.

Una, jeune femme de trente ans , ne s’épanouit pas dans sa vie à Reykjavik.
Un jour sa meilleure amie, Sara, lui montre une annonce pour un emploi d’institutrice dans le village de Skalar .
Skalar est un Village qui situe à l’extreme nord est de l’Islande. Ce qui fait la particularité de cette annonce est que le poste d’enseignante est recherche pour enseigner a deux élèves dans un villages de 10 personnes.
Apres quelques hésitations, Una accepte le poste.
Comment va vivre cette citadine dans un village de dix âmes ? Réussira t’elle à s’integrer facilement dans cette communauté si reculée ?
Partez a la découverte de ce village et de ses habitants qui ne s’ouvrent pas si facilement a une « etrangere ».
Les personnages de ce récit sont très attachants.
Une fois de plus, j’ai été emportée par ce récit de Ragnar Jonasson qui alterne douceur, suspens et une immersion totale dans ce pays du grand froid.
Un grand à Netgalley et aux éditions de La Martiniere

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una ne trouve pas d’emploi stable à Reykjavik depuis la fin de ses études. Elle s’est petit à petit détachée de ses amis et n’a plus vraiment de vie sociale. Lorsque la seule amie qu’elle voit à peu près régulièrement lui parle d’un travail de professeur à Skálar, elle y voit une opportunité pour elle de prendre un nouveau départ.

Skàlar est situé à l’extrême nord-est de l’Islande, sur la péninsule de Langanes. C’est donc un village isolé et seulement dix habitants y vivent. Una s’y rend pour enseigner dans une classe de deux élèves.

A son arrivée l’accueil est relativement froid, en dehors de Salka qui l’a recrutée et qui est par ailleurs la mère d’Edda, l’une des deux élèves. Cette dernière est une petite aventurière qui passe son temps à explorer le coin et à s’inviter à manger chez les uns et les autres. Kolbrùn l’autre élève est plus calme, plus discrète, plus réservée, pas très sociable.

Una arrive malgré tout à enseigner à ces deux seules élèves et à préparer le spectacle de Noël qui se déroule tous les ans dans la Chapelle du village. Et là un drame se produit : Edda s’écroule sur scène, en plein spectacle.

Après ce drame, Una a encore plus de mal à trouver sa place, souffre de solitude dans ce village perdu au milieu de nulle part et se réfugie dans l’alcool. Ce qui est difficile à cacher dans une petite communauté telle que la leur. Que lui cache-t’on ? C’est plus fort qu’elle, il faut qu’elle comprenne.

L’atmosphère de ce polar est pesante dans cette région où la nuit semble éternelle et où en l’absence de réverbères elle est encore plus épaisse et éprouvante…

Amateurs de polars qui déménagent, passez votre chemin. On est vraiment ici dans un polar d’atmosphère où tout repose sur le climat hostile et les personnages qui le sont presque autant. Mais j’ai été malgré tout happée par cette histoire où le mystère est omniprésent. Le seul bémol que j’émettrais c’est l’accent qui est porté sur le penchant d’Una à boire qui était parfois un peu rébarbatif.

C’est le premier roman de cet auteur que je lis, j’ai la « la dame de Reykjavik » et les deux autres tomes dans ma PAL et je pense les lire prochainement car j’ai bien aimé la plume de l’auteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Net Galley et aux Éditions de la Martinière pour ce partenariat.
Una est professeur à Reykjavík, mais elle s’ennuie, elle a envie d’autre chose. Elle a peu de contacts familiaux, sa mère veuve s’est retrouvé un compagnon.
Son amie Sara a vu une annonce, qui pourrait répondre à son attente. Dans la petite île de Skálar, une enseignante est demandée pour une durée d’un an. Celle-ci n’aura que deux élèves. Dans cette île ne vit que dix âmes, pas plus . Elle sera logée chez la maman d’une fillette, un appartement sous les combles. Elle va être embauchée, car elle fut la seule à postuler. Pourquoi veut-elle venir ici, dans une île perdue, sans moyens modernes à proximité. Pourquoi fuit-elle la capitale ?
Son arrivée sur cette île fut discrète, les habitants semblent méfiants. Son adaptation sera lente, très lente. La nuit , elle est parfois réveillée par une berceuse, chantée par une enfant , on dit la maison hantée, qu’en est-il ?
Una se réfugie bien vite dans l’alcool. Les gens autour d’elle sont des taiseux. La mort a frappé. Y -a-t-il un meurtrier parmi eux ? Que craignent-ils ? Ils semblent cacher de lourds secrets.
L’auteur distille quelques indices, mais l’atmosphère est lourde pesante. La météo, le froid et la neige accentuent cette ambiance. L’environnement est oppressant.
C’est un huit clos glacial qui compose ce roman noir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il s'agit ici de mon premier thriller nordique, et aussi premier roman de l'auteur Ragnar Jónasson.
J'ai beaucoup apprécié cette lecture qui m'a plongée en Islande, dans une ambiance glaciale, en huis-clos.
Le suspense est intense, ça monte crescendo et on a envie de connaitre rapidement le dénouement.
Quant à l'écriture, elle est fluide et addictive.
Je vous recommande cette lecture et ai hâte de me plonger dans d'autres romans de cet auteur !
Je remercie #NetGalleyFrance de m'avoir permis de découvrir ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una est une jeune femme discrète et sans attache qui vit à Reykjavik en Islande. Elle exerce comme enseignante remplaçante dans une petite école mais elle a clairement du mal à joindre les deux bouts.
Poussée par sa seul amie Sara, elle décide de postuler à une offre d’emploi plutôt singulière : « Recherche enseignant au bout du monde » et plus précisément à Skálar…
Sa candidature est retenue, elle part donc dans ce tout petit hameau de 10 habitants, à l’autre bout du pays, enseigner aux deux seules élèves, Edda et Kolbrùn ; deux fillettes assez différentes l’une de l’autre. Elle est logée dans un petit appart sous les combles de la grande maison de Salka la mère d’Edda.
Les autres habitants, qui forment un clan assez fermé et très hostile envers les étrangers, ne voient pas son arrivée d’un très bon œil et restent méfiants.
Restera, restera pas ? S’acclimatera, s’acclimatera pas ? Après une série d’évènements plutôt louches, Una va tenter de lever le voile sur le passé et les mystères du village…

Des secrets bien gardés, un meurtre étrange, une histoire de fantôme, une ambiance froide et un peu glauque… le bon mélange pour un huit clos assez angoissant !
Au fil des pages, l’auteur a éveillé ma curiosité, je ne pouvais plus lâcher ma liseuse ! Les codes du polar sont respectés et j’aime beaucoup quand un roman dévoile son intrigue dans les toutes dernières pages, ça me tient en haleine jusqu’à la fin.

La plume de Ragnar est tout d’abord accessible. Son écriture est fluide, pas le temps de s’ennuyer et les descriptions sont très immersives. Ce livre est carrément dépaysant ! J’ai eu aussi l’impression d’avoir posé mes valises en Islande, dans ce petit bled paumé.

Merci @netgalleyfrance pour la découverte de cet auteur que je ne connaissais pas.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il est impossible lorsqu'on est amateur de polar de ne pas prendre au sérieux la vague d'auteurs islandais qui déferle sur le monde depuis quelques années.
Bien que je prenne beaucoup de plaisir à me laisser porter, voire bousculer par cette vague glacée, je ne connaissais pas encore Ragnar Jonasson. Maintenant que je l'ai découvert, je mesure l'étendue de cette lacune et j'entends bien la combler.
Je m'attendais à lire un vrai polar, une enquête à la Agatha Christie, avec qui l'auteur semble avoir quelques accointances esthétiques, mais Dix âmes, pas plus tient davantage du thriller à la Stephen King. L'ambiance est plus proche de Shining que des Dix petits nègres (appelez-le ce livre autrement si vous préférez).
En définitive j'ai beaucoup aimé ce huis-clos à l'échelle d'un village, le concept de personnalité collective et le bouleversement des préjugés qui prendra du temps.
En constatant les nombre des autres titres de Ragnar Jonasson qu'il me reste à découvrir je suis à la fois joyeux et triste.
Me faudra-t-il vivre encore 10 000 ans pour lire tous ces livres qui me font envie ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, jeune institutrice, mal dans sa peau, a peu d’amis hormis Sara. Sa seule famille est sa mère qu’elle voit peu depuis que cette dernière, veuve du père d’Una, a un nouveau compagnon. Elle vit à Reykjavík et a du mal à boucler son budget. Poussée par Sara, elle décide de tout quitter pour partir à Skảlar, au nord-est de l’Islande, village de dix habitants.
Elle va y être chargée de faire la classe à deux petites filles, Edda et Kolbrún. Il lui est difficile de s’intégrer à cette communauté très fermée au sein de laquelle les secrets sont bien gardés. Par ailleurs, des événements étranges se produisent, notamment l’apparition du fantôme d’une petite fille morte autrefois dans des circonstances qu’on ne lui dit pas.
Una va être confrontée à la méfiance et l’hostilité des villageois. Et la situation devient dramatique après qu’Edda soit décédée brutalement et sans qu’on en comprenne la cause.

Ce livre n’est pas un roman policier. Il s’apparente davantage à un thriller. L’ambiance est pesante et tout se trouve amplifié par le climat rude et l’isolement. Il faut atteindre les deux tiers du livre pour qu’une véritable enquête commence. Mais auparavant, à aucun moment je ne me suis ennuyée : les personnages sont bien décrits, les situations bien construites et lorsqu’on arrive au dénouement on se rend compte de l’importance des détails semés par l’auteur tout au long du texte.
Un livre fort qu’on ne lâche pas et au dénouement inattendu.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Suite à une annonce « Recherche enseignant au bout du monde » que son amie Ana lui montre et un besoin de changer d'environnement, Una postule et obtient le poste qui se trouve dans le village de Skalar qui a la particularité d'être le plus petit village d'Islande. Ce village au fond de L'Islande compte seulement 10 habitants, 10 âmes. Elle va devoir enseigner à seulement de 2 élèves, 2 fillettes de 7 et 9 ans. Nous sommes dans les années 80 et l'endroit semble calme et paisible mais c'est loin d'être le cas. Les habitants ne lui font pas un très bon accueil, ils se méfient des étrangers . Entre les fantômes du passé , les non-dits et le meurtre d'une des fillettes dont l'assassin est forcément l'un des habitants, Una est loin du calme qu'elle recherchait..

Avec ce huis clos dans ce village isolé et empli de lourds secrets Ragnar Jónasson nous tient en haleine et nous plonge dans une ambiance sombre et glaciale et un environnement hostile.

Un thriller oppressant.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions De La Martinière .

Ils m'ont permis d'écrire cette première critique, de découvrir la plume de Ragnar Jónasson, et de recevoir pour la première fois un livre en avant première.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai bien aimé cet ouvrage qui est ponctué de suspense que ce soit lors des récits de la vie de Una ou des courts récits de la vie d'un mystérieux personnage....
J'admire énormément la force de caractère et le courage de la jeune Una, c'est un personnage attachant et toujours en quête de vérité. Una fait tout pour percer les secrets qui habitent ce mystérieux village de 10 habitants et nous entraîne dans son histoire prenante. La fin est totalement inattendu, je ne me suis douté de rien du tout et c'est aussi pour ça que j'ai aimé ce roman, il est totalement imprévisible.
En bref je vous recommande totalement cette lecture qui va vous laisser sans voix!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'avais envie de changer un peu de registre , j'ai donc lu
Dix âmes pas plus . De Ragnar Jonasson , maître du polar islandais .
Merci beaucoup à @netgalleyfrance qui m'a permis de lire ce livre en avant première , puisqu'il sortira en janvier 2022.

Ina est une jeune institutrice qui part dans un coin complètement isolé de son pays le village perdu de Skalar qui compte 10 habitants seulement. Dont deux petites filles dont elle est payée pour s'occuper .
A peine arrivée, elle regrette déjà sa décision. Mais elle accepté le poste pour améliorer sa condition financière ,elle ne peut plus reculer .
Les descriptions de cette région polaire,désertique sont magnifiques.
Pourtant Una n'arrivera pas à s'habituer : pas de télé ou d'internet ,un seul magasin ,des villageois peu accueillants ,une maison soit disant hantée ..et une de ses élèves disparaît .

Ragnar nous plonge dans un polar un brin ésotérique . On est de suite happé. Une ambiance pesante nous tient tout au long du récit .
Un très bon polar islandais.
Bonne lecture à tous !
#NetGalleyFrance #ebookstagram #ebook #polar #thriller #polarislandais #suspense #lectricecompulsive #bibliophile #seriallectrice #lecturefinie #jaimelire #lire #instabook #instalivre #booklover #bookstagram

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d’abord je tiens à remercier NetGalley et les éditions de la Martinière de m’avoir permis de découvrir un auteur dont j’ai beaucoup entendu parler et qui m’a toujours attiré : Ragnar Jónasson , c’est avec son dernier livre «  Dix âmes, pas plus » qui sortira en janvier 2022 que je découvre son univers et sa plume .   
  
Au travers de ce roman , nous allons suivre Una , une jeune institutrice qui, en plein questionnement sur sa vie , va décider d’accepter un poste dans le village de Skalar , un village ne comptant que dix habitant vivant en pleine autarcie tout au nord de l’Islande.  
  
Una se réjouit de son départ parfait pour prendre du recul sur sa vie , mais dès son arrivée celle-ci va vite se rendre compte qu’elle n’y est pas là bienvenue, que ce village est loin d’être accueillant mais plutôt hostile et surtout que les habitants y cachent bien des secrets …  
  
J’ai adoré l’atmosphère pesante et sombre se mêlant au paysage enneigé de l’Islande, l’auteur décrit parfaitement bien le lieu , les habitants, à tel point que l’on murmure à l’héroïne de faire demi-tour mais le suspens est tellement présent que l’on veut découvrir l’envers de ce décor .   
  
Si vous êtes amateurs de thrilleurs qui « déménagent » passez votre chemin car l’auteur ici nous plonge dans son récit de manière très très lente collant parfaitement avec le lieu .   
  
J’ai bien aimé ce roman mais le côté paranormal ne m’a pas séduite , je l’ai trouvé superflu .   
  
Heureuse d’avoir découvert la plume de cet auteur, j’ai hâte de lire d’autres romans de celui-ci

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je connais un peu la plume de Ragnar Jónasson pour avoir commencé la série de polars de l’inspecteur Ari Thor, je n’ai lu que 2 tomes mais tous les autres m’attendent dans ma PAL. En débutant ce roman (qui est un one-shot), je pensais donc lire un polar mais au fil des pages, on est plus sur du thriller. Et quel thriller ! Avec comme décor un village isolé au fin fond de l’Islande, un huis clos dans un trou paumé avec dix personnes. Les gens sont peu accueillants (à part quelques exceptions). L’ambiance fait froid dans le dos, que ce soit du niveau de l’histoire que de la météo et de la saison. La nuit est noire et longue. Des évènements perturbants se produisent, à se demander comment l’héroïne a encore le courage de rester dans ce patelin ! L’auteur excelle ici à nous dépeindre cette atmosphère glauque et angoissante mais vu la tournure du récit, j’avoue avoir imaginé une autre fin. Celle proposée par l’auteur ne m’a pas convaincue, dommage, je n’étais pas loin du coup de cœur…

En résumé, un roman à l’ambiance nordique glaciale et glaçante mais dont la fin m’a un peu déçue…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je n'ai pas vu le temps passer à lire ce roman. Pourtant, ce n'est pas vraiment un policier, ni vraiment un thriller. C'est avant tout un roman noir, et habtuellement, je ne suis pas fan du genre.
Mais là, ça passe crème. Una part vivre dans ce petit village dans lequel il n'y a que dix habitants. Elle est la nouvelle institutrice et elle n'a que deux élèves.
La quatrième nous annonce qu'un meurtre est commis, mais il faut attendre la moitié du roman pour que ça se produise, et il faut attendre quasiment la fin pour comprendre qu'il s'agit d'un meurtre, donc ce livre ne repose pas sur l'enquête. D'ailleurs, aucun policier ne vient enquêter.
Il y a seulement Una qui s'interroge sur cette petite fille décédée 60 ans auparavant qui semble hanter sa chambre. Elle s'interroge sur les habitants de ce village si particulier. La police n'y est pas la bienvenue et lorsqu'Una pense avoir reconnu une personne disparue, on la somme de ne prévenir personne. On tente même de lui faire croire qu'elle se trompe et que sa consommation d'alcool est responsable.
Hormis quelques personnages plus sympathiques, la majorité des habitants accueillle Una à reculons. Elle n'est pas la bienvenue et ils le lui font savoir.
Roman noir avant tout. Et pourtant, j'ai apprécié ma lecture. J'avais envie de savoir ce qui se tramait derrière tous ces mystères.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

N'avons nous pas tous un jour imaginé ce que pouvait être la vie loin de tout, isolé dans un village reculé, avec seulement une dizaine d'habitants ? L'Islande est le cadre parfait pour poser ce genre d'histoire, et Ragnar Jonasson réussi parfaitement à nous emporter dans une ambiance angoissante, oppressante, froide.
C'est dans ce lieu pas très accueillant que va s'isoler une jeune enseignante pendant un an, pour enseigner à l'école du village. Au delà des villageois qui ne semblent pas spécialement ravis de la voir arriver, des phénomènes étranges vont se produire.

Il y a effectivement un peu de fantastique, ce qui personnellement ne m'a aps gêné.

Le rythme assez lent, assez habituel chez l'auteur me va très bien, et est parfaitement adapté à l'atmosphère de cette histoire.

C'est donc un roman qui m'a bien plu, et que je peux vous encourager à lire.

merci à NetGalley et aux éditions De La Martinière de m'avoir permis de découvrir ce livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dix âmes, pas plus, ou le huis-clos islandais naturel d'un petit village avec ses secrets bien enfouis sous la neige, déterrés par une nouvelle venue accueillie fraîchement, Una, qui enseigne aux deux seules petites filles du hameau... jusqu'à ce que l'une d'elle meure.
Entre l'héroïne qui s'intègre difficilement et pense être témoin d'événements surnaturels liés au passé, et un village de dix habitants peu enclins à se livrer et à se tourner vers l'extérieur, l'atmosphère de fin d'année se tend irrémédiablement lorsqu'un étranger vient frapper à la porte d'Una et qu'il est porté disparu quelques heures plus tard. Que cachent ces autochtones ? Qu'est-il arrivé à la fillette, ainsi qu'au visiteur nocturne ? Certains secrets du passé devraient mieux rester ensevelis, au péril de semer méfiance, discorde et zizanie mortelle...
J'ai découvert Ragnar Jonasson par la lecture de ce livre policier, plutôt "classique", sans grande dynamique ni enchaînement d'actions trépidantes : le rythme de l'intrigue doit être celui des auteurs nordiques, au mouvement de l'environnement hostile et de ses habitants flegmatiques, voire apathiques. Le récit mêle passé et présent narratif, esquissant des personnages-clés inquiétants, mystérieux où chacun a sa part de noirceur ou de culpabilité. La dimension surnaturelle rajoute sans équivoque une part énigmatique plus soutenue à ce roman à suspens.
Il s'agit donc de mon initiation à la littérature islandaise, qui restera mémorable par son style, sa lenteur dramatique caractéristique et son univers particulier, mais pas par son intrigue et son dénouement, somme toute trop conventionnels selon moi. Je remercie néanmoins NetGalley pour ce bon moment de lecture, et surtout les Éditions de la Martinière pour la découverte de cet auteur devenu incontournable et de cette littérature devenue si influente.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Plutot un thriller psychologique qu'un polar;
D'après la description, je m'attendais à un thriller policier classique avec un décor d'Agatha Christie (c'est-à-dire un nombre limité de suspects). Le livre est en fait plus un thriller psychologique typique et l'auteur parvient très bien à reproduire l'atmosphère d'un village solitaire au bout du monde. Les quelques résidents forment une communauté très unie et les deux ensemble transmettent un sentiment d'oppression. Le livre est bien écrit et se lit rapidement et couramment. Il y a l'histoire principale de l'enseignante Una et des flashbacks répétés d'une personne inconnue qui ne s'explique qu'à la fin. C'était mon premier livre de cet auteur et vous pouvez dire qu'il a déjà beaucoup d'expérience. Il ne se passe pas grand-chose dans le livre pendant longtemps, mais en tant que lecteur, je ne me suis jamais ennuyé. Sans connaître l'Islande, je pouvais très bien imaginer l'endroit solitaire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai toujours eu de l’appréhension face aux romans nordique, certes les noms des personnages et des lieux n'aident pas vraiment, car j'ai toujours eu peur de m'y perdre. Cela dis cela ne m'a pas empêché d'en avoir lu quelques uns, mais cela reste tout de même une minorité par rapport a tout ceux que j'ai lu.

Alors quand j'ai vu ce titre sur NetGalley, l'histoire m'ayant appelé, j'ai tout de meme eu peur de m'y perdre. Justement revenons un peu à l'histoire et ses personnages.

Una, vit dans la capitale islandaise de Reykjavík et se sens un peu au bout du rouleau, elle a du mal à garder son travail et sens qu'elle arrive à un moment de sa vie ou un peu de changement lui ferait le plus grand bien. C'est son amie Sara, qui tombe sur une annonce, et qui lui la soumet. Elle sait que c'est ce genre d'annonce qui ne pourrait que plaire à Una : "Recherche professeur au bout du monde". Una, prend le temps de la reflexion et se rend vite que mis à part sa mere, rien ne semble la retenir ici et saute sur l'occasion. Une fois sur place, elle se demande si elle a vraiment fait le bon choix, car si elle à la fibre pour enseigner, pourquoi avoir decidé d'ouvrir un poste pour.....2 petites filles ? 

Una, décide malgré tout de se laisser le temps de la réflexion et finie par s’établir dans les combles d'une maison que lui prête bien gentilement l'une des habitantes du village de Skálar....qui ne compte en tout et pour tout : 11 habitants !!! 

Oui, mais alors le titre n'est pas juste. Je vous arrête tout de suite, et c'est la seule chose que je puisse vous dire : un des habitants fini par mourir d'une manière tout à fait obscure et c'est ce qui risque de poser problème à Una, qui au vu des habitants semble un peu trop curieuse....







Mon avis : 

C 'est le premier roman de Ragnar Jónasson que je lis et j'en ressors conquis. Le seul defaut que je puisse y voir (s'agissant d'un service presse je me dois de ne pas trop être exigeant je sais) est qu'il s'agit d'une version convertie en PDF et la lecture est un peu dure du fait de la petite taille des caracteres. J'ai du augmenté considérablement le rétroéclairage.

Quant à l'auteur, je vais essayer de voir si je peux trouver ses autres ouvrages à la bibliothèque d’Angers, car cela semble intéressant.

Et encore une fois j’ai était conquis par l’écriture de Ragnar Jónasson. J’ai adoré ce nouveau roman qui nous plonge dans une ambiance particulière que je n’arrive pas à quitter et qui me fait tourner les pages sans m’en rendre compte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et aux éditions La Martinière pour cette lecture. Ragnar Jonasson fait partie de ces auteurs nordiques qui ont su se faire une place de choix dans les librairies. Alors qu'attendre de son nouvel opus?

On fait la connaissance d' Una, jeune femme qu'un changement de vie va conduire à accepter une offre d'emploi particulière: devenir institutrice dans un village reculé, ne comptant que 10 habitants. Quel programme !

L'installation se passe bien mais tout bascule au moment des fêtes, quand une de ses élèves décéde dans de curieuses circonstances. Et le calme qui régnait jusque là dans ces paysages glacé va vite devenir inquiétant...voire menaçant.

Ce thriller se porte davantage sur la psychologie des personnages, que sur une enquête en elle-même. On plonge directement dans une ambiance sombre et pesante, portée par les descriptions magistrales proposées par l'auteur des paysages. Entre glaçe , neige, et vestiges, on ressent les frissons dès les premières pages. Puis la tension monte...Personnages mystérieux et rudes, allers-retours dans le passé qui sème le trouble, le moins que l'on puisse dire c'est que c'est maitrisé...Le suspense monte crescendo, et force à se questionner, en cela ce roman est magistral.

Seul bémol, la fin qui m'a laissé un peu dubitative, non pas dans la résolution de l'intrigue, mais dans la partie qui concerne Una.

Une bonne lecture en somme que je conseille.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je remercie tout d’abord les Editions La Martinière et Netgalley pour m’avoir permis de lire ce roman, à l’ambiance angoissante et qui m’a fait passer un bon moment de lecture.

Je ne connaissais pas cet auteur mais quand j’ai lu le résumé, je me suis laissé tenter même si celui-ci est légèrement trompeur, en ce qui concerne un meurtrier qui sévirait dans le village. J’ai trouvé que c’était plus un roman d’ambiance. Quand Una accepte ce poste d’enseignante dans ce bourg au bout du bout de l’Islande, où ne vivent plus que dix habitants, elle ne prend pas conscience qu’elle va se retrouver isolée dans un univers battu par le vent et où la nuit est quasiment constante. Et même si, à son arrivée, elle est accueillie par une jeune femme Skalar, qui lui permet de rester chez elle, les autres habitants sont énigmatiques, secrets pour ne pas dire inquiétants. Et, cerise sur le gâteau, la nuit Una entend une comptine, le son d’un piano et la présence d’une petite fille morte en 1927.

Le rythme du livre est lent, on se demande où l’auteur veut nous entraîner ; vers cette histoire de fantôme ou vers la mort mystérieuse d’une élève d’Una ? On a l’impression d’être dans le noir comme Una à se demander si elle ne devient pas folle, à regarder ces habitants qui, soudain, deviennent menaçants et semblent obnubiler par l’idée que rien de l’extérieur ne doit venir troubler leur vie. Ce sont ces aspects du roman qui m’ont plu. Je vous le recommande.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je n'avais jamais lu d'auteur Islandais et cela me tenter depuis un moment. les auteurs nordiques sont réputés pour leur polars. Le résumé de celui-ci m'a tenté et m'a donné l'occasion de combler une lacune.

Pour fuir sa vie un peut trop tranquille et un peu trop vide, Una décide de partir enseigner dans un hameau de 10 habitants. Mais ces tous petits villages renferment parfois bien des secrets...

Tout d'abord, je ne suis pas vraiment d'accord avec le résumé de la 4ème de couverture. Le suspens n'est pas aussi franc dans ce roman. Tout est en subtilité.
Moi qui d'habitude suis friande de livres policiers avec beaucoup d'hémoglobines et au suspens papables, ici rien de tout cela. L'auteur arrive à créer une ambiance particulière, propre au village de Skálar, qui donne la chair de poule, qui met mal à l'aise, sans qu'on arrive à définir pour pourquoi, sans réussir à mettre le doigts sur ce qui gène. On sent bien, comme Una, que quelque chose ne tourne pas rond, que de vivre reclus à 10 sur ces terres désertiques en bord de mer à créé une communauté particulière, fermée, énigmatique.
Ici il n'y a pas de rebondissement à chaque chapitre, non, d'ailleurs, le livre n'a pas de chapitre et ne fait que 3 parties. Ici c'est à petits pas qu'on avance, qu'on découvre et qu'on apprivoise la communauté de Skálar. Et même si tout évolue très lentement, je ne me suis pas ennuyée une seule fois. Les éléments distillés par Ragnar Jónasson s'imbriquent naturellement les uns avec les autres nous menant au dénouement final.
Je n'ai pas eu le temps de vraiment me poser des questions sur les habitants du village, suivant Una et ses découvertes, j'avais l'impression d'être elle et d'assimiler les éléments doucement. Ce qui a le plus titillé ma curiosité a été le récit parallèle narrer par un personnage féminin dont on ne sait rien et qui a l'air totalement extérieure à la vie de Skálar, de ses habitants et de Una.
La fin m'a laissé sans voix. Aujourd'hui encore je ne sais pas comment j'aurai réagi dans de telle circonstances. L'auteur réussi le tour de force de créer une fin autant ouverte que fermée. Mais ça je vous laisserai le découvrir, ne voulant pas vous spolier d'autant plus sur la fin du roman.
Si vous êtes fans de policiers atypiques, de lieux isolés et mystérieux, de personnages difficilement indéfinissables, ce livre est définitivement pour vous !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Recherche enseignant au bout du monde, cette annonce pour Una, une jeune femme de 30 ans, c’est l’occasion rêvée, de repartir à zéro, au cœur de la nature, au bord de l’océan. Skálar est un hameau, de dix âmes pas plus qui recherche une institutrice pour les deux seuls enfants de la communauté.
Une jeune fille morte empoisonnée il y a plus de soixante ans, une autre fillette qui meurt subitement peu de temps avant Noël, un homme inconnu qui débarque un soir et qui disparaît sans laisser de traces. Mais ici, c’est un village tranquille, où chacun se serre les coudes et où on a l’habitude de régler ses problèmes tout seuls.

Ragnar Johansson entraîne son lecteur dans un roman noir dans un endroit perdu d’Islande. L’isolement, l’hostilité des habitants et la lancinante comptine que murmure le fantôme d’une enfant morte tragiquement transforment ce huis clos en un récit sombre et angoissant. L’auteur sait parfaitement nouer les fils de son intrigue, grâce à la construction originale de son récit. Le dénouement m’a cependant un peu déçu. Ce roman est plus intéressant par l’atmosphère dans laquelle est plongée l’héroïne que par l’intrigue elle-même.
Merci infiniment aux éditions De La Martinière et à NetGalley pour leur confiance.
#Dixâmespasplus #NetGalleyFrance

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, une jeune enseignante de Reykjavik, traverse une mauvaise passe : elle n’a pas de poste fixe ni de salaire conséquent, elle est esseulée, sans véritable ami ni raison de vivre. Une annonce parue dans le quotidien local l’intrigue : « recherche professeur au bout du monde ». Le village de Skalar, situé à l’extrémité de la péninsule de Langanes a en effet besoin d’un enseignant pour prendre en charge l’éducation de deux fillettes de sept et neuf ans. Una saisit l’occasion de faire un break avec un quotidien morose. Mais une fois sur place, elle se rend vite compte que le village est véritablement isolé de tout et ne compte que dix habitants !

Una est une citadine, sa réticence à vouloir poursuivre cette aventure semble compréhensible. Dans ce petit village, tout le monde se connait : forcément 10 habitants, on peut même dire qu’il n’existe aucun secret pour personne et que tout le monde est au courant des faits et gestes de ses voisins. Entre l’anonymat d’une grande ville et la promiscuité imposée par ce village isolé, le choc est important pour la jeune femme. D’autant plus qu’elle n’est pas véritablement accueillie comme il se doit par les habitants qui semblent étrangement assez hostiles envers elle. Elle sympathise tout de même avec Salka, la jeune femme chez qui Una loge, et mère de Edda, l’une des deux élèves. Elle éprouve également de l’attrait pour Thor, un homme séduisant et énigmatique. Mais au fil des jours, Una ne s’habitue pas à l’atmosphère du lieu : elle entend des bruits, des chants de berceuse la nuit… Jusqu’au drame qui va définitivement la lier à ce village.

Je précise que cette histoire se déroule en 1985… Pas de téléphone, pas d’internet… Et en l’occurrence pour Una, même pas de poste de télévision ! Le seul contact avec le monde extérieur se limite aux journaux lorsque l’épicerie du coin les reçoit !! Idéal pour situer ce genre de récit! Difficile de quitter ce huis-clos oppressant, situé de plus dans une région où les journées sont extrêmement courtes et très sombres en raison d’un climat des plus rudes. Il n’y a pas d’action dans ce roman qui privilégie une atmosphère pour le moins pesante et de sombres secrets plus ou moins bien gardés. Les amateurs de romans à suspense nordiques seront ravis de découvrir ce nouveau roman de Ragnar Jonasson, où l’auteur laisse une place de choix aux fantômes…

Je remercie les Editions de La Martinière, via Netgalley pour cette lecture très divertissante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Una, lasse de la ville, est prête à partir pour Skalar, un hameau de dix habitants où elle enseignera pendant un an à deux fillettes.
A son arrivée, elle est accueillie par Salka, une femme très agréable, chez qui elle logera le temps de sa mission et qui est la mère d'une des fillettes de l'école.
Una éprouve cependant, dans la maison comme dans le village une sensation de malaise accentuée quand Guffi, le dirigeant de la compagnie de pêche et "maitre" du village qui lui demande de partir.
Mais Una ne se laisse pas impressionner d'autant qu'elle vient de faire la connaissance de Thor, le seul habitant qui lui manifeste un peu d'intérêt.
Tout le village lui semble être sur la réserve et protéger de lourds secrets qu'Una entend bien percer....
Huis-clos très addictif, un peu fantastique.
L'ambiance oppressante et angoissante est parfaitement décrite.
Très bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un polar bien dépaysant et glacial dans un pays qui fascine énormément l'Islande.

Una est une jeune femme qui se sent à l'étroit dans son petit appartement de Reykjavik et dans sa petite vie de tous les jours. Quand elle note l'annonce demandant un professeur pour enseigner à Skalar, un village totalement isolé du nord de l'Islande, elle décide de partir tenter sa chance dans cet environnement qui peut sembler hostile tant par son isolement que par son nombre d'habitants vraiment très restreint.
Si son installation se passe bien, elle se rend compte très vite que les habitants du village ne sont pas tous très accueillants , qu'ils semblent partager un secret et que la chambre qu'elle loue semble hantée.

Lors du décès inattendu de l'une de ses deux élèves, la situation va prendre un nouveau tournant.

C'est un roman très intéressant, qui est fort bien écrit et mené.
L'intrigue est bien construite et on a vraiment envie de connaitre le fin mot de cette histoire.
Les personnages sont vraiment passionnants, Una bien sur mais pas seulement, tous ont un rôle à jouer et ils tiennent tous une place importante dans la trame du récit.
Une fin bien introduite et peu convenue apporte encore davantage d'intérêt à cette histoire.

J'ai beaucoup aimé l'atmosphère du roman, on sent vraiment l'isolement, le froid, la solidarité et la particularité de cette région islandaise.

Je ne connaissais l'auteur que de nom et je suis ravie d'avoir pu découvrir ce roman dans le cadre des partenariats NetGalley que je remercie ainsi que les Editions de La Martinière.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voilà un roman à côté duquel je ne pouvais pas passer surtout pour son auteur. Ça fait un moment que je vois passer du Ragnar Jonasson, que je me dis qu’il faut que je le lise et l’occasion s’étant présentée, je ne l’ai pas laissé passer. Soit, le résumé et la couverture hivernale de ce bouquin me tentaient bien mais, vous l’aurez compris, c’est avant tout le nom de l’auteur qui m’attirait. Finalement, j’ai passé un bon moment de lecture.

Il faut savoir que je lis vraiment très peu de polars nordiques (et pourtant, c’est pas faute d’en avoir dans mon énorme pile à lire), mais je sais que souvent, avec ce genre de roman, l’intrigue met du temps à démarrer et l’ennui peut nous guetter. Avec, « Dix âmes, pas plus », il n’est pas du tout question de trouver le temps long, l’intrigue est très bien construite et on ne voit pas les pages se tourner.

On commence donc par un avant-propos qui nous explique que l’histoire se déroule au milieu des années 80. Si j’ai un léger bémol à émettre, c’est peut-être sur cette temporalité, car à certains moments, je ne me rendais pas réellement compte que j’étais à cette époque, mais peut-être que c’est parce que je ne lis pas assez de thrillers nordiques, allez savoir.

Un passage en italique nous amène à faire la connaissance de Una qui se réveille en sursaut, incapable de se rappeler où elle se trouve, a la sensation d’être perdue, allongée dans un lit inconnu et ce passage nous met immédiatement dans l’ambiance du roman. Cette histoire de berceuse et ce village mystérieux vont nous intriguer. On va se poser tant de questions qu’on va vouloir avancer encore et encore.

Puis, on va se retrouver quelques mois plus tôt en plein Reykjavik et on va comprendre ce qu’il s’est passé pour Una. Affrontant bien des difficultés, elle a tout simplement décidé de tout quitter suite à une petite annonce qui offre un poste d’enseignant au bout du monde. Bon, soit elle va hésiter et nous allons nous aussi nous poser des questions sur sa décision. Doit-elle vraiment y aller ? Est-ce qu’elle fait bien de tout quitter ? Où est Skalar dont elle n’a jamais entendu parler ? Comment ça se passe à Skalar ? Ses amis et sa famille lui ont promis de venir lui rendre visite, mais viendront-ils vraiment ?

Nous allons finalement suivre Una qui va arriver à Skalar, un petit village perdu au milieu de tout, comme noté dans l’annonce. Elle aura juste deux élèves car il y a ni plus ni moins que dix habitants dans le village. Les deux filles sont très différentes l’une de l’autre et c’est ce qui va faire la force du roman, car on va pouvoir découvrir leur caractère peu à peu, au fur et à mesure des enseignements de Una.

Il y a ces passages en italique entre la vie d’Una et des autres habitants du village qui vont nous intriguer et encore une fois, on va se poser énormément de questions sur là où l’auteur veut nous entrainer et sur lesquels nous seront éclairés petit à petit.

Revenons à Skalar et à Una car, très vite, on va se rendre compte qu’il y a un côté fantastique très agréable à ce roman. J’ai aimé la façon dont il était amené avec cette maison hantée où Una va vivre. Una est-elle en train de rêver ou de devenir folle ? Ces choses se passent-elles vraiment ? Telle est la question !

Ensuite, survient le drame une des fillettes à qui Una faisait la classe perd la vie de façon étrange et là, on va chercher à comprendre ce qu’il s’est passé. Cette mort arrive assez tard dans le roman, mais ça ne m’a en aucun cas dérangée, car avant ça, l’auteur pose les bases qui rendent déjà l’histoire assez angoissante.

Ce roman fait, en effet, froid dans le dos de par son univers enneigé, mais aussi de par son côté oppressant et fantastique. Les habitants ne sont pas nets non plus, on va se mettre à tous les suspecter et comprendre qu’ils ont leurs secrets, on va continuer à se poser des questions sur tout et sur tout le monde et c’est vraiment un régal.

Bref, si vous aimez les univers qui font froid dans le dos, le dépaysement et les secrets, foncez chez votre libraire dès aujourd’hui pour vous procurer ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La vie d’Una piétine à Reykjavik. Une petite annonce, recherchant une institutrice pour seulement deux élèves, dans un village à l’écart du monde, attire son attention. Une occasion pour Una de changer d’air…
Skalar, un lieu reculé, un endroit presque désert, ne comptant que dix habitants. Un village cerné par le froid, avec des habitants à l’attitude aussi glaciale que l’environnement, une maison réputée hantée… Voilà ce que trouve Una à son arrivée…
Et Una pose des questions : sur la petite fille décédée soixante ans auparavant qu’elle croit voir et entendre, sur les liens entre les villageois, sur un étranger venu au village, qu’elle sait recherché par la police… Elle se heurte au village entier, qui fait bloc…
Une touche de meurtre, un brin de mystère, une pincée de fantôme… D’excellents ingrédients pour une ambiance sombre à souhait, un huis-clos glacial… Une construction en deux temps pour maintenir l’attention du lecteur, malgré un rythme peu soutenu… Un roman que j’ai dévoré, donc, jusqu’au dénouement que j’ai trouvé peut-être un peu précipité, et que je du lire en deux fois pour comprendre…

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Genre : Littérature Étrangère - Thriller
Avis : SOMBRE
C’est la quatrième de couverture qui, je l’avoue, m’a attirée. Tant de noms de villes aux consonances dépaysantes m’ont donné envie de découvrir un roman que je sentais différent.
Una, en proie à quelques difficultés existentielles décide de partir au fin fond de l’Islande faire le professeur. Elle n’aura que deux enfants à éduquer mais peu importe ! Il est vrai que le village n’a que dix habitants. L’aventure et la construction de soi devraient être au rendez-vous, se dit-elle. N’écoutant que son envie d’ailleurs, elle va faire front jusqu’à ce qu’un assassinat ne modifie la donne. Seule et parfois désespérée, comment va-t-elle s’en sortir ? Qui ira la sauver ?
Dès les premières lignes, le lecteur comprend que le choix fait par Una va l’entraîner à l’extrême nord-est de l’Islande, sur la péninsule de Langanes et dans la ville de Skálar, abandonnée par les Américains dans les années 60. Et moi, grâce à Google Maps, je m’y suis transportée aussi car j’aime visualiser géographiquement ce que me décrit l’auteur.
L’atmosphère pesante régnant tout au long des chapitres m’a fait connaître un plaisir que j’adore en lecture : être ailleurs. Tout m’y a invitée : la culture, le froid, l’isolement, la communauté fermée sur elle-même, les secrets... Il y a une trame de peurs et de douleurs qui plombe, et qui nous incite à nous demander si Una va sombrer dans la folie des lieux
Tout est long à se mettre en place, comme si les nuits sans fin avaient aussi envahi les actions. J’ai eu la sensation de tourner en rond alors que l’enquête avance mais que la pointe de fantastique introduite par l’auteur n’amène rien de plus à l’intrigue.
Bref, si vous aimez sortir de vos habitudes de lectures, découvrir des polars dans lesquels le vent souffle très froid, cherchez ce roman qui sort aujourd’hui.
Je remercie #NetGalleyFrance et les Editions de la Martinière pour le SP de #Dixâmespasplus

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Excellent polar nordique, une intrigue, et une ambiance au top. Dans ce roman on accompagne Una à skala petit village d’une dizaine d’habitants en manque de prof pour les deux seuls enfants du patelin. Chapitre après chapitre on se laisse happer par l’ambiance sombre de ce roman. Aucun personnage ne paraît net, chaque secret empêche d’avancer 😱. Dans ce village où il fait nuit tout le temps, Una tient bon mais sait que tout le village cache un secret. Qu’ils se serrent les coudes.
Thriller glacialement fantastique, je vous en laisse seul juge si vous osez franchir les frontières et rejoindre ses dix âmes 😳😳😳😳😳😳😳😳😳😳

Cet avis vous a-t-il été utile ?

l'ambiance et l'atmosphère oppressantes donnent un super polar noir!
la psychologie de chaque personnage si bien décrite met le lecteur dans le doute à chaque instant!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un polar islandais très immersif dont on ressent bien l'ambiance pesante d'une petite communauté, repliée sur elle même et pétrie de secrets. Nous avons Una qui arrive au fin fond de l'Islande afin d'enseigner à deux petites filles. D'entrée de jeu, on se rend bien compte que l'accueil est mitigé... Certes les gens semblent gentils, toutefois, ils se montrent étrangement réservés sur certains sujets.. Et que dire de la maison où Una s'installe et qui est plus ou moins hantée par une petite fille morte des années plus tôt. Bien entendu, on peut se dire qu'Una boit trop mais est-ce vraiment le cas ? Nous suivons donc l'histoire d'Una avec en parallèle des flashs sur l'existence d'une femme accusée d'avoir participé à un meurtre atroce... Peu à peu, le village se referme sur Una, jusqu'au drame qui va entrainer des réactions différentes au sein de la petite communauté... Alors bien entendu, il y a beaucoup de secrets dissimulés dans le petit village et au final, tout se révèle lié.. Et franchement, j'étais très loin d'avoir deviné le fin fin mot de l'histoire

Ce que j'aime : le personnage d'Una, le côté fantastique, Salka

Ce que j'aime moins : parfois j'ai eu un peu de mal avec les transitions

Pour résumer

Un bon thriller qui nous fait découvrir une petite communauté dont les secrets finissent par exploser... du moins pour Una

Ma note

8/10

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est toujours un plaisir que de retrouver la plume de Jonasson.
Même si l'histoire n'a pas de rapport direct avec la trilogie de La Dame de Reykjavík, on sent que c'est dans la même veine et ce n'est pas pour me déplaire.
Petit plus qui fait battre mon coeur de fan: on sent que l'auteur a traduit de nombreuses oeuvres de la grande Christie car il y a un je ne sais quoi qui fait penser à elle (mais dans le bon sens).
Enfin, le suspens est toujours à son comble! Même si j'étais bien au chaud sous un plaid et dans mon canapé, je me suis vue transportée en Islande (merci les souvenirs personnels d'il y a quelques années qui ont étoffés le tout).
Une très très belle lecture!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cherche professeur pour enseigner dans un village, de 10 habitants, isolé au bout du monde. Une offre d’emploi atypique qui en découragerait plus d’un ! Pourtant Una est décidée à postuler et tenter sa chance. Les candidats sont si peu nombreux que sa candidature est tout de suite acceptée.

Lorsqu’elle arrive à Skálar, l’un des villages les plus reculés d’Islande, elle regrette son choix. L’accueil qu’on lui réserve est aussi glacial que la température extérieure. Pour couronner le tout, ses nuits sont perturbées par le fantôme d’une petite fille ! Mais qu’est-elle venue faire ici ?

J’ai découvert la plume et l’univers de Ragnar Jónasson avec ce roman. J’ai beaucoup aimé l’ambiance et l’atmosphère qui se dégagent. L’auteur nous plonge dans un huit clos au sein d’une mystérieuse communauté islandaise.

Une écriture envoutante et addictive. Un thriller psychologique qui nous tient en haleine jusqu’au bout. La tension monte crescendo jusqu’à un final inattendu.

Je suis contente d’avoir découvert un nouvel auteur. Et c’est avec plaisir que je vais me procurer ses précédents romans.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Roman surprenant. Una jeune institutrice répond à une annonce surprenante: enseigner à 2 fillettes dans une petit village de 10 âmes au fin fond de l’Islande. Dès son arrivée, elle se sent mal à l’aise. Tout est étrange, les habitants qui se connaissent tous et se protègent, la maison dans laquelle elle s’installe qui a une histoire et dans laquelle elle entend une fillette chanter... Tout est déstabilisant dans cette nouvelle vie dans laquelle Una découvre jusqu’où une communauté peut aller pour protéger les siens.
Une belle découverte.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je découvre enfin Ragnar Jonasson dont j'ai beaucoup entendu parlé, et je ne suis pas déçue.
Dans ce roman on est dans un huit clos oppressant avec ce village loin de tout, où même les contacts avec le monde extérieur sont compliqués. J'avais l'impression d'être avec le personnage principal : Una, pendant tout le roman, et je l'ai trouvé vraiment courageuse. L'atmosphère est lourde, les habitants Skálar sont intrigants et énigmatiques. J'ai apprécié l'écriture fluide et le suspens bien mené. On a qu'une envie : découvrir la vérité. En résumé, j'ai vraiment aimé l'intrigue et j'ai passé un excellent moment de lecture, qui m'a donné envie de découvrir d'autres romans de l'auteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Pour rompre avec son quotidien de citadine, Una quitte Reykjavik pour aller enseigner à Skalar, un hameau d’une dizaine d’habitants, perdu au fin fond de l’Islande. Très vite, elle ressent comme une présence et perçoit de l’hostilité de ses nouveaux voisins. Se fait-elle des films ? Que cherche-t-on à lui cacher ?
Avec Dix âmes, pas plus, Ragnar Jonasson nous entraîne dans un huis clos aussi à l’ambiance aussi pesante que glaciale. Peu adepte du paranormal, je n’ai pourtant eu aucune difficulté à m’immerger dans ce thriller captivant, même si j’avais, une nouvelle fois avec cet auteur, envie de coller des baffes à son héroïne.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

*lecture terminée*

⛄ Dix âmes pas de de @ragnarjo publié chez les éditions @lamartiniere.litterature .

Una, jeune professeur, a envie de changement. Alors quand elle lit l'annonce cherche professeur à Skálar, petit village de 10 habitants, elle saute sur l'occasion.
La bas, elle ne sera pas très bien accueillie et pour couronner le tout elle a l'impression d'entendre des voix. Jusqu'au jour où une mort inattendue survient.

C'est le premier livre de cet auteur et je n'ai pas été déçue. Il a une écriture fluide et on a envie de savoir le fin mot de l'histoire. L'enquête est bien ficelée je n'ai vu que du feu.
Ç'est un huit clos avec les habitants où on a l'impression qu'un secret demeure. L'ambiance est parfaite, petit village du bout du monde où les éléments de déchaînent, neige, vent et où les habitants ne sont pas très accueillants .. une ambiance stressante, surprenante et pesante se met petit à petit.
On est loin du coup de coeur mais j'aurais passé un joli moment de lecture.

Il vous tente?

Je remercie les éditions @lamartiniere.litterature et @netgalleyfrance pour l'envoie de cet ebook!!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :