Le noir est ma couleur - Le pari

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 10 mai 2018 | Archivage 8 juin 2018
Rageot éditeur, Hors collection

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #LeNoirEstMaCouleur-LePari #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Pour gagner un pari, Alexandre, bad boy séducteur et boxeur, invite Manon, la meilleure élève de leur seconde, à boire un pot. Dans une ruelle, il la voit attaquée par une créature étrange. N’écoutant que son sens de l’honneur, il intervient… et s’aperçoit que Manon a des pouvoirs hors du commun !

Pour gagner un pari, Alexandre, bad boy séducteur et boxeur, invite Manon, la meilleure élève de leur seconde, à boire un pot. Dans une ruelle, il la voit attaquée par une créature étrange...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782700256406
PRIX 14,90 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (PDF)
Télécharger (PDF)

Chroniques partagées sur la page du titre

Avant tout chose, je tiens à remercier Netgalley pour cette belle découverte. J'avais déjà entendu parler de ce roman d'Olivier Gay, Le noir est ma couleur. Je n'en avais entendu que du bien, et je n'ai vraiment pas été déçue. Nous faisons la connaissance de Manon, une jeune fille aux pouvoirs exceptionnels. Elle se retrouve liée à Alexandre, le bad boy de la classe. Suite à un pari Alexandre va se rapprocher de Manon, mais ce qu'il va découvrir chez la jeune fille va le faire succomber. Ce roman est un très bon roman fantastique de littérature de jeunesse. Il ne peut que plaire aux jeunes adolescents qui se retrouveront dans les personnages en quête d'identité, de reconnaissance et de liberté aussi. Olivier Gay a écrit ce roman en pensant aux jeunes adultes: le vocabulaire est compréhensible sans être enfantin. L'histoire est véritablement fouillée. Les personnages sont attachants et tentent de se construire malgré les embûches qui se dressent devant eux! Ce roman est vraiment à faire découvrir aux jeunes lectures! Pour ma part, j'ai hâte de découvrir la suite de la série.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman faisait partie de la sélection dans le cadre du Challenge NetGalley et le résumé m'a vraiment beaucoup fait envie. Un mélange de romance et de fantastique, tout à fait ce que j'aime! Et finalement, niveau romance, on en est assez loin et, même si je m'attendais tout de même à une histoire d'amour, ça ne m'a pas dérangée du tout. J'ai eu un peu du mal au début de l'histoire, j'attendais avec impatience de voir comment allait réagir Alexandre à la vue des pouvoirs de Manon et si ça allait changer sa façon d'être (parce que clairement, au départ, c'est vraiment un gros con!). Une fois que ça arrive, malgré l'action de certaines scènes, j'ai trouvé qu'il y avait quelques longueurs. Mais la plume d'Olivier Gay donne envie de continuer. Il ajoute des touches d'humour au personnage d'Alexandre qui m'ont beaucoup plu. Quant à la fin, je suis restée sur les fesses et ça m'a vraiment donné envie de découvrir la suite!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les mondes d'Olivier Gay sont très imaginatifs. La couverture est moderne et attirante. Une belle histoire de magie, qui se déroule au cœur de la région parisienne. Un bel univers à découvrir, avec des adolescents, Manon et Alexandre, que tout séparent qui vont se soutenir et s'entraider. Manon est une jeune mage, Alexandre le cancre bellâtre du fond de la classe. Tout débute sur un pari entre Alexandre et ses copains, pour se rapprocher de Manon. Mais...on peut être un bad boy et avoir de belles valeurs...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Le noir est ma couleur est une saga écrite par Olivier Gay. Elle se compose de cinq romans et le pari en est le premier. Nous faisons la connaissance de Manon, une jeune lycéenne comme beaucoup d’autres. Elle n’est ni jolie ni laide. Elle travaille pour avoir de bons résultats à l’école. Manon vit avec ses parents, son frère et sa sœur. Jusque là, rien d’inhabituel si ce n’est que Manon et sa famille sont des mages, des sorciers. Alexandre, lui, est le mauvais élève de la classe. Il a redoublé plusieurs fois, et c’est un dragueur invétéré! Alors que Manon ne s’intéresse pas du tout à lui, Alexandre parie avec ses amis qu’il peut la prendre dans ses filets. Aussi, il l’a suit après les cours et il l’a voit se faire attaquée par une ombre, une créature maléfique qui lui veut du mal. Et il l’a voit aussi se défendre… J’ai beaucoup aimé ce roman! Comme il est destiné aux adolescents et aux jeunes adultes, j’avais peur qu’il soit un peu « cucul » mais pas du tout, et ça a été la première bonne surprise! Ou alors, je suis encore « jeune adulte »! 😉 Je me suis complétement laissée happer par l’histoire et les personnages. J’ai dévoré le roman et j’ai eu du mal à le fermer. Ça ne m’était pas arrivé depuis un bon moment, je dois l’avouer! Conclusion : Je suis conquise! Et j’espère avoir l’occasion de lire la suite que j’attends avec impatience!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce premier tome était GÉNIAL! J'ai A.DO.RÉ. C'est un beau petit coup de cœur! L'histoire, le rythme, la plume de l'auteur, les personnages. Du début à la fin, tout était fait pour me faire passer un excellent moment. Dès les premières pages, j'ai senti que j'accrochais. La façon dont l'auteur nous plonge dans l'histoire, grâce à une narration interne, avec 2 points de vue, celui de Manon et celui de Alexandre, qui rend l'histoire encore plus riche. Olivier Gay incarne ses deux personnages principaux vraiment parfaitement. Je n'ai pas préféré l'un à l'autre, j'étais les deux. Je ressentais vraiment chacun d'eux. Et même s'il est vrai que le personnage de Alexandre est un peu le cliché du bad boy ado à lui tout seul, on passe outre parce que, d'une, ça lui va tellement bien, et de deux, l'histoire fait qu'on a finalement besoin de cette tête de mule! Et malgré son attitude désinvolte, c'est un personnage vraiment FORT et courageux à l'intérieur, et c'est ce qui fait qu'on lui pardonne son allure de petit con. Alexandre à quelque chose en plus par rapport aux personnages du genre qu'on peut croiser dans les livres! Il n'a pas seulement des blessures intérieures, il n'a pas seulement une carapace, c'est tout une force et une volonté particulière qu'il a développé, et j'ai trouvé ce personnage vraiment bien travaillé car ce n'est pas une fin en soit cette attitude mais c'est justement ce qui va lui permettre d'être ici, auprès de Manon. Sa volonté et sa détermination, son courage et sa force sont vraiment des traits de sa personnalité glissés au fil des pages qui font qu'on fait plus que l'aimer, on finit par l'admirer. Pour ce qui est de Manon, elle est peut-être un peu moins travaillée finalement, mais il y avait assez à faire avec tout ce qu'elle apporte à l'histoire. C'est un personnage plus simple (c'est ridicule vu la complexité de tout ce qui l'entoure) mais un personnage très agréable, que l'on apprécie aussi très vite grâce à sa témérité, son côté indépendante et volontaire. L'écriture fluide de l'auteur nous embarque dans une histoire intense pleine de magie, de couleur et de noirceur, tout ce que j'aime! J'ai adoré le déroulé de ce premier tome et j'ai HÂTE, même plus que hâte de découvrir la suite. Je me commande les deux premiers tomes dès ce week-end, et j'attendrai avec impatience la réédition des tomes suivant qui est censée être pour le dernier trimestre de l'année. Donc pour faire très bref, si vous aimez le fantastique et que vous ne connaissez pas encore Le noir est ma couleur et bien LANCEZ-VOUS! Faites-vous du bien les amis, parce que, ce n'est que du bon là dedans! Merci Olivier Gay pour m'avoir permis de vivre dans ce monde tout en couleur ... ou pas :D Je fonce sur le tome 2 Je remercie bien sûre, les éditions Rageot ainsi que NetGalley pour ce SP qui m'a fait du bien. Ce livre est le parfait exemple de tout ce que j'aime dans le fantastique.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Alexandre est ce que l'on peut appeler un ado à problème. Il a redoublé plusieurs fois, ne s'intéresse pas à l'école, sèche, sort jusque tard le soir pour boire, fumer ou se droguer parfois. Il revient le plus tard possible chez lui pour ne pas croiser son père qui le frappe. Et Alex laisse faire malgré sa pratique de la boxe.      Sa vie change le jour du pari. Celui de se venger de Manon, la première de la classe, en la séduisant, la rendant accro à lui pour la jeter au final.      Mais voilà. Manon n'est pas n'importe quelle fille. Elle fait partie d'une lignée de Mages. Ils puisent leur magie dans les couleurs à l'aide d'un Spectre (lumineux.) En plus, une Ombre a été repérée dans les rues de Paris, signe qu'un mage noir se trouve dans la ville. Les mages se sont mis en alerte. Surtout la famille de Manon. Elle est une cible de choix et en danger. Le pari d'Alexandre va rapprocher malgré eux les deux adolescents.      Un premier tome vraiment bien et captivant, qui ne se contente pas de placer l'histoire et les personnages, elle leur fait vivre leur première aventure. Une série à garder sous le coude. Très vite nous entrons dans l'histoire d'Alexandre et de Manon pour ne plus la quitter. Il y a quelque chose dans ce texte - et je n'arrive pas à trouver quoi exactement - qui nous happe. Les personnages ? Entre un Alexandre complexe, une fausse brute qui s'exprime par la violence mais bourré de principes. C'est peut-être sa curiosité qui le fait rester auprès de Manon, mais il n'hésite jamais à l'aider quand il le faut, alors qu'il aurait pu la laisser tomber depuis longtemps et sauver sa peau. Et Manon, intelligente et unique grâce à ses dons. Très mature, elle essaie de penser en adulte, sans être la victime de ses hormones. Un duo désaccordé qui fonctionne vraiment très bien. Ou l'histoire ? Des mages, des méchants qui cherchent à la kidnapper et l'attaquent à plusieurs occasions. La fin ? Qui ouvre la voie à un second tome. Quoi qu'il en soit, il me faut le deux ! Vous m'avez conquise, je veux en savoir plus et retrouver ce duo improbable.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un grand merci pour cette magnifique découverte et pour cette excellente lecture. J'ai vraiment été plongée dans l'histoire dès les premières lignes et je n'ai plus pu en sortir avant la fin. J'ai adoré l'idée de la magie des couleurs (le violet contrôle l'esprit, le rouge contrôle le corps, etc.) et j'ai trouvé que l'univers était très bien amené. De plus, l'histoire entre Manon et Alex est mignonne et drôle (malgré quelques clichés). C'est un excellent livre Young Adult fantastique et j'ai hâte de lire la suite (je l'ai d'ailleurs déjà achetée). Ces nouvelles éditions sont magnifiques et j'espère que les autres tomes ne traîneront pas trop!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai littéralement dévoré ce titre, j'ai complètement adhéré à l'humour, aux clichés du bad boy et de la bonne élève et je ne pensais plus qu'à savoir la fin ! Et maintenant je veux la suite ! Ce roman a déjà eu plusieurs prix depuis sa sortie en 2014 je crois, et ça n'est pas étonnant car le style est dynamique, efficace, plein d'humour, et la lecture très fluide, même si c'est une énième histoire fantastique de sorcellerie, de lutte entre le bien et le mal et d'amour aussi !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Vous le savez, ce n’est plus un secret, j’aime beaucoup les romans d’Olivier Gay. Que ce soit sa fantasy médiévale ou urbaine, je prends toujours un grand plaisir à dévorer ses livres et celui-ci ne fait pas exception. Le noir est ma couleur raconte l’histoire de Manon et Alexandre. Elle est une adolescente de 15 ans, première de la classe et pas très sociable, qui doit cacher ses pouvoirs magiques. Lui est un garçon normal, un redoublant de seize ans qui aime la boxe et s’enfonce dans une mauvaise voie. Ils n’ont rien en commun mais quand Manon refuse de laisser Alexandre copier ses réponses au contrôle de math, il se décide à lui donner une leçon. Une leçon qu’il va regretter… J’étais au départ mitigée au sujet d’Alexandre. Il me donnait envie de lui coller une paire de claque, avec ses réflexions débiles et sa manière de considérer les autres. Puis je me suis rendue compte qu’en fait, les garçons de seize ans sont comme Alexandre. Beaucoup, en tout cas. Et que même si c’est un con, il n’entre pas non plus dans la catégorie « cas désespéré ». Je l’ai trouvé de plus en plus nuancé au fil des pages, de plus en plus crédible aussi. Finalement, je me suis plus attachée à lui qu’à Manon qui, même si elle est touchante, m’intéressait un peu moins finalement (le comble !). Comme toujours, les personnages d’Olivier Gay sont assez remarquables et attachants. Ici, on retient surtout ses héros mais je suis sûre que d’autres protagonistes vont apparaître dans les tomes suivants, ou avoir droit à un développement plus profond. Quelques mots sur l’univers: nous évoluons en Île-de-France, dans le quotidien d’adolescents qui fréquentent le lycée. C’est cette ambiance qui domine, même si la magie est présente à travers Manon, qui doit subir les attentions désagréables d’Ombres envoyées par un Mage Noir pour l’enlever. À ce propos, j’ai trouvé le système de magie moins original que dans la Magie de Paris, mais il reste sympa. Simple, compréhensible et dynamique. Je me rends compte que je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre que je n’ai pas déjà dit sur d’autres chroniques concernant l’auteur. Il reste fidèle à lui-même donc si vous appréciez son style, vous ne pourrez qu’aimer ce roman qui n’offre pas une révolution dans sa bibliographie mais reste dans la lignée de ses page-turners addictifs au possible. Pour preuve, j’ai lu Le noir est ma couleur en 24h… L’auteur nous propos des personnages adolescents crédibles dans une aventure prenante, avec un univers bien pensé, soigné, hyper référencé côté pop culture, le tout sous une plume toujours aussi addictive. Comme chaque fois avec cet auteur, ce roman est une réussite et je me réjouis de le voir aux Imaginales pour me procurer la suite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Nouvelle couverture largement plus attractive que la précédente. Manon est une jeune fille sérieuse, travailleuse et que l'on découvre rapidement être une magicienne. Dans sa classe se trouve également Alexandre. Lui est bagarreur, absentéiste ... Bref tout les oppose. Pourtant par une sorte de défi Alexandre décide de se rapprocher de Manon, et se retrouve à la sauver ... 1er tome prenant, on se laisse accrocher par les personnages et leur histoire

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Manon est une vraie tête. Première de la classe grâce à ses efforts et son travail, elle doit aussi composer avec ses pouvoirs. En effet, elle fait partie d’une famille de Mages… et personne ne doit jamais apprendre sa vraie nature. Mais c’était sans compter Alexandre… un bad boy irrécupérable qui s’est lancé le pari de séduire l’inaccessible Manon. C’est grâce à ce pari un peu fou qu’il la sauve d’une créature qui n’a rien d’humain au détour d’une ruelle sombre… et qu’il commence à lui poser des questions dérangeantes ! Ce premier tome introduit brillamment l’univers, les couleurs du Spectre utilisées par les Mages… et bien entendu, nos deux personnages principaux. L’utilisation des couleurs comme source du pouvoir est une excellente idée et j’ai hâte de les voir un peu plus mises à l’œuvre, car pour le moment, nous n’en avons eu qu’un petit aperçu. Si j’ai beaucoup apprécié Manon, pouvant m’identifier sans mal à elle (les pouvoirs en moins…), j’ai eu plus de mal avec Alexandre. Au début, il m’exaspérait. C’est une véritable caricature de petite racaille, vulgaire et égoïste. J’ai levé les yeux au ciel plus d’une fois à cause de lui, mais il change, se bonifie petit à petit… et surtout, son humour m’a fait sourire à plusieurs reprises ! Les chapitres alternent entre nos deux héros, ce qui permet de mieux les cerner et d’apprendre à les connaître en faisant un petit bout de chemin en leur compagnie. Chaque personnage a sa personnalité, son caractère… mais également son style d’écriture ! En effet, lorsqu’on passe de l’un à l’autre, la plume d’Olivier Gay change totalement, ce qui permet une meilleure identification des personnages et une bonne immersion dans l’histoire. En conclusion, je suis contente d’avoir enfin pu découvrir cette série qui me faisait envie depuis sa sortie. La plume de l’auteur est toujours aussi agréable à lire, l’univers est intéressant et j’ai hâte de retrouver notre duo.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Olivier Gay … Voici un auteur que je souhaitais découvrir depuis un moment … sans réellement me lancer. Et je pensais que le premier livre que je lirais de lui serait « Les épées de glace-L’intégrale », dans ma PAL depuis presque deux ans … Et bien non, je commence à le découvrir avec la saga « Le noir est ma couleur ». J’avoue que ce qui m’a principalement décidé, ce sont les nouvelles couvertures. Oui j’avoue, c’est très superficiel, mais je n’accrochais pas trop avec les anciennes. Et le résumé n’est pas très accrocheur non plus au vu de la qualité du bouquin. Mais en même temps, faire un résumé est un exercice difficile, où il faut donner envie sans trop en dire. Dans cette histoire, nous allons suivre Manon, la jeune fille studieuse, et Alexandre, le bad boy. Ils n’ont rien en commun et n’évolue pas dans les mêmes cercles d’amis. Mais un pari stupide va pousser Alexandre à se rapprocher de Manon. Alors oui, dis comme ça, c’est horrible, c’est cliché. J’avoue que cette histoire de pari, où le beau gosse doit décoincer l’intello, on l’a vu mille fois. Et je pense que l’auteur en joue. Démarrer son histoire sur un tel cliché pour ensuite nous en mettre plein les yeux (c’est le cas de le dire) avec son univers : voilà qui est culotté ! Dans cette histoire, vous trouverez de la magie, des gentils, des méchants et d’autres assez indéfinis, que l’on ne sait où classer. Vous trouverez un environnement familier, Paris, un style de magie original. Vous savourerez un style fluide, avec juste ce qu’il faut de descriptions. Et je n’en dirais pas plus, à part que les deux premiers tomes papiers sont dans mon panier Amazon et que je ne vais pas tarder à cliquer sur « Commander » … Ben quoi, dans 13 jours c’est mon anniversaire … Je m’arrête là car cette saga ne se raconte pas, elle se lit. Il faut plonger dedans sans rien savoir et savourer.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Alexandre est digne représentant des bads boys, deux redoublement, bagarreur, séducteur, boxeur.... suite à un pari avec ses amis il va se rapprocher de Manon, la première de la classe. Mais voilà cette dernière cache un énorme secrets : C'est un Sage, alors elle a des pouvoirs. Un bad boy, une première de la classe, un pari, rien de nouveau en perspective. Mais voilà Manon détient des pouvoirs magique. Et qui dit pouvoirs, dit mise en dangers. De l'action, du suspense, de la romance, des combats, des pertes.... les meilleurs ingrédients pour un récit qui m'a tenu tout le long....La fin me.donne envie de découvrir au plus vite le second tome. Une série à découvrir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à NetGalley et aux éditions Rageot pour la lecture de ce livre. J'apprécie beaucoup l'auteur que j'ai découvert à travers le polar et les salons. Mais je ne l'avais encore jamais lu en fantasy, ce qui est tout à fait dommage. Car j'ai tout de suite adoré cette lecture. J'ai retrouvé l'humour d'Olivier Gay et c'est toujours un peu comme rentrer à la maison. Une maison décalée mais enfin ;) On alterne les chapitres du point de vue de Manon, 15 ans, et d'Alexandre, 16 ans. Ils sont dans la même classe au lycée, et c'est à peu près tout ce qu'ils ont en commun. Alexandre a une vie familiale inexistante, fait de la boxe, est un cancre et un bagarreur, c'est un crâneur et un tombeur. Bref, il croit faire rêver. En face, il y a Manon. Manon, première de classe, studieuse +++, des parents aimants, un frère aîné fantomatique, une petite sœur agaçante et... des pouvoirs magiques. Son petit secret est qu'elle fait partie d'une famille de mage. A première vue, cela ne pose pas de problème. Manon reste discrète, au 1er rang tandis qu'Alexandre ne bouge du fond de la classe que pour créer des problèmes. Mais voilà... vous l'attendiez le ''mais'' n'est-ce-pas? Voilà qu'Alexandre se trouve obligé de faire une interro à l'avant de la classe. Il n'en fallait pas plus pour créer des étincelles. Alexandre veut se venger, Manon ne veut rien avoir affaire avec lui. Alors si vous ajoutez à cela une Ombre qui hante Paris, vous êtes sûr d'obtenir un certain nombre de problèmes. J'ai adoré le personnage d'Alexandre, qui rempli à la perfection son rôle de mauvais garçon, à ceci près qu'au fond de lui, il y a un petit quelque chose qui ne demande qu'à émerger. Il faut le dire, il est insupportable du début à la fin, mais au début de ce 1er tome il est... vraiment affreux. Le type dégoulinant d'estime de soi, intouchable, beau, tout en muscle toussa toussa. Et qui a tellement l'habitude de n'avoir qu'à regarder une fille pour la voir tomber d'admiration devant lui. Sauf que... Manon, dire qu'elle n'en a rien à cirer est un euphémisme. Et ca, il ne peut pas le supporter. Il passera d'ailleurs tout le roman à se dire que sans cette interro de math qui a mené à son pari ridicule, il n'aurait pas eu tous ces problèmes. Pauvre Alexandre ;) (je blague je blague, mais je l'aime bien ce pauvre gars ;) ) Manon est enfermée dans son rôle d'étudiante de lycée, et d'apprentie-mage. Forcément, cela laisse peu de place aux loisirs, et encore moins aux garçons. A première vue, tout semble aller pour le mieux. Oui bien sûr qu'elle se dispute avec ses frères et soeurs, sauf que trois adolescents qui vivent sous le même toit peuvent difficilement faire mieux. Elle a aussi des parents protecteurs et aimants... Mais voilà (on l'attendait aussi), tout n'est pas aussi lisse que cela, la fin du 1er tome le mettra bien assez en évidence. Manon va prouver tout au long du tome qu'elle a les nerfs bien en place. Et il lui en faudra pour affronter les Ombres, les révélations et cet Alexandre qui semble plus que décidé à lui coller aux basques. Ca bouge bien, on alterne entre les scènes d'action et les dialogues particulièrement savoureux. Je l'ai dévoré d'une traite! La seule chose que je peux peut-être reprocher à ce tome, c'est pour moi un manque de logique lorsque tout le monde s'acharne sur Manon, qui va néanmoins continuer coûte que coûte d'aller au lycée. J'ai trouvé un peu gros. Enfin, c'est la seule chose qui m'a fait tiqué et ce n'est vraiment pas grand chose, vu que ca n'a pas empêché le coup de coeur!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'entends parler de cette série young adult depuis très longtemps sans jamais m'être vraiment penchée dessus. Et puis Rageot vient de ressortir la série avec de nouvelles couvertures que je trouve très jolies (bien plus jolies que les premières). Pour couronner le tout, ce premier tome fait partie de ma sélection pour le premier challenge Netgalley. Je n'ai donc pas hésité à me lancer dans sa lecture. Je remercie donc Netgalley et les Editions Rageot pour cet exemplaire numérique mis à ma disposition. Normalement, Alexandre le bad boy du lycée n'aurait jamais prêté attention à Manon l'intello du premier rang. Pourtant, à la suite d'un pari, il a décidé de la séduire. Normalement, Manon n'aurait jamais toléré qu'Alexandre vole à son secours. Pourtant dans l'obscurité d'une ruelle, sa présence s'est révélée décisive. Alexandre doit se rendre à l'évidence. Rien n'est normal dans cette histoire. Manon acceptera-t-elle qu'il entre par effraction dans son univers ? Deux destins liés malgré les apparences ... J'ai littéralement avalé mon livre ! Je l'ai attaqué lentement hier soir et je l'ai terminé en fin de matinée aujourd'hui ! Truc de fou ! Ça faisait très longtemps que je n'avais pas dévoré un bouquin aussi vite et je peux vous dire que ça fait vraiment du bien ! Un bon coup de coeur comme ça, j'avoue que ça m'avait manqué ! Je regrette vraiment de ne pas avoir découvert cette série plus tôt ! Mais pourquoi ne me suis-je pas penché sur cette saga ? Heureusement, je viens de remédier à ce problème et je suis déjà très impatiente de découvrir la suite (dont je vais me mettre en quête rapidement parce que je suis vraiment curieuse de savoir comment l'histoire va tourner). Nous faisons donc la connaissance de Manon, jeune fille rangée et première de la classe. Je l'ai bien aimé, je me suis sentie assez proche d'elle au final. Alors bien entendu, je ne suis pas mage (ça se saurait!) mais j'ai trouvé en elle un peu de la lycéenne que j'étais. On découvre au fil des pages sa famille, sa vie et la fameuse magie des couleurs. Olivier Gay nous propose une alternance de points de vue, on retrouve donc Alexandre qui est un camarade de classe de Manon. Ce mec, c'est typiquement le genre de gamin que les profs ne doivent pas supporter. Mais au final, j'ai apprécié ce personnage parce qu'il a quelque chose de tendre au fond de lui. C'est un écorché. J'ai été embarquée dans cette histoire et j'ai tremblé pour Alexandre (j'avoue que j'ai un petit faible pour ce vilain garçon). J'ai adoré découvrir l'univers dans lequel l'auteur plonge son lecteur. Alors oui, ce n'est peut-être pas hyper original mais la magie des couleurs est super intrigante, j'ai très envie d'en savoir plus. Je me rends bien compte que ça ne sort pas de l'ordinaire, on commence à avoir l'habitude des histoires de magie, mais impossible de décoller du bouquin. J'ai été scotchée ! En plus, ça se lit tellement bien. C'est fluide, ça coule et les pages se tournent à une vitesse impressionnante ... Vite, vite, la suite !!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Deux jeunes adolescents bien différents fréquentent la même classe. Alexandre est le modèle type du mauvais garçon, transgressant les règles et se moquant de tout. Manon de son côté est assidue, travailleuse et plutôt discrète. Leurs chemins se croisent dans des circonstances plutôt banales, puisqu’Alexandre se trouve relégué au premier rang de la classe aux côtés de Manon suite à des bavardages. La curiosité du jeune homme est éveillée par la personnalité de cette fille pas ordinaire. Et ce qu’il va découvrir va au-delà de ce qu’il pouvait s’imaginer. Primé 6 fois, ce roman n’est pas en peine de mon avis, mais je dois vous dire que c’est un pur moment de magie que j’ai passé à travers ses pages. Exposée sur deux points de vue, l’histoire nous imprègne pleinement. L’auteur adapte un ton et un vocabulaire différent pour nos deux protagonistes, révélant d’autant plus leur caractère et nous permettant de mieux les percevoir. A la fois travaillé et teinté d’humour, le contenu nous transporte dans un monde bien défini, comme une autre dimension ou un univers parallèle. Et la curiosité d’Alexandre devient contagieuse, on veut en savoir plus, apprendre qui est Manon et en quoi elle n’est pas comme les autres. C’est extrêmement difficile de vous parler plus précisément de cette petite merveille, sans vous en révéler les détails et les aboutissants. Je vous dirai seulement qu’une fois les premières pages parcourues, vous serez pris dans l’engrenage et vous ne voudrez plus le lâcher. C’est attractif , époustouflant et magique! J’ai hâte de découvrir le second tome.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Attention coup de cœur addictif ! Olivier Gay est en passe de devenir un de mes auteurs Young Adult préférés. Après avoir lu et adoré "La magie de Paris" une trilogie fantastique en cours d'édition, c'est avec grand plaisir que j'ai découvert grâce à Netgalley et aux éditons Rageot le premier tome de la saga "Le noir est ma couleur". J'ai retrouvé dans cette saga tout ce que j'avais aimé dans "La magie de Paris". La plume d'Olivier Gay est addictive, fluide, moderne et pleine d'humour. L'histoire se déroule de nos jours avec pour héros deux jeunes ados Alexandre le bad boy au grand cœur et Manon l'intello magicienne. L'univers des deux personnages va se télescoper et à partir de là l'histoire va à cent à l'heure sans temps mort. Les points de vues alternent et on s'attache énormément à ses deux personnages. L'univers fantastique est original, cette fois ci ce n'est plus la magie des mots mais celle des couleurs qui est mise en avant. Il y a de l'action, des rebondissements et surtout beaucoup d'humour qui font de cette histoire un véritable page-turner très moderne. Et que dire de la réédition papier des deux premiers tomes aux couvertures sublimes et justes parfaites qui rendent vraiment hommage à la modernité du roman par rapport aux anciennes illustrations. J'ai d'ailleurs commandé ces rééditions que j'attends impatiemment pour pouvoir me plonger rapidement dans le tome 2 car évidement la fin du tome 1 nous laisse dans un suspens qui annonce de nombreux bouleversements dans la suite de l'histoire. Si vous n'avez pas encore lu un roman d'Olivier Gay ne passez pas à coté de cette sublime saga.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Mais quelle originalité et quelle fraîcheur que ce roman ! Je ne comprends pas pourquoi j’ai mis autant de temps à me plonger dans cette saga et je remercie NetGalley et les éditions Rageot pour m’avoir permis de découvrir ce tout premier tome car ce fut une très belle surprise. Les personnages m’ont plu immédiatement : il y a Alexandre, le beau gosse insupportable, boxeur et rusé, arrogant et corrosif, et Manon, la bonne élève de la classe, au caractère pourtant très affirmé. J’ai été très touchée par cette jeune fille aussi studieuse que courageuse, d’une intelligence fine et d’une profonde maturité pour ses 15 ans. Alors évidemment ces deux « héros » peuvent sembler caricaturaux – et ils le sont d’une certaine manière – mais Olivier Gay a le talent habile et ça fonctionne : les portraits sont bien bâtis et sonnent justes et vrais. L’histoire débute sur un pari : suite à un incident mineur impliquant la fameuse Manon, Alexandre, blessé dans son orgueil, se met en tête de la séduire pour ensuite la quitter comme un malpropre. Sauf que ce qu’il n’avait prévu, c’est que Manon n’est pas vraiment une fille… ordinaire. Ses parents sont de très puissants Mages blancs, son frère et sa sœur possèdent également des capacités extraordinaires et chez les Lemans, on s’entraîne à plonger dans les Couleurs comme d’autres bûcheraient sur un contrôle d’histoire. Alexandre est plutôt le garçon qui irrite et exaspère, et puis au fil des pages on se prend à aimer le détester, voire à être touché par cette gentillesse qu’on sent parfois poindre en lui et les hématomes qu’il cache régulièrement sous du fond de teint, cadeaux gratuits d’un père nocif. Alexandre a, je trouve, l’évolution la plus intéressante : du rebelle irrespectueux et impertinent, il glisse peu à peu vers davantage de respect, de considération et d’attention pour l’autre. Ce n’est finalement pas le « vrai » personnage principal mais c’est celui qui, pour moi, casse les codes et porte l’histoire. Les voix d’Alexandre et de Manon se relayent au fil des chapitres et, dès le départ, l’écriture m’a impressionnée: Olivier Gay écrit moderne, il écrit vif, il écrit décalé et c’est terriblement immersif et vivant. J’ai été séduite par l’humour qui perle au fil des pages et j’ai adoré les dialogues, extrêmement bien composés et pertinents. L’univers est aussi fascinant qu’inventif : un monde au sein duquel les humains normaux côtoient des mages sans jamais le savoir, un monde dans lequel chacune des sept couleurs du Spectre est reliée à une compétence magique… ça m’a éblouie, fascinée. Ce livre n’aurait pas eu cette saveur si singulière sans ces petites pointes d’humour permanent. Ce sont de vraies respirations pour le lecteur car au fil des pages, le scénario se durcit, les menaces se resserrent et les pièges se font plus sournois, la fameuse couleur Noire fait son apparition et le roman prend vraiment un tournant inquiétant et beaucoup plus dramatique. Au final, ce que je retiens vraiment de ce premier tome c’est sa fraîcheur, sa sincérité, sa légèreté fêlant sans cesse la noirceur de l’histoire. J’ai beaucoup souri malgré la dureté – voire quelquefois la violence – de l’intrigue, et éclaté de rire à de nombreuses reprises, ce qui m’arrive rarement avec les romans young-adult. C’est une œuvre très culottée, impertinente, pleine d’énergie, de panache, de mordant et de vitalité. Le final est à la fois ébouriffant et subtil… mais en même temps il présage de dangers encore plus sinistres à venir… « Le noir est ma couleur » est donc le premier roman avec lequel je découvre Olivier Gay et je sais déjà que je vais me jeter sur les tomes suivants, enivrée par cet univers exalté, vif et bouillonnant. Une vraie bouffée d’air frais et un univers addictif, habilement exploité, auxquels je ne m’attendais absolument pas. Un court roman qui se dévore et que vous ne pourrez plus reposer avant la dernière ligne – je vous aurai prévenus.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

L’histoire est presque simple, presque ordinaire. D’un côté, nous avons Alexandre, le bad boy du lycée, de l’autre l’élève modèle. Sauf que ce n’est pas aussi banal. Le « chef de bande » est passionné de boxe. Maltraité par son père, qui ne se remet de rien, ni de la fin de sa carrière de boxeur, ni de la mort de sa femme, Alexandre est toujours à la limite de, sans jamais la franchir complètement : il a redoublé, il n’a pas été mis dehors et prié de se trouver un autre lycée. Manon est une excellente élève, mais elle est une « enfant du milieu », coincé entre un grand frère brillant et une soeur encore immature – c’est de son âge. Surtout, elle étudie les couleurs – elle fait partie d’une famille de mage. Leur point de vue va alterner dans le roman, se complétant parfaitement. Manon est menacée, non parce qu’elle est une bonne élève qui se refuse à aider à tricher, mais parce qu’elle est fille de mages puissants bien intégrés dans la société purement humaine. La menace contre elle se précise, se développe, et les ennemis font tout pour parvenir à leurs fins. Malins, ils savent aussi manier les nouvelles technologies quand c’est nécessaire. La prudence n’est pas toujours suffisante, la bonne volonté non plus. Alexandre, c’est la mouche dans le lait, l’empêcheur de tourner en rond, celui qui résiste à l’analyse et à la magie des couleurs. Pourquoi ? Comment ? Manon ne le sait pas, il serait trop dangereux de le dire à ses parents, qui respectent les règles (parfois trop ?) et privilégient leur famille. Le récit, chronologique, nous permet tout de même de connaître le passé de ces magiciens pas toujours très sympathiques, finalement. Ou plutôt, comme toujours pour moi, j’ai presque plus de sympathie pour les « méchants » que pour les « gentils » bien lisses. Une série à suivre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Surprenant!! Complètement surprenant!! En lisant le titre, j’ai tout de suite pensé à un roman sur le racisme. Puis en lisant le résumé j’ai découvert que c’était un roman de fiction parlant de magie (1ère surprise) Et enfin, en lisant ce roman passionnant et en découvrant les différents personnages et l’intrigue j’avais encore des a prioris : encore une histoire d’amour impossible mais possible entre deux adolescents ayant des univers différents (l’une première de la classe et l’autre bagarreur!!), puis toujours en rapport avec le titre (oui! Oui! Le titre m’a marqué) j’ai pensé qu’Alexandre était un mage noir... donc qu’elle ne fut pas ma 2ème surprise en comprenant les desseins des ombres et du mage noir!! Super! Tout simplement génial!! J’ai adoré ce livre et je comprends les prix obtenus par l’auteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

LNEMC est mon premier livre d’Olivier Gay mais sûrement pas le dernier ! En plus, c’est du fantastique (j’adore) ; les personnages sont intrigants (j’adore) ; il n’y a pas trop de clichés (j’adore) et ça se lit bien et rapidement. En bref, totalement le livre que je lirais pendant mes soirées d’été !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci à Netgalley et à Rageot éditeur pour ce délicieux roman. Il s'agit du premier tome d'une saga de cinq tomes. J'ai vraiment adoré ce premier tome. Nous faisons la connaissance de Manon qui est la fille la plus brillante de la classe et d'Alexandre qui lui est le badboy de la classe et qui essaye de copier sur elle dans une interro de maths. A partir de ce moment, il fait le pari avec ses amis qu'il saura la faire tomber sous son charme. Mais après une bataille entre une ombre maléfique et Manon, Alexandre va découvrir que Manon n'est pas une fille ordinaire. L'auteur nous apporte dans un univers de magie mais rien de kitch ou de quétaine, tout est bien écrit, on ne tombe pas dans les clichés de la romance adolescence. La relation entre Alexandre et Manon est vraiment très belle et nous découvrons que Alexandre n'est pas si superficiel que ça finalement. Et que dire de la fin elle donne tellement envie de lire le prochain tome.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai beaucoup entendu parler en bien de cette saga qui compte cinq tomes. Alors quand lors de la réédition des deux premiers tomes, les éditions Rageot ont proposé via Netgalley le premier tome en service presse, j'ai décidé de découvrir cette saga et me faire mon propre avis. Dans ce roman, nous faisons la connaissance d'Alexandre, un adolescent assez bad-boy qui décide après un pari de séduire la première de la classe, Manon. Alors qu'elle l'a repoussé, il décide de la suivre après les cours, pour lui proposer de boire un verre avec lui. Mais au détour d'une ruelle, il la voit en train de se faire agresser par une étrange créature. N’écoutant que son courage, il décide de lui venir en aide...Et il va vite s’apercevoir que Manon a des pouvoirs hors du commun et découvrir tout un monde qu'il ne soupçonnait même pas... "Le noir est ma couleur" est un roman jeunesse qui peut se lire à partir de 12 ans. On y découvre cette histoire en alternant les points de vue de nos deux personnages principaux : Alexandre et Manon. J'ai beaucoup aimé ma lecture ! J'ai dévoré ce premier tome d'une seule traite. L'histoire est captivante, rythmée avec de nombreux rebondissements. Olivier Gay, nous entraîne dans ce premier tome dans une histoire où tous n'est pas noir, ni blanc. Il n'hésite pas à maltraiter ses personnages et à les mettre dans des situations très difficiles voir à les faire échouer. Cela rend l'histoire vraiment très intéressante et crédible. J'ai adoré découvrir cette histoire via la double narration et découvrir l'univers créé par l'auteur au fil des pages. J'ai trouvé très intéressant de découvrir toutes les différentes couleurs qui composent la magie. Si j'ai beaucoup aimé l'histoire, je suis légèrement un peu déçu, car j'avais deviné la fin de ce premier tome et j'ai trouvé ça assez dommage. Mais cela ne empêchera pas de me plonger dans le second tome pour retrouver les personnages et découvrir la suite de leur aventure. Alexandre et Manon sont des personnages très attachants et plaisant à suivre malgré qu'ils sont quand même assez caricaturaux. Alexandre est un jeune adolescent plutôt le bad-boy du lycée qui a redoublé, qui fume et passe son temps à draguer. Tandis que Manon est plutôt une élève studieuse qui ne s'intéresse pas vraiment aux garçons de sa classe. Au fil des rebondissements, nous voyons les personnages évoluer et en plus d'être attachant, l'auteur a réussit à leur donner une personnalité crédible pour des adolescents. Avec ce premier tome, je découvre la plume d'Olivier Gay qui est fluide, rythmée, avec une pointe d'humour qui m'a fait sourire à plusieurs reprises pendant ma lecture. C'est très agréable à lire, frais et dynamique. L'auteur va directement à l'essentiel et ne s’embarrasse pas de détails inutiles. En bref, un excellent premier tome très plaisant à lire qui m'a donné envie de découvrir la suite des aventures d'Alexandre et Manon. Un roman fantastique jeunesse qui plaira aux jeunes comme au moins jeunes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quelle claque ! Très bien écrit, fluide, prenant, plein de rythme, d’action et d’humour... Je connaissais Olivier Gay pour ses tweets mais c’était le premier ouvrage de l’homme que je lisais, et quelle plume ! Vite, le tome 2 ! Pour idée, le 13 juin, j’ai posté un tweet disant que j'avais repris le roman pour un ou deux chapitres (la fatigue…) et qu'une heure et cent pages plus loin, j'avais dû me forcer à le lâcher. Le lendemain, je n'ai pas pu l’arrêter avant de l'avoir fini. Le Noir est ma couleur est définitivement addictif. Et pourtant, j’ai eu peur. Peur de ne pas accrocher, de trouver le texte trop ado, de ne pas supporter le personnage d’Alexandre qui était exaspérant et me donnait envie de lui en décrocher une, alors que je trouvais Manon un peu fade. Mais ce n’était que le début et finalement je les apprécie tous les deux. Manon semble presque parfaite au départ, mais elle est pleine de faiblesses, de peurs, elle est courageuse et mal-assurée. Et surtout, elle navigue dans la magie, une magie détaillée comme un spectre coloré, où chaque couleur correspond à une particularité (le corps, l’esprit, etc.), et ça, c’est une idée superbe ! Alexandre reste très souvent insupportable, il veut séduire Manon pour de mauvaises raisons totalement répréhensibles, mais j’ai aimé sa force d’esprit, et son esprit chevaleresque “bien malgré lui”, c’est-à-dire qu’il veut surtout en découdre, mais qu’il tombe bien. Il est curieux, une qualité qui me parle beaucoup (huhu) mais ça rend son personnage très attrayant. L’histoire se déroule dans un temps restreint, c’est un peu un aventure à la Jack Bauer (sur plus de 24h, mais vous avez compris l’idée), nos deux héros se retrouvent projetés dans une aventure qui les dépasse et nous sommes collés à eux. Tout va très vite, tout s’enchaîne, ils n’ont pas une minute de répit. Pour autant, le texte ne laisse rien passer, les détails, les pensées des personnages, tout nous est apporté. Le rythme est très bien soutenu, le lecteur est presque essoufflé. Pas besoin de grandes descriptions car cette histoire fantastique se déroule dans Paris. En conclusion ? C’est un grand oui pour moi ! Si vous aimez le fantastique, les histoires haletantes et les romans jeunesse, young adult, ce roman est pour vous et je peux vous l’assurer, Le Noir est ma couleur est un roman qui vaut le détour et vous ne serez pas déçu.e.s !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :