De cinq à sept

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 7 juin 2018 | Archivage 10 oct. 2018

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #DeCinqàSept #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Un certain 17 décembre, il est dix-sept heures.
Charlotte, Parisienne de quarante-huit ans, se prépare à retrouver son jeune amant dans un petit appartement.
Au même moment, à Deauville, Fanny, trente-deux ans, s’occupe d’une cliente bavarde qu’elle n’écoute pas. Elle pense à son fils en pleine crise adolescente, qu’elle élève seule.
À Besançon, Gislaine, la cinquantaine, aide-soignante, profite de son jour de congé pour faire le ménage, malgré son mal de dos, avant de préparer le dîner pour ses filles et son mari.
Tandis qu’à Neuilly, Simone, soixante-quinze ans, attend son kiné. Veuve, elle vit seule et ressasse ses souvenirs.
 
Quatre femmes, leur quotidien, leurs amours, leurs rires et leurs larmes… Quatre femmes qui n’ont rien en commun, avant que tout bascule. Le même jour, entre cinq et sept, dans un lieu différent, un radiologue annonce à chacune qu’elle a un cancer du sein. Un choc qui met en lumière la précarité de l’existence, qui pose la question de la féminité, du regard des autres et des proches face à la maladie.
L’ombre de la mort fait doucement chavirer les certitudes et retrace les lignes d’un destin inéluctable. Une épreuve qui les aidera à se réapproprier leur vie.
 
Olivia Koudrine s’est intéressée à un sujet peu traité dans la littérature contemporaine : le cancer du sein. Une maladie qui touche une femme sur huit en France. Ce roman nous plonge dans le quotidien de quatre femmes aux antipodes les unes des autres, très attachantes, qu’on suit au fil des jours et qui, face à cette épreuve, vont se révéler. Jamais dans le pathos, ce texte dresse des portraits d’une incroyable justesse.

Un certain 17 décembre, il est dix-sept heures.
Charlotte, Parisienne de quarante-huit ans, se prépare à retrouver son jeune amant dans un petit appartement.
Au même moment, à Deauville, Fanny...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782749156347
PRIX 19,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

Paris, Deauville, Besançon, Neuilly, 4 lieux, Charlotte, Fanny, Gislaine, Simon, 4 femmes totalement différentes, pour un destin unique.

On s’introduit dans les vies de ces femmes que tout oppose, on apprend à les connaître, on découvre leurs faiblesses, leur mal-être. Car même si cela n’est pas flagrant pour leur entourage, nous, on les connait ! On sait que Charlotte étouffe dans sa petite vie riche et monotone. Que Fanny doit porter seule à bout de bras son ado en pleine crise. Que Gislaine est entièrement dévouée à son mari et ses filles. Que Simone vit dans un passé qu’elle regrette.

Puis il y a l’annonce de la maladie. La façon de chacune de l’appréhender, de l’accepter, ou pas, de faire face. C’est un tsunami où la vie bascule, où tous les repères sont perdus. On entre dans le vif du sujet, et très franchement, faut s’accrocher. Car rien ne nous est épargné. Le diagnostic s’avère optimiste ou pessimiste selon les cas.

Notre quatre héroïnes ne vivent plus que par consultations, examens, opérations interposés. La chimiothérapie, la radiothérapie, l’hormonothérapie n’ont plus de secrets pour nous. Les effets secondaires vont bien plus loin que la perte des cheveux, qui, somme toute, est moindre par rapport à tout le reste qu’on n’imagine même pas. C’est terrifiant et pourtant, c’est la réalité et c’est ce que vivent de nombreuses femmes au quotidien. Le soutien familial est également abordé. Le questionnement de la reconstruction après l’ablation du sein (prothèse ou tatouage) est souligné avec beaucoup de délicatesse et de justesse.

C’est une énorme leçon de vie et de courage, dont il faut en tirer les leçons : profiter de la vie, ne rien regretter, ne pas se complaire dans une vie qui ne nous satisfait plus, et surtout, penser au dépistage.

Un très grand livre. Je remercie les éditions Cherche Midi et NetGalley pour cette lecture bouleversante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce livre est une bouffée d'oxygène ! Il aborde le thème cancer du sein, mais d'une façon originale puisque l'auteure commence par planter le décor sur la première moitié du récit, avant de faire entrer la maladie en scène. L'on apprend à connaître quatre femmes aux quotidiens et préoccupations variées, avant de voir débarquer le grand chamboulement qu'est l'annonce du cancer.
Je me suis véritablement attachées aux personnages, et j'ai aimé suivre leurs évolutions respectives.
Il y a beaucoup d'espoir, beaucoup de beauté dans ce livre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L'auteur nous propose de suivre le quotidien de 4 femmes : Charlotte, une parisienne de quarante-huit ans et son jeune amant, Fanny, trente-deux ans, mère célibataire d'un ado en rébellion, Gislaine, la cinquantaine, qui se sacrifie toujours pour sa famille et Simone, soixante-quinze ans, qui attend son kiné, soleil de ses journées de solitude.

Rien de commun entre leur vie ? Pourtant lorsqu'un radiologue leur annonce leur maladie, toutes ont une vie qui bascule. Se battre, laisser la maladie gagner ? Annoncer la vérité ? Comment réagir ?

Un roman sans tabou sur le cancer du sein. C'est triste, sans concession et pourtant la vie doit continuer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De cinq à sept de Olivia Koudrine m'a été envoyé par net galley et cherche midi éditeur que je remercie chaleureusement.
Ce roman met en scène Charlotte, 48 ans ; Fanny, 32 ans ; Gislaine, la cinquantaine ; et Simone, 75 ans.
Quatre femmes, leur quotidien, leurs amours, leurs rires et leurs larmes… Quatre femmes qui n’ont rien en commun, avant que tout bascule.
Le même jour, entre cinq et sept, dans un lieu différent, un radiologue annonce à chacune qu’elle a un cancer du sein.
Un choc qui met en lumière la précarité de l’existence, qui pose la question de la féminité, du regard des autres et des proches face à la maladie.
De cinq à sept est un roman qui ne peut pas laisser indifférent, surtout quand on est une femme et qu'on connait ou qu'on à connu une ou plusieurs femmes atteintes de cette maladie ! En tant que femme, je peux très bien moi aussi développer ce cancer ci. C'est pour cela que cette lecture ne m'a évidemment pas laisser indifférente.
Le sujet est traité avec énormément de pudeur, sans pathos. C'est bien écrit, très touchant, mais jamais dans l'excès.
Quatre femmes différentes, ce qui permet d'apprécier plus ou moins l'une ou l'autre suivant nos propres parcours, age, sensibilité..
J'ai aimé ces quatre femmes, j'ai pris plaisir à les découvrir et j'ai beaucoup aimé cette lecture.
Je mets quatre étoiles, et je vous invite à lire vous aussi De cinq à sept, un roman à découvrir absolument :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

De cinq à sept c’est l’histoire de 4 femmes, 4 femmes de milieux, d’âge et de situation géographique différents. Quatre femmes que peu de choses rapprochent, si ce n’est une espèce de mélancolie, un regard sur leur vie pas des plus jubilatoire. Quatre femmes dont on fait la connaissance le 17 décembre 2014.

Il y a Charlotte, 48 ans, bien installée depuis 28 ans dans sa vie de couple de bourgeois parisiens friqués, elle réussit depuis 1 an à souffler un peu grâce à la passion secrète qu’elle entretient avec le jeune Arthur, même si le sentiment de culpabilité (surtout vis-à-vis de sa belle-fille) est omniprésent.

Il y a fanny, manucure à Deauville, cette mère célibataire de 32 ans se bat au quotidien avec Kevin, son ado de fils méprisant et incontrôlable, et qui cumule les relations de couple dégradantes.

Il y a Gislaine, aide-soignante à Besançon, épouse et mère dévouées qui subit sa vie plutôt qu’elle ne la vit réellement.

Et puis, il y a la riche Simone, qui du haut de ses 75 ans contemple la vie qu’elle a menée avec plus de regret que d’enthousiasme…

Charlotte, Fanny, Gislaine et Simone n’ont vraiment pas grand-chose en commun si ce n’est peut-être ce mal être qu’on perçoit très vite, et puis aussi la maladie… Septembre 2015, la nouvelle tombe pour chacun d’elle.



De cinq à sept est donc l’histoire de quatre destins, de quatre personnalités auxquelles on s’attache étonnement assez vite. Etonnement ? Oui, Olivia Koudrine a choisi de nous raconter leur histoire à travers ce qu’elles vivent uniquement le 17 de chaque mois entre 17 et 19 heures. Alors on les retrouve ainsi chaque mois du 17 décembre 2014 au 17 mai 2016 et, malgré la construction originale du roman et les ellipses, on voit se dérouler leur vie, d’abord par fragments puis avec une fluidité déconcertante, comme si ce très court laps de temps offrait une vision beaucoup plus large. En tout cas, ce choix narratif n’est en rien réducteur. J’ai éprouvé très vite beaucoup de sympathie pour elles, quelques angoisses aussi, mais j’ai surtout trouvé la narration facile, rythmée et si bien agencée qu’à aucun moment je ne me suis sentie perdue ou en manque d’informations.



De cinq à sept est évidement un livre sur la maladie, le cancer du sein, un sujet peu traité en littérature contemporaine mais c’est, selon moi, davantage un livre sur la vie (la maladie arrive d’ailleurs à la moitié du roman). Olivia Koudrine expose 4 vies, et fait ainsi bien plus qu’évoquer les relations familiales, les relations de couple, les rapports mère-enfants, l’amour, l’ennui, la reconnaissance, de secret et de culpabilité. C’est à la fois touchant et révoltant.

Puis lorsque le cancer fait son entrée (de différente manières, encore une fois), c’est l’occasion d’aborder le traitement, les conséquences (psychologique, physiques avec les effets secondaires et sur l’entourage) et la vision que chacune d’elles va alors porter sur sa vie à venir. J’ai trouvé très pertinent ce choix d’héroïne si différentes aussi bien d’un point de vue social, que d’âge ou de caractère. L’auteure, avec délicatesse et sans tabou, dresse ainsi un tableau plus large de la maladie, bien loin des clichés.

Mais si le sujet est sensible, l’auteure ne manque ni d’humour et offre à Charlotte, Fanny, Gislaine et Simone l’occasion de se reconstruire et faire (enfin) face à la vie, chacune sa manière.



En bref : un roman optimiste, parfois grave mais tellement juste.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Charlotte, Fanny, Gislaine et Simone sont quatre femmes que rien n'est destiné à réunir. Charlotte est une parisienne branchée qui aime la mode et retrouver son jeune amant, Arthur. Fanny est une jeune mère célibataire, qui se débat au quotidien pour trouver un sens à sa vie et se faire respecter par son adolescent de fils. Gislaine est une femme travailleuse et le centre d'une petite famille que tout le monde semble oublie. Simone est une veuve de 75 ans, qui revit depuis la mort de son époux, un homme qui l'emprisonnait dans sa maladie de tout contrôler. Mais quand la vie s'en mêle, sera-t-il bon d'avoir un commun un incident de parcours...

Olivia Koudrine signe ici un roman tout autant original par sa forme que osé par son fond.
Nous nous plongeons dans le quotidien de ses 4 femmes, à certaines dates très précises de l'année, et toujours entre 17 et 19 heures. Alors qu'elles ne se connaissent pas, ne se fréquentent pas, et qu'elles ne se croiseront jamais, nous, lecteurs, les suivons pas à pas dans leurs joies, leurs amours et leurs souvenirs.

Mais si certaines se croient intouchables, et d'autres déjà attaquées par la vie, elles vont devoir affronter une terrible mal : le cancer du sein.
Et c'est là où Olivia Koudrine touche et blesse, car elle fait de ce quotidien léger une série de rendez-vous médicaux, de termes sombres et angoissants, de petits moments qui s'effilochent...
Si chacune de ces 4 femmes prend de plein fouet cette annonce de la maladie, elles vont la gérer différemment. Entourée ou non, l'affrontant de face ou tentant de l'oublier, elles auront toutes à vivre avec ce mal qui les ronge, cet horrible crabe qui met à mal leur féminité et qui fait de leur image un tableau difficile, voire impossible, à tolérer...

Je remercie infiniment NetGalley et les Éditions du Cherche Midi pour leur confiance.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :