Manipulation, tome 1

Les Corbeaux

Ce titre a été archivé. Il est désormais indisponible sur NetGalley.

Commandez ou achetez ce livre dans votre point de vente préféré !

Connectez-vous pour accéder au titre.
Publication 22 févr. 2017 | Archivage 20 mars 2017

Résumé

Dans le futur, la population est dominée par la propagande, l’endoctrinement et la peur : chaque citoyen récalcitrant est exécuté dans l’Arène, à la vue de tous.
Personne ne vit à l’extérieur du grillage électrifié qui entoure la ville, la Société. Personne, sauf Liza et Anna, deux sœurs dont les parents ont mystérieusement disparu après y être entrés.
Un jour, les Corbeaux, la milice de la Société, débarquent dans leur ferme et enlèvent Anna. Liza, prête à tout pour la retrouver, se lance à l’assaut de la ville. Là-bas, elle rencontre Calim, un hors-la-loi, lui aussi pourchassé. Ensemble, ils vont essayer d’infiltrer la prison où Anna est détenue, sans savoir qu’ils se jettent dans la gueule du loup.
Piégée par Connor, le président, Liza doit remporter cinq épreuves dans l’Arène si elle veut espérer libérer sa sœur et sa mère enfin retrouvée. Mais une fois dehors, une tâche plus grande encore l’attend : libérer la ville du joug du président.

Dans le futur, la population est dominée par la propagande, l’endoctrinement et la peur : chaque citoyen récalcitrant est exécuté dans l’Arène, à la vue de tous.
Personne ne vit à l’extérieur du...


Note de l'éditeur

L’auteur :
Née en 1997, Juliette Lemaître est une auteur précoce. Elle a écrit Manipulation alors qu’elle était encore au lycée, et a reçu plusieurs prix d’écriture.

L’auteur :
Née en 1997, Juliette Lemaître est une auteur précoce. Elle a écrit Manipulation alors qu’elle était encore au lycée, et a reçu plusieurs prix d’écriture.


Formats disponibles

FORMAT Ebook
ISBN 9782011613448
PRIX 12,99 € (EUR)

Disponible sur NetGalley

Envoyer vers mon Kindle (MOBI)

Chroniques partagées sur la page du titre

Une dystopie haletante, intrigante, bien méchante et menaçante. Le rythme est soutenu, l’écriture rapide et facile à lire, sans fioriture ni prétention.

Pour moi il a quelques faiblesses. D’abord j’ai trouvé un peu dommage que l’auteur nous donne toutes les pistes, trop vite, dès le début de roman, en quelques phrases, dans un dialogue naïf , trop rapidement sans nous laisser le temps d’apprécier ce nouveau monde. Ensuite les évènements sont très prévisibles, les actions et les personnages sont facilement décelables, pour la majorité des personnages ont détecte leur rôle à plein nez, dès leur apparition. Enfin, les actions s’enchainent trop vite et ce manque de transition entache parfois la crédibilité de l’action.

Malgré cela, on est vite embarqué dans l’histoire dramatique de Liza et Anna, enfants livrées à elles-mêmes, seules survivantes en dehors de la Société. Sous le joug d’un président dictateur, sadique, voyeur et cruel qui manipule très bien la manipulation psychologique, soutenu par ses Corbeaux, soldats préservant la « sécurité » de la ville.

Les jeunes filles, malgré leur lien familial et leurs iris oranges, sont très différentes l’une de l’autre, Liza est calme, manuelle, sauvage, elle s’occupe de la ferme, des animaux, des champs. Anna, 8 ans, l’enfant génie et tant désirée par ses parents, est plus intelligente mais plus fragile et dispose d’un mystérieux don : ses présages deviennent toujours réalité. Elles ont une relation de parfaite osmose, complices et solidaires elles ont toujours su se débrouiller toutes seules surtout grâce à Liza, qui a su s’occuper de sa petite-sœur handicapée, Liza qui a toujours mis de côté son propre bonheur pour celui de sa sœur.

Anna est très intrigante, malgré sa faiblesse physique c’est une enfant remarquablement intelligente qui va éveiller la curiosité du Président. Beaucoup de mystère l’entoure, autour de ce don qu’elle possède mais également sur sa faculté à survivre. On sait dès le début que toute l’histoire tourne autour d’elle, elle est un élément clef non seulement pour ce premier tome mais on le devine pour le suite de l’histoire. Liza passe, selon moi, plus au second plan, elle a un rôle de sauveur et de protectrice mais se rend bien compte que malgré sa force physique n’est pas aussi importante que Anna.

Le personnage de Calim est très attachant, tel un « Aladin Prince des Égouts », on s’attache à ce garçon abandonné par la société, livré à lui-même qui a su apprendre à survivre par ses propres moyens. J’ai bien aimé ce côté « meilleur ennemi », cette relation difficilement qualifiable qu’il entretien avec Jake, le Corbeau, toujours à se poursuivre, à se battre mais soucieux l’un de l’autre.

Cette dystopie est le moyen de louer les bienfaits de la lecture pour développer son sens critique et de la réflexion. C’est aussi un roman prônant les libertés individuelles, les libertés de pensée et d’agir, contre des sociétés trop autorités et dirigistes, assouvissant son peuple et réglementant les mariages, les naissances ou le choix d’un métier.

C’est un roman qui porte également sur les dérives des guerres, des conflits géopolitiques et leurs conséquences dévastatrices sur les populations, sur des éléments destructeurs de l’Histoire qui nous rappelle beaucoup notre histoire à nous.

Il y aussi un message écologie, sur les effets du nucléaire et de la pollution : la Terre actuelle ayant subi des dommages graves et irréversibles.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Dès que j'ai lu le résumé du premier tome de Manipulation, Les corbeaux, j'ai de suite été intéressée par cette dystopie de Juliette Lemaitre. Alors quand Hachette l'a proposé sur NetGalley, je n'ai pas hésité une seule seconde à le demander.

"Calim, tu vois ce gâteau ? Pour toi, il est délicieux, pas vrai ? Pour une autre personne, il aura un goût différent. Par exemple, moi, je déteste ce gâteau. Il existe autant de points de vue que de personnes et il n'est pas de vérité universelle."

Manipulation nous raconte l'histoire de deux sœurs, Liza et Anna. La plus jeune, Anna, est très cérébrale. Malgré ses connaissances intellectuelles, elle se montre assez innocente et du haut de ses 8 ans, elle garde sa juvénilité la rendant parfois immature dans certaines situations. En opposition, Liza est une pile électrique qui a besoin de toujours être en action. Très physique, elle possède aussi de grandes capacités de réflexion même si elle ne le réalise pas toujours, se comparant à sa petite sœur dotée d'une intelligence supérieure à la normale. Son seul défaut vient justement de son manque de confiance en elle, ce qui ne l'empêche pas pour autant de se lancer des défis, quelqu'ils soient. Les deux frangines peuvent parfois paraître un peu lisses et sans profondeur, entre l'aîné dévouée, protectrice et un brin trop parfaite et complète, et la cadette au caractère bien trempé qui reste pourtant très manipulable ; des personnalités déjà vues dans de nombreux romans malheureusement. Liza rencontre Calim, un jeune homme intéressant par rapport à son passée et sa débrouillardise, mais qui n'est autre que le stéréotype du rebelle contre la société, mais heureusement, Jake le corbeau reste mystérieux tout du long de ce premier tome, et ses indécisions face à ses ressentis laissent présager un développement alléchant du personnage, comme pour Connor et Judith qui montrent plus de profondeur que les deux sœurs.

Malgré les protagonistes aux personnalités déjà vues, Juliette Lemaitre propose un univers et une histoire réfléchis et bien ficelés. Pour vous donner une idée, ce premier tome de Manipulation m'a fait penser à un mélange de The Book of Ivy et de Forget Tomorrow. Le monde dystopique créé est particulièrement plausible et de nombreux détails ont été pensé pour enrichir le récit au fur et à mesure des pages, ne laissant pas de répit au lecteur. La Société a été pensée jusqu'au moindre recoin, du passé à son avenir, de sa réglementation son mode de fonctionnement, de sa géographie à ses aspects psychologiques. Cet univers en devient évidemment la force de l'histoire. Juliette Lemaitre ne s'embarrasse pas de fioritures concernant son écriture. Elle utilise des mots simples qui vont à l'essentiel. Il aurait été appréciable d'y trouver un peu plus d'émotions, mais il n'y a pas vraiment à reprocher sur ce point qui est efficace.

"Elle faisait tous ces sacrifices dans le seul et unique but de protéger, préserver sa sœur. Jamais elle n’a renoncé, jamais elle n’a flanché. Cela aurait été facile, pourtant."

Dans ce premier tome de la saga Manipulation, Juliette Lemaitre arrive à entraîner son lecteur dans son histoire. Malheureusement, les révélations ne sont pas vraiment au rendez-vous et elles ne surprennent pas. On les voit arriver bien des pages avant et les codes utilisés par l'auteure l'ont déjà été dans de nombreux livres dystopiques. Pourtant, son récit fonctionne, passionne et il est difficile de ne pas le lâcher sans l'avoir fini. L'auteure fait quand même preuve d'imagination au fil des pages notamment en mettant en danger son héroïne principale. Alors même si l'histoire n'a rien d'inédite dans ses bases et son historique - si avez déjà lu plusieurs dystopies comme celles citées précédemment, mais aussi Divergente et Hunger Games entre autres, vous risquez d'y retrouver des similitudes communes à toutes ces histoires - le récit embarque le lecteur dans ses nombreuses péripéties qui s'enchaînent dès la mise en place dépassée.

"Anna observe le cadenas : pour le déverrouiller, il faut un code à huit chiffres. Elle sourit face à tant d’ingéniosité. À partir de cinq ou six chiffres, on ne peut trouver la bonne combinaison par hasard ; elle devra faire preuve d’intelligence et de logique. Parmi cent millions de solutions, elle a le choix."

Les corbeaux, premier tome de la saga Manipulation de Juliette Lemaitre est une dystopie comme on a l'habitude d'en voir avec un univers réfléchi et abouti qui entraîne le lecteur dans un récit haletant.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Quand j'ai commencé ce livre, j'ai eu peur, je me suis dit "encore une dystopie young adult qui va pas voler très haut..."
Parce que bon, il faut être honnête, la dystopie Young Adult marche très bien depuis Hunger Games et Divergente, et on a un flot de romans publiés, avec du bon et du beaucoup moins bon

Mais ce livre est clairement dans la bonne moyenne :) Dans une Australie post guerre nucléaire, on suit deux soeurs, Liza 16 ans et Anna 8 ans, qui vivent en dehors de la Société. La Société est l'une des 10 colonies où vivent, sous des régimes totalitaires, les survivants de la guerre nucléaire qui a réduit à 0 la population du reste du monde. Les deux soeurs, qui vivent en dehors de cette société, vont s'y retrouver et devoir se confronter à ce système.

L'histoire est ryhtmé, sans longeur, et l'écriture est fluide. On ne croule pas sous les twists mais tout est plutôt bien amené, on y croit et on s'attache immanquablement à nos héro-ïne-s . On sent venir la suite à la Hunger Games, comment faire flancher la Société, mais y a-t-il d'autres options ?

Bref, un livre sans surprise mais pas sans saveur, qui se laisse lire et détend ! J'attends la suite :)

Cet avis vous a-t-il été utile ?
Aucune

Ça faisait un petit temps que ce livre me faisait de l’œil (depuis sa sortie en fait, et donc oui, ça ne faisait pas tant de temps que ça ^^).
Et quand j'ai vu que j'avais été sélectionnée par NetGalley et Hachette pour lire ce livre j'ai presque sauté de joie (bon j'étais au boulot quand même!)

Je l'ai lu presque immédiatement après réception, juste histoire de terminer le livre en cours. Et j'ai été plus qu'agréablement surprise! Je savais un petit peu de quoi il retournait, mais j'avoue que j'avais complètement occulté le fait qu'il s'agissait de dystopie, et j'ai été plus que contente! Il s'agit quand même de mon genre préféré.

Bon venons en un peu à l'histoire!

Anna et Liza sont deux jeunes filles qui jusqu'ici ont toujours vécu en dehors de la Société, sans suivre les règles de celles-ci. Jusqu'au jour où Anna la plus jeune des sœurs va se faire kidnapper par la Société.
S'ensuit alors une mission de sauvetage à mettre en place pour Liza pour qui il est tout simplement inimaginable de laisser sa sœur aux mains de l'ennemi, car pour elle la Société, ce sont les ennemis, du moins c'est toujours ce que ses parents lui ont dit!

Au fond l'histoire en elle-même n'est pas vraiment des plus originales, mais l'auteure parvient à garder un certain rythme qui nous tient en haleine. J'ai eu beaucoup de mal à déposer mon livre pour bosser tellement il était prenant!

De plus les héroïnes diffèrent des autres que l'on peut retrouver dans ce type de littérature sur différents points de vue. Premièrement leur âge qui n'est pas si fréquent dans les dystopies puisque la plus jeune des deux a 8 ans et la plus âgée 12-14 ans. Et la plus jeune des deux, Anna, a un QI assez impressionnant ce qui n'est pas non plus quelque chose que l'on retrouve régulièrement. Et cela permet également de lui donner une certaine maturité qu'une gamine de son âge ne pourrait avoir sans pour autant que cela paraisse too much.

Par rapport à ce qu'on en dit de négatif: J'ai lu sur Booknode notamment que les descriptions étaient trop élaborées, pour finalement être coupées par un dialogue. Je ne suis pas d'accord, car en lisant ça je m'attendais à de longues descriptions pompeuses, et il n'en est rien. Certes on sait parfaitement bien se situer dans l'espace, ce qui concrètement est plutôt un plus qu'un moins!

Je m'attendais à apprécier cette histoire, mais je vous avoue que je ne pensais certainement pas à ce que ça me plaise autant. C'est un coup de cœur, qui au final m'étonne pas mal! Je le recommande vraiment, et je trouve que cette auteure gagne à être mieux connue. Je suis particulièrement contente d'avoir découvert ce tome, et je vous avoue que je suis impatiente de lire le tome 2 quand il sortira, car l'univers construit ne présente pas de lacunes à mon sens, et je serai heureuse de le retrouver!

Aucune
Cet avis vous a-t-il été utile ?

J’ai malheureusement été déçue par ce roman, qui ne reste pour moi qu’une introduction trop faible à une saga dont l’univers est largement sous-exploité, et où les personnages ne sont qu’une série de clichés. Oui, désolée, c’est un peu cash, mais sincèrement ma lecture fut laborieuse. Il est rare que je projette d’abandonner un roman, mais là j’ai pensé le faire dès 40 pages… sachant que le roman en fait 350… Je pense que je ne suis pas la cible de ce roman, je suis trop vieille et ayant maintenant l’habitude des dystopies, j’aime avoir des romans où l’univers est bien développé, ce qui n’est pas le cas ici, l’auteure ayant préféré développer l’action.

C’est assez mal parti dès le départ, à cause des personnages. Je les ai trouvé très caricaturaux, plus clichés que clichés : le méchant dictateur vicieux et sans pitié, les deux héroïnes – l’une faible et l’autre pleine de ressource mais manquant de confiance, le rebelle plein de courage et d’humour, etc. Et surtout ils sont tous très jeunes, ce qui rend leurs actions dans le roman totalement non crédibles ! Si vous connaissez une petite fille de 8 ans qui saura résister à des jours de torture physique, présentez-la moi !

Je n’ai pas trouvé l’histoire crédible du tout, que toute la soit-disant manipulation jouée par Connor, le méchant de l’histoire, était vraiment d’un faible niveau, et que tout était prévisible à 125 kilomètres. Par ailleurs c’est un dystopie post-apocalyptique, mais dont l’univers n’est pas du tout exploité ! Ce qui est dommage car ça aurait pu tendre vers un thriller un peu politique, mais là pas du tout, on entrevoit à peine la façon dont la Société fonctionne.

L’une des choses positives à relever dans ce roman, car oui tout de même il y en a, c’est le rythme. Effectivement, il est impossible de s’ennuyer pendant cette lecture ! Chaque chapitre voit son petit rebondissement arriver, il y a énormément d’action, et c’est très agréable d’avancer de cette manière.
Et évidemment, je ne peux que lever mon chapeau à la jeune Juliette Lemaître, qui malgré son jeune âge, a su mettre sa plume efficace au service de son imagination et à sortir une histoire rythmée et qui saura plaire à beaucoup !

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Liza s'occupe comme elle le peut de sa petite sœur Anna, très intelligente. Orphelines, elles ne doivent leur survie qu'à leur débrouillardise et courage. Repérées par les Corbeaux, milice de la ville voisine, Anna va être enlevée. La jeune femme décide, malgré le danger, d'aller la chercher. Est-ce un piège ?

Nous sommes en 2374, après la Troisième Guerre Mondiale, il ne reste plus qu'un million d'habitants en Australie. Ils sont répartis dans dix villes. L'une d'elles, la Société, est gouvernée par un régime autoritaire.

Une dystopie assez réaliste, le portrait des deux sœurs est bien dessiné, on s'attache vite à elles, à leur histoire. Des scènes difficiles comme les séances de tortures subies par la petite fille. Entraide, intelligence, secret de famille, résistance et espoir : tous les ingrédients pour lancer une belle série.

Bravo au jeune auteur, un premier roman prometteur.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de dystopie. Je me suis penchée sur cette nouveauté qui a fait un peu de bruit sur la toile.

C’est un univers qui ressemble à beaucoup d’autre au départ. Un pouvoir dictatorial, une société soumise et quelques rebelles. Mais très vite, l’autrice se démarque en créant un univers autour des deux héroïnes, Liza, Anna, Calim (un hors la loi) et le président Connor.

Le rythme est ultra soutenu, on passe d’action en révélation tout au long du roman. Cependant, je regrette parfois un flot de révélation, j’ai à peine eu le temps d’assimiler une révélation, qu’une autre arrivée. J’aurai aimé que l’autrice nous ménage un peu plus.

Les personnages sont attachants. Liza est une jeune fille qui a dû assumer sa sœur lorsque ses parents ont disparu. Elle est débrouillarde mais manque cruellement de confiance en elle. Anna est présenté comme le génie de la famille. J’ai admiré sa force de caractère avec toutes les horreurs qu’elle subit. Calim est un jeune homme débrouillard pour échapper aux corbeaux (l’armée de cette société). Il a lui aussi subit cette société dictatoriale.

Si l’ensemble des personnages sont attachants, j’ai cependant regretté l’irréalisme de leur réactions. On leur annonce quelque chose de grave, et ils le prennent normalement comme si on leur annonçait qu’il allait pleuvoir demain.

L’univers construit est original, cette société où tout le monde vit dans une grande ville où un dictateur est à la tête de cette société qui opprime toutes les personnes.

Ce roman est présenté comme un premier tome mais je ne comprends pas pourquoi il y aura une suite. Ce livre se suffit à lui-même.

En bref, un roman avec de bonnes idées mais le flot de révélations et d’action ainsi que le comportement des personnages rendent ce roman peu crédible.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

"Manipulation" est le premier roman dystopique de Juliette Lemaître. Un grand bravo. C'est un premier tome qui se lit facilement et donc rapidement. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir les différents personnages de ce premier opus car ils sont tantôt sympathiques, attachants et drôles tantôt tyranniques, cyniques voire immoraux. L'histoire avance vite, le rythme m'a bien convenu. Les épreuves se succèdent et l'on découvre peu à peu les différentes facettes des personnages. J'ai hâte de commencer la lecture du second tome et j'espère qu'il sera aussi haletant et que je le dévorerais comme ce premier roman.

Cet avis vous a-t-il été utile ?

Les lecteurs qui ont aimé ce livre ont aussi aimé :