Juste quelqu'un de bien

Un roman feel good sur la crise de la trentaine

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 4 oct. 2017 | Archivage 4 déc. 2017

Résumé

«  Hilarante et rythmée, cette comédie romantique relate avec facétie les péripéties d'une trentenaire.  » Closer

À trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait savoir sur la vie a pris l’eau, elle multiplie les amants, mais ne tombe jamais amoureuse et, cerise sur le gâteau, voilà qu’elle n’arrive plus à écrire une ligne, alors que l’écriture est sa raison d’être. Heureusement, elle peut compter sur les trois femmes de sa vie  : sa mère et sa grand-mère, avec qui elle partage une jolie maison cachée au cœur de Paris, et Juliette, son amie d’enfance.
Mais ça ne suffit plus.
Bérénice n’a donc plus le choix. Elle doit enfin affronter les questions qu’elle a toujours refusé de se poser et accepter de faire une place… aux hommes de sa vie. En commençant par son père, dont elle ne sait rien, et par Aurélien, un homme surgi du passé, qu’elle vient de croiser et qui ne l’a pas reconnue.

Dans ce roman lumineux et réjouissant traversé par une galerie de personnages attachants, Angéla Morelli brosse le portrait tendre d’une femme de son temps, qui, en cherchant à comprendre ce qui l’unit vraiment à ceux qu’elle aime, parviendra peut-être à devenir juste quelqu’un de bien.

«  Hilarante et rythmée, cette comédie romantique relate avec facétie les péripéties d'une trentenaire.  » CLOSER, Octobre 2017

A propos de l’auteur
Parisienne d’adoption, Angéla Morelli a gardé de son enfance dans le Sud-Ouest un accent joyeux et le goût des histoires qui font rêver et qui stimulent l’imaginaire. Après des études de lettres et un passage dans l’Education Nationale, elle décide de se consacrer à plein temps à l’écriture. Juste quelqu’un de bien est son quatrième roman.

«  Hilarante et rythmée, cette comédie romantique relate avec facétie les péripéties d'une trentenaire.  » Closer

À trente-quatre ans, Bérénice n’a plus aucune certitude. Tout ce qu’elle croyait...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782280388979
PRIX 5,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Voilà une jolie histoire qui relève sans doute plus de la littérature féminine que de la romance. Bien écrite, elle raconte le parcours d’une jeune femme en pleine interrogation sur son existence et son avenir et pose beaucoup de questions très justes sur des sujets variés, mais qui concernent beaucoup d’entre nous. Bérénice est une jeune femme de trente-quatre ans mais si nous la suivons surtout à cet âge, nous avons droit, au début du livre, à plusieurs incursions dans son passé, à des moments clés de sa relation (même si elle n’existe pas encore à ce moment-là) avec Aurélien. jeune étudiante brillante, elle a un parcours qui semble alors tout tracé. Elle sait ce qu’elle veut et mieux que cela, elle va le réaliser. Mais à trente-quatre ans, la vie qu’elle s’est choisie n’est plus tout à fait celle qu’elle avait envisagée et ne lui convient peut-être plus trop. Bérénice, sans trop le savoir au départ, est à la croisée des chemins et va revenir sur tout ce qui compose son existence et sur beaucoup de ses choix. sa vie sentimentale n’est qu’un élément de toutes ses interrogations. Quand elle se réveille, aux côté d’un trop jeune homme sans se souvenir de ce qui s’est passé, elle sait qu’elle ne veut plus vivre ça. Alors quand elle croise Aurélien, dans son quartier, quelque chose se réveille en elle aussi pour cela. L’histoire de Bérénice est très intéressante. Tout en elle est une façon de faire passer un message. Cette jeune femme écrit des romances historiques et si cela lui convient parfaitement et qu’elle maîtrise parfaitement cet exercice, elle est bizarrement en panne d’inspiration. Elle a été élevée par sa mère et sa grand-mère mais commence à s’interroger sur son père, cet inconnu dont elle ne sait absolument rien. Et puis, il y a sa meilleure amie, Juliette qui vient d’avoir un bébé, qui galère dans son rôle de nouvelle maman mais la fait réfléchir aussi sur la maternité. Ce qui frappe est justement la masse de sujets de réflexion qu’Angela Morelli nous livre : cela va depuis les interrogations de Bérénice sur sa vie sentimentale. C’est quoi finalement être amoureuse ? Est-ce succomber au beau gosse de service qui vous colle des bouffées de chaleur ou autre chose ? Et réussir dans la vie, est-ce avec un bon salaire, un métier qu’on maîtrise? Peut-on encore avancer, changer ? Il y a aussi la maternité et la paternité, ses difficultés, les traces que laissent une enfance avec un des parents inexistants… Il y a ainsi beaucoup de questions soulevées, presque trop car Angela Morelli est obligée d’y répondre parfois un peu rapidement. Tout s’arrange parfois trop vite. Mais ce qui est intéressant, c’est que ces réponses ne sont pas toujours celles codifiées, que l’on croise dans la romance et cela fait du bien. Bérénice est un personnage intéressant, tout comme Aurélien. J’ai peu parlé d’eux jusqu’alors car ils s’effacent presque devant les questions qu’ils soulèvent, ce qu’ils incarnent. la romance entre eux n’est pas ce qui est le plus réussi du roman et sincèrement, leur histoire d’amour n’est pas ce qui semble le plus important pour la jeune femme. Leur histoire est atypique, elle commence comme beaucoup de celles que nous connaissons mais leurs décisions, le fait qu’Aurélien va oublier systématiquement chacune de ses rencontres avec la jeune femme, fait que nous avons droit à une toute autre histoire que celle à laquelle on pouvait s’attendre. C’est intéressant, c’est un point de vue qui interpelle mais cela rend cette romance à proprement parler un peu décevante. Le livre manque en général d’émotion. Mais le reste compense largement. Tout le roman est très enlevé, bien écrit, rythmé par des dialogues amusants et instructifs. L’histoire se déroule dans Paris que l’auteure connaît et affectionne visiblement. Cela donne un côté naturel, réaliste à tout ce petit monde et à ce qui leur arrive. C’est également un agréable changement par rapport à ces contextes presque anonymes que nous réservent certaines romances qui cherchent à tout prix à rappeler celles écrites par les Anglo-Saxonnes. terminons en signalant que les personnages secondaires sont passionnants, pittoresques comme la mère et la grand-mère de Bérénice ou comme Arthur, le petit garçon d’Aurélien qui partage avec Bérénice la passion d’un livre : L’Île au Trésor. N’oublions pas non plus le perroquet de Bérénice, il parle beaucoup et ce n’est pas parfois pas aussi inutile que ça en a l’air. J’ai beaucoup aimé ce texte et surtout le fait que ça soit un livre personnel qui ne cherche pas à coller à une mode, aux codes actuels. Angela Morelli nous donne sa version de la romance contemporaine et si je n’ai pas adhéré à tout, j’aime beaucoup ce choix qu’elle a fait d’écrire avant tout.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Il faut savoir que le récit commence bien avant les 34 ans de notre Berenice. Des petites séquences et des flash-back percutants mettent en scène la suite du récit. Les séquences s'étalent sur plusieurs années , et nous montrent des fractions de vie entrelacées qui sèment de subtils détails sur nos personnages. Aurélien et Berenice se croisent et se décroisent au fil des années, elle de plus plus subjuguée,lui ne retenant toujours pas son prénom. Autour d'eux gravitent une galerie de personnages attachants. Et quels personnages!!! Une mère qui cultive autant la folie que la mauvaise déco, un perroquet tout terrain, un petit bonhomme pirate, une meilleure amie au bord de la crise de nerf,une mamy-moune flashy et UN grand absent. La romance est attendue et simple mais pleine de saveurs. Pour ne rien gâcher, l'auteure nous offre une merveilleuse balade dans Paris. Je ne verrai d'ailleurs plus jamais les lignes 8 et 9 ni les balcons parisiens du même œil. En bref: Un bouquet de fleurs roses en préambule d'une jolie ballade dans Paris avec des personnages singuliers et ordinaires à la fois. L'auteure marie habilement des descriptions précises avec des éléments vifs et inattendus, des petits morceaux importants du récit laissés comme indice, juste déposés ça et là, ce qui produit une addiction à chaque mot. Une attention toute particulière à chaque détail qui dessine et impose une réelle empathie pour nos héroïnes. Un défilé de gens 'bien' et ordinaires à découvrir avec un bon verre de vin blanc à la main.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

La première partie du roman est peu être un peu longue. On entre dans la vie de Bérénice, de sa famille (sa mère et sa grand-mère) et son perroquet "capitaine Haddock". Cela est un peu lent. La deuxième partie devient bien plus intéressante puisqu'on parvient au moment où l'on sent que l'histoire va se tisser. J'ai souris mais moins que dans les précédents romans d'Angela M. Par contre les caractères, les particularités des personnages et de leur vie, les rendent plus émouvants. J'ai été touchée par le petit garçon, par la grand mère... J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je le dis à chaque lecture mais Angéla Morelli écrit le genre de romans que je voudrait écrire (même si moi je rajouterais quelques scènes coquines :p). J'ai beaucoup aimé la galerie de personnages. Des femmes qui chacune ont ou ont eu des soucis avec les hommes (l'une n'est jamais tombée amoureuse, l'autre est tombée amoureuse du mauvais homme et la dernière a été trompée toute sa vie) mais dépeintes avec justesse et sans trop en faire. Et puis des personnages masculins hyper intéressants. Et évidemment, j'ai été très touchée par le personnage d'Arthur qui ressemble tellement à ma fille...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Bérénice, une auteure à succès, a le syndrome de la page blanche. Elle est incapable d'écrire un seul mot. Alors elle décide de se confronter à son père, mais aussi à Aurélien, un homme de son passé qui ne l'a pas reconnue. J'ai adoré cette histoire même si j'ai trouvé la plume de l'auteure un peu pesante à certains moments. L'histoire est remplie d'humour. J'y ai trouvé de la romance, des liens d'amitié ou familiaux très forts, mais aussi des conflits familiaux, le tout pour aider Bérénice à retrouver l'inspiration. J'ai trouvé le tout addictif. L'auteure m'a totalement transportée dans son univers. Une belle histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Angela Morelli est une auteure que je suis et que je lis systématiquement. Je l'adore dans ce style feel good qu'elle maîtrise à merveille. Là-encore "Juste quelqu'un de bien" est un réussite totale. Bérénice a depuis toujours un crush pour Aurélien, qu'elle rencontre à différents moments de sa vie. A chaque fois, il ne l'a reconnait pas. Jusqu'au jour où ils se croisent dans une période bancale de leur vie, ils entament alors une relation amicale. Tous les personnages dans ce livre, du perroquet à la meilleure amie, de la mère à la grand-mère de Bérénice, tous sont savoureux, charismatiques, pétillants, drôles, attendrissants... On ne se lasse pas de tourner les pages et de les voir évoluer au fils des chapitres. J'ai adoré et je vais probablement l'offrir à Noël car c'est le type même de livre que l'on offre les yeux fermés. : coeur Evallua : coeur Evallua : coeur Evallua : coeur Evallua : coeur Evallua

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je tiens à remercier Net Galley et les éditions &H pour l’envoi de ce livre. Dans ce roman, nous faisons la connaissance de Bérénice, jeune femme de 34 ans, écrivain et qui enchaîne les relations d’un soir. Cependant, elle est arrivée à un âge où elle aspire à autres choses et où elle se pose beaucoup de questions tant sur sa vie personnelle, qu’amoureuse. Un jour la vie va remettre sur son chemin Aurélien, elle l’a connu des années plus tôt et l’a revu à plusieurs reprises mais celui-ci ne la jamais reconnu. Les sentiments du passé vont-ils ressurgir? À vous de le découvrir. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, il est aussi drôle que touchant. Les personnages sont attachants de part leur façon d’être et leur vécu, ils n’ont pas toujours eu une vie facile mais ils essayent de faire de leur mieux et de prendre la vie du bon côté. Les personnages sont très tolérants les uns vis-à-vis des autres et c’est l’un des points que j’ai le plus aimé. Ce roman nous fait également réfléchir sur certains points de notre société actuelle et on ressort de cette lecture avec une autre façon de voir les choses. Moi qui ne suit pas une grande adepte des histoires à la 3ème personne, je me suis laissée embarquer par ce roman, c’est tellement bien raconté, tellement juste et on ressent tout plein de sentiment. En bref, j’ai adoré ma lecture, j’ai passé un excellent moment avec Bérénice et sa famille qui est juste extraordinaire. J’ai ri, j’ai été émue. C’est une magnifique histoire qui nous fait réfléchir sur la vie en général. Je vous le recommande si vous voulez passer un bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

En bref : Avec ce roman, Angéla Morelli nous offre une histoire plus mature que les précédentes, des personnages qui ressemblent aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui, des questionnements qui font écho aux nôtres… Le tout saupoudré d’humour et d’optimisme. Le moins : Un début un peu long mais une fois qu’on est rentré dans l’histoire on ne peut plus lâcher le livre. Le plus : Un livre qui fait écho à la vie d’aujourd’hui.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d'abord, merci à Netgalley et aux Éditions Harlequin pour ce service presse. Bérénice va voir son monde voler en éclat du jour au lendemain. Elle va découvrir la vérité sur ses origines, ne plus réussir à écrire une ligne, et retomber sur le seul homme qu'elle a aimé. Au milieu de tout ce foutoir, on découvre un personnage touchant, attachant et avec beaucoup d’empathie pour les personnes qui l’entourent. Face à l’adversité, elle va être forte, prête à gérer des situations difficiles. Mais elle a aussi une part de sensibilité. Aurélien aussi est attachant. On a envie de l’aider à surmonter ce passage à vide qu’il a dans sa vie. Pour moi, Bérénice va être le pansement qui va aider Aurélien à guérir de sa souffrance. Les personnages secondaires sont aussi très émouvants. J’aime le cocon familial qu’a su créer Angela Morelli dans ce roman. On a envie de faire partie de cette famille. Et les conversations entre Juliette et Bérénice m’ont fait mourir de rire. La plume de l’auteur est légère. J’ai vraiment apprécié le fait qu’on apprenne les rebondissements petit à petit et non en une seule fois au début comme un pavé de problèmes qui tombe sur le personnage. C’était vraiment au fil du roman, comme si l'on ouvrait petit à petit les cases d’un calendrier de Noël, ce qui étoffe le roman sans l’alourdir. Quand je pense à ce roman, c’est comme une promenade dans un monde tendre, au milieu d'un champ de fleurs où la douceur et l’amour sont omniprésents un monde où l’on se sent cocooné. Un joli coup de cœur que je vous conseille.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quelle joie d'apprendre la sortie d'un nouveau roman de l'auteur pour cette rentrée (romantique) 2017... et puis j'ai eu des crises de lectrices existentielles : "Je vais attendre pour le lire, parce qu'une fois lu, il faudra attendre le suivant" ou encore "oh non, il ne fait que 330 pages". Une seule conclusion, ne surtout pas le lire dans la précipitation, au contraire, attendre d'avoir le temps de le savourer. J'ai attendu et je dois dire qu'un véritable suspense et qu'un vrai questionnement se sont installés. Comme toujours, avec les auteurs qu'on adore, la grande question avant de sauter dans une lecture : parviendra-t-elle à se renouveler et à nous embarquer ? Et la réponse est oui, mille fois oui. La force de ses romans ? Ses personnages. Simples et authentiques, auxquels il est impensable de ne pas s'attacher. • Les héros ont toujours un fort potentiel : charmants, intelligents, sexy sans commune mesure. Ils sont canons, c'est certain ! • Les héroïnes, elles, sont tellement plus que ça ! Badass, indépendantes, intelligentes, drôles, bourrées d'empathie et de bienveillance, d'une sincérité à toute épreuve, pleines de doutes et de questions, avec des vulnérabilités réalistes et crédibles... Je fonds devant tant d'intelligence dans la construction de leur personnalité. Après, Eugénie la parfaite : amusante, douce, intelligente... grande lectrice bourrée de maladresses ; Julie la groupie ; Ana la fana inconditionnelle de Britney Spears ; Agathe la sympathique ; Louise, Louise, Louise (je cherche encore à me dégotter une copine comme ça) la nénette qui semble tout en confiance et qui se balade avec un million de doutes en bandoulière ; Émilie et ses plans foireux ; Flore la superwoman... et Ève, Ève, dont je n'arrive pas encore à lire l'épilogue, l'auteur nous propose Bérénice. Bérénice, nous la rencontrons à dix-sept ans lors d'une soirée qu'elle aurait franchement préféré squeezer pour rester chez elle et lire une bonne romance. Ce qu'elle ne sait pas encore, c'est qu'elle va y faire une rencontre qui va rythmer sa vie, tout simplement. Pour le meilleur et pour le pire. Malheureusement l'équilibre entre les moments éphémères du meilleur et les moments mélancoliques du pire n'est pas du tout rationnel, parce que trop souvent la vie dérape. Et pourtant, elle ne se laisse pas abattre. Que voulez-vous : Elle est géniale. Attentionnée, drôle, disponible. On dit souvent qu'elle s'arrange avec la vérité, je ne trouve pas. Je la trouve compréhensive et profondément honnête. Elle dit les choses quand il convient, selon elle, de les dire, voilà tout. Ce roman, il se déroule entre 1999 et 2016, avec un passage en 2004 et en 2009... Chacune de ces années est secouée par une rencontre qui entraîne une crise existentielle chez Bérénice. Une crise qui la force à reconsidérer sa vie, à se poser des questions et à prendre des décisions qui entrainent des dégâts collatéraux. En 2016, Bérénice vit dans un appartement marabouté avec un colocataire ultra perspicace qui se nomme Capitaine Haddock. Et surtout, elle est en plein crise. Elle fait face au syndrome de la page blanche, ce qui complique sa vie d'auteur. S'ajoute à cela son plaisir d'avoir une situation amoureuse marécageuse quand tout son entourage semble convoler en justes noces ou pire couver. Bonus : Elle choisit cette période compliquée pour en rajouter une couche avec des questionnements existentiels sur la vie, sur le lien entre l'absence de son père et son rapport aux hommes, sur sa capacité à écrire des histoires d'amour quand elle admet ne jamais avoir été amoureuse. Alors que dépitée par sa vie qui semble aller à vau-l'eau, la vie va justement lui faire une surprise. Entourée des trois femmes de sa vie, à savoir sa mère, sa grand-mère et sa meilleure amie Juliette (sa famille, un brin loufoque et même carrément dingue, à l'image de ces grandes familles que nous propose la reine Kristan Higgins), elles vont faire face à mille et une épreuves. Dans ce roman, il y a un esprit de GirlPower et empowerment de la femme. Sans militantisme, c'est plutôt une aura diffusée, un comportement ordinaire et naturel... c'est tout simplement dans le quotidien de ces femmes. Certaines épreuves sont plus légères que d'autres ; certaines sont communes, d'autres personnelles ; certaines impliquent de s'ouvrir et de présenter ses vulnérabilités, d'autres consistent à écouter les incertitudes des autres. Ce roman, c'est une tranche de vie de plusieurs personnages où il est question de réalisation de soi. C'est simple et authentique. Verdict : J'ai gloussé, j'ai ri, j'ai ri, j'ai ri... puis j'ai eu de la peine aussi, et des accès de colère tous dirigés contre les problèmes de mémoire d'un des personnages. Comme toujours, j'ai passé un excellent moment et j'ai salué l'évolution des personnalités de tous les personnages. Une fois de plus j'ai fermé un roman en me disant, toutes les boucles sont bouclées (même celles des personnages infimes), tous les personnages sont à leur place ! Bonus : Je pinaille, mais franchement le déblocage d'Arthur n'est-il pas légèrement traité par-dessous la jambe ???!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Merci aux éditions Harlequin et au site net galley de m'avoir permis de découvrir ce roman. Juste quelqu'un de bien est une sympathique romance qui change les idées et met de bonne humeur :) J'ai beaucoup aimé le personnages de Bérénice, mais aussi sa famille, sa meilleure amie Juliette, sans oublier Antoine. Tous les personnages sont intéressants, assez fouillés et m'ont vraiment plu. L'histoire est assez simple, mais réussie. Bérénice a dépassé les trente ans, elle n'arrive pas à s'attacher aux hommes. Romancière, elle a le syndrome de la page blanche... Elle souhaite que les choses changent, ce qui est toujours plus facile à dire qu'à faire... C'est pas mal du tout même si certaines choses me paraissent un peu trop simples, trop faciles en fait. Ce n'est pas toujours crédible. Mais c'est un roman, il met vraiment de bonne humeur et l'auteure peut se permettre des petites facilités dans une romance :) Je mets quatre étoiles à ce joli livre, que je recommande aux amateurs et amatrices du genre.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Absolument formidable ! J'ai lu ce livre en trois jours, autant dire, que je l'ai dévoré ! Le style est clair, rapide mais les thèmes abordés ne sont pas bâclés pour autant. Et pourtant il y en a beaucoup : Amour, amitié, relations familiales, relations homme/femme d'hier et d'aujourd'hui, création artistique (d'où ça vient, pourquoi ça nous quitte), quête de soi, désir d'enfant, changement de vie professionnel... et j'en oublie peut-être. Le tout est saupoudré d'humour et de bienveillance. Voilà donc un super roman que je vous conseille et que je conseillerai à mes clients surtout ceux qui ont la trentaine car ils se reconnaîtront dans les personnages principaux.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Bérénice, ça pourrait être vous, moi, enfin n’importe laquelle d’entre nous et c’est ça qui fait d’elle une femme exceptionnelle à mes yeux. Elle est drôle, fragile, imparfaite et en même temps, déterminée, courage. Bref, elle je l’aime. Ses problèmes existentiels me parlent et j’ai été captivé par son parcours, son histoires, ses désirs. Je crois qu’elle me ressemble bien plus que je ne le pensais au début de ma lecture. Et Aurélien, LE premier amour, celui qu’on ne peut oublier, celui qui pour chacune d’entre nous restera un délicieux souvenir, une blessure ou juste un ressenti, mais qui, peu importe le contexte, conditionne nos relations futures permet de donner un sens à la quête de Bérénice. Je ne veux pas en dire plus, mais allez-y ! Un livre feel good, qui fait du bien et qui replace la femme d’aujourd’hui dans l’air du temps. Joli témoignage de notre force à toutes ! Bref, à la fin de ma lecture, j’aime être une femme et je dis merci Angela. PS : Tu es la seule auteur que je peux lire alors que tu écris à la 3ième personne, bravo à toi de m’emporter à chaque fois.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d'abord merci à Net Galley qui m'a permis de lire ce livre. D'habitude, je ne suis pas très fan de l'écriture à la 3ème personne. Et pourtant, cette fois, j'ai accroché directement car grâce à ce style, Angela Morelli nous donne l'impression de nous plonger dans l'histoire de plusieurs personnages. C'est l'histoire de Bérénice, bien sûr, mais pas que. C'est aussi celle de Juliette, sa meilleure amis, de Cassandre sa maman et d'Aurélien. Ils sont tous liés à elle mais ont tous vécu, ont tous leurs épreuves, leurs histoires, leurs épreuves. Qui est Bérénice? C'est une jeune femme qui avait des rêves, des buts qu'elle a atteint mais qui finalement s'est perdu en chemin et ne sait pas, ne sait plus ce dont elle a besoin et ce qu'elle attend. Elle n'est plus la jeune femme qui rêvait de changer le monde, et éprouve pour la première fois des difficultés à écrire ses romans qui faisaient sa vie depuis plusieurs années. Elle qui avait une foi infaillible en son socle familiale composé uniquement de sa mère un brin loufoque et de sa grand mère, voit d'un seul coup ces certitudes s'effondrer. Et si ses problèmes venaient de ses racines? Le hasard a décidé de remettre Aurélien sur son chemin. Entre nostalgie, souvenir, fantasme et réalité, qui est-il vraiment? Est-il celui qu'elle attendait, espérait? Bérénice est un personnage touchant mais à la fois criant de vérité. J'ai apprécié que l'auteur nous évoque sa vie à a travers le temps, les époques. De la Bérénice timide adolescente qui découvre les premiers émois amoureux à la jeune femme adulte qui se remet en question. Qui s'interroge sur sa vie, ses manques, ses besoins, et surtout qui accepte la difficulté d'ouvrir son cœur quitte à réveiller des blessures inconnues et connaître ses origines. A travers les différents personnages, Angela Morelli expose des situations de vie, des difficultés, des liens amicaux/familiaux dans lequel il est très facile de se retrouver, s'identifier ou s'émouvoir. Elle exprime aussi différents niveaux et forme d'amour et j'ai trouvé cela très beau. Que ce soit l'amour d'une mère, d'une grand mère, d'une meilleure amie ou d'un amant... Des sentiments sincères parfaitement exprimés! Je termine ma lecture conquise en me disant "Ah mais non déjà fini"! J'aurais continué avec grand plaisir. J'ai adoré la plume fluide, addictive et poétique de l'auteur et j'en redemande. Une très belle histoire universelle qui parlera à tous et saura vous apporter les émotions recherchées.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Paris, en 1999, Bérénice fait la connaissance d’Aurélien. Ils échangent un baiser. Aurélien disparaît… Paris, en 2004, Bérénice revoit Aurélien. Ils font l’amour dans une boîte de nuit. Aurélien disparaît… Paris, en 2009, Bérénice est à la Fnac et devinez qui est là pour dédicacer son livre ? Ben oui, Aurélien ! Bérénice disparaît… Paris, en 2016, Bérénice et Aurélien se retrouvent par le plus grand des hasards. Le petit soucis est que Bérénice n’a jamais oublié Aurélien, bien au contraire. Lui, à chaque rencontre, ne se rappelle pas de la jeune femme. Parlons un peu de Bérénice. C’est une jeune femme de 34 ans (en 2016), très forte de caractère qui vit dans la même maison que sa mère et sa grand-mère, chacune à son étage. Nous avons dans ce livre, l’évolution sociale de Bérénice. De la simple étudiante, elle obtient son bac, puis passe son examen des Mines. Elle a ensuite travaillé dans le développement durable. En 2009, elle plaque copain et boulot et se lance dans l’écriture. C’est une jeune femme qui sait ce qu’elle veut et pense qu’elle n’a pas besoin d’un homme dans sa vie. Elle multiplie les conquêtes. N’a-t-elle pas quelqu’un qui lui trotte dans un petit coin de la tête ? A-t-elle quelque chose qui la bloque ? Aurélien a toujours eu un charme fou, il a su s’en servir et en profiter. Puis il s’est assagit. Il s’est marié et a eu un fils qui a 7 ans aujourd’hui. Il est journaliste. Voilà pour nos 2 héros principaux. Parlons un peu des personnages secondaires, Angéla nous a vraiment gâté. Ils sont géniaux : *Juliette est la meilleure amie de Bérénice depuis la quatrième. Elles sont toujours là, l’une pour l’autre. *Nathalie, Valérie et Sandrine sont 3 demi-sœurs qui tiennent un bar pas loin de chez Bérénice, le « Va comme j’te pousse » *Ariane, 78 ans, est la grand mère de Bérénice. Elle vit au rez de chaussée de leur maison. C’est une femme moderne qui dit toujours ce qu’elle pense. *Cassandre est la mère de Bérénice. Elle habite au premier étage, un appartement haut en couleurs. Elle est voyante, pratique les tarots et l’astrologie. Elle a été psychologue. *Capitaine Haddock, le perroquet est un grand bavard. Avant, il appartenait à la tante de Bérénice. *Leila Hamani est l’éditrice des romans de Bérénice. Voilà un tour rapide des personnages. Aujourd’hui, en 2016, Bérénice a 34 ans. Elle semble heureuse mais tout ça n’est peut être que façade. Elle a le syndrome de la page blanche puis la rencontre surprise d’ Aurélien et d’Arthur, son fils, va chambouler le quotidien et la vie de Bérénice. Revoir et parler à Aurélien lui a fait remonter des souvenirs et pas que des bons. Laissera-t-elle tomber ses barrières affectives ? Mais avant tout, Aurélien se rappellera-t-il d’elle ? Bérénice aura beaucoup de nœuds à défaire et les 3 femmes de sa vie ne seront pas de trop pour l’aider. Dés le début, j’ai été happée par cette histoire. C’est le genre d’histoire qui peut arriver à n’importe qui. Je ne veux pas trop en trop en dire pour ne pas tout gâcher. Bérénice arrivera-t-elle à devenir « juste quelqu’un de bien » ? Ce qui est bien aussi avec Angéla, c’est que l’on ne s’ennuie jamais, que chaque personnage a son importance. Même le perroquet a de sages paroles. L’écriture est fluide avec un vocabulaire recherché. Ce roman se lit rapidement et m’a ravi page après page. Le récit est à la troisième personne, on a plein de détails qui ajoutent vraiment beaucoup de valeur au texte. J’ai déjà lu trois des romans d’Angéla Morelli et je suis fan. J’attends déjà avec impatience le prochain. Je remercie vraiment Angéla Morelli et les Éditions Harlequin pour ce service presse.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je suis dans une période ou j'ai envie de lectures qui coulent bien et avant d'attaquer mon florilège de romances de Noël, je me suis dirigée vers le dernier roman d'Angéla Morelli. J'avais passé un bon moment avec, Ca a commencé comme ça, et j'avais envie de continuer de découvrir sa plume. Avant d'entrer dans le vif du sujet, l'auteure démarre son récit de manière plutôt originale. On suit l'héroïne à divers moments de sa vie, des moments qui restent succincts, mais qui vont servir pour la suite. Ils la mettent notamment en relation avec Aurélien, un personnage important pour les événements à venir. C'est une entrée en matière que j'ai appréciée, même si au début j'étais légèrement perplexe, parce que je comprenais pas ou j'allais. Cela se tasse vite et comme point de départ, ça change et c'est appréciable. Dans ce roman on rencontre divers protagonistes, qui sont marqués par la vie de différentes façons. Si j'ai un regret, c'est que pour peu que soient intéressants les rôles qu'on découvre, ils ont manqué d'épaisseur pour moi et de présence. C'est surtout vrai pour les seconds rôles. Ils restent présents, ils entourent les premiers rôles et leur permettent d'avancer, et tous forment une bonne unité, une unité aussi présente entre Bérénice et Aurélien. En fait le roman n'est pas tellement long et outre ce manque ressenti chez moi, cela ne m'a pas empêché de noter leur intérêt à tous et de les trouver pour le moins marquants, prompts à offrir chacun quelque chose de particulier. La composition des personnages est, pour tout ça, réussie. Bérénice et Aurélien, les stars du roman, sont tout aussi plaisants. Ils ont des fêlures qu'ils vont tenter d'atténuer, voire de guérir. Leur évolution se fait graduellement et le cheminement m'a globalement plu. J'ai cependant noté un récit qui va à l'essentiel, qui se lit bien et avec intérêt, sincèrement je n'ai pas vu les pages défiler, le problème n'est pas là, c'est seulement que j'aurais aimé que l'auteure creuse davantage ce qu'elle amène. Après, je reconnais sans mal que l'ensemble du roman est bien fait, qu'on n'a pas de sensation de précipitation (sauf peut-être vers la fin) et que les personnages sont agréables à suivre. Il y a des échanges qui font bien avancer les choses et ça c'est quelque chose que j'aime beaucoup en général et c'était le cas ici. Le décor que plante Angélla Morelli a, un peu, manqué d'attrait pour moi, les rues de Paris ne m'ont pas totalement emporté. J'ai par contre été attiré par les métiers de beaucoup de personnages, des premiers rôles avec celui de l'héroïne qui parlera à beaucoup je pense et j'avoue avoir eu une préférence pour la deuxième occupation d'Aurélien, plutôt que pour son travail principal. Et puis il y a la mère de Bérénice, qui exerce une activité un peu spéciale. Au final c'est un bon roman, qui m'a fait passer un bon moment, que j'ai lu avec plaisir et très vite, mais c'est un roman que j'aurai aimé plus dense.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Angela Morelli confirme à chaque nouveau titre son statut grandissant d'auteure de romance française pétillante ! Encore une fois, le style est malicieux et très agréable, et c'est un plaisir de suivre une héroïne attachante et maligne à qui l'on veut du bien dès les premières pages. Un décor et une histoire français, ce qui est plus que rafraîchissant dans la catégorie des romances !!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Après avoir lu et beaucoup aimé La rencontre idéale (ou presque), j'ai voulu découvrir le nouveau roman d'Angéla Morelli, une des auteures françaises phares des éditions Harlequin. Juste quelqu'un de bien au vu de son résumé et de sa couverture canonissime avait tout pour me plaire, mais avec toutes les déceptions que j'ai en ce moment, je me suis lancée avec fébrilité ! Bérenice, lycéenne, fait la rencontre au cours d'une soirée d'Aurélien un bel étudiant qui lui offre son premier baiser. Quelques années plus tard, elle le rencontre de nouveau dans une boite de nuit, mais il ne se rappelle pas d'elle... Elle va le croiser plusieurs fois au fil des ans jusqu'à ce que ces deux âmes perdues fassent connaissance pour de bon. Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps... J'ai beaucoup aimé Juste quelqu'un de bien ! L'histoire, assez classique pour être tout à fait honnête, est magnifié par la plume d'Angéla Morelli. Elle a vraiment un style particulier qui lui permet de mettre de l'émotion et de l'intensité dans toutes les petites choses de la vie. J'avais déjà beaucoup aimé cet aspect du style de l'auteure dans La rencontre idéale (ou presque), mais là c'est encore plus fort et perceptible. La patte Morelli est là, et elle est bien agréable. Juste quelqu'un de bien est un roman qui se lit avec plaisir. Les personnages sont tous très attachants. Bérenice, sa mère Cassandre et sa grand-mère Ariane forme un trio haut en couleur qu'on adorerait fréquenter. Les femmes de la famille Spyros sont des vraies exemples et des héroïnes du quotidien. Elles ont un mode de vie et des habitudes extravagantes qui étonnent leurs interlocuteurs et agacent parfois, mais elles cachent toutes des blessures. Bérénice souffre de ne jamais avoir connu son père tandis que Cassandre n'a jamais refait sa vie après la naissance de sa fille et Ariane se remet douloureusement de la perte de son mari. J'ai beaucoup aimé aussi Aurélien. Comme Bérénice, on ne fait que de le croiser au début du roman, et on a un peu de mal à se faire une opinion mise à part qu'il a une sacrée mémoire de poisson rouge ! On apprend à le connaître en même temps que l'héroïne et comme elle, on craque rapidement. Lui aussi a vécu des moments difficiles. Il élève tout seul son fils Arthur depuis le départ de son épouse. Une relation très forte s'est instaurée entre eux et seule Bérénice arrivera à briser la carapace que s'est forgé le petit garçon. Et pour finir ma chronique ne serait pas complète sans la mention du meilleur personnage secondaire : Haddock le perroquet ! Cet animal est à l'image de la famille Spyros : drôle et attachant. Il a toujours le bon mot au bon moment. J'ai adoré toutes ses interventions. En conclusion, Juste quelqu'un de bien d'Angéla Morelli est le roman feel good par excellence. Il se lit avec le sourire aux lèvres et le cœur léger. Vivement le prochain roman !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Lorsqu'elle avait dix-sept, Bérénice a craqué lors d'une soirée à laquelle elle aurait préféré ne pas aller pour Aurélien, un jeune homme pas franchement fréquentable. Aujourd'hui, Bérénice a trente-quatre ans et sa vie n'est pas franchement ce qu'elle avait imaginé et continue à s'interroger sur ceux qu'elle veut vraiment et pourquoi sa vie a pris cette tournure. Pourtant, la vie lui réserve encore bien de choses en ramenant dans sa vie Aurélien. Bérénice, est une jeune femme qui vit dans un appartement près de sa grand-mère qui a un don pour la voyance, et sa mère qui l'a élevé toute seule. La grand-mère de notre héroïne est un sacré numéro m'a bien fait rire et séduit avec ses expressions et ses sous-entendus, tandis que la mère de notre héroïne m'a aussi séduite par son dévouement et son amour inconditionnelle pour sa fille et sa mère. Quant à notre héroïne, je me suis attaché facilement à elle, car même si elle s'interroge beaucoup sur elle-même, c'est avant tous une battante et qui jusqu'à maintenant n'avait jamais posé de question à sa mère sur son père et puis le retour d'Aurélien lui fait comprendre bien des choses. Se laissera-t-elle guider et aura-t-elle toutes les réponses qu'elle attend ? Aurélien par ce qu'on en sait au début est un jeune homme pas fréquentable du tout, puis au fils des pages, on entrevoit le changement radical de cet homme, puis quand il entre dans la vie de notre héroïne, on s'aperçoit que les choses ont de nouveau tourné pour lui, en effet, il jongle avec son boulot qui ne le motive pas du tout, et son fils qu'il élève seul, un enfant pour qui on a envie de câliner, de prendre dans ses bras et d'être à ses côtés pour la vie. Une très belle histoire qui a su me faire passer une très très bon moment de lecture.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Pour le coup, j'ai enchaîné deux romans d'Angéla MORELLI. C'est totalement le genre de truc que j'évite habituellement de faire car, souvent, les histoires restent dans la même veine et après je les mélange... et j'aime pas ça. Mais là, ça n'a clairement pas été le cas.  C'est l'un des points forts de l'univers de l'auteure : d'un livre à l'autre, l'humour se ressemble mais ni les histoires ni les héroïnes. Chaque roman a sa propre personnalité, tout en finesse, en humour et en romance ! C'est le propre des auteurs de se réinventer à chaque nouveau livre, mais il faut dire qu'Angéla MORELLI est particulièrement douée à ce jeu-là. J'ai beaucoup aimé Juste quelqu'un de bien. Pour faire simple, cela fait plusieurs semaines maintenant que j'ai lu le livre et je m'en souviens encore parfaitement bien. J'ai aimé le fait qu'il ne s'agisse pas juste d'une romance : Bérénice est une jeune femme un peu paumée qui est en quête de clef pour pouvoir avancer de nouveau, clef qui semble se trouver dans son passé. J'ai aimé revivre ses souvenirs en sa compagnie mais également partir sur les traces mystérieuses de son papa.  Ce qui m'a particulièrement touchée c'est la relation que Bérénice a avec sa grand-mère et sa maman. Toutes trois sont particulièrement unies, par leur amour et leurs bizarreries. Du coup, j'ai beaucoup aimé plonger dans ces moments de vie à trois aussi amusants que touchants. Une fois les pieds dans leur maison, j'ai totalement oublié que l'on pouvait se trouver à Paris tant la vie y est douce et presque tranquille. On s'y sent étrangement bien comme l'on est quand l'on retourne sur les lieux de son enfance. Du coup, ce n'est pas tant la romance que le reste que j'ai retenu. Cependant, je dois dire que j'ai également particulièrement appréciée celle-ci et son réalisme. Entre les petites embûches du début, le manque parfois flagrant de glamour et de romantisme, l'histoire de Bérénice et Aurélien n'a rien de facile. Mais c'est bien ça aussi qui la rend crédible. J'ai trouvé Bérénice très touchante. J'ai aimé aussi bien la force et le dynamisme qu'elle dégage que sa sensibilité et sa solitude. Plus que tout, c'est vraiment les liens forts qu'elle a avec sa famille qui m'ont touchée : grâce à eux, je me suis beaucoup identifiée à elle. J'ai également beaucoup apprécié sa meilleure amie, Juliette : j'imagine très bien plusieurs de mes amies virer comme elle une fois enceintes ! Aurélien, quant à lui, est très accessible. C'est très agréable d'avoir affaire à un personnage masculin qui ne semblent pas tout droit sorti des fantasmes de l'auteure. Il est crédible, bourré de défauts et plein de charme. Cela dit, il est vrai aussi que son plus bel argument est Arthur, son fils aussi attachant que dérangeant. Comme toujours et sans surprise, j'ai passé un excellent moment en compagnie des mots d'Angéla MORELLI. Entre douceur et réalité parfois douloureuse de la vie, elle sait parfaitement jongler avec les émotions du lecteur. En passant du rire aux larmes, j'ai vraiment passé un excellent moment à découvrir l'histoire de Bérénice et Aurélien. Une jolie histoire.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :