Une vie comme les autres

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 4 janv. 2018 | Archivage 31 mars 2018
Buchet Chastel, Littérature étrangère

Vous parlez de ce livre ? N'oubliez pas d'utiliser #Uneviecommelesautres #NetGalleyFrance ! Cliquez ici pour plus de conseils


Résumé

Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge de manière saisissante nos dispositions à l’empathie et l’endurance de chacun à la souffrance, la sienne propre comme celle d’autrui.

On y suit sur quelques dizaines d’années quatre amis de fac venus conquérir New York. Willem, l’acteur à la beauté ravageuse et ami indéfectible, JB, l’artiste peintre aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel, Malcolm, l’architecte qui attend son heure dans un prestigieux cabinet new-yorkais, et surtout Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Au fil des années, il s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent, cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur.

Révélant ici son immense talent de styliste Hanya Yanagihara redonne, avec ce texte, un souffle inattendu au grand roman épique américain.


Hanya Yanagihara, née en 1974, est une auteure et journaliste américaine qui vit à New York.

Une vie comme les autres est son premier roman à paraître en français. Il a été traduit dans vingt-trois pays et a déjà conquis plus d’un million de lecteurs dans le monde. Il a été lauréat du Kirkus Award et sélectionné pour le Man Booker Prize, le National Book Award et le Bailey’s Prize.

Épopée romanesque d’une incroyable intensité, chronique poignante de l’amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge de manière saisissante nos dispositions à l’empathie et...


Ils recommandent !

« Combien de fois dans votre vie avez-vous lu un roman si perturbant qu’il vous tire des larmes, et en même temps si éloquent sur la bonté humaine que vous vous sentez touché par la grâce ? »

San Francisco Chronicles


« Un livre unique en son genre… Une lecture bouleversante qui vous agrandit le cœur. »

The Guardian


« Exquis… Commencé comme un portrait de génération, le livre se transforme au fil des pages en quelque chose de plus sombre et plus tendre : un examen des profondeurs de la cruauté humaine, contrebalancée par le pouvoir rédempteur de l’amitié. »

The New Yorker


« Une vie comme les autres ne ressemble à aucun autre livre. Un roman excessif, dépassant les bornes, tout simplement inoubliable. »

The Independent

« Combien de fois dans votre vie avez-vous lu un roman si perturbant qu’il vous tire des larmes, et en même temps si éloquent sur la bonté humaine que vous vous sentez touché par la grâce ? »

San...


Formats disponibles

FORMAT Grand Format
ISBN 9782283029480
PRIX 24,00 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

Disons-le tout de suite et sans faire de belles périphrases : j’ai été bouleversée par ce roman.
Ils ont 4 étudiants qui se lient d’une forte amitié. Elle perdurera pendant des décennies.
Nous sommes à New-York, de nos jours, sans que l’espace temporel soit très important. Les événements extérieurs n’ont que peu d’impact sur ces liens si forts, si humains (aucune mention des attentats du 11 septembre, par exemple).
Au sein de ce groupe, Jude est le personnage central. Taiseux, handicapé, généreux, brillant, il concentre l’attention de chacun des trois autres alors même qu’il ne souhaite ne vivre qu’une vie comme les autres.
Son passé, que le lecteur va découvrir par bribes est semé d’horreurs et fera de lui cet homme si particulier, si attachant.
L’approche psychologique est juste parfaite. Elle appréhende chacun à l’aune de son univers, son histoire mais aussi de tous ces petits riens qui nourrissent l’existence. L’auteur ne craint pas d’entrer dans les détails mais avec justesse, profondeur, empathie, compassion.
Elle sait décrire les joies, les peines, les chagrins, le bonheur. Elle sait aussi mettre le lecteur devant la cruauté et la malfaisance sans pathos, les faits parlent d’eux-mêmes. Elle s’attache davantage au ressenti des personnages, de leurs remises en question, leur questionnement.
Plus de 800 pages mais rien de trop. A ne pas manquer

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Avec Une vie comme les autres, nous allons suivre quatre personnages : JB, Malcolm, Willem et Jude. Ils ont partagés la même chambre à l'université, ce qui a tissés entre eux des liens indéfectibles malgré leurs caractères très différents. JB est souvent cynique ; Malcolm est un homme complexé ; Willem est doux et bienveillant ; et Jude est une énigme absolue. A la fin de leurs études, ils se retrouvent tous à New York, et empruntent des voies différentes. JB devient peintre, Willem acteur, Malcolm est architecte et Jude avocat. Des vies différentes, des métiers différents... Mais les quatre hommes restent – plus ou moins – soudés pendant quatre décennies. Nous allons ainsi les suivre pendant ces années, les regardant grandir, évolué et vivre.
De fil en aiguille, Une vie comme les autres va se concentrer sur Jude, le personnage central de l'histoire, et autour duquel tout le monde finit par graviter. C'est un homme profondément blessé, aussi bien de corps que d'esprit, très renfermé, et qui ne s'ouvre pratiquement jamais.
Une vie comme les autres, c'est un beau pavé de 800 pages, et c'est un livre qui ne se lit pas « aisément » : il est dense, vraiment lourd et prenant psychologiquement, très dur aussi... On ne peut qu'être troublé et ému face à cette lecture, qui ne peut pas laisser indifférent ! C'est un livre sur l'amour, l'amitié, mais aussi sur la méchanceté et le mal, bref sur l'être humain dans tout ce qu'il peut avoir de bon et de mauvais. Je conseille la lecture de ce livre pendant un week-end ou des vacances, ou d'être en tout cas à 100 % dans la lecture : car ce serrait tellement dommage de passer à côté, et ce n'est pas une lecture de métro. Il faut y être entièrement, sans rien pour nous déranger.
(Voir mon avis complet sur mon blog.)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

« Une vie comme les autres » d’Hanya Yanagihara a été annoncé comme un roman événement, et sa sortie a été accompagnée de nombreuses critiques enthousiastes. Pourtant deux choses jouaient à mes yeux en sa défaveur : son nombre de pages – 816, et je ne suis pas une grande adepte des pavés – et sa couverture, que j’ai trouvée absolument hideuse! Cependant, Buchet-Chastel est l’éditeur de Chaïm Potok, qui est l’un de mes auteurs favoris, un argument non négligeable pour que je lise ce roman!

Et au début j’ai eu très peur : j’ai trouvé que le récit mettait beaucoup de temps à se mettre en place, et je n’étais pas sûre de réussir à m’attacher à cette bande de quatre jeunes hommes à New York, Willem, JB, Jude et Malcom, parfait échantillon représentatif, que ce soit au niveau de l’origine ethnique, du milieu social, du secteur professionnel, ou encore de l’orientation sexuelle. Je m’attendais à trente ans d’égos, d’ambitions et de désillusions mais heureusement le récit s’est dirigé dans une autre direction : en effet, l’un des quatre amis se détache du lot. Jude est le personnage le plus mystérieux. Il souffre à la fois physiquement et psychologiquement : un problème aux jambes le handicape et il pratique l’auto-mutilation. Il refuse pourtant d’évoquer avec ses amis les causes de ses tourments voire même de parler de son passé ou de sa famille. Jude, tout comme ses amis, est un personnage que l’on va suivre durant une trentaine d’années : son ascension sociale mais aussi sa lutte permanente contre ses démons…et l’on va découvrir peu à peu les événements traumatisants de son passé.

Difficile de ne pas ressentir de l’empathie pour Jude et j’ai été touchée par plusieurs aspects du roman : une histoire d’adoption tardive, une belle histoire d’amour…l’écriture est fluide, et passé les 200 premières pages j’ai dévoré ce roman. Mais autant j’ai trouvé réussie la partie où Jude est adulte, autant le passé de celui-ci m’a laissée perplexe. Je me suis demandé pourquoi l’auteure avait eu besoin d’accumuler tous ces malheurs. Je sais bien qu’une situation dramatique est souvent le terreau d’autres drames, mais dans une oeuvre de fiction, il faut savoir s’arrêter au bon moment, et là, Jude est frappé par toute la gamme des horreurs qui peuvent arriver à un enfant ou un adolescent. Je réfléchis, mais je n’arrive pas à trouver quelque chose qu’on lui aurait épargné! Surtout qu’en plus, les drames – liés ou pas à son passé- continuent même lorsqu’il est adulte! Pour autant, on n’est pas dans « Les Loyautés » : le livre est bien écrit, les personnages sont bien incarnés, l’intrigue est développée…Mais je pense vraiment que le récit aurait gagné en force si Hanya Yanagihara avait réduit la voilure au niveau des malheurs et si le livre avait compté une centaine de pages en moins.

Je n’ai pas trouvé en « Une vie comme les autres » le chef d’oeuvre bouleversant que l’on m’avait annoncé. Cependant, même si je ne peux pas dire que j’ai lu ce livre avec plaisir, vu toutes les horreurs décrites, c’est un roman bien construit, riche, fluide, qui m’a intéressée. Dommage, vraiment, qu’Hanya Yanagihara ait eu la main lourde sur le pathos car Jude est un personnage porteur, et l’angle de l’amitié masculine est original et bien traité. Un roman qui ne m’a pas enthousiasmée mais qui mérite néanmoins le détour : les cœurs tendres apprécieront, même si – attention – les coeurs trop tendres risquent d’être traumatisés par les horreurs décrites!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

[I comme INTENSE] Ce roman est d'une force inouïe, telle une vague qui submerge tout sur son passage puis se retire pour laisser place à un paysage de désolation. La vie de Jude suit un va et vient continuel entre amour inconditionnel et noirceur totale, confiance éternelle et enfer absolu, espoir fou et douleurs innommables. Ce que Jude a vécu, nul ne peut l'imaginer tant son destin est extraordinaire au sens littéral du terme. Son existence est jalonnée de rencontres décisives qui lui auront tout pris en un instant ou tout apporté patiemment au fil des ans. Willem, JB, Malcolm, ses amis, n'auront trop d'une vie pour lui montrer à quel point ils l'aiment et tiennent à lui. Mais comment faire entendre raison à quelqu'un qui pense au plus profond de lui que sa vie vaut moins que celle des autres ?
Une vie comme les autres est une histoire bouleversante, douloureuse, cruelle mais aussi par moments lumineuse. Toute la palette des sentiments y est employée très justement. Malheureusement ce roman perd en intensité du fait de sa longueur : un texte plus court et plus resserré aurait permis d'éviter de nombreuses redondances. A trop vouloir insister sur des traits de personnalité et sur le passé de Jude, l'auteur finit par lasser. A certains moments j'avais l'impression de gravir l'Everest tant l'avancée dans ce roman me semblait bien lente et laborieuse mais fort heureusement, des rebondissements savamment distillés redonnaient le souffle nécessaire pour aller jusqu'au bout de ce pavé. Et comme après un tel effort, je suis heureuse et fière d'être arrivée au bout de cette déchirante mais superbe histoire d'amours.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un énorme coup de cœur pour ce premier roman! Tant d'émotions ressenties au fil des pages, tant d'amour. Un livre que l'on ferme avec grand regret et qui laisse un vide immense... À lire, et à relire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman est bouleversant, marquant, déchirant. J'ai eu mal pour les personnages ! C'était tellement atroce par moments que j'avais l'impression de manquer d'air. J'avais le souffle coupé, le cœur égratigné. Clairement, ce roman est éprouvant sentimentalement parlant ! J'en suis ressortie totalement retournée, bouleversée. Ça a été dur de le finir psychologiquement. Ce roman ce n'est pas qu'une claque, c'est un véritable coup de poing !

D'ailleurs, il se livre comme des battements de cœur. Par moments, il y a tellement des pics d'émotions qu'on sent notre cœur se serrer, prendre un coup de poing en plein estomac. On vit des périodes creuses où tout stagne et puis d'un seul coup tout bascule. De vraies montagnes russes. Ça survient sans qu'on s'en aperçoive mais dès que ça a commencé, on ressent tellement d'émotions qu'on vit avec le personnage. On se sent impuissant, bouleversé, en panique. Comme un encéphalogramme, tout va bien et puis d'un coup la panique survient, notre cœur s'emballe. La peur. La panique. Le mal-être. La vie quittant peu à peu notre corps.

C'est pourquoi, "Une vie comme les autres" n'est pas qu'une question d'histoires, de portraits. C'est bien plus que ça. C’est un battement de cœur qui peut s’arrêter à n’importe quel moment !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :