Destiny

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 10 mai 2017 | Archivage 30 juin 2017

Résumé

Celestine North n’est pas une héroïne. Mais elle pourrait bien devenir le symbole d’un combat qui la dépasse.
Depuis la crise économique, la société a érigé de nouvelles règles. Celles de la Perfection. Tout individu Imparfait est jugé et marqué au fer rouge. Un I qui les condamne pour toujours à l’exclusion.
Celestine North est parfaite. Sage, belle et brillante. Elle a le petit ami dont rêvent toutes les filles  : Art, le fils du juge Crevan, chef de la Guilde. Elle a prévu d’étudier les maths à l’université. Car c’est une fille de logique, de définitions, qui comprend les règles et les respecte.
Mais Celestine commet une erreur. Elle vole au secours d’un Imparfait. Ce qui est interdit.
Quelques heures plus tard, la Police est déjà devant sa porte. Une fois en prison, la voilà face à un dilemme  : mentir pour éviter d’être marquée Imparfaite, ou rester fidèle à son élan de solidarité en avouant qu’elle a bel et bien aidé un Imparfait  ? D’un côté, Celestine veut préserver sa famille et Art. De l’autre, elle a la conviction qu’elle n’a pas mal agi. Et surtout, il y a Carrick, ce mystérieux jeune homme, «  Imparfait jusqu’à la moelle  », gardé dans la cellule d’en face et dont elle veut gagner le respect.
Qui Celestine North décidera-t-elle d’être le jour de son procès  ? L’héroïne résistante dont rêvent les Imparfaits  ? Ou le visage parfait de la société  ?

Celestine North n’est pas une héroïne. Mais elle pourrait bien devenir le symbole d’un combat qui la dépasse.
Depuis la crise économique, la société a érigé de nouvelles règles. Celles de la Perfection...


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782013976435
PRIX 12,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)
Télécharger (EPUB)

Chroniques partagées sur la page du titre

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Je ne vais pas vous le cacher bien longtemps : ce livre a été un coup de cœur ♥ ! Le résumé m’a tout de suite accroché, bien que je me sois d’abord dit : « oh, encore une dystopie… ». Oui, car il n’y a pratiquement que ça en ce moment et j’ai souvent été déçu par ce genre (Forget Tomorrow et Promise, notamment). Et quand bien même j’apprécie les univers et les questions qu’ils soulèvent, comme les Hunger Games ou Divergente, je trouve le contexte trop éloigné de notre société pour que je puisse me dire « ça pourrait nous arriver ».
C’est pour cela que je vais vous donner LA raison, pour laquelle, selon moi, cette dystopie est différente des autres : son réalisme !

L’histoire, la société, le contexte politique, tout est plausible. Pas de vaisseaux spatiaux, de robots, de médecine et de technologie avancée, pas de monde inventé aux noms farfelus, non rien de tout cela. Nous sommes en Europe et nous pourrions bien être en 2017 comme en 2020, il n’y a rien de futuriste. Voilà enfin une histoire qui pourrait, dans un futur plus ou moins proche, se répéter dans notre société ! C’est une histoire comme celle-ci que j’attendais de lire depuis des années !

Le côté politique de ce livre m’a rappelé tous les fiascos qu’il y a eu (et qu’il y aura encore sans doute) dans la politique française. Avec une société comme dans Destiny, cela n’aurait pas été possible : « adieu les secondes chances, la compassion, les explications. Quiconque avait commis des erreurs ne pouvait plus briguer de poste à responsabilités. » Les dirigeants, comme l’ensemble du peuple se doivent d’être Parfaits, sinon ils en seront exclus. Impossible de voler, mentir, trahir qui que ce soit sans en subir les conséquences.
Mais la perfection existe-t-elle vraiment ? Quand le monde de Celestine vole en éclat, elle doit se rendre à l’évidence : il existe toujours des failles dans le système pour ceux qui convoitent le pouvoir.

La jeune Celestine m’a fait penser, bien malgré elle, à des femmes comme Emmeline Pankhurst ou Rosa Park. Malgré elle, car notre héroïne ne rêvait que d’une vie parfaite, bien rangée… Jusqu’à ce que tout bascule. Jamais elle n’aurait pensé s’opposer aux règles qui régissaient sa vie depuis toujours.
C’est un personnage très attachant, une jeune femme forte, digne et courageuse. À travers ce personnage et son histoire, ce livre nous parle également de la désobéissance civile, un sujet plus que jamais d’actualité dans notre monde moderne. Faut-il suivre son cœur ou sa raison ? Renier ses convictions pour se fondre dans la masse ou défendre des causes justes ?

En lisant Destiny, il m’est arrivé quelque chose que je n’avais pas expérimenté depuis longtemps : m’approprier les sentiments du personnage pendant ma lecture. Son anxiété, sa peine, ses angoisses, sa tristesse, sa peur, sa colère, sa détermination… Bref toutes ses émotions ! Elles m’ont atteinte au point où je les ressentais au plus profond de moi. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai adoré la plume de l’auteur. Beaucoup d’écrivains arrivent à me transmettre des émotions, mais rares sont ceux qui arrivent à me faire me sentir comme le personnage principal. On sent que l’auteur a écrit avec passion, colère et amour, un mélange touchant qui crée une histoire pleine de suspens.

En conclusion : Ce premier tome fut une excellente lecture ! Je crois que j’ai déjà envie de le relire, car je n’étais pas prête à quitter Celestine. Il n’y a pas de temps morts, pas de superflus dans ce livre. Les personnages sont attachants, sincères et réalistes eux aussi, et l’histoire est tout simplement addictive.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Célestine est parfaite, sage, excellente élève, son petit ami est le fils du juge Crevan, chef de la Guilde. Pourtant elle va être accusée de trahison et mise en prison ! Son crime ? Avoir aidé un vieil homme malade dans un bus, un homme certes mais un Imparfait. Car dans la société où elle vit, chaque erreur est susceptible d'être réprimandée et le coupable d'être marqué physiquement. Pour la jeune adolescente toutes ses certitudes s'écroulent, que doit-elle faire ?

Une dystopie terriblement accrocheuse et addictive ! On est alerté par l'intrigue, et puis captivé par cette ado qui ose résister et souffrir pour ses convictions. Troublant portrait d'une société qui punit toute différence et ne veut que des gens parfaits. Un beau personnage que l'on aura plaisir à suivre, vite le t2. Les personnages secondaires sont tout aussi attachants comme la famille de Célestine qui essaie de l'aider comme elle le peut.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Pour être franche, je n'en attendais pas grand chose mais ça faisait un moment que je n'avais pas lu de Dystopie et, ceux qui me suivent depuis un moment savent que c'est un de mes genres préféré. Et bien quelle surprise ! Un joli petit coup de cœur !

"Quoi qu'ils fassent, les Imparfaits le restent à vie. Ils subissent les conséquences de leur unique erreur jusqu'à leur dernier jour."

-- Parfait --

Nous suivons le personnage de Célestine, une jeune fille de dix-sept ans en tout point parfaite. Car vous l'aurez compris, cette Dystopie traite de la perfection et plutôt de l'imperfection. Le monde créé par l'auteure est régit par une loi simple : l'imperfection est interdite. Si vous faites une erreur au cours de votre vie, vous serez marqué, sur une partie du corps en fonction de l'erreur et porterez un brassard pour montrer à tous votre imperfection. Ce trait n'est d'ailleurs pas sans rappeler comment les nazis marquaient les juifs comme du bétail lors de la deuxième guerre mondiale. Si le sujet aurait pu être traité de manière très superficielle, il n'en est rien. Ce roman est un coup de cœur pour plusieurs raisons. Le thème abordé parlera à chacun. Personne n'est parfait, c'est en faisant des erreurs que l'on évolue. Imaginez donc un moment où la moindre erreur n'est non seulement pas tolérée mais vous exclut de la société. La peur, la tension, le doute et la haine sont au cœur du quotidien : peur de ne pas agir de la bonne manière, tension lorsque les sirènes retentissent au cœur de la nuit pour signaler la descente des Siffleurs, chargés de faire respecter les lois de la perfection (là encore très inspiré de la guerre et des alertes aux bombes), le doute et la haine qui vous font détester les imparfaits, leur cracher dessus, les exclure de votre vie par peur d'être contaminé. Célestine est une jeune fille droite, croyant de tout son cœur dans le système et les lois établis. Du jour au lendemain, sur un geste guidé par la compassion, sa vie va basculer. J'ai adoré suivre ce personnage incroyablement attachant. Célestine n'avait rien d'une héroïne et elle va pourtant se retrouver au cœur d'intrigues, de complots et va subir bien des épreuves dont certaines m'ont réellement choquée. Du jamais vu pour moi en Young Adult. Ce roman est un coup de cœur malgré le fait qu'il n'y ait pas de romance. Bien sûr il y a une légère amorce de romance mais elle n'est ici absolument pas développée. Tout ce roman est uniquement centré sur le personnage de Célestine, sur sa vision du monde avant "l'incident", sur son évolution et sur la découverte de "l'envers du décor" qu'elle ne soupçonnait pas. Il me tarde de lire la suite, je ne sais pas si j'aurais la patience d'attendre la version française...

"Quand on commet une erreur, on en retire une leçon. Si on ne se trompe jamais, on n'apprend jamais rien."

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

En résumé, Cecelia Ahern, auteure réputée pour ses romances contemporaines, nous propose ici un premier tome de roman dystopique fantastique. Un univers incroyablement épeurant, riche en complots et intrigues et un personnage principal très bien développé. A lire absolument pour tous les amateurs du genre !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Destiny" est un roman dystopique qui tient en haleine dès le début. Dans une société future, après une crise économique qui a ruiné trop de gens, une Guilde a été créée, chargée de punir tous ceux qui, un jour ou l'autre, ont commis des erreurs (prendre une mauvaise décision, mentir, se montrer déloyal, s'écarter du droit chemin, etc). Ceux qui sont ainsi jugés et punis par cette Guilde se voient marqués au fer rouge un I comme Imparfait. Et dès lors, les Imparfait vivent comme des parias. Ils peuvent se mêler aux autres mais la marque de leur infamie leur enlève certains droits: manger ce qu'ils veulent, exercer certains métiers, être aidés et tant d'autres.

Dans cet univers implacable où le moindre faux pas est sanctionné impitoyablement, vit Célestine North, une jeune fille parfaite à tous égards. Elle est très bonne élève, est la petite-amie d'Art Crevan, le principal juge de la Guilde. Tout va bien pour elle jusqu'au jour où dans un bus, elle vient en aide à un Imparfait. Et sa vie bascule dans l'enfer: avoir aidé un Imparfait c'est, quelque part, remettre en cause le système. Si au départ, Célestine n'a pas vraiment conscience de la portée de son geste, elle comprend peu à peu que la Guilde, à travers le personnage du juge Crevan, a institué un système injuste et que, ce qui était au départ un moyen de purifier la société civile de tous ceux et celles qui la dévoyaient, est devenu une machine à éliminer ceux qui dérangent, ceux qui osent critiquer l'organisation et la fonction de la Guilde. Et donc le juge Crevan lui même, prêt à basculer dans la tyrannie. Ce tome est le premier d'une série car la dernière page n'offre pas de fin. Célestine s'enfuit pour continuer la lutte.

C'est donc un bon roman dystopique à l'instar des "Hunger Games" et "Divergente". Je vous le recommande, on passe un bon moment.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Destiny et moi, nous avons mal commencé. Je le dis franchement, arrivée au tiers du roman, je me suis posée la question : vais-je poursuivre l’aventure ? Mais voilà, je déteste abandonner un livre, même si je ne l’apprécie pas. Je lui ai donc laissé le bénéfice du doute, surtout qu’aucun événement majeur ne s’était encore produit. Et j’ai bien fait ! Je dois même vous avouer que j’ai très envie de connaître la suite des événements, même si je m’attends plus ou moins à n’avoir aucune surprise.

Mais commençons par les choses qui fâchent. Première chose : notre héroïne… Et là, tout de suite, cela fait mal. Personnellement, quand je n’accroche pas au héros, c’est pratiquement perdu d’avance pour moi. L’auteur nous prévient tout de suite que Célestine voit le monde en noir et blanc, aucune nuance de gris pour elle. Certes, mais pour moi, il n’y a pas que cela. La jeune femme est trop naïve, trop centrée sur elle-même, ne cherche pas à réfléchir et se poser des questions. Le monde des adultes lui a fourni des réponses donc forcément, ce sont les bonnes.

Deuxième chose : le monde dans lequel on évolue. Et là, franchement, j’ai levé les yeux au ciel. Donc, dès que vous faites un mauvais choix, une incartade, vous êtes classés comme Imparfaits. Et là, clairement, c’est pire que la prison : on vous marque au fer rouge (bonjour le moyen-âge), vos droits sont limités (régime alimentaire spécifique, procréation autorisée mais on vous enlève vos enfants…). Et PERSONNE ne dit rien ! La foire à neuneus ! Le pire étant que les personnes qui jugent les « Imparfaits » et ceux qui les rejettent sont aussi imparfaits qu’eux. Plus j’en apprenais, plus j’avais envie de jeter ma liseuse à travers la pièce. Bon, certes, cela m’a fait réagir, mais l’aberrance quand même…

J’étais donc passablement énervée arrivée au tiers du roman. Pas un bon état d’esprit selon moi. Et puis, le basculement tant attendu arrive. Si Célestine ne réagit pas tout à fait comme je l’aurais voulu, même si elle reste fidèle à elle-même en même temps, nous avons au moins droit à un tsunami. Une adolescente de dix-sept ébranle toute une société. Ses « fondements » depuis plusieurs années. Un système qui « fonctionnait ». Et là, j’ai commencé à respirer un peu. Je laisse de côté le fait que beaucoup d’adultes sont très obtus et aveugles, et je me focalise sur le changement de Célestine. Notre héroïne n’a pas seulement provoqué le plus grand chamboulement des États-Unis depuis longtemps, elle commence enfin à devenir un être humain pensant et qui réfléchit par lui-même. La bouffée d’oxygène !

De là, j’ai vu l’histoire et le roman d’un tout autre oeil. Je me suis enfin attachée à Célestine et à sa famille. Sa mère notamment est juste géniale à voir évoluer. Je ne parle même pas de son grand-père qui en plus d’être adorable et un sacré agitateur. Art, le petit ami de notre héroïne, est pour moi, trop parfait et trop lisse. J’avoue que si il sort du tableau, ça ne me dérangera pas. Carrick est encore assez mystérieux. Le bad boy type à première vue. J’espère qu’il cache son jeu par contre sinon, on entrera trop dans les stéréotypes. Crevan, le grand méchant loup international, est pourri jusqu’à la moelle et donne envie de vomir… Un psychopathe ni plus, ni moins. Et au final, je ne suis pas certaine que ce sera lui le plus grand obstacle de Célestine car il y a bien plus d’enjeux en marche.

Le roman se lit au final très vite et une fois passé le tiers, je me suis prise au jeu. Il y a un réel positionnement de la part de l’auteur, ainsi qu’une recherche aux questionnements. La façon dont les choses s’embrayent montre petit à petit tous les aboutissants face à la politique actuelle des Etats-Unis et de la Guilde qui s’occupe de châtier les Imparfaits. On sait que cela partait d’un bon sentiment, mais le tout s’est perverti. le geste de Célestine provoque un raz de marée qui était en dormance. Des voix s’élèvent mais on peut aussi y voir toutes les manipulations et la recherche de pouvoir derrière les bonnes volontés. Ce monde est gris et Célestine l’a enfin compris.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Malgré un début peu crédible à l'histoire la suite s'est révélée très bien menée, pleine de rebondissements.
Une dystopie très intéressante que je recommanderai et dont je lirai la suite avec plaisir.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans ma recherche de la prochaine claque livresque – autrement dit, l’énorme coup de cœur qui anime chaque désir de lecture – j’ai choisi de lire cette fois-ci un roman d’anticipation, futuriste qui promet une belle remise en question de la société (tout comme j’aime quoi !).

L’histoire met en scène la petite vie parfaite de Célestine dans un monde qui n’aime pas les imperfections, un monde où il ne fait pas bon de montrer une faiblesse quelle qu’elle soit. Dans le premier chapitre, elle commence à nous parler de son grand-père que sa famille ne fréquente plus car montrant des signes de faiblesses pour les imperfections. Célestine ne remet pas en question le modèle de la société dans laquelle elle vit. Elle l’accepte et a tendance à penser comme les autres ; toutefois, elle a une particularité qui se révèlera dans la suite du roman être une force du personnage. En effet, elle a la spécialité d’être hyper rigoureuse dans la sémiotique des mots ; elle n’hésite pas un instant à reprendre quelqu’un pour repréciser dans des termes adéquats la pensée de son interlocuteur.

Cecilia Ahern sort un peu dans ses habitudes avec ce roman, il me semble qu’elle a précédemment écrit le fameux livre PS : I love you qui a inspiré le film du même nom (si, si vous savez ce film avec Gérard Butler qui en a fait pleurer plus d’un.e). Elle ose ici se confronter à la création d’un tout nouvel univers, avec de toutes nouvelles règles… Mais les personnages sont assez ordinaires, leurs sentiments, leurs réactions sont les mêmes que l’on pourrait avoir dans de telles situations, sauf qu’avec toutes ces règles qui régissent la société, chaque action peut être une imperfection… et c’est ce qui va arriver au personnage principal, Célestine.

Avec ce premier tome, j’ai passé un agréable moment de lecture. J’ai beaucoup apprécié la façon de penser, de réfléchir et d’agir du personnage de Célestine. Comme je l’ai déjà écrit, Célestine ne pense pas comme tout le monde. Elle est très rigoureuse dans la sémiotique des mots et j’ai apprécié quand elle reprend les autres personnages ou même quand elle pense et que ses paroles sont rapportées au discours direct. Par contre, Célestine a une sœur, Juniper m’a profondément agacée. Je regrette la façon dont son personnage est abordé et j’aurais aimé qu’elle soit plus complexe et moins convenue. J’attends le second tome pour voir si ce personnage aura davantage d’ampleur et sera plus intrigant…

En bref, ce premier tome est une excellente découverte. J’ai passé un excellent moment dans cet univers quasi oppressant. On en ressort révoltée par cette société et indignée d’avoir déjà tourné les dernières pages du roman ! L’auteur, Cecilia Ahern, engage une véritable réflexion, quoiqu’assez secondaire dans l’intrigue, sur la capacité voire la difficulté des figures politiques à rester droit dans leurs bottes.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d'abord je remercie les éditions Hachette pour m'avoir fait découvrir cette petite merveille.

Dans cet univers futuriste mais en même temps très contemporain (utilisation des téléphones portables) notre héroïne, symbole de perfection, se retrouve à faire un choix : mentir pour ne pas devenir imparfait ou dire la vérité mais être imparfait. Et pour Célestine, être guidé uniquement par la logique, ce choix est totalement illogique. Voilà ce que j'ai adoré chez cette héroïne : sa logique. Tout ce qu'elle fait est logique. Pour moi qui suis quelqu'un de très logique (bien que détestant les mathématiques) je me suis rarement autant identifié à un personnage. Je la comprenais totalement. J’aurai voulu rentrer dans le livre pour l’aider. J’ai beaucoup aimé le personnage de Carrick aussi. Il est mystérieux mais pas ringard. Il n’y a pas (peut être plus tard) pour le moment de triangle amoureux et ça je l’apprécie énormément. Les triangles amoureux deviennent lassant à la longue. Mais ici il s’agit juste d’une compréhension mutuelle face à l’horreur de la situation.

Ce roman, classé en young-adult, peut par certain aspect être même pour adulte. La tension est forte tout au long du livre. On ne peut pas s’arrêter de lire tant l’avenir est incertain. La nouveauté dans cette dystopie c’est le fait que les imparfaits restent chez eux. Ils reviennent vivre leur vie d’avant avec des contraintes (nourritures différentes, place à part dans le bus, interdiction de regroupement, brassard annonçant leur imperfection). Tout cela nous rappelle plusieurs choses dans notre histoire mondiale : Rosa Parks et sa place dans le bus, l’étoile jaune désignant les juifs. L’aspect historique et politique de ce livre est présent mais pas lourd.

Tout cela fait que ce livre a été sitôt commencé, sitôt fini.

En bref c’est un gros coup cœur porté par une plume très belle. Je n’avais jamais lu de livre de cette auteure qui a écris surtout des comédies romantiques. Une reconversion réussit qui annonce du merveilleux pour la suite.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Tout d'abord je tiens à remercier NetGalley et les éditions Hachette Romans pour l'opportunité de lire ce livre.

     De cette autrice j'ai lu Love, Rosie que j'ai vraiment aimé, et il y en a d'autres comme P.S. I love you qui me font de l’œil depuis un moment. Le registre dans lequel je la connais est donc très différent de ce qui nous attend avec ce premier tome d'une nouvelle série.

    Destiny est une dystopie qui en reprend les schémas classiques. On retrouve une société avec des règles très strictes destinées à maintenir l'ordre suite à des événements chaotiques survenus dans une passé plus ou moins lointain. On y retrouve une jeune héroïne qui croit en cette société, à ses règles et qui fait tout pour s'y plier. Elle est un modèle de perfection.

    Jusqu'à ce qu'un événement bouleverse non seulement son quotidien mais surtout sa façon de voir ce qui l'entoure. Même si l'on peut penser Celestine un peu naïve, elle ne se cache pourtant pas de la vérité : on trouve ça normal tant que ce n'est pas arrivé près de chez soi, à quelqu'un que l'on connaît.

     A partir de là sa descente aux enfers commence. Celestine va se retrouver au milieu de conflits politiques, de jeu de pouvoir, et soulever innocemment une rébellion. Elle n'est pas spéciale. Elle n'est pas particulièrement courageuse. Au contraire elle tremble de la tête au pied tout le temps. Mais ce qui va attiser les foules, ce sont quelques phrases, simples, sincères, qui vont tout déclencher.

     Je dois admettre que je n'ai pas trouver l'environnement particulièrement original, en soi cette dystopie n'a rien de particulier pour se démarquer. Et pourtant, je l'ai lu d'une traite. Je ne me suis même pas rendu compte à quel point j'avançais vite. L'écriture est d'une telle fluidité que les pages se tournent toutes seules (enfin, façon de parler, j'ai bien du appuyer sur l'écran pour passer à la page suivante à chaque fois hein, je ne m'en rendais juste pas compte).

    Et les sujets abordés sont loin d'être innocents. Entre le culte de la beauté, les supercheries des politiciens, les abus de pouvoir, le travail de l'image, la manipulation des médias... ça ne manque pas! Notre société actuelle se trouve propulsée dans ce monde où la perfection est le maître mot, et où seule une définition de ce mot existe. Tous ces sujets sont partie prenante de l'histoire et sont exposés pour la fraude qu'ils sont, et ce sans grand discours, juste par des actions.

En bref : Un premier tome très prometteur et très prenant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Un livre qui prend aux tripes. L'écriture de Cécilia Ayern nous propulse dans la peau de l'héroïne, à affronter les mêmes dilemmes, les mêmes colères, les mêmes doutes, les mêmes souffrances, les mêmes peurs.... pour les transformer en force.
Une belle ode au courage et à la justice. Affaire à suivre...

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Encore un roman dystopique me direz vous. Oui, mais celui-ci est addictif. Je ne l'ai pas lu dès que je l'ai reçu, car j'avais beaucoup de romans à lire, mais je l'ai commencé ce week-end et je n'ai pas pu le lâcher avant de l'avoir terminé. J'ai été touchée tout de suite par l’héroïne et toute sa famille (notamment sa mère). Je me suis doutée de la tournure qu'allaient prendre les évènements, mais je me suis laissée prendre au jeu. J'ai hâte de lire la suite pour savoir si la rébellion ira à son terme et je le recommanderais fortement aux ados.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Belle surprise pour cette dystopie jeunesse aussi fascinante que dérangeante ! Dans un univers dénonçant les extravagances et les excès de notre société, l'auteure propose une vision engagée d'un futur susceptible de se produire.

Avec le thème de la recherche de la perfection, l'auteure créée une société futuriste où toute imperfection est bannie. Faute morale, transgression de promesse, négligemment professionnel... toute personne peut en dénoncer une autre si elle est suspectée d'acte imparfait, allant du vol au simple retard à un rendez-vous. Cette personne est punie, marquée telle du bétail d'un grand "I" sur une région précise du corps. Elle devra également afficher sa condition avec un brassard de couleur rouge vif.

Ces "Imparfaits" seront exclus, moqués, fuis comme la peste par la société. Nul droit au plaisir, au divertissement ou à l'opulence, des règles restrictives les entourent.
Exclusion, séparation des populations, idéologie politique, marquage ...
Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

Difficile de ne pas faire le rapprochement avec la ségrégation raciale et le nazisme. Subtilement utilisées, ces références nous rappellent douloureusement les actes de folie commis par le passé qui sont susceptibles de se reproduire si on ouvre pas les yeux sur les excès actuels.

A travers le personnage de Célestine, on découvre cette société avec des yeux naïfs et l'esprit complètement formaté par ce mouvement politique en place. C'est à la fois dérangeant et fascinant comme point de vu.
Au début, nous avons la vision d'une famille aisée, archétype même des bons petits soldats qui petit à petit, se retrouve de l'autre côté de la barrière des injustices pour se rendre compte de la stupidité de cette idéologie.

Après tout c'est bien ça non ? La plupart des gens prennent pleinement conscience d'un problème lorsqu'ils se retrouvent directement concernés ...
Malgré un public visé plutôt axé jeunesse, c'est une vision criante de vérité subtilement menée qui amorce une suite des plus prometteuse. J'ai hâte d'en savoir plus !

Annaëlle (Blog "Books what else...")
http://bookswhatelse.wixsite.com/bookswhatelse

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'ai eu un coup de coup pour ce roman!!!
Impossible de le lâcher avant la fin...
Nous suivons Célestine dans un monde où chaque Imperfection est visible sur la peau des Imparfaits.
Or Célestine est parfaite: elle a de bonnes notes au lycée, elle adore les maths, a un petit copain tout aussi parfait qu'elle... jusqu'au jour où elle laisse parler la compassion...
Un geste qui va l'emmener loin, là où elle n'aura jamais pensé aller...

On s'attache immédiatement à Célestine dans cette dystopie criante de vérité. J'avoue que j'ai souffert (beaucoup) à ses côtés à de nombreuses reprises. J'ai été révoltée par le comportement inhumain de la population et pourtant on y croit....

J'ai vraiment hâte de découvrir la suite!!! Merci à Netgalley et à Hachette pour ce beau coup de coeur!!!!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dans le monde où vit Celestine North, la perfection est le maître mot. Chaque citoyen doit être Parfait. A chaque effraction à une règle (mentir, voler, etc), le citoyen se voit attribuer une marque au fer rouge signe de son Imperfection. Les Imparfaits deviennent ainsi les risées de la société et perdent leurs avantages. L’imperfection n’est absolument pas le problème de Celestine. Intelligente, généreuse et active, elle a tout pour elle et s’efforce à être Parfaite. Mais elle commence peu à peu à se poser des questions surtout lorsqu’elle est témoin de l’arrestation de sa voisine…Le système est-il juste et vraiment parfait ? Celestine n’a pas le temps de trop y réfléchir lorsqu’à son tour, elle se retrouve arrêtée pour avoir aidé un imparfait…


J’ai de suite accroché à l’intrigue. J’ai beaucoup aimé le sujet qu’a exploité l’auteure. Il est vrai qu’aujourd’hui même, on veut tous être « Parfait » aux yeux de tous. Le fait qu’elle intègre ces éléments actuels en exagérant, je trouve l’idée juste excellente. Elle nous montre les dérives d’une société qui semble « parfaite » mais qui est loin de l'être finalement.

Au début, Celestine se moque un peu des imparfaits, elle fait comme les autres, elle les ignore et se dit qu’ils ont mérité leur sort. Mais depuis qu’elle a assisté à l’arrestation de sa voisine, elle se pose des questions et commence à douter. Elle a une sorte de déclic et comprend que les Imparfaits sont également des êtres humains. Ainsi, lorsqu’elle croise un Imparfait malade, elle compatit pour lui et tente de l’aider…Malheureusement, c’est interdit par la loi et elle se retrouve elle-même Imparfaite. Mais pas une Imparfaite comme les autres. Elle sort avec Art, fils du Juge de la Guilde, Bosco Crevan c’est donc inconcevable aux yeux de tous qu’elle devienne une Imparfaite. Ainsi, Crevan va lui trouver un stratagème pour éviter de la condamner. C’est là que Celestine va commencer à comprendre les défauts du système et les dérives. Contre toute attente, elle décide d’avouer sa faute. Elle est condamnée. Une vie d’Imparfaite s’offre à elle…

Je me suis énormément attachée à Celestine. J’ai apprécié sa force, sa générosité et son sens de sacrifice. Dans ce premier tome, elle va beaucoup souffrir aussi bien physiquement que psychologiquement parlant. Elle va perdre ses amis, elle va devenir un intrus aux yeux de tous. Ce n’est pas facile pour elle mais c’est une battante. J’admire sa force et sa combativité. Celestine est le point fort de ce roman. J’ai énormément aimé son entourage, sa famille qui ne la laisse pas tomber surtout à la fin du roman. L’amour familiale est plus forte que tout, et malgré les risques.

Celestine se retrouve maintenant du côté des Imparfaits et elle comprend à quel point la vie est injuste et cruelle. La société n’est pas si parfaite que ça finalement. Elle doit respecter un couvre-feu, elle n’a plus le droit de manger certains aliments (une prise de sang est effectué pour savoir si tout est correct), etc. Les Imparfaits n’ont plus droit à rien, ils ne sont plus considérés comme des citoyens et ce uniquement parce qu’ils ont menti, pris des mauvaises décisions, etc. On sent l’exagération du la perfection. Qui ne s’est jamais trompé au moins une fois dans sa vie ? Ça fait froid dans le dos. Les citoyens n’ont pas droit à une seule erreur…Et ça, Celestine compte bien y remédier.

Ce premier tome est une très bonne mise en bouche. La fin promet une suite excellente avec beaucoup d’action. Celestine se retrouve seule et va devoir se battre…


En bref, j’ai juste adoré ce premier tome ! Je suis ravie de voir qu’il existe encore d’excellentes dystopies et qu’il y a encore beaucoup d’autres sujets à exploiter dans ce genre-là. J’ai très hâte de lire la suite, je sens que le deuxième tome va être explosif !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Voici un roman que je n'avais pas l'intention de lire car en ce moment j'éprouve une certaine lassitude au niveau des dystopies qui ne se renouvellent pas assez à mon goût mais ma copine Lecture Passiond'une vie m'a convaincue qu'il fallait absolument que je découvre Destiny, dernière sortie de ce genre.

C'est donc sans attente particulière que je me suis lancée à la découverte de cet ouvrage, m'attendant à pester contre une histoire convenue et déjà vue et je termine avec un quasi coup de cœur et c'est là que c'est encore meilleur quand on ne s'y attend pas.

Suite à une crise économique majeure due aux malversations des hommes qui gouvernaient et dirigeaient le monde, une nouvelle société a vu le jour et son mot d'ordre est la perfection.

Celui qui dévie du droit chemin sera marqué du sceau de l'Imperfection. Entendez-par là qu'il sera marqué au fer rouge telle une vache. Pour celui qui a menti une marque sur la langue, pour celle qui a volé, la paume de main. Et cela ne sont que des exemples d'une liste non exhaustive.

Célestine est l'archétype de cette société. Parfaite juste aux bouts des ongles, elle incarne l'idéal vers qui chacun doit tendre.

Tout dérape pour cette perfection, le jour où Célestine vient en aide à un imparfait, faisant preuve d'altruisme, ce qui est totalement interdit par le gouvernement en place.

Voici donc Célestine clouée au pilori et le procès qui va découler de son acte pourrait bien dévoiler les imperfections d'un système totalitaire.

Je dois avouer que l'élément premier qui m'a fait aimer cet ouvrage est le choix de traiter de la perfection sous toutes ses formes, quelle soit physique ou morale, car après tout ce n'est qu'un reflet un peu plus poussé de notre société où il la majorité des gens sont avant tout dans une spirale de paraître.

Avoir une voiture neuve, des habits de marque, rentrer dans le moule, ne pas faire de vagues etc. sont autant de signes d'une courses éperdue vers une reconnaissance d'une certaine position sociétale que j'abhorre de plus en plus.

Le positionnement de l'auteure à cet effet est des plus intéressant et amène à se poser des questions sur le chemin de vie que l'on se choisit. Être parfait et jouer à être heureux ou faire un bras d'honneur à certaines règles établies et vivre tel qu'on l'entend ?

Un vaste sujet que Cécelia Ahern traite de façon addictive avec une plume dynamique, distillant du suspens et de l'action, qui font de cet ouvrage un véritable page turner.

Les personnages et l'univers crées sont aussi des éléments forts de ce livre. L’auteure ne fait pas dans la superficialité et nous propose un premier tome abouti et nous fait miroiter mille perspectives pour le deuxième opus de cette saga dont la date de sortie n'est pas encore annoncée.

Il est parfois bon de réviser ses jugements et Destiny en est la preuve ! Une histoire rondement menée et travaillée qui tient le lecteur en haleine grâce à un univers encore non exploité et une trame qui a fait battre mon petit coeur ! Une très très bonne dystopie à découvrir si ce n'est pas encore fait !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cela faisait pas mal de temps que je n'avais pas lu une dystopie aussi bonne! Et cela fait du bien! Ce monde de perfection est très intéressant. Et les punitions au moindre faux pas sont terribles! Tous savent ce que l'autre a pu commettre au vue de la punition infligée. On va faire la connaissance de Celestine qui pense vivre dans un monde à la hauteur, un monde idéal et parfait, hors bien sûr il n'en est rien et elle va vite le découvrir lorsqu'elle devra aidé cet Imparfait!

Elle va devoir prendre une décision cruciale: mentir ou admettre sa faute qui pour elle n'en est pas une! Que faire? Surtout lorsque sa vie en dépend! Au fil du temps, elle va apprendre, elle va comprendre que quelque chose cloche, que tout ce sur quoi sa vie se repose n'est peut-être pas aussi juste qu'elle le croit!

Un superbe premier tome, bourrée de suspens et d'action. L'écriture et le style sont à la hauteur de l'histoire! Il me tarde de lire la suite!

Cet avis vous a-t-il été utile ?

A force de voir dans les rayons « Young Adult » des dystopies, mon jugement sur ces dernières est de plus en plus critique. Il faut que l’histoire soit originale, l’écriture soignée et évidemment le tout prenant. Ce premier tome de Destiny possède à mon sens toutes ces qualités. Le système du monde présenté par Destiny est à la fois crédible et effrayant. On y prône la perfection absolue quand bien même la nature humaine est souvent conduite à faire des erreurs. Célestine North, l’héroïne, s’accommode pourtant bien de cet environnement. C’est une adolescente droite, juste, logique et elle est même la petite amie du fils du juge Crevan, un des chefs de la guilde. Jusqu’à ce que deux événements viennent bousculer ses certitudes..

La construction de ce premier tome de Destiny est plus classique que son thème. Comme dans bon nombre de dystopies, on retrouve une héroïne convaincue par le système dans lequel elle vit mais qui va en découvrir les failles et les limites lorsque ce système vient s’attaquer à des personnes proches de son entourage. Ici c’est d’abord l’arrestation de la mère de sa meilleure amie qui va conduire Celestine à s’interroger sur les bienfaits des dictats de la Guilde. Jusqu’à ce qu’elle même se retrouve prise dans le système judiciaire de ce monde après être venue en aide à un Imparfait qui faisait un malaise dans un bus, ce qui est interdit.

Dans ce premier tome de Destiny, Cécelia Ahern présente l’organisation de sa société tout en faisant vivre à son héroïne le basculement de son quotidien. Celestine North est un personnage intéressant qui est la seule à être déjà très bien cernée dans ce premier tome. Face à la situation qu’elle va vivre, la jeune fille ne se contente plus de voir en surface et découvre la vraie nature des gens qu’elle côtoie en creusant plus profondément dans leur personnalité. En 300 pages, on voit ainsi Célestine grandir au point d’oublier ses rêves d’enfant et ouvrir les yeux, donc, sur la réalité qui l’entoure depuis sa naissance. En venant en aide à un Imparfait, la jeune fille se retrouve à son tour accusée d’Imperfection et elle va dès lors découvrir l’envers du décor du système judiciaire. Mais elle va également incarner la nouvelle figure de lutte contre le système des Parfaits et Imparfaits. Là aussi, c’est un ressort assez classique dans les dystopies.

Ainsi c’est le concept de Destiny tout comme son attachante héroïne et l’écriture limpide de Cecelia Ahern qui a rendu cette lecture passionnante. Une fois commencé, difficile de reposer ce livre qui se dévore du début à la fin. Vivement la suite !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C’est la particularité de l’univers de Destiny qui a attisé ma curiosité. En effet Cecelia Ahern nous conte un monde où être imparfait est un crime. Suite à une crise économique majeure, due à la corruption et autres malversations du gouvernement, une nouvelle société a vu le jour. Elle se veut d’être parfaite. Celui qui dévie de leur droit chemin se verra marqué du sceau de l’imperfection.

Par exemple, celui qui prendra une mauvaise décision, se retrouvera marqué d’un I sur la tempe. Le menteur, lui se verra puni par une marque sur la langue. Pour se faire remarquer, le voleur se verra attribuer sa marque sur la main droite. Charmant non ? J’avoue cela peut être effrayant, ce n’est pas sans rappeler des sombres périodes de l’humanité.

Si Destiny ne renouvelle pas le genre en termes de roman dystopique, ce roman arrive à se démarquer par un univers riche, parfaitement maitrisé, faisant preuve d’originalité ! Destiny se révèle être une excellente dystopie, très prenante !

Comme tout roman dystopique qui se respecte, Cecelia Ahern ne déroge pas à certaines règles du genre, notamment en ce qui concerne notre héroïne Célestine et son univers. A travers son personnage principal, l’auteur met en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie. Elle nous livre aussi une héroïne courageuse, qui deviendra à force d’épreuves le symbole de la résistance, pointant du doigt l’injustice, l’imperfection, remettant aussi en cause l’impartialité de cette société qui peut paraitre à bien des égards barbare.

Le fait que ce monde se retrouve plus ou moins dans un futur proche, qu’il n’y a pas de grande avancée technologique, que le monde ne soit pas aux bord de l’extinction fait qu’on appréhende avec une facilité déconcertante l’univers que présente Cecelia Ahern.

Je dois avouer, au début de l’histoire, j’ai eu du mal à apprécié Célestine. Notre héroïne est vite prise aux pièges entre les règles, sa fidélité envers eux, sa vie « parfaite » et sa logique. Cela nous apparait comme une vision biaisé, étroite, en deux dimensions, soit noir ou blanc. Cela est peut-être voulu par l’auteur, pour nous montrer à quel point ce monde est contrôlé ou même sous tension. Cette vision a été difficile à accepter, puis finalement Célestine se révèle à nous et nous entraine dans une histoire hyper prenante !

Le monde qui gravite autour de Célestine, de ces êtres parfaits et « imparfaits » qui le peuplent, associé, à cette tension rendent vraiment Destiny addictif. J’ai vraiment été séduite par cette société sombre, à la limite « barbare » mais aussi par la force, le courage qui s’était caché en Célestine. Attention l’histoire est tout aussi intéressante, mené à tambours battant !

Cette tension monte crescendo à mesure que Célestine se dévoile à nous et nous montre à quel point ce monde est imparfait, injuste. Finalement Destiny se révèle être un roman finement bien mené, qui derrière cet univers bien sombre cache une jolie morale. J’ai hâte de pouvoir découvrir la suite de cette belle et prenante aventure !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Ce roman se lit avec une grand plaisir, il nous fait réfléchir à la ségrégation aboutissant à la violence dans une société "parfaite" qui exige que toute imperfection soit punie.
La réflexion est intéressante.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

J'avoue j'ai été très longue a me lancer dans la lecture de Destiny car le thème de la perfection me dérangeait.

Célestine, l'héroïne de cette histoire, est une jeune fille qui va bientôt avoir 18 ans, elle est parfaite, son parcours scolaire l'est tout autant ainsi que Art, son petit ami (qui est le fils d'un des juge de la Guilde). Un incident dans un bus va la condamner à devenir un être imparfait et elle va se retrouver marquée à vie suite au jugement qu'elle va subir.

Célestine est une jeune fille qui a une profonde humanité et va à travers son acte de vouloir venir en aide à un Imparfait se retrouver juger car il est inadmissible de faire ceci. Cette action va aussi soulever les foules qui vont remettre en question les lois régissant les Parfaits et les Imparfaits. Célestine malgré elle, va sortir de la case des parfaits pour cause de compassion ! Mais ou va t on sérieusement !

Sa famille va essayer de la protéger au maximum mais les choses vont trop loin, d'autres personnages vont apporter également leurs aides mais il y aura encore beaucoup de zones d'ombres et il sera difficile de savoir à qui faire confiance. Un juge (le père de Art) avec une envie de pouvoir démesurée va outrepasser les lois pour tenter d'arriver à ses fins.

Comment Célestine va gérer sa nouvelle condition d'imparfaite ? Pourquoi sert-elle d'exemple ? Pourquoi a-t-elle subit une si grosse peine ? Pourquoi le juge s'en prend-il à elle ?

Cette histoire n'est pas vraiment uns dystopie comme celle qu'on peut lire actuellement car elle se rapproche beaucoup du monde dans lequel on vit. Le rapport à la perfection, à ressembler à ce que la société veut de nous, à rester dans les cases qui ont été définies au préalable et surtout ne pas en sortir.

Cette lecture a été addictive, je n'ai pas réussi à poser le livre avant d'être arrivée à la fin, une plume très incisive de l'auteur pose le doigt sur tout ce qui ne va dans notre société.

J'ai été vraiment surprise par cette lecture et je ne regrette vraiment pas de l'avoir découverte, maintenant il me reste plus qu'à attendre sagement la sortie du tome 2 (ouff c'est en février je n'aurais pas à attendre trop longtemps)

Cet avis vous a-t-il été utile ?

C'est une dystopie vraiment très bien écrite. L'histoire et l'intrigue sont très bien menées.
Cecelia Ahern, nous peint la société parfaite qui caractérise le genre de la dystopie: une société dans laquelle nous ne voudrions pas vivre.
Les imparfaits sont refusés, ils sont marqués à vie.
Les parfaits vivent leurs vies comme ils le souhaitent tant qu'il ne commette pas l'irréparable.

Un super roman, que je recommande pour les fans de dystopie.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :