200 jours pour s'aimer

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 27 oct. 2021 | Archivage 27 déc. 2021

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #200jourspoursaimer #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

1629.

Le roi d’Autriche conclut une alliance avec le royaume français. Le monarque voit en sa fille, la princesse Constance, une excellente monnaie d'échange à offrir au dauphin Henri, comme gage de la loyauté de son pays envers la France.

Constance est une jeune femme fougueuse dont le caractère explosif et impétueux diverge avec les normes féminines de son époque. Une soif de liberté, d'indépendance et de libre-arbitre que rien ne semble assouvir.

Quant à Henri, le sombre jeune homme aux yeux clairs, il a tout ce que Constance déteste : un besoin constant de dominer et de disposer du fruit de ses plus noirs désirs.

Sur un point, ils sont parfaitement d'accord : il est impensable que quiconque tente de les unir devant Dieu. Mais le roi ne leur laisse pas le choix, dans deux cents jours le mariage sera célébré.

À trop vouloir se défaire de ses liens, ne risque-t-on pas de les resserrer encore plus ?

1629.

Le roi d’Autriche conclut une alliance avec le royaume français. Le monarque voit en sa fille, la princesse Constance, une excellente monnaie d'échange à offrir au dauphin Henri, comme gage de...


Note de l'éditeur

Sortie papier début d'année 2022

Sortie papier début d'année 2022


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782017158721
PRIX

Disponible sur NetGalley

Application NetGalley Bibliothèque (EPUB)
Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Une romance historique que j'ai adorée et dévorée. C'est un beau bébé, mais les pages défilent toutes seules. Une famille royale fictive, des conflits, des complots et un mariage arrangé, vous avez là une combinaison qui a parfaitement fonctionné avec moi. J'ai trouvé l'écriture fluide et dynamique ce qui a donné du rythme à l'histoire sans longueurs. Un récit à la 3e personne rondement mené. Nos deux héros sont en conflit permanent. Aucun des deux ne souhaite se marier, mais ils n'ont pas le choix et dans 200 jours ce sera officiel. On les accompagne quasi quotidiennement et j'ai adoré voir petit à petit quelques légers rapprochements alors qu'ils continuent de s'envoyer paître. On les voit laisser échapper quelques bribes de qui ils sont vraiment, abaisser parfois les barrières et tenter d'oublier le passé. Constance est une jeune princesse douce et intelligente. Malgré toute la retenue que lui impose son rang, elle va répondre aux attaques de son promis. J'ai adoré cette héroïne de caractère et son esprit bien affûté. Henri quant à lui, est littéralement imbuvable. Il est odieux, mais pas mal de choses se cachent derrière son attitude même si, par moment, j'ai trouvé ses réactions non nécessaires. Il a fini par me conquérir. Nos héros sont un peu passifs à certain moment de l'intrigue, mais ça reste cohérent avec les libertés que leur laisse leurs statuts. En tout cas, les actions finales m'ont parfaitement tenue en haleine et m'ont fait mener l'enquête toute l'histoire. J'ai aimé dans cette romance que les liens familiaux et amicaux aient une part importante. Que la sincérité ait quand même une place dans ce monde de faux-semblants. Une lecture avec laquelle j'ai passé un trop bon moment. J'ai été attiré par la couverture, puis par le résumé et l'histoire à largement fini de me convaincre. N'hésitez pas à vous laisser embarquer dans ce XVIIe siècle fictif qui a tout de réaliste !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre qui se dévore ! Vous trouverez ma chronique sur le compte Instagram ou Facebook ci-dessous.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai tout d’abord craqué pour la magnifique couverture ! Puis le résumé m’a donné envie d’en savoir plus, et je remercie les éditions Hlab de m’avoir permis de découvrir ce joli roman. Il s’agit d’un roman historique, mais pas vraiment. L’auteure plante le décor, mais prend des libertés avec l’Histoire. Peu importe, on est vite immergé dans l’ambiance de la Cour du roi de France, à notre plus grand plaisir. Constance, princesse autrichienne, débarque à Paris dans le but de s’unir avec le futur roi de France, Henri. Le mariage est prévu dans 200 jours. Mais le prince se révèle totalement irrespectueux et même détestable. La jeune femme s’en moque, car elle ne rêve que d’une chose : se libérer de cette entrave. En attendant, elle compte bien lui rendre la monnaie de sa pièce. J’ai beaucoup aimé ce roman. J’aime les histoires de princesses et celle-ci m’a séduite sur-le-champ. Si j’ai détesté Henri, au départ, j’ai appris à le connaître en même temps que Constance et j’ai fini par tomber sous son charme, au même titre que notre héroïne. J’ai aimé le caractère de Constance, qui, bien que femme, refuse de se laisser maltraiter. Elle est l’amie qu’on rêve tous d’avoir et défend ses idéaux bec et ongle. L’histoire est loin d’être monotone. Au fil des pages, il y a pas mal de suspense, de complots, et la fin du roman est vraiment (sur)prenante. En bref, j’ai beaucoup aimé ! Si vous aimez les intrigues à la Cour de France et les histoires d’amour princières, foncez !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

200 jours pour s’aimer – Victoria Deveraux « -Ta peur de l’amour te perdra. » Une histoire magnifique, sublime et entraînante. Une romance surprenante. Cela faisait un bon moment que je n’avais pas lu de roman historique et j’adore! En auront-ils assez de 200 jours pour s’aimer? Constance est un peu perdue : elle arrive dans un nouveau pays, contrainte, et elle parle à peine la langue. Elle est « la princesse Constance de Habsbourg, fille de sa Majesté l’empereur Ferdinand » et doit épouser le futur roi de France : Henri. Cependant, elle se fait la promesse qu’elle ne se laissera pas amadouée par cet homme. De toute façon, il s’avère qu’il est très froid et peu enclin à s’approcher de sa fiancée. Toutefois, Constance n’est pas du genre à se laisser marché sur les pieds et elle ne se laissera pas faire par ce futur roi qui se croit tout permis… Sa future belle-sœur, Marie-Zoé, lui en apprend beaucoup sur le jeune homme : « -… Henri est peut-être un bon parti, mais il a également tout d’un bon vieux râleur : un balourd, sans aucune manière, qui ne sait que se plaindre et critiquer. » Malheureusement, Henri est également de cet avis concernant sa fiancée, elle est trop… gentille, trop belle. Elle se croit tout permis, le regarde de haut tandis qu’elle devrait baisser les yeux. Il fera tout pour la faire fuir avant la date imposée. « … Il y avait le problème de sa toute nouvelle fiancée, qu’il ne pouvait pas s’empêcher de haïr. Tout lui paraissait détestable chez cette jeune femme : il la trouvait trop gentille, trop serviable et trop pleine de bonnes intentions. » Henri est un homme orgueilleux. Il veut se faire passer dépourvu de bonté et, malheureusement, il est fort hostile envers sa future épouse et prochaine reine de France, Constance. Pour l’oublier, il se laisse aller entre les bras de jolies jeunes femmes de passage, il a beaucoup de maitresses… Toutefois, il ne peut s’empêcher de penser à elle, car elle est la SEULE à lui tenir tête. « Sa fiancée était belle. Belle et insupportable rebelle. Une incarnation humaine du paradoxe dans sa plus splendide enveloppe charnelle. Un corps de dame, mais un esprit plus aiguisé qu’une épée en fer blanc. » Mais Henri étant l’homme qu’il est, il fera tout pour l’éloigner de lui, quitte à être un homme cruel, ruinant jusqu’à la réputation de la jeune princesse. Néanmoins, pourra-t-il vraiment lui résister longtemps? « Les yeux dans les yeux, les deux futurs souverains se souriaient d’un air espiègle. Cela n’était pas comme auparavant, non, leur relation avait changé depuis quelque temps. Le jeu de provocation entre eux avait évolué vers quelque chose de plus étrange, d’un peu moins féroce et de plus civilisé. » J’ai adoré cette histoire, j’avais l’impression de regarder un film tellement les scènes étaient réalistes, bien décrites. Vous connaissez la série, La Reine d’Écosse (Reign) de Sengupta et McCarthy? Une série historique dramatique magnifique, que j’ai particulièrement savourée. ET j’avais TOTALEMENT l’impression de la revoir sous mes yeux, surprenante et entraînante. « -Elle est la lumière qui chasse tes démons. Et tu es sa part d’obscurité. » Victoria Deveraux a une plume PASSIONNANTE. Son roman est digne d’une série historique romantique entraînante, pleine de péripéties et d’intrigues. Malgré le fait qu’il m’a fallu plusieurs chapitres pour « embarquer » dans l’histoire, par la suite je n’ai pas pu le lâcher. Les personnages de l’auteure sont attendrissants. Constance est tellement lumineuse, tendre et intelligente. Henri est fort, déterminé et, malgré son caractère de cochon, est prêt à tout pour la protéger des dangers qui approchent. Ensemble, ils forment un tout et ils sont plus forts. « -Vous n’étiez pas non plus une bataille qui valait la peine d’être menée, à mes yeux. Vous étiez tout au plus un jeune homme fier, grossier, discourtois et trop habitué à ce que l’on se plie à sa volonté. L’êtes-vous toujours? Moi, ce que je vois aujourd’hui, c’est un homme prêt à tout pour protéger sa famille et ses amis… Et vous n’avez pas hésité une seconde à venir me secourir en sachant pertinemment quel danger cela représentait pour vous. Je ne vois rien de mauvais dans tout ceci. Tout ce qui pourrait ternir cette image de vous, c’est la façon dont vous-même jugez vos actions. » Une romance particulièrement addictive. Une touche de suspense, d’aventure, d’action, d’amour, de passion et surtout… beaucoup d’intrigues. Une histoire fabuleuse, entraînante, sensuelle et passionnante. À lireeeeeeee 10/10 « -… Il ne restera plus que vous, moi et les deux cents jours les plus intenses de toute notre vie. » Merci pour ce merveilleux service presse! #200jourspoursaimer #NetGalleyFrance #romance #historique #amour #alliance #bataille #guerre #suspense #lumière #obscurité #souveraineté #roi #princesse #désir #attirance #littératuresentimentale #lecturedumoment #lecturedusoir Résumé : 1629. Le roi d’Autriche conclut une alliance avec le royaume français. Le monarque voit en sa fille, la princesse Constance, une excellente monnaie d'échange à offrir au dauphin Henri, comme gage de la loyauté de son pays envers la France. Constance est une jeune femme fougueuse dont le caractère explosif et impétueux diverge avec les normes féminines de son époque. Une soif de liberté, d'indépendance et de libre-arbitre que rien ne semble assouvir. Quant à Henri, le sombre jeune homme aux yeux clairs, il a tout ce que Constance déteste : un besoin constant de dominer et de disposer du fruit de ses plus noirs désirs. Sur un point, ils sont parfaitement d'accord : il est impensable que quiconque tente de les unir devant Dieu. Mais le roi ne leur laisse pas le choix, dans deux cents jours le mariage sera célébré. À trop vouloir se défaire de ses liens, ne risque-t-on pas de les resserrer encore plus ?

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :